Menu
Test dvd

Collection R.W. Fassbinder Volume 4

DVD - Région 2
Carlotta
Parution : 23 / 11 / 2005

Image

Le travail de restauration de la fondation RWF fait encore une fois honneur aux films, au noir et blanc contrasté d'Effi Briest et aux pastels du Marchand de Quatre Saisons. Peu de défauts, sinon la qualité un peu décroissante de l'image à mesure que le film est ancien : c'est surtout le cas de Monsieur R. relégué en bonus.

Son

Pistes d'origine mono allemandes uniquement avec sous-titres néerlandais et français amovibles avec la télécommande, aux restitutions musicales et dialogues clairs. Ce qu'il faut donc pour apprécier par exemple les juxtapositions sonores de L'Année des Treize Lunes.

Suppléments

Fassbinder Frauen (26 mn) : Il s'agit d'un montage non commenté d'extraits de films de Fassbinder et mettant en valeur… les femmes. Utilisé lors de l'exposition pour la rétrospective Fassbinder au Centre Pompidou (2005), cet "essai" en apparence anecdotique a d'abord le mérite de faire résonner les échos, les correspondances entre ses œuvres. L'architecture de la "maison" Fassbinder que constitueraient ses films s'esquisse ici.

Entretiens avec Werner Schroeter (21 mn) et Julianne Lorenz (19 mn) : Ces deux interviews de deux témoins de la vie de RWF évoquent le contexte de L'Année des Treize Lunes. Julianne Lorenz (monteuse, ex-femme de RWF, présidente de la Fondation Fassbinder) évoque sa genèse et rappelle les moments de respiration nécessaire d'un film claustrophobe comme la référence à Jerry Lewis et à son film Chérie, je me sens rajeunir. Plus décousue, l'intervention – aux allures d'ego-trip avec Welles et Dreyer en pères artistiques – du cinéaste Werner Schroeter juxtapose nombre d'anecdotes. Le collage n'est pas toujours heureux (Romy Schneider = Elvira?) mais l'évocation de Fassbinder en double spirituel, amant platonique, est sincère.

Michael Ballhaus - A propos de Martha (20 mn) : Attention, supplément non recensé sur le boîtier de Martha. Le futur directeur photo de Scorsese revient dans cet entretien (d'origine allemande) sur sa rencontre avec RWF et sur leur fructueuse collaboration sur Martha. Ballhaus confie que la productivité démentielle de RWF lui apprendra à travailler vite et bien, ce qui sera sa carte de visite pour les Etats-Unis. Les anecdotes sur l'émulation entre eux, ce mélange d'impro et d'idées précises sur le sens d'une scène (comme la fameuse rencontre entre Martha et Helmut), sont narrées avec aisance, précision et passion.

Ende Einer Kommune - La fin de la Commune (50 mn) : Le meilleur supplément du coffret est un austère documentaire d'époque (1969) sur l'Antiteater, la troupe de théâtre de Fassbinder. C'est un précieux témoignage sur l'Allemagne fraîchement post-soixante-huitarde, sur la période de transition de RWF, entre théâtre et cinéma. Entre répétitions, représentations de pièces marxisantes, instants brechtiens, interviews, discussions politiques et tranches de vie, la figure du démiurge excessif se dessine déjà. Moments rares : les réactions de la salle après la projection de L'Amour est plus froid que la mort ("Narcissisme!") au festival de Berlin ou la lecture religieuse d'une critique du film par Irm Hermann.

La famille Fassbinder (30 mn) : Diaporama interactif, déjà utilisé pour la rétro Fassbinder. Les principaux acteurs de la grande famille Fassbinder sont répertoriés sous leurs rôles divers à travers les films. Amusant et instructif.

Bandes-annonces des films présents dans le coffret.

Par Leo Soesanto - le 27 octobre 2006

Partenariat