Votre film du mois de Juin 2015

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
El Dadal
Cadreur
Messages : 4190
Inscription : 13 mars 10, 01:34

Re: Votre film du mois de Juin 2015

Messagepar El Dadal » 1 juin 15, 11:23

JUIN 2015

FILM DU MOIS
Image


Films découverts:
_ Les loups (Hideo Gosha - 1971) Image
_ Étrange séduction (Paul Schrader - 1990) Image
_ Médée (Pier Paolo Pasolini - 1969) Image
_ Ford Fairlane: Rock n' roll détective (Renny Harlin - 1990) Image
_ Chocolat (Claire Denis - 1988) Image
_ Quand j'étais chanteur (Xavier Giannoli - 2006) Image
_ A Soldier's Story (Norman Jewison - 1984) Image
_ Ex-machina (Alex Garland - 2015) Image
_ Carmen (Francesco Rosi - 1984) Image
_ Quarante tueurs (Samuel Fuller - 1957) Image
_ Cherry, Harry & Raquel! (Russ Meyer - 1970) Image
_ L'esprit d'équipe (Michael Chapman - 1983) Image
_ Jurassic World (Colin Trevorrow - 2015) Image

Films revus:
_ Inherent Vice (Paul Thomas Anderson - 2015) Image
_ Flashdance (Adrian Lyne - 1983) Image
_ The Two Jakes (Jack Nicholson - 1990) Image
_ Cartouche (Philippe de Broca - 1962) Image
_ The Equalizer (Antoine Fuqua - 2014) Image
Dernière édition par El Dadal le 30 juin 15, 12:26, édité 13 fois.

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22826
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Votre film du mois de Juin 2015

Messagepar AtCloseRange » 1 juin 15, 11:26

(Re-)Découvertes:

Night Falls on Manhattan (Lumet) 6/10
L'Homme Amphibie (Chebotaryov and Kazansky) 7/10
Kiss Me, Stupid (Wilder) 7,5/10
Night Run (Collet-Serra) 6/10
Kissing Jessica Stein (Herman-Wurmfeld) 6,5/10
Whiplash (Chazelle) 7/10
Session 9 (Anderson) 6/10
Kingsman (Vaughn) 5/10
Les Communiants (Bergman) 6,5/10
Invasion USA (Zito) 6,5/10
Carve Her Name With Pride (Gilbert) 3/10
The Cobbler (McCarthy) 6/10
Rosewood Lane (Salva) 6,5/10
Foxcatcher (Miller) 5,5/10
The Gambler (Reisz) 8/10
The Best Exotic Marygold Hotel (Madden) 6/10
Fastlife (Ngijol) 4,5/10
Belle (Asante) 6,5/10

Révisions:

Mandingo (Fleischer) 7/10 (+)
It Follows (Robert Mitchell) 7/10 (=)
Hulk (Lee) 6,5/10
Annie Hall (Allen) 6,5/10
Moon (Jones) 6/10 (--)
Prometheus (Scott) 4,5/10 (---)
2012 (Emmerich) 4,5/10
Another Earth (Cahill) 6,5/10
L'Homme Bicentenaire (Columbus) 6/10
Dernière édition par AtCloseRange le 30 juin 15, 13:28, édité 25 fois.
Image

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13027
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Votre film du mois de Juin 2015

Messagepar Demi-Lune » 1 juin 15, 11:45

FILM DU MOIS DE JUIN 2015

Image

FILMS DÉCOUVERTS OU REDÉCOUVERTS

    Vice-versa (Pete Docter & Ronnie Del Carmen, 2015) Image
    Fahrenheit 451 (François Truffaut, 1966) Image
    Michael Kohlhaas (Arnaud des Pallières, 2013) Image
    Naissance des pieuvres (Céline Sciamma, 2007) Image
    Laurence anyways (Xavier Dolan, 2012) Image
    Le conte des contes (Matteo Garrone, 2015) Image
    Les chemins de la liberté (Peter Weir, 2010) Image
    David et Lisa (Frank Perry, 1962) Image
    Agent X 27 (Josef Von Sternberg, 1931) Image
    Ghost world (Terry Zwigoff, 2001) Image
    Le solitaire (Michael Mann, 1981) Image
    Paris blues (Martin Ritt, 1961) Image
    Frances Ha (Noah Baumbach, 2012) Image
    Peggy Sue s'est mariée (Francis Ford Coppola, 1986) Image
    Les combattants (Thomas Cailley, 2014) Image
    Sidewalk stories (Charles Lane, 1989) Image
    Oslo, 31 août (Joachim Trier, 2011) Image
    Irréversible (Gaspar Noé, 2002) Image
    Amer (Hélène Cattet & Bruno Forzani, 2009) Image
    Le poison (Billy Wilder, 1945) Image
    Honkytonk man (Clint Eastwood, 1982) Image
    Aux sources du Nil (Bob Rafelson, 1990) Image
    Fool for love (Robert Altman, 1985) Image
    Damsels in distress (Whit Stillman, 2011) Image
    Dommage qu'elle soit une putain (Giuseppe Patroni Griffi, 1971) Image
    Anything else, la vie et tout le reste (Woody Allen, 2002) Image
    La bataille de la montagne du Tigre (Tsui Hark, 2014) Image
    Contes cruels de la jeunesse (Nagisa Oshima, 1960) Image

FILMS REVUS

    Marie-Antoinette (Sofia Coppola, 2006) Image
    Let's get lost (Bruce Weber, 1988) Image
    Kingdom of heaven, director's cut (Ridley Scott, 2005) Image
    Munich (Steven Spielberg, 2005) Image
    Vincent, François, Paul... et les autres (Claude Sautet, 1974) Image
    Et vogue le navire... (Federico Fellini, 1983) Image
    Excalibur (John Boorman, 1981) Image
    Le grand silence (Sergio Corbucci, 1968) Image
    Attache-moi! (Pedro Almodóvar, 1989) Image

Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
août 2009 : Master and Commander (Peter Weir, 2003) ex aequo avec Eternal Sunshine of the spotless mind (Michel Gondry, 2004)
septembre 2009 : Lunes de fiel (Roman Polanski, 1992)
octobre 2009 : Les Frissons de l'angoisse (Dario Argento, 1975) ex aequo avec 12 Hommes en colère (Sidney Lumet, 1957)
novembre 2009 : Entre le Ciel et l'Enfer (Akira Kurosawa, 1963)
décembre 2009 : Ring (Hideo Nakata, 1997)
janvier 2010 : Le Syndrome de Stendhal (Dario Argento, 1996) ex aequo avec Inglourious Basterds (Quentin Tarantino, 2009)
février 2010 : The Cotton Club (Francis Ford Coppola, 1984). Prix spécial : Délivrance (John Boorman, 1972)
mars 2010 : Les Sept Samouraïs (Akira Kurosawa, 1954)
avril 2010 : Ratatouille (Brad Bird, 2007). Prix spécial pour La Bataille d'Alger (Gillo Pontecorvo, 1966) et Zombie (George Romero, 1978)
mai 2010 : Quand passent les cigognes (Mikhaïl Kalatozov, 1958)
juin 2010 : Le Mépris (Jean-Luc Godard, 1963)
juillet 2010 : Inception (Christopher Nolan, 2010) ex aequo avec Les Demoiselles de Rochefort (Jacques Demy, 1967)
août 2010 : La Reine Margot (Patrice Chéreau, 1994)
septembre 2010 : Le Voyeur (Michael Powell, 1960) ex aequo avec Memories of Murder (Bong Joon-ho, 2003)
octobre 2010 : Écrit sur du vent (Douglas Sirk, 1956)
novembre 2010 : Lolita (Stanley Kubrick, 1962)
décembre 2010 : Les Chaussons rouges (Michael Powell & Emeric Pressburger, 1948) ex aequo avec Le Pont de la rivière Kwaï (David Lean, 1957)
janvier 2011 : Pas de printemps pour Marnie (Alfred Hitchcock, 1964)
février 2011 : La Rumeur (William Wyler, 1961)
mars 2011 : Blue Velvet (David Lynch, 1986) ex aequo avec A la poursuite d'Octobre Rouge (John McTiernan, 1990). Prix spécial : TRON (Steven Lisberger, 1982)
avril 2011 : La Règle du jeu (Jean Renoir, 1939)
mai 2011 : Le Guépard (Luchino Visconti, 1963)
juin 2011 : The Tree of Life (Terrence Malick, 2011)
juillet 2011 : Ludwig ou le Crépuscule des dieux (Luchino Visconti, 1972) ex aequo avec Trop belle pour toi (Bertrand Blier, 1989)
août 2011 : L'Armée des Ombres (Jean-Pierre Melville, 1969) ex aequo avec Cure (Kiyoshi Kurosawa, 1997) ex aequo avec L'année dernière à Marienbad (Alain Resnais, 1961)
septembre 2011 : Do the right thing (Spike Lee, 1989)
octobre 2011 : Le Narcisse Noir (Michael Powell & Emeric Pressburger, 1947). Prix spécial pour The Artist (Michel Hazanavicius, 2011) et Melancholia (Lars Von Trier, 2011)
novembre 2011 : Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne (Steven Spielberg, 2011)
décembre 2011 : La Fille de Ryan (David Lean, 1970). Prix spécial pour Mission : Impossible, Protocole Fantôme (Brad Bird, 2011)
janvier 2012 : Metropolis, version longue (Fritz Lang, 1927) ex aequo avec Les Parapluies de Cherbourg (Jacques Demy, 1964) ex aequo avec La Chute de l'Empire romain (Anthony Mann, 1964)
février 2012 : Octobre (Sergueï Mikhaïlovitch Eisenstein, 1928)
mars 2012 : La lettre inachevée (Mikhaïl Kalatozov, 1959) ex aequo avec Tootsie (Sydney Pollack, 1982) ex aequo avec Dressé pour tuer (Samuel Fuller, 1982)
avril 2012 : Les Nibelungen (Fritz Lang, 1924)
mai 2012 : Guerre et Paix (Sergueï Bondartchouk, 1967)
juin 2012 : Cinéma Paradiso (Giuseppe Tornatore, 1989) ex aequo avec La Dolce Vita (Federico Fellini, 1960)
juillet 2012 : Soy Cuba (Mikhaïl Kalatozov, 1964) ex aequo avec Kwaïdan (Masaki Kobayashi, 1964). Prix spécial pour Phase IV (Saul Bass, 1974)
août 2012 : L'Enfer blanc du Piz Palü (Arnold Fanck & G. W. Pabst, 1929) ex aequo avec Pink Floyd The Wall (Alan Parker, 1982) ex aequo avec To be or not to be (Ernst Lubitsch, 1942) ex aequo avec Le Rayon vert (Éric Rohmer, 1986)
septembre 2012 : Hiroshima mon amour (Alain Resnais, 1959)
octobre 2012 : La Belle et la Bête (Jean Cocteau, 1946) ex aequo avec L'Enfer d'Henri-Georges Clouzot (Serge Bromberg, 2008)
novembre 2012 : Beau-père (Bertrand Blier, 1981)
décembre 2012 : Napoléon (Abel Gance, 1927). Prix spécial pour Drôle de frimousse (Stanley Donen, 1957) et Un Américain à Paris (Vincente Minnelli, 1951)
janvier 2013 : Les enfants d'Hiroshima (Kaneto Shindo, 1952) ex aequo avec Chantons sous la pluie (Stanley Donen & Gene Kelly, 1952), L'Incompris (Luigi Comencini, 1966) et Zero Dark Thirty (Kathryn Bigelow, 2012)
février 2013 : Lincoln (Steven Spielberg, 2012). Prix spécial pour Le voleur de bicyclette (Vittorio De Sica, 1948) et les chorégraphies de Busby Berkeley
mars 2013 : The shop around the corner (Ernst Lubitsch, 1940) ex aequo avec A la Merveille (Terrence Malick, 2012)
avril 2013 : Solitude (Paul Fejos, 1928) ex aequo avec La symphonie nuptiale (Erich von Stroheim, 1928)
mai 2013 : Le conformiste (Bernardo Bertolucci, 1970)
juin 2013 : Le passé (Asghar Farhadi, 2013). Prix spécial pour Le silence de la mer (Jean-Pierre Melville, 1947), Ordet (Carl Theodor Dreyer, 1955) et Une journée particulière (Ettore Scola, 1977)
juillet 2013 : Point limite (Sidney Lumet, 1964) ex aequo avec Que viva Mexico ! (Sergueï Mikhaïlovich Eisenstein, 1931). Prix spécial pour Dura lex (Lev Koulechov, 1926)
août 2013 : Miracle en Alabama (Arthur Penn, 1962) ex aequo avec L'innocent (Luchino Visconti, 1976). Prix spécial pour Une autre femme (Woody Allen, 1988), Un cœur en hiver (Claude Sautet, 1992) et Kramer contre Kramer (Robert Benton, 1979)
septembre 2013 : Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman, 1973). Prix spécial pour La source (Ingmar Bergman, 1960)
octobre 2013 : Le chat (Pierre Granier-Deferre, 1971). Prix spécial pour Incendies (Denis Villeneuve, 2010)
novembre 2013 : Fanny et Alexandre (Ingmar Bergman, 1982) ex aequo avec The immigrant (James Gray, 2013)
décembre 2013 : La peau (Liliana Cavani, 1981). Prix spécial pour Un homme parmi les loups (Carroll Ballard, 1983) et La femme défendue (Philippe Harel, 1997)
janvier 2014 : Le loup de Wall Street (Martin Scorsese, 2013) ex aequo avec Koyaanisqatsi (Godfrey Reggio, 1982)
février 2014 : The Grand Budapest Hotel (Wes Anderson, 2014)
mars 2014 : Le dossier 51 (Michel Deville, 1978). Prix spécial pour L'aveu (Costa-Gavras, 1970), Meshes of the afternoon (Maya Deren, 1943), Trois femmes (Robert Altman, 1977) & Pharaon (Jerzy Kawalerowicz, 1966)
avril 2014 : Le convoi de la peur (William Friedkin, 1977)
mai 2014 : Maîtresse (Barbet Schroeder, 1975)
juin 2014 : Amour (Michael Haneke, 2012)
juillet 2014 : Salò ou les 120 journées de Sodome (Pier Paolo Pasolini, 1975) ex aequo avec Stalker (Andreï Tarkovski, 1979). Prix spécial pour La montagne sacrée (Alejandro Jodorowsky, 1973)
août 2014 : L’œuf de l'ange (Mamoru Oshii, 1985)
septembre 2014 : Les moissons du ciel (Terrence Malick, 1978)
octobre 2014 : La maman et la putain (Jean Eustache, 1973)
novembre 2014 : Deux jours, une nuit (Jean-Pierre & Luc Dardenne, 2014) ex aequo avec La couleur de la grenade (Sergueï Paradjanov, 1968)
décembre 2014 : Les enfants loups, Ame et Yuki (Mamoru Hosoda, 2012)
janvier 2015 : Le chagrin et la pitié (Marcel Ophuls, 1969)
février 2015 : Suzanne Simonin, la Religieuse de Diderot (Jacques Rivette, 1966)
mars 2015 : Before midnight (Richard Linklater, 2013). Prix spécial pour The baby of Mâcon (Peter Greenaway, 1993)
avril 2015 : L'avventura (Michelangelo Antonioni, 1960)
mai 2015 : Let's get lost (Bruce Weber, 1988)
Dernière édition par Demi-Lune le 3 juil. 15, 15:16, édité 30 fois.

Avatar de l’utilisateur
Thaddeus
Ewok on the wild side
Messages : 5183
Inscription : 16 févr. 07, 22:49
Localisation : 1612 Havenhurst

Re: Votre film du mois de Juin 2015

Messagepar Thaddeus » 1 juin 15, 12:07

Juin 2015


Image



La tragédie d’un homme ridicule (Bernardo Bertolucci, 1981)
Ridicule, ce patron d’une fromagerie émilienne ? Pitoyable serait plus exact. Sa femme n’est qu’une tendre étrangère, séparée de lui par la classe sociale. Son fils joue au révolutionnaire et le méprise gentiment. Un jour, le garçon est kidnappé sous ses yeux. Mais n’aurait-il pas lui-même simulé son enlèvement ? Ou est-il au contraire vraiment mort, comme l’affirment les deux amis qui servent d’intermédiaires avec les Brigades rouges ? Bertolucci fait dans le flou d’intentions : une pincée de désarroi politique au sortir des années de plomb, un doigt de conflit des générations, une louchée d’incertitude psychologique et d’auto-diagnostic. Faute de propos fort et de ligne cohérente, son film vaguement bouffon s’enlise dans des images froides, sans mystère, et ne suscite qu’une douce somnolence. 3/6

La grande dame d’un jour (Frank Capra, 1933)
Le film débute dans un climat social de crise économique, mobilise une galerie de personnages désabusés et miséreux, une sorte de cour des miracles qui n’est pas sans rappeler l’atmosphère des films de Chaplin. Mécanisme de mélodrame populaire que Capra, déjà fidèle à lui-même, fait glisser vers le conte moderne à la Cendrillon, avec un truand dandy en guise de bonne fée. Car la supercherie entreprise par ces petits gangsters en tous genres pour transformer une déclassée en belle dame mondaine n’est pas qu’un jeu sur les apparences et les convenances, ni qu’un pari de plus, une escroquerie suprême à réaliser aux dépens du système. C’est surtout la traduction d’un élan collectif qui oppose les vertus de la générosité aux logiques de l’ordre et de l’argent. La fable est assez charmante. 4/6

L’exorciste 2 : l’hérétique (John Boorman, 1977)
Si l’on peut lui reprocher un certain nombre de choses, il est indéniable que le cinéaste a transformé cette commande en une œuvre personnelle, imperméable aux effets de mode comme aux béquilles attendues. Les vieux souvenirs africains croisent ceux, américains, de la jeune exorcisée ; les gratte-ciels de New York débouche sur les pitons rocheux d’Éthiopie ; la palette ocre des séquences aborigènes se confronte aux tons métalliques de la cité moderne. Abandonnant le climat cauchemardesque du premier volet, Boorman cherche ainsi à réconcilier magie et science au cœur de ce continent des origines où réside le secret d’une synthèse vitale. Le formulation brouillonne du propos, le ridicule de certains effets, le rythme approximatif du récit plombent hélas considérablement ces belles intentions. 3/6

Une femme douce (Robert Bresson, 1969)
Une fenêtre ouverte, une écharpe qui tombe en volant, le bruit d’un choc violent : une jeune femme vient de se suicider. Auprès de son corps sans vie, son mari raconte en flashback la manière dont il l’a enfermée dans un système de valeurs étriquées et d’exigences médiocres. Pour la première fois, Bresson livre un commentaire sur l’état de la société, les pratiques de ses contemporains entre week-ends à la campagne, musique populaire, cinéma de consommation. Mais son film-essai, adapté de Dostoïevski, fait surtout le drame d’une possession, analyse le silence et l’incompréhension s’instaurant dans un couple dominé par un homme bourreau mais non coupable. Il arrive que la résignation souffrante de Dominique Sanda, avec sa pâleur évanescente de noyée au fil de l’eau, touche (un peu). 3/6

La fille de nulle part (Jean-Claude Brisseau, 2012)
Une caméra montée sur poussette, un appartement trop grand pour lui, une fraîche actrice en incarnation de la féminité contemporaine et sa propre présence de comédien (très limité) : avec ces quelques éléments, Brisseau livre un film totalement fauché qui se fonde sur les seules vertus d’une inspiration sincère mais vacillante. La mort en est le sujet, la rencontre de deux solitudes qui s’entraident mutuellement aussi, adage cheap où le désir se tripote difficilement sur l’écran, grêlé de scories philosophiques. Pas évident de savoir si le cinéaste bande mou ou si ce précipité mi-merveilleux mi-ahuri de spiritualité naïve et de chamanisme de Prisunic (avec apparitions de fantômes "rigolotes" à la clé) atteint une vraie forme de grâce et d’apaisement. Dans le doute, une note moyenne s’impose. 3/6

Un goût de miel (Tony Richardson, 1961)
Un véritable nid de pie sur la tête, le nez en pied de marmite et la bouche fendue jusqu’aux oreilles : voilà Jo, son quotidien précaire enchaîné au bas de l’échelle sociale. Elle s’éprend d’un marin noir qui l’engrosse avant de la quitter – premier contre-pied aux conventions. Elle se lie d’amitié avec un jeune homosexuel aussi paumé qu’elle – deuxième pied-de-nez. Richardson filme ses menus espoirs, ses élans de révolte et son inexorable résignation dans les rues ternes, au bord des canaux de Manchester, avec son atmosphère de suie, ses gamins crasseux et chantants, ses laissés-pour-compte animés d’un fatalisme tranquille. La chronique de la marge sociale a beau broyer du noir, elle évite tous les clichés mélodramatiques, et son ton enlevé, guilleret, jamais misérabiliste, délivre un charme constant. 4/6

Comme un avion (Bruno Podalydès, 2015)
Jamais peut-être la propension de Podalydès au vagabondage, à l’épicurisme tranquille, à la satisfaction des marottes les moins grandioses, se sera autant épanouie qu’ici. Avec son physique de Chabat débonnaire, foncièrement sympathique, l’acteur-cinéaste offre une mini-odyssée au fil de l’eau, stagnant sur presque toute sa longueur dans un havre de paix duquel, consciemment ou non, il a le plus grand mal à décoller – pour son plus grand plaisir. Déclinant sur un registre moins grinçant le périple vacancier de Liberté-Oléron, il exalte l’ivresse d’un burlesque rêveur, la douceur de la paresse, la présence délectable des arbres, des filles et du vin. Il arrive que le récit patine un peu dans sa deuxième partie, mais la poésie lunaire et la désopilante humeur de l’ensemble garantit le rire et le bien-être. 4/6

L’homme blessé (Patrice Chéreau, 1983)
D’une certaine manière, ce film est aux années 80 ce que le Théorème de Pasolini était à la fin des années 60 : même histoire de gens très ordinaires foudroyés par un regard, un corps, une étreinte, et qui sortent brusquement d’eux-mêmes pour révéler au monde que l’enfer et le paradis, c’est ici et maintenant. Incidemment, il nous dit aussi que la chair est triste, que tout est souffrance, que les tourments de la famille, de l’enfermement, du dévouement brutal à un être-ange (ou démon) convergent toujours vers des murs invisibles, des lieux condamnés, une mort forcément tragique. Analyse crue et glauque d’une passion dévorante, irrationnelle, l’œuvre est d’une radicalité sans compromis, mais sa complaisance pour les toilettes de gare, les amours cradingues et le voyeurisme sexuel peut fatiguer. 4/6

La mariée était en noir (François Truffaut, 1967)
Les intrigues policières ont toujours été pour Truffaut des véhicules tout trouvés à l’entêtement obsessionnel de ses personnages. Le cinéaste utilise ici le roman d’Irish comme tremplin, pour mieux apprivoiser dans ses meilleurs moments une poésie extravagante à la Cocteau. Mais le mariage n’est pas totalement abouti, car ses intentions de faire un film extravagant, irréaliste, butent sur la froideur d’une narration calculée dont la structure épisodique n’entretient pas toujours un intérêt constant. Pour le plaisir des numéros d’acteurs, dont la verve contraste avec l’impassibilité quasi marmoréenne de Jeanne Moreau en statue vengeresse, pour la singularité d’un ton étrangement cynique qui refuse tout apitoiement, le film maintient cependant bien plus qu’une attention polie. 4/6

Vendredi soir (Claire Denis, 2002)
Ce serait dans l’œuvre radicale de Denis comme une échappée belle, un entracte de douceur légère, de ces films qui ont l’air d’avoir été rêvés plutôt que vus, comme suspendus à un fil de soie. Cela se passe un soir d’hiver dans Paris embouteillé par des grèves paralysantes. Un crépuscule qui flotte, une mélodie qui enveloppe, un brouhaha bruissant de mille vies lointaines, autant de choses difficilement exprimables que la mise en scène, sensualiste et tactile, parvient à rendre tangibles. Et dans l’espace confiné d’une voiture, champ clos de toute les tentations, s’amorce une passion muette entre Valérie Lemercier, silencieuse, impalpable, et Vincent Lindon, viril et désirable. Pas de psychologie, pas d’explication, rien que le plaisir sans avenir. C’est peut-être la limite du film, c’est aussi sa qualité. 4/6

La cité des femmes (Federico Fellini, 1980)
La femme selon Fellini est à l’image de son cinéma : multiforme, insaisissable, bouffonne, orgiaque, occupant tout le spectre qui court de la sainte à la putain. Femmes-fleurs, femmes-plantes, femmes-vampires, femmes-oiseaux si l’on voit voir ici leur exaltation. Grognasses, furies, ventrues, monstresses, pétroleuses, excitées, fessues étouffant le mâle si l’on ne veut y lire qu’un pamphlet antiféministe. En vérité le cinéaste ne délivre aucun message, son continent est plus indéchiffrable que jamais, uniquement régi par les rêveries, l’égarement, les divagations, et il convient encore de s’abandonner à la profusion, à la redondance contrôlée, aux explosions d’images, d’obsessions, d’idées, de couleurs… bref, à toute la pâte d’un artiste dont le talent désordonné flamboie sans peur de l’outrance et du mauvais goût. 4/6

Snake eyes (Abel Ferrara, 1993)
Au premier plan, le film très Actors’studio que tourne un réalisateur tourmenté par ses interrogations existentielles. Au deuxième, l’affrontement de ses stars, au troisième, les problèmes dudit réalisateur avec sa femme. Au quatrième (hypothétique), ceux de Ferrara avec la sienne. C’est donc un bel exercice des poupées russes emberlificotées, une sorte d’Opening Night un peu trash filmant, près de l’autobiographie, les scènes musclées de la vie conjugale. Un peu lourdement mais non sans force ni sincérité, le cinéaste cherche à montrer que toute solution de continuité s’abolit entre la matière de la fiction et celle vivante sur laquelle il travaille. Il sort même parfois de ce film "au travail", de cet objet non fini, de cette chronique de l’autodestruction, comme un certain vertige, une infernale odeur de soufre. 4/6

Vice versa (Pete Docter & Ronaldo Del Carmen, 2015)
On pouvait penser que Pixar avait atteint des sommets indépassables. Premier commandement : tu ne douteras jamais de ses capacités à aller toujours plus haut et plus loin, à faire toujours plus fou et plus fort. Car en racontant comment une jeune fille, habitée par une équipe de neurones en poil de moquette, glisse soudain de l’insouciance à la dépression, Docter accouche d’un mélo cérébral proprement vertigineux, dont l’affolement théorique le dispute à une sidérante profusion figurative. Comme d’habitude avec le studio, grandir devient une tragédie intime, la drôlerie la plus échevelée est indissociable de la naissance de la mélancolie, et les bouleversements qui régissent l’âge critique du passage à l’adolescence sont transcendés par la puissance thérapeutique du cinéma d’animation. L’émerveillement est absolu et l’émotion sans limite. 6/6

Trapèze (Carol Reed, 1956)
Le cirque, son directeur capricieux, ses acrobates voltigeurs, ses lions, ours et girafes, ses dresseurs, jongleurs et écuyères : milieu toujours spectaculairement exotique, dans lequel naît ici une amitié entre deux trapézistes. Le schéma est vieux comme le monde, qui voit un bourlingueur bourru, ancienne gloire blessée en quête de rachat, prendre sous son aile un jeune casse-cou qui l’admire, avant que l’amour d’une incendiaire acrobate ne vienne compromettre leur belle harmonie. Reed tire une certaine cinégénie de son drame forain (voltiges aériennes et plans vertigineux à l’appui), formule au passage deux-trois choses pas sottes sur l’ambition déçue et le prix de la réussite, et glisse en loucedé un sous-texte gay-friendly qui donne un peu de relief à l’efficacité tranquille de l’ensemble. 4/6

Judex (Georges Franju, 1963)
Judex, c’est le redresseur de torts, le cœur d’Ivanhoé dans le costume de Zorro, le vengeur de la veuve et de l’orphelin, doué d’ubiquité, de clairvoyance et de prestidigitation. En théorie, le suivre dans ses aventures revient à accepter de se laisser entraîner dans un wonderland début de siècle, avec ombres de Fantômas, infirmières sadiques et banquier véreux. Le gros souci, c’est que le feuilleton populaire de Franju est plombé par un désespérant manque d’imagination visuelle, qu’il se traîne sur un rythme rachitique de péripéties improbables en rebondissements gentiment ridicules, et que sa raideur monolithique annihile à peu près toute la fantaisie qu’il semble rechercher. Aujourd’hui, le film sent méchamment la naphtaline, à l’image du simili-Alain Cuny qui lui sert d’acteur principal. 2/6

Les maraudeurs attaquent (Samuel Fuller, 1961)
Vétéran de la Seconde Guerre mondiale, Fuller nourrit le film de guerre de son expérience concrète : l’attente angoissée avant l’assaut, l’harassante progression des colonnes dans la jungle, le goût amer du baroud, les nerfs à vif, le corps qui flanche, la dysenterie, le soulagement toujours repoussé de la permission… Il reprend le modèle d’Aventures en Birmanie de Walsh et, retraçant la progression authentique de l’unité du général Merrill contre les lignes japonaises, emballe un récit sans fioritures, assez fonctionnel et prévisible dans ses mécanismes, mais dont le souci de réalisme achoppe sur un discours (volontiers ?) ambigu : entre la dénonciation des horreurs du conflit et l’exaltation un brin douteuse du dépassement de soi au nom de la grande armée yankee, le film ne tranche pas. 4/6

Arabesque (Stanley Donen, 1966)
Dès les spirales monochromes et les dessins géométriques du générique de Maurice Binder, on comprend que le couvert de Charade est remis, avec au menu pastiche d’espionnage, duo de charme lancé dans une rocambolesque aventure, intrigue aux petits oignons accumulant chausse-trappes, faux-semblants et coups de théâtre. La cuisine est aussi relevée, son dosage peut-être plus savoureux encore. Sur un rythme trépidant, le divertissement s’offre un exercice de haute virtuosité qui multiplie optiques extravagantes et perspectives déformées, surimpressions et images floues, jeux de reflets et lumières irisées à la croisée des swinging sixties et des débuts du psychédélisme, qui nous balade entre les apparences et les identités et affole les curseurs d’élégance, de malice et de glamour. Un régal. 5/6

Le ciel est à vous (Jean Grémillon, 1944)
Grémillon a beau s’inspirer de l’exploit authentique d’Andrée Dupeyron, épouse d’un garagiste qui battit en 1937 le record féminin de vol en ligne droite, l’aviation ne reste pour lui qu’un prétexte. Il ne cherche pas à glorifier l’esprit d’aventure, seulement à montrer qu’il convient de posséder une foi hors de soi-même. Le sujet est édifiant, mais la grandeur du film tient à son ton anti-épique, à son approche du quotidien, à sa profonde sympathie pour les natures fortes, défiant le cours du destin même si celui-ci a raison de leur obstination. Annonçant un néoréalisme à la française, parlant en claire parabole du Front populaire défunt et de la victoire à venir, il donne à éprouver la tension invisible entre le matériel et le spirituel et offre un beau rôle à Madeleine Renaud, vibrante, touchante, exaltée. 5/6

L’enfant secret (Philippe Garrel, 1979)
Une fois de plus, il n’y a pas de juste milieu, aucune tiédeur possible pour parler de l’œuvre secrète (et gonflante) de Garrel, cet enfant du siècle. Quand l’on accroche pas, il faut s’accrocher pour ne pas décrocher. Pas de technique, un minimalisme radical qui tend vers le cinéma muet (l’expressivité en moins), souffre d’être faux et n’est jamais moins éloquent que lorsqu’il ouvre la bouche. Pas de sujet non plus sinon l’amour, pas vraiment beau ni vraiment aimable, plutôt blessant, douloureux, et qui pousse les êtres à se regarder en souffrant, résignés, malheureux, inadaptés. Un mot pourrait décrire ce cinéma exsangue et doloriste : la morosité. Une image pourrait lui convenir : celle de la mélodie jouée par un pianiste à trois doigts, et que plus rien n’empêche désormais de jouer avec les pieds. 2/6


Et aussi :

Ex machina (Alex Garland, 2015) - 3/6
Mustang (Deniz Gamze Ergüven, 2015) - 5/6
Les mille et une nuits - Volume 1 : L'inquiet (Miguel Gomes, 2015) - 4/6


Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Mai 2015 - Deep end (Jerzy Skolimowski, 1970)
Avril 2015Blue collar (Paul Schrader, 1978)
Mars 2015 - Pandora (Albert Lewin, 1951)
Février 2015 - La femme modèle (Vincente Minnelli, 1957)
Janvier 2015 - Aventures en Birmanie (Raoul Walsh, 1945)
Décembre 2014 - Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (Elio Petri, 1970)
Novembre 2014 - Lifeboat (Alfred Hitchcock, 1944)
Octobre 2014 - Zardoz (John Boorman, 1974)
Septembre 2014 - Un, deux, trois (Billy Wilder, 1961)
Août 2014 - Le prix d'un homme (Lindsay Anderson, 1963)
Juillet 2014 - Le soleil brille pour tout le monde (John Ford, 1953)
Juin 2014 - Bird people (Pascale Ferran, 2014)
Mai 2014 - Léon Morin, prêtre (Jean-Piere Melville, 1961) Top 100
Avril 2014L’homme d’Aran (Robert Flaherty, 1934)
Mars 2014 - Terre en transe (Glauber Rocha, 1967)
Février 2014 - Minnie et Moskowitz (John Cassavetes, 1971)
Janvier 2014 - 12 years a slave (Steve McQueen, 2013)
Décembre 2013 - La jalousie (Philippe Garrel, 2013)
Novembre 2013 - Elle et lui (Leo McCarey, 1957)
Octobre 2013 - L'arbre aux sabots (Ermanno Olmi, 1978)
Septembre 2013 - Blue Jasmine (Woody Allen, 2013)
Août 2013 - La randonnée (Nicolas Roeg, 1971) Top 100
Juillet 2013 - Le monde d'Apu (Satyajit Ray, 1959)
Juin 2013 - Choses secrètes (Jean-Claude Brisseau, 2002)
Mai 2013 - Mud (Jeff Nichols, 2012)
Avril 2013 - Les espions (Fritz Lang, 1928)
Mars 2013 - Chronique d'un été (Jean Rouch & Edgar Morin, 1961)
Février 2013 - Le salon de musique (Satyajit Ray, 1958)
Janvier 2013 - L'heure suprême (Frank Borzage, 1927) Top 100
Décembre 2012 - Tabou (Miguel Gomes, 2012)
Novembre 2012 - Mark Dixon, détective (Otto Preminger, 1950)
Octobre 2012 - Point limite (Sidney Lumet, 1964)
Septembre 2012 - Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman, 1973)
Août 2012 - Barberousse (Akira Kurosawa, 1965) Top 100
Juillet 2012 - Que le spectacle commence ! (Bob Fosse, 1979)
Juin 2012 - Pique-nique à Hanging Rock (Peter Weir, 1975)
Mai 2012 - Moonrise kingdom (Wes Anderson, 2012)
Avril 2012 - Seuls les anges ont des ailes (Howard Hawks, 1939) Top 100
Mars 2012 - L'intendant Sansho (Kenji Mizoguchi, 1954)
Février 2012 - L'ombre d'un doute (Alfred Hitchcock, 1943)
Janvier 2012 - Brève rencontre (David Lean, 1945)
Décembre 2011 - Je t'aime, je t'aime (Alain Resnais, 1968)
Novembre 2011 - L'homme à la caméra (Dziga Vertov, 1929) Top 100 & L'incompris (Luigi Comencini, 1967) Top 100
Octobre 2011 - Georgia (Arthur Penn, 1981)
Septembre 2011 - Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu, 1953)
Août 2011 - Super 8 (J.J. Abrams, 2011)
Juillet 2011 - L'ami de mon amie (Éric Rohmer, 1987)
Dernière édition par Thaddeus le 30 juin 15, 09:41, édité 9 fois.

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Votre film du mois de Juin 2015

Messagepar Federico » 1 juin 15, 12:17

FILM(S) DU MOIS


Image



Films découverts

This must be the place (2011, Paolo Sorrentino) 5,5/10 Il m'a fallut un certain temps pour me faire à Sean Penn en Robert Smith arthritique et bien plus pour supporter les effets publicitaires de caméra. C'est malgré tout pas si mal même si un Jarmush des grands jours ou un Van Sant en auraient tiré bien mieux.

Le dernier rivage (On the beach, 1959, Stanley Kramer) 5/10 De bons interprètes et quelques beaux moments mais globalement trop long, bavard et sentimentaliste. Plus grave : ne pas éprouver 1/100 de la sensation de fin imminente de Point limite, l'étalon-plutonium du genre.

Ce sacré grand-père (1968, Jacques Poitrenaud) 4/10 Petit film qui ne méritait pas la restauration 2K (même si elle permet d'admirer les agates de Marie Dubois) mais qui vaut mieux que Le bonheur de Varda dans le genre roman-photo de jeunes citadins à la cambrousse. Et puis il y a le très simple mais lumineux thème de Gainsbourg/Colombier.

F comme Flint (In like Flint, 1967, Gordon Douglas) 2,5/10 Séquelle totalement inutile, bétifiante (Coburn parle le dauphin, Lee J. Cobb fait un numéro de travelo :shock: ) et dénuée du moindre rythme.

Gang de requins (Shark tale, 2004, Éric Bergeron, Vicky Jenson & Rob Letterman) Animation 2/10 Où les limites supportables de l'anthropomorphisme sont largement dépassées. Pas grand chose à sauver. En comparaison, Le monde de Nemo, qui m'avait pourtant bien fait bailler est un joyau de l'animation.

Halal police d'État (2011, Rachid Dhibou) 1/10 J'aime pourtant bien ces deux andouilles mais au bout de 10mn, j'en pouvais plus. On dirait du mauvais Jerry Lewis sauf que lui au moins soignait l'emballage. Là, c'est laid à faire peur.

Santo et Blue Demon contre Dracula et le loup-garou (Santo y Blue Demon contra Drácula y el hombre lobo, 1973, Miguel M. Delgado) 1/10 Le scénario a l'épaisseur d'une pelure de chorizo et les interprètes jouent comme des saucisses (sans parler des inter-minables combats de catch). Du mégatarte super-couillon avec chauve-souris edwoodienne et blondasses cuissues mais, pour rester dans la case Trash d'Arte, une malédiction un peu moins pire que celle de la momie aztèque.

La malédiction de la momie aztèque (La maldición de la momia azteca, 1957, Rafael Portillo) 0,5/10 En-dessous du piteux. Même pas le moindre ixième degré à se mettre sous la dent. Du cinoche pour marmots non sevrés.


Films revus

Les mains d'Orlac (Mad love, 1935, Karl Freund) 5,5/10 Freund fut un bien meilleur chef op' que metteur en scène. Ce classique un peu surévalué et au jeu daté vaut cependant pour quelques grands moments bizarres et baroques (l'exécution de Rollo et sa fausse ré-apparition). Le même scénario confié à Browning aurait pu donner un joyau.

La conquête de l'espace (Conquest of space, 1955, Byron Haskin) 4/10 Seules quelques séquences d'une réelle poésie plastique (et certainement davantage dues à Pal qu'à Haskin) sauvent ce nanar spatial empesé de bondieuseries et d'enfantillages.

Casino Royale (1967, Val Guest, Kenneth Hughes, John Huston, Joseph McGrath & Robert Parrish) 2,5/10 Parodie poussive, fatigante et trop chiche en bons moments (Deborah Kerr, Woody Allen...). Pour une fois les copies (Austin Powers) seront bien supérieures à l'original.


Séries TV

Documentaires

Courts-métrages

The Master's Voice : Caveirão (2013, Guilherme Marcondes) Animation 5,5/10 Un Roger Rabbit panthéiste, carnavalesque et sous acide. Techniquement impecc'. Scénaristiquement et esthétiquement moyen (je suis allergique à cette colorimétrie "jeanpierrejaunâtre"). J'avais bien plus apprécié Tyger.


FILMS D'EMOI
Spoiler (cliquez pour afficher)
Avril 2012 : La cible (Targets - 1968 - Peter Bogdanovich)
Mai 2012 : Point Limite (Fail Safe - 1964 - Sidney Lumet)
Juin 2012 : Stolen Holiday (1937 - Michael Curtiz)
Juillet 2012 : Un homme de coeur (The Good Heart - 2009 - Dagur Kári)
Août 2012 : Melancholia (2011 - Lars von Trier)
Septembre 2012 : Les flics ne dorment pas la nuit (The New Centurions - 1972 - Richard Fleischer)
Octobre 2012 : Still walking (2008 - Kore-eda Hirokazu)
Novembre 2012 : Convoi de femmes (Westward the women - 1951 - William A. Wellman)
Décembre 2012 : Quand la ville dort (The asphalt jungle - 1950 - John Huston)
Janvier 2013 : ex aequo Scaramouche (1952 - George Sidney) / Videodrome (1983 - David Cronenberg) / Providence (1977 - Alain Resnais) / La mort aux trousses (North by Northwest - 1959 - Alfred Hitchcock)
Février 2013 : Les sentiments (2003 - Noémie Lvovsky)
Mars 2013 : Une exécution ordinaire (2009 - Marc Dugain)
Avril 2013 : Juno (2007 - Jason Reitman)
Mai 2013 : Martha Marcy May Marlene (2011 - Sean Durkin) & Des hommes et des dieux (2010 - Xavier Beauvois)
Juin 2013 : Appel d'urgence (Miracle Mile - 1988 - Steve De Jarnatt) / Coraline (2009 - Henry Selick) & La Dame de Windsor (1998 - John Madden)
Juillet 2013 : Les bas-fonds new-yorkais (Underworld U.S.A. - 1961 - Samuel Fuller)
Août 2013 : Le dernier nabab (The last tycoon - 1976 - Elia Kazan)
Septembre 2013 : L'enfer de la corruption (Force of evil - 1948 - Abraham Polonsky)
Octobre 2013 : Mind game (Maindo gēmu - 2004 - Masaaki Yuasa) / L'amour l'après-midi (1972 - Éric Rohmer)
Novembre 2013 : La dame et le toréador (Bullfighter and the Lady - 1951 - Budd Boetticher)
Décembre 2013 : Les plus belles années de notre vie (The best years of our lives - 1946 - William Wyler)
Janvier 2014 : Bienvenue chez les Riley (Welcome to the Rileys - 2010 - Jake Scott)
Février 2014 : Carlos (2010 - Olivier Assayas)
Mars 2014 : Big Bang Big Boom (2010 - BLU)
Avril 2014 : Panic sur Florida Beach (Matinee - 1993 - Joe Dante) + Plug & play (2012 - Michael Frei)
Mai 2014 : Oflag 17A, tournage clandestin derrière les barbelés (2012 - Philippe Tourancheau) Documentaire
Juin 2014 : À l'Ouest, rien de nouveau (All quiet on the Western Front - 1930 - Lewis Milestone)
Juillet 2014 : Démineurs (The hurt locker - 2009 - Kathryn Bigelow)
Août 2014 : Tishe! (2002 - Victor Kossakovsky) Documentaire
Septembre 2014 : Billy Budd (1962 - Peter Ustinov)
Octobre 2014 : Our Nixon (2013 - Penny Lane) Documentaire
Novembre 2014 : Ghost world (2001 - Terry Zwigoff)
Décembre 2014 : Les enfants-loups Ame & Yuki (Ookami Kodomo no Ame to Yuki - 2012 - Mamoru Hosoda) & Tonnerre (2013 - Guillaume Brac)
Janvier 2015 : Chuka le redoutable (Chuka - 1967 - Gordon Douglas)
Février 2015 : Other men's women (1931 - William A. Wellman)
Mars 2015 : Le jour où la terre s'arrêta : 1962, la crise des missiles de Cuba (2014 - Sylvain Desmille) Documentaire
Avril 2015 : Police (1985 - Maurice Pialat)
Mai 2015 : The descendants (2011 - Alexander Payne) & L'exercice de l'Etat (2011 - Pierre Schoeller)
Dernière édition par Federico le 30 juil. 15, 11:14, édité 15 fois.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
hellrick
David O. Selznick
Messages : 12472
Inscription : 14 mai 08, 16:24
Liste de DVD
Localisation : Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Votre film du mois de Juin 2015

Messagepar hellrick » 1 juin 15, 12:41

Vice Versa = 9/10 (ciné)
3:10 to Yuma = 9/10 (revu, blu ray)
Impitoyable = 9/10 (revu, dvd)

The Lords of Salem = 8,5/10 (revu, dvd)

Cow Boy = 8/10 (revu, blu ray)
Fast & Furious 6 = 8/10 (revu, blu ray)
Kingdom of Heaven director's cut = 8/10 (revu, blu ray)
Laisse moi entrer = 8/10 (revu, blu ray)
May = 8/10 (revu)
Poltergeist = 8/10 (dvd, revu)

San Andreas = 7,5/10 (ciné)
A la poursuite de demain = 7,5/10 (ciné)
Fast & Furious 5 = 7,5/10 (revu, blu ray)
Le voyage fantastique = 7,5/10 (revu, blu ray)
You're Next! = 7,5/10
Looper = 7,5/10 (revu, blu ray)
The Descent = 7,5/10 (revu)
The Ring = 7,5/10 (revu, dvd)
Jurassic Park 3 = 7,5/10 (revu, dvd)
Detention = 7,5/10 (revu, dvd)
Dernière Maison sur la gauche (remake) = 7,5/10 (revu, dvd)
La Fièvre au corps = 7,5/10 (revu, dvd)
Haute Sécurité (Stallone) = 7,5/10 (revu, dvd)
The Homesman = 7,5/10
Les mariés de l'an deux = 7,5/10 (revu, dvd)
Moi moche et méchant = 7,5/10
Les mains d'Orlac = 7,5/10 (TV)

Le Signe de Zorro (Tyrone Power) = 7/10 (dvd)
La charge de la huitième brigade = 7/10 (dvd)
Rio Grande = 7/10 (dvd, revu)
Insidious = 7/10 (revu, blu ray)
Jurassic World = 7/10 (ciné)
Black death = 7/10 (revu, dvd)
Blade = 7/10 (revu, dvd)
Superman contre Brainiac = 7/10 (dvd)
Réalité = 7/10

World Trade Center = 6,5/10 (blu ray)
Lake Mungo = 6,5/10
Hotel Transylvania = 6,5/10

L'Homme orchestre = 6/10 (TV)
Falcon Rising = 6/10
Sweeney Todd = 6/10 (revu, blu ray)
Resolution = 6/10
Get Hard = 6/10
L'initiation de Rosalie = 6/10 (dvd)
Daylight = 6/10 (revu, TV)

Chappie = 5,5/10

La planète des vampires = 5/10 (dvd, revu)
Gunman = 5/10

It Follows = 4/10
Bon chic bon genre mais salope = 4/10 (dvd)
Starry Eyes = 4/10

Poltergeist 2015 = 3/10
Dernière édition par hellrick le 29 juin 15, 16:44, édité 17 fois.
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Producteur Exécutif
Messages : 7240
Inscription : 10 août 04, 13:48

Re: Votre film du mois de Juin 2015

Messagepar Cathy » 1 juin 15, 14:39

Film du mois



Films découverts, redécouverts ou revus

La flamme qui s'éteint, No sad songs for me (Rudolph Maté) - 8.5/10
Film qui arrive à traiter un sujet mélodramatique sans tomber dans le mélo, on pense même que l'on va traiter un drame de l'adultère. Une jeune femme qui n'a plus que quelques mois a vivre, ne dit rien à son mari. Ce qui aurait pu être larmoyant ne l'est pas, même la mort de l'héroïne sera un moment de sobriété vu qu'on ne la verra pas, que seul un coup de fil le fera comprendre. Margaret Sullavan est comme toujours excellente, Wendell Corey a ce physique atypique qui correspond bien à Monsieur tout le monde, on retrouve aussi la jeune Natalie Wood.

Laissez nous vivre, Let us live -(John Brahm) - 8.5/10
Film assez court (1h07) où Henry Fonda joue déjà un faux coupable, ici condamné à mort. C'est un plaidoyer contre les enquêtes expéditives, les a priori et naturellement la peine de mort avec une fois encore un Henry Fonda révolté qui comme dans Blocus délivre son message, ceci étant de manière moins pesante. Maureen O Sullivan est excellente dans son rôle de jeune femme convaincue de l'innocence de son fiancé tout comme Ralph Bellamy, policier qui veut trouver la vérité. C''est prenant efficace sans temps mort. Jolie découverte.


Stolen Face
(Terence Fisher) - 8/10
Film noir avec la chirurgie esthétique comme toile de fond. Assez court, à peine 1h10, mais qui permet surtout à Lizabeth Scott une double performance en Alice la pianiste concertiste et Lilly l'ancienne détenue que le chirurgien transforme à l'image de son amour déçu. Sans doute est-ce trop court pour confronter les deux femmes et peut-être aurait-on pu en tirer plus. Paul Heinreid prête ses traits à ce chirurgien trop amoureux au point d'oublier sa déontologie. Efficace tout de même.

La seconde femme, The Second Woman (James V. Kern) - 8/10
Thriller à la Rebecca, une femme se souvient d'une maison en ruines, on continue par une tentative de suicide d'un homme et on explore son passé. Est-il paranoïaque ou la victime d'un complot. Robert Young idéal dans ce genre de héros et Betsy Drake en jeune femme, le tout accompagné par du Tchaïkovsky. Petit film traditionnel même si sa conclusion est surprenante d'un point de vue mais bien mené et avec tous les ingrédients du genre, maison sur une colline, mer battue par le vent, héros plus ou moins inquiétant. Efficace.

Piège d'acier, The Steel Trap (Andrew L. Stone) - 8/10
Petit film noir sur un honnête banquier qui décide de faire le casse de sa banque, et s'enfuit avec sa femme. Joseph Cotten et Teresa Wright devenue blonde pour l'occasion sont les deux interprètes de ce film qui repose essentiellement sur eux. Joseph Cotten est de toutes les scènes quasiment. C'est efficace, et c'est du moral "amoral".

Strangers in the Night (Anthony Mann) - 8/10
Très court film noir qui permet à Anthony Mann de montrer son talent. Dommage que la fin soit expédiée et qu'on ne sache pas totalement le pourquoi du comment. Mais nous sommes dans un polar gothique avec un portrait, deux femmes énigmatiques et une jeune médecin. Même si le film est convenu quand on connaît les règles du genre, il est quand même fort bien mené.

Calomnie, Slander (Roy Rowland) - 8/10
Sujet actuel avec l'influence de la presse à scandales sur la vie d'une famille. Van Johnson et Ann Blyth forment un couple touchant et Steve Cochran est parfait en odieux patron de presse.

Une vie perdue, Smash Up (Stuart Heisler) - 8/10
Dix ans avant une femme en enfer, Susan Hayward campait déjà une jeune femme alcoolique, naturellement ici toujours superbe à l'écran, même si les situations semblent glauque, la magie d'Hollywood. En tout cas l'actrice s'y montre déjà convaincante.

Adresse inconnue, Unknown Address (Menzies) - 8/10
Court film de propagande magnifiquement filmé par Rudolph Maté, clair obscur, décor "stylisé", mais surtout film noir. Paul Lukas interprète cet américain revenu vivre en Allemagne sous le régime nazi, qui en devient un défendeur avant que la situation ne se retourne. K.T Stevens, fille de Sam Wood illumine l'écran. Jolie découverte avec une dernière demi-heure palpitante.

Les nouveaux héros, Big Hero 6 (Chris Williams, Don Hall) - 8/10
Un Disney qui semble inspiré des Marvel dans une ville San Franciskyo mélange visuel très réussi de Tokyo et de San Francisco. Efficace même si le Disney de la reine des neiges est de très loin bien plus réussi.

Traquée, Framed (Richard Wallace) - 7.5/10
Petit film noir qui semble au départ une sorte de film d'aventurier avec ce camion sans frein, et puis bascule dans le film noir typique : la blonde serveuse qui est en réalité totalement vénale, le banquier véreux et le pauvre type de service. Un film qui va un peu dans tous les sens, mais qui finalement remplit son contrat.

L'inexorable enquête, The Scandal Sheet (Phil Karson) - 7.5/10
Scénario de Samuel Fuller, personnages qui ne suscitent pas l'empathie hormis le vieux journaliste devenu ivrogne. Un film qui commence comme une thèse sur la presse à scandales et finit comme un petit policier où l'on sait qui a tué, mais qui repose sur le fait que le coupable n'est autre que le rédacteur en chef qui fait enquêter sur le crime.

Les Furies, The Furies (Anthony Mann) - 7/10
Superbement filmé, très bien joué par un Walter Huston épatant tout autant que Barbara Stanwyck, mais quelque peu ennuyeux et surtout des héros qui ne suscitent aucune empathie et dont on se moque jusqu'à la pendaison du squatteur. Déception.

Destin dans la nuit, House across the bay (Archie Mayo) - 7/10
Un mélodrame à gangsters, une histoire d'amour contrariée, une femme qui veut attendre son époux enfermé à Alcatraz suite à sa trahison, un avocat véreux prêt à faire enfermer son ami pour mieux séduire sa femme, un constructeur d'avion honnête qui tombe amoureux de l'épouse, une amitié entre femmes de prisonniers, et une fin mélodramatique à souhait ce sont les ingrédients de ce petit film mené par Joan Bennett, George Raft et Walter Pidgeon. Lloyd Nolan est un avocat salaud à souhait, mais le début est un peu languissant.

Angels wash their faces (Enright) - 7/10
Petite comédie film noir qui met aux prises une bande de gamins et les personnalités d'une ville corrompues. Ann Sheridan est superbe, Ronald Reagan se contente de sourire ironiquement, mais la bande d'ados est attachante. Toutefois l'histoire n'est pas très crédible avec ces élections d'une semaine qui permettent aux jeunes de faire libérer leur copain injustement accusé et emprisonné.

Scènes de ménage (Andre Berthomieu) - 7/10
Adaptation de trois pièces de Courteline. Les textes sont donc excellents mais la faiblesse du film vient justement du côté théâtre filmé fort présent dans le second sketch même s'il est brillamment interprété par François Perier. Le dernier sketch les Boulingrin est assez délirant avec Louis de Funes et Jean Richard. Bernard Blier est magistral dans le premier sketch, un véritable grand acteur.

Blocus, Blockade (William Dieterle) - 7/10
Film qui évoque la Guerre civile espagnole et se termine par le message un peu too much d'Henry Fonda à la caméra. Histoire traditionnelle de blocus d'une ville, d'espionne et de garde civil qui s'en éprend naturellement. Il y a naturellement la maitrise de la caméra, et Madeleine Caroll est très belle, il manque quand même quelque chose pour faire du film une œuvre marquante.

J'ai vécu deux fois, Man in the Dark (Lew Landers) - 6/10
Un bon pitch avec ce gangster qu'on opère du cerveau pour supprimer le crime de son esprit mais la première partie après l'enlèvement est quelque peu languissante. Le film se réveille à partir du cauchemar du héros, seul moment virtuose du film, et la fin dans la fête foraine. Edmond O'Brien fait le job tout comme Audrey Totter

Films du mois précédents
Spoiler (cliquez pour afficher)
Octobre 2009 - L'exilé (Ophuls)
Novembre 2009 - Old acquaintance (Sherman)
Décembre 2009 - The Browning version (Asquith)


Janvier 2010 - Jane Eyre (Stevenson)
Février 2010 - La Reine Christine (Mamoulian)
Mars 2010 - Remember the night (Leisen)
Avril 2010 - Ball of Fire (Hawks)
Mai 2010 - Lettre d'une inconnue (Ophuls)
Juin 2010 - Les Dix commandements (DeMille)
Juillet 2010 - Ninotchka (Lubitsch)
Août 2010 - The Great Ziegfeld (Leonard)
Septembre 2010 - A Royal Scandal (Preminger)
Octobre 2010 - La beauté du diable (Clair)
Novembre 2010 - La vie est belle (Capra)
Décembre 2010 - Les quatre filles du Docteur March (Cukor)

Janvier 2011 - L'ange des ténèbres (Milestone)
Février 2011 - L'homme au bras d'or (Preminger)
Mars 2011 - Pandora (Lewin)
Avril 2011 - Madame Bovary (Minnelli)
Mai 2011 - Témoin à charge (Wilder)
Juin 2011 - Jewel Robbery (Dieterle)
Juillet 2011 - L'amant sans visage (Sherman)
Août 2011 - L'appât (Mann)
Septembre 2011 - Le livre noir (Mann)
Octobre 2011 - Rio (Saldanha)
Novembre 2011 - Un seul amour (Sidney)
Décembre 2011 - Forbidden Love et Ladies of Leisure (Capra)

Janvier 2012 - Baby Face (Green)
Février 2012 - The Artist (Hazanavicius)
Mars 2012 - Pavillon noir (Borzage)
Avril 2012 - Hangover Square (Brahm)
Mai 2012 - Les inconnus dans la maison (Decoin)
Juin 2012 - Les plus belles années de notre vie (Wyler)
Juillet 2012 - Garçonnière pour quatre (Gordon)
Août 2012 - Les Aventures de Tintin (Spielberg)
Septembre 2012 - M le maudit (F. Lang)
Octobre 2012- Queen Kelly (Von Stroheim)
Novembre 2012- Captives de Bornéo (Negulesco)
Décembre 2012 - Music Lovers (Russell)

Janvier 2013 - Chicago (Rob Marshall)
Février 2013 - Agent Secret (Hitchcock)
Mars 2013 - Populaire (Poinsard)
Avril 2013 - The Secret Bride (Dieterle)
Mai 2013 - Le Vandale (Hawks)
Juin 2013 - Arènes Sanglantes (Mamoulian) - le Calice d'Argent (Saville)
Juillet 2013 - Chaines du destin (Leisen)
Août 2013 - Shadow on the wall (Pat Jackson)
Septembre 2013 - Yolanda and the Thief (Minnelli)
Octobre 2013 - La clé sous la porte (Sidney)
Novembre 2013 - La part du jeu (Leisen)
Décembre 2013 - The Company (Altman)

Janvier 2014 - La falaise mystérieuse (L. Allen)
Février 2014 - La Reine des neiges (Disney)
Mars 2014 - Le masque arraché (Miller D)
Avril 2014 - Le monde de Suzie Wong (Quine)
Mai 2014 - Last Action Hero (McTiernan)
Juin 2014 - Tendre est la nuit (King)
Juillet 2014 - Citizen Kane (Welles)
Août 2014 - 14 Heures (Hathaway)
Septembre 2014 - En cas de malheur (Autant-Lara)
Octobre 2014 - La bonne fée (Wyler)
Novembre 2014 - Le deuil sied à Electre (D. Nichols)
Décembre 2014 - La source de feu (Holden, Pichel)

Janvier 2015 - Le Trésor de la Sierra Madre (John Huston)
Février 2015 - Les Bourreaux meurent aussi (Fritz Lang), The Smiling Lieutenant et The Love Parade (Ernst Lubitsch)
Mars 2015 - La dame d'Onze heures (Jean Devaivre)
Avril 2015 - Le Glaive et la balanche (André Cayatte)
Mai 2015 - Le ciel peut attendre (Ernst Lubitsch)
Juin 2015 - La flamme qui s'éteint (Rudolph Maté)
Dernière édition par Cathy le 1 juil. 15, 09:14, édité 14 fois.

Avatar de l’utilisateur
LéoL
Electro
Messages : 966
Inscription : 30 août 07, 21:37

Re: Votre film du mois de Juin 2015

Messagepar LéoL » 1 juin 15, 15:15

Juin 2015

Film du mois :

Image
Othello (Orson Welles, 1952)

Films (re)découverts ou revus :

- 9/10 -
Othello (Orson Welles, 1952)

- 8/10 -
Falstaff (Orson Welles, 1965)

- 7,5/10 -
MacBeth (Orson Welles, 1948)

- 7/10 -
Phoenix (Christian Petzold, 2014)
Vérités et Mensonges (Orson Welles, 1973)

- 6,5/10 -
Loin de la foule déchaînée (Thomas Vinterberg, 2015)
It Follows (David Robert Mitchell, 2014)

- 6/10 -
The Cotton Club (Francis Ford Coppola, 1984)
Les Gens de la pluie (Francis Ford Coppola, 1969)

- 5,5/10 -
Black Rain (Ridley Scott, 1989)

- 5/10 -
Jurassic World (Colin Trevorrow, 2015)

- 3/10 -
Un pigeon perché sur une branche philosophait sur l’existence (Roy Andersson, 2014)

Séries :

- 8/10 -
Mad Men (Saison 7, Ep. 8, 9, 10, 11, 12, 13 & 14/14)

- 7,5/10 -
Game of Thrones (Saison 5 - Ep. 8, 9 & 10/10)


Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Septembre 2007 : Excalibur de John Boorman
Octobre 2007 : Sueurs froides de Alfred Hitchcock
Novembre 2007 : In the mood for love de Wong Kar Wai
Décembre 2007 : Barry Lyndon de Stanley Kubrick
Janvier 2008 : Le péril jeune de Cédric Klapisch
Février 2008 : Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick
Mars 2008 : A scene at the sea de Takeschi Kitano
Avril 2008 : Rio Bravo de Howard Hawks
Mai 2008 : Un conte de Noël de Arnaud Despléchin
Juin 2008 : M le maudit de Fritz Lang
Juillet 2008 : The Yards de James Gray
Août 2008 : Todo Sobre Mi Madre de Pedro Almodovar
Septembre 2008 : Sur la route de Madison de Clint Eastwood
Octobre 2008: Metropolis de Rintaro
Novembre 2008: La porte du paradis de Michael Cimino
Decembre 2008: Chantons sous la pluie de Gene Kelly et Stanley Donen
Janvier 2009: Boulevard du crépuscule de Billy Wilder
Février 2009 : Rosemary's Baby de Roman Polanski
Mars 2009: La garçonnière de Billy Wilder
Avril 2009: The Thing de John Carpenter
Mai 2009: La soif du mal de Orson Welles
Juin 2009: Il était une fois dans l'Ouest de Sergio Leone
Juillet 2009: Le mécano de la Général de Clyde Bruckman et Buster Keaton
Août 2009: Tout ce que le ciel permet de Douglas Sirk
Septembre 2009: La Vérité de Henri-Georges Clouzot
Octobre 2009: Pulsions de Brian De Palma
Novembre 2009: Missing de Costa-Gavras
Décembre 2009: Casablanca de Michael Curtiz
Janvier 2010: Eve de Jospeh L. Mankiewicz
Février 2010: Le chagrin et la pitié de Marcel Ophuls
Mars 2010: Sept ans de réflexion de Billy Wilder
Avril 2010: Ces messieurs dames de Pietro Germi
Mai 2010: La vie est belle de Frank Capra
Juin 2010: Qu'elle était verte ma vallée de John Ford
Juillet 2010: Le genou de Claire de Eric Rohmer
Août 2010: L'armée des ombres de Jean-Pierre Melville
Septembre 2010: To Be or not to Be de Ernst Lubitsch
Octobre 2010: L'aventure de Mme Muir de Joseph L. Mankiewicz
Novembre 2010: Quai des orfèvres de Henri-Georges Clouzot
Décembre 2010: French Cancan de Jean Renoir
Janvier 2011: Tous en scène de Vincente Minnelli
Février 2011: Les visiteurs du soir de Marcel Carné
Mars 2011: Madame de... de Max Ophüls
Avril 2011: A.I. de Steven Spielberg
Mai 2011: The Tree of Life de Terrence Malick
Juin 2011: Une séparation de Asghar Farhadi
Juillet 2011: L'année du dragon de Michael Cimino
Août 2011: Dersou Ouzala de Akira Kurosawa
Septembre 2011: La charge fantastique de Raoul Walsh
Octobre 2011: Le trou de Jacques Becker
Novembre 2011: Mr Smith au Sénat de Frank Capra
Décembre 2011: Une journée particulière de Ettore Scola
Janvier 2012 : La rondede Max Ophuls
Février 2012 : Elephant Man de David Lynch
Mars 2012 : Stalker de Andreï Tarkovski
Avril 2012 : La Dame du vendredi de Howard Hawks
Mai 2012 : A nos amours de Maurice Pialat
Juin 2012 : Le deuxième souffle de Jean-Pierre Melville
Juillet 2012 : Gentleman Jim de Raoul Walsh
Août 2012 : Voyage à Tokyo de Yasujirō Ozu
Septembre 2012 : Tempête à Washington de Otto Preminger
Octobre 2012 : La maman et la putain de Jean Eustache
Novembre 2012 : Van Gogh de Maurice Pialat
Décembre 2012 : Monsieur Verdoux de Charles Chaplin
Janvier 2013 : The West Wing - Saison 2 de Aaron Sorkin
Février 2013 : Andreï Roublev de Andreï Tarkovski
Mars 2013 : La maison des bois de Maurice Pialat
Avril 2013 : Les Nuits de Cabiria de Federico Fellini
Mai 2013 : The Breakfast Club de John Hughes
Juin 2013 : Le Limier de Joseph L. Mankiewicz
Juillet 2013 : Le Tombeau des lucioles de Isao Takahata
Août 2013 : César et Rosalie de Claude Sautet
Septembre 2013 : Un monde sans femmes de Guillaume Brac
Octobre 2013 : L'esquive de Abdellatif Kechiche
Novembre 2013 : Still Walking de Hirokazu Kore-Eda
Décembre 2013 : L'homme de la rue de Frank Capra
Janvier 2014 : Au Hasard Balthazar de Robert Bresson
Février 2014 : Her de Spike Jonze
Mars 2014 : La Dernière Séance de Peter Bogdanovich
Avril 2014 : Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon de Elio Petri
Mai 2014 : Deux jours, une nuit de Jean-Pierre et Luc Dardenne
Juin 2014 : L'Héritière de William Wyler
Juillet 2014 : Le Salon de musique de Satyajit Ray
Août 2014 : Charulata de Satyajit Ray
Septembre 2014 : Ghost in the Shell de Mamoru Oshii
Octobre 2014 : Les Plages d'Agnès d'Agnès Varda
Novembre 2014 : La Poursuite impitoyable d'Arthur Penn
Décembre 2014 : Le Temps de l'innocence de Martin Scorsese
Janvier 2015 : Le Miroir d'Andreï Tarkovski
Février 2015 : Les Yeux Noirs de Nikita Mikhalkov
Mars 2015 : Shoah de Claude Lanzmann
Avril 2015 : Manon des sources de Marcel Pagnol
Mai 2015 : L'Arche Russe d'Alexandre Sokourov
Dernière édition par LéoL le 30 juin 15, 23:23, édité 5 fois.

Avatar de l’utilisateur
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Messages : 18188
Inscription : 26 déc. 04, 18:31
Localisation : sleeping in the midday sun...

Re: Votre film du mois de Juin 2015

Messagepar gnome » 1 juin 15, 15:38

- La religieuse (Guillaume Nicloux) 8/10 TV
Beau film porté par une Pauline Etienne en état de grâce. Une première partie formidable (2/3) à peine gâchée par une Louise Bourgouin insipide suivie malheureusement d'une dernière partie plus faible avec une Isabelle Huppert en pilote automatique. Dommage parce jusque là, le film dégageait vraiment quelque chose de fort.

- Vendredi 13 (Sean S. Cunningham) 8/10 BR VO
Un classique finalement injustement dénigré. Ce n'est certes pas un film à thèse, mais la mise en place, les personnages, le contexte... sont plaisants et ça fonctionne. Je n'aurais pas été loin de crier au chef d'oeuvre (dans son genre) et à lui mettre une note de 10 au plaisiromètre s'il ne trainait pas derrière lui un défaut majeur : le manque de tension avant les meurtres. Hitchcock disait que pour faire monter le suspens, il fallait montrer ou suggérer au spectateur la menace dont les personnages sont inconscient avant de frapper. Le spectateur a ainsi le temps de stresser pour le personnage. Si on frappe sans annoncer la couleur au spectateur, ça devient de l'horreur. Ici, on navigue constamment entre les deux sans jamais réellement satisfaire l'un ou l'autre. La faute peut-être au montage ou à la mise en scène qui semble hésiter entre le parti-pris de surprendre et d'effrayer en assénant des scènes chocs brutales mais alors pâtissant pour un certain nombre d'entre-elles du hors champ et du manque de "gore" (Savini s'étant pourtant surpassé sur certains) ou de jouer le suspens cher au grand Alfred. Le milieu du film accusant ainsi une baisse de régime malgré un enchainement de meurtres. La dernière demi-heure reste tout de même un grand moment. Personnellement, je reste client.

- La crypte du dragon (Eric Styles) 7/10 TV VF

- Les seigneurs (Olivier Dahan) 7/10
Pas fan de foot, mais c'est plaisant.

- Bienvenue à Zombieland (Ruben Fleischer) 6.5/10 TV VF
Excellent pitch, excellentes idées, très bonne interprétation, mais un rythme un peu bancal. Dommage. Ce qui aurait pu être jouissif ne l'est qu'à moitié. Dommage.

- Sheena, la reine de la jungle (John Guillermin) 6.5/10 TV VF
Les paysages sont beaux, le corps de Tanya Roberts aussi, mais qu'est ce que c'est long... et par moments assez con... Ça n'évite jamais le ridicule... Bref, c'est divertissant entre deux chevauchées à dos de zèbre, mais ça fait clairement partie des ratés de Guillermin. A voir en passant.

- Lifeforce (Tobe Hooper) 8/10 VF
Bon, la musique de Mancini est parfois à côté de la plaque, certains effets spéciaux ont pris un coup de vieux et quelques situations n'évitent pas le ridicule, mais ça reste de la solide série B estampillée eighties. Et franchement, c'est tout bon. Puis j'aime bien Railsback.

- Biutiful (Alejandro Gonzalez Inaritu) 9/10 TV VO
Un superbe mélo noir d'encre porté par un non moins superbe Javier Bardem qui confirme tout le bien que je pense de lui.

- Tigerland (Joel Schumacher) TV VF 7.5-8/10
Dernière édition par gnome le 7 juil. 15, 18:43, édité 7 fois.
Image Image Image

aelita
Accessoiriste
Messages : 1769
Inscription : 28 déc. 13, 18:34

Re: Votre film du mois de Juin 2015

Messagepar aelita » 1 juin 15, 18:31

Sorties salles 2015

Los Hongos (Oscar Ruiz Navia, 27/5)***
Casa Grande (Fellipe Barbosa, 3/6)***
Ex-Machina(Alex Garland, 3/6)***
Fin de partie (Sharon Maymon etTal Granit, 3/6)***
Parole de kamikaze (Masa Sawada, 3/6)***
Jurassic World (Colin Trevorrow, 10/6)***
Comme un avion (Bruno Podalydès, 10/6)***
Une équipe de rêve (Mike Brett et Steve Jamieson, 10/6)***
La révélation d'Ela (Asli Ozge, 3/6)****
Cendres (Idrissa Guiro et Mélanie Pavy, 10/6)****
Vice Versa (Pete Docter, 17/6)****
Le Souffle (Aleksander Kott, 10/6)****
Le monde de Nathan (Morgan Matthews, 10/6)***
The duke of Burgundy (Peter Strickland, 17/6)***
Un Français Diastème, 10/6)****


Autres films

Augustin d'Hippone (Roberto Rossellini, 1971)****
L'odyssée du sous-marin Nerka (Robert Wise, 1958)***
Star Trek Insurrection (Jonathan Frakes, 1998)**
Star Trek Nemesis (Stuart Baird, 2002)**
Que le meilleur l'emporte (Franklin Schaffner, 1964)****
Le maître du logis (Carl Theodor Dreyer, 1925)****
Même les assassins tremblent (Dick Powell, 1953)***
Meurtre sans faire-part (Michael Gordon, 1960)***
Faucon, gentleman détective (Irving Reis, 1941)***
Blaise Pascal (Roberto Rossellini, 1971)****
Le frère du Faucon (ou Le retour du Faucon) (Stanley Logan, 1942)***
Le Faucon pris au piège (Edward Dmytryk, 1943)***
Les collines de la terreur(Michael Winner, 1971)***
Le retour du Faucon (Irving Reis, 1942)***
Les crocs de Satan (Gordon Hessler, 1970)***
Le Faucon en péril (William Clemens, 1943)***
Pepo (Hamo Bek Nazarian, 1935)****
Le Faucon à l'université (William Clemens, 1943)***
Le prince et le pauvre (Richard Fleischer, 1977)***
Le faucon au Far West (William Clemens, 1944)***
Le Faucon mène l'enquête (Irving Reis, 1942)***
L'épopée dans l'ombre (Michael Anderson, 1959)***
Sultan Mahmoud Mangkat Di Julang (the passing of Sultan Mahmoud) (K.M. Basker, 1961)***
Le Faucon à Hollywood (Gordon Douglas, 1944)***
Jour de colère (Carl Theodor Dreyer, 1943)****
Qui veut la peau du Faucon ? (Ray McCarey, 1946)***
La rivière de nos amours (André De Toth, 1955)***
Les Aventures du Faucon (William Berke, 1946)***
Les Croods (Kirk De Micco et Chris Sanders, 2013)***
Le cavalier du désert (William Wyler, 19410)***
Le Faucon au Mexique (William Berke, 1944)***
Psycho Circus (Le cirque de la peur) (John Llewellyn Moxey, 1966)***
Ordet (Carl Theodor Dreyer, 1955)**** FILM DU MOIS
Sumpah Pontianak (B.N. Rao, 1958)***
Dracula et les femmes (Freddie Francis, 1968)***
Let's get lost (Bruce Weber, 1988)***
Les reines du ring (Jean-Marc Rudnicki, 2013)***
Gertrud (Carl Theodor Dreyer, 1964)****
Infernale poursuite (Ricou Browning, 1977)**
Le pouvoir des plantes (Jonathan Sarno, 1975)**
Ali Baba Bujan Lapok (P. Ramlee, 1961)***
Don Quichotte (Orson Welles, 1955)****
Dernière édition par aelita le 29 juin 15, 21:42, édité 7 fois.
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? (pensée shadok)

Avatar de l’utilisateur
someone1600
Euphémiste
Messages : 8853
Inscription : 14 avr. 05, 20:28
Localisation : Québec

Re: Votre film du mois de Juin 2015

Messagepar someone1600 » 1 juin 15, 18:39

Film du mois de juin 2015

Film du mois

Image

Films découverts

Mighty Joe Young (1949) 8 / 10
Never Back Down 2: The Beatdown (2011) 7 / 10
Titanic (1953) 7.5 / 10
Kumonosu-jô (1957) 8.5 / 10
Teenage Mutant Ninja Turtles (2014) 7 / 10
Zack and Miri Make a Porno (2008) 7 / 10
Spy (2015) 7 / 10
Operation Cupcake (2012) 7 / 10
Man's favorite sport (1964) 8 / 10
Le Mans (1971) 7.5 / 10
Jurassic World (2015) 8.5 / 10
Voskhozhdenie (1977) 8.5 / 10
Ted 2 (2015) 7.5 / 10
Big Hero 6 (2014) 8.5 / 10

Films redécouverts

Titanic (1997) 8.5 / 10
Rise of the planet of the Apes (2011) 8 / 10
Dawn of the planet of the Apes (2014) 9 / 10
A place in the sun (1951) 8 / 10
King kong (2005) 8 / 10
Ronin (1998) 8 / 10
Terminator (1984) 8 / 10
Terminator II : The judgement day (1991) 8.5 / 10
Ted (2012) 7.5 / 10
Please don't eat the daisies (1960) 7.5 / 10

Films des mois précédents de JUIN 2008 à MAI 2015

Année 2008
Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImageImageImageImageImageImage


Année 2009
Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage


Année 2010
Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage


Année 2011
Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage


Année 2012

Spoiler (cliquez pour afficher)
(Pas de film du mois en février, aucune découverte)
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage


Année 2013
Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage


Année 2014
Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImageImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImage


Année 2015
ImageImageImageImageImage
Dernière édition par someone1600 le 3 juil. 15, 02:14, édité 4 fois.

Avatar de l’utilisateur
Goodprettygood
Stagiaire
Messages : 80
Inscription : 29 mars 14, 14:53

Re: Votre film du mois de Juin 2015

Messagepar Goodprettygood » 1 juin 15, 20:33

Juin 2015

Film du mois ?


Films découverts / Films revus

Si tu tends l'oreille - Yoshifumi Kondo [1995] : 3/5

Système de notation hyper complexe:

4,5/5 : Excellent ; 4/5 : Très très bien ; 3,5/5 : Très bien ; 3/5 : Bien ; 2,5/5 : Moyen ; 2/5 : Fade ; 1,5/5 : Râté ; 1/5 : Mauvais ; 0,5/5 : Nul


Films des mois précédents:

Spoiler (cliquez pour afficher)
Avril 2014 : Maria Chapdelaine - Julien Duvivier [1934] ;
Mai 2014 : Philadelphia - Jonathan Demme [1993] ;
Juin 2014 : Le signe du lion - Eric Rohmer [1962] ;
Juillet 2014 : Péril en la demeure - Michel Deville [1985];
Septembre 2014 : Ridicule- Patrice Leconte [1996] [1985];
Octobre 2014 : Canyon passage - Jacques Tourneur [1946];
Novembre 2014 : Fifth Avenue Girl - Gregory La Cava [1939];
Décembre 2014 : Ça commence aujourd'hui - Bertrand Tavernier [1999];
Janvier 2015 : Les Combattants - Thomas Cailley [2014];
Février 2015 : Persona - Ingmar Bergman [1966];
Mars 2015 : Young Mr. Lincoln - John Ford [1939];
Avril 2015 : Un dimanche à la campagne - Bertrand Tavernier [1984];
Mai 2015 : Winter sleep - Nuri Bilge Ceylan [2013];

Avatar de l’utilisateur
vic
viking
Messages : 3497
Inscription : 26 avr. 03, 18:37
Localisation : IHTFP

Re: Votre film du mois de Juin 2015

Messagepar vic » 2 juin 15, 03:47

Image

Son Excellence est restée diner (Mario Mattoli, 1961) 7/10
Tusk (Kevin Smith, 2014) 7/10
The Hobbit: Battle of the five armies (Peter Jackson, 2014) 3/10
Pioneer (Erik Skjoldbjærg, 2013) 5/10
Maya (Raymond Bernard, 1949) 6.5/10
Fedora (Billy Wilder, 1978) 6/10
The boys in the band (William Friedkin, 1970) 7/10
En cas de malheur (Claude Autant-Lara, 1958) 5.5/10
La malédiction de la momie aztèque (Rafael Portillo, 1957) 5/10
It follows (David Robert Mitchell, 2014) 6/10
Absentia (Mike Flanagan, 2011) 7.5/10
Bande de filles (Céline Sciamma, 2014) 6.5/10
A girl walks home alone at night (Ana Lily Amirpour, 2014) 3.5/10
Saskatchewan (Raoul Walsh, 1954) 6/10
Le Testament du docteur Cordelier (Jean Renoir, 1959) 8/10
C'est la vie, mon chéri (Derek Yee, 1994) 6.5/10
Ornamental hairpin (Hiroshi Shimizu, 1941) 8.5/10
The masseurs and a woman (Hiroshi Shimizu, 1938) 8/10
Bicentiennal Man (Chris Columbus, 1999) 6/10
The Sword and the Sorcerer (Albert Pyun, 1982) 3/10
A l'ouest des rails (Wang Bing, 2003) 8/10
The Lunchbox (Ritesh Batra, 2013) 6.5/10
Dernière édition par vic le 1 juil. 15, 14:25, édité 6 fois.
Image

Withdrawing in disgust is not the same thing as apathy.

Consistency is the last refuge of the unimaginative. Oscar Wilde

Unité Ogami Ittô.

Avatar de l’utilisateur
francesco
Accessoiriste
Messages : 1515
Inscription : 28 juin 06, 15:39
Localisation : Paris depuis quelques temps déjà !

Re: Votre film du mois de Juin 2015

Messagepar francesco » 2 juin 15, 08:41

Films découverts

Les Européens (Ivory - 1979 - DVD commerce) Une parfaite production Ivory-Merchant, d'après James. Un régal pour les yeux et pour l'esprit qui donne envie de revoir les autres merveilles du duo. 8,5/10

La Chambre ardente (Duvivier - 1962 - Gaumont) Je suis étonné que le film ne soit pas plus connu, tant il est réussi. Certes, Duvivier et ses scénaristes n'osent pas aller aussi loin que Carr dans son roman (on sent d'ailleurs que la fin est plaquée) mais l'atmosphère formidable du texte est respectée à la lettre avec pour résultat un film captivant, mystérieux, gothique à souhait (tout se passe dans la forêt noire, cadre idéal pour ce type d'histoire) et superbement mis en scène. Belle distribution : Claude Rich (épatant en fripouille), Brialy, Edith Scobb et Nadja Tiller. 8,5/10

Pot-Bouille (Duvivier - 1957 - DVD commerce) 8,5/10

Le Ciel peut attendre (Beaty - 1978 - TV) Absolument charmant, finalement. 8/10

Summer Magic (Neilson - 1963 - DVD commerce VOSTA) Les filles sont en organdie, avec des gros noeuds dans les cheveux, les garçons en costumes, tout fait très Main Street à Disneyland, on joue au croquet et deux cousines se chamaillent et se réconcilient. L'humour est facile, rien n'est très grave, tout est joli. Un point amusant : les scènes animalières, qui évoquent évidemment les documentaires Disney. Belle distribution, comme souvent (la vedette Mills, Dorothy McGuire, Burl Ives et Una Merkel) et les chansons sont chouettes. 8/10

La Baie aux émeraudes (Neilson - 1964 - DVD commerce - cycle "Disney Live") Un très agréable divertissement. L'intrigue policière, extravagante, n'est pas mal faite, l'adaptation est juste assez différente du roman pour ne pas ennuyer, les extérieurs grecs sont fabuleux, la chanson-titre réussie. Un typique "Young Adult" film des années 60 avec une distribution en or massif (Joan Greenwood, Irena Papas et surtout Pola Negri dans des rôles secondaires !!!) 8/10

Arrivederci, Baby (Hughes - 1966 - DVD gravé VF) Une comédie très, très noire, comme l'époque aimait en faire parfois, évidemment cartoonesque, avec quelques gags méchants mais efficaces. Si on résume l'intrigue : une veuve noire (Rosana Schiaffino qui imite Lollobrigida et Loren) rencontre un veuf noir (Tony Curtis qui n'hésite pas à se ridiculiser). On ne peut pas en dire beaucoup plus, de peur de spoiler mais la séquence finale est un sympatique hommage à un sketch célèbre. 7,5/10

Jurassic World ( 2014 - Ciné - VF) Tout à fait efficace. 7/10

Les Enfants du Capitaine Grant (1962 - Stevenson - DVD commerce - cycle "Disney Live") 7/10

Les Amours de Lady Hamilton (Christian-Jacque - 1968- DVD gravé VF - "cycle "présences de l'histoire") 6,5/10

Films revus

Jurassic Park
Jurassic Park III
Dernière édition par francesco le 28 juin 15, 23:18, édité 11 fois.
Spoiler (cliquez pour afficher)
June Allyson
Mary Astor
Carroll Baker
Leslie Caron
Joan Collins
Joan Crawford
Bette Davis
Doris Day
Irene Dunne
Edwige Feuillère
Greer Garson
Betty Grable
Gloria Grahame
Susan Hayward
Miriam Hopkins
Betty Hutton
Jennifer Jones
Zarah Leander
Gina Lollobrigida
Jeanette MacDonald
Anna Magnani
Jayne Mansfield
Sara Montiel
Maria Montez
Merle Oberon
Anna Neagle
Lilli Palmer
Eleanor Parker
Rosalind Russell
Lizabeth Scott
Norma Shearer
Lana Turner
Jane Wyman
Loretta Young

Johnny Doe
Producteur
Messages : 8897
Inscription : 13 mai 03, 19:59

Re: Votre film du mois de Juin 2015

Messagepar Johnny Doe » 2 juin 15, 14:09

FILM DU MOIS

Image

Egalité avec

Image

FILMS / SERIES : DECOUVERTES / REDECOUVERTES

To Kill A Mockingbird (Robert Mulligan, 1962) : 8.5/10
Trois souvenirs de majeunesse (Arnaud Desplechin, 2015) : 8.5/10

Umberto D. (Vittorio De Sica, 1952) : 8/10
Point Blank (John Boorman, 1967) : 8/10
La Boulangère de Monceau (Eric Rohmer, 1963) : 8/10

Z (Costa Gavras, 1969) : 7/10
Macbeth (Roman Polanski, 1971) : 7/10
Lincoln (Steven Spielberg, 2012) : 7/10

Star Wars : A New Hope (George Lucas, 1977) : 6/10
Side Effects (Steven Soderbergh, 2013) : 6/10
Shaun the Sheep (Mark Burton & Richard Starzak, 2015) : 6/10
Wrong Cops (Quentin Dupieux, 2013) : 6/10
Le Signe du Lion (Eric Rohmer, 1962) : 6/10

Absentia (Mike Flanagan, 2011) : 5.5/10

FILMS REVUS

Aucun
Dernière édition par Johnny Doe le 24 juin 15, 22:32, édité 11 fois.
- Errm. Do you want to put another meeting in?
- Any point?
- May as well. Errm. And then when nothing comes in, just phone you up and cancel it.