Menu
Test blu-ray
Image de la jaquette

L'Armée des 12 singes

BLU-RAY - Région B
L'Atelier d'images
Parution : 5 décembre 2023

Image

L'Armée des 12 singes est présenté à partir de sa dernière restauration en date, produite par l'éditeur américain Arrow pour son Blu-ray sorti en 2018. Le film a été restauré en 4K à partir du négatif original, sous la supervision de Terry Gilliam lui-même. En vue de la sortie 4K UHD de 2022, aux Etats-Unis, le film a été étalonné en HDR10 et Dolbyvision, normes également proposées sur le Blu-ray UHD français.

En 2009, L'Armée des 12 singes faisait partie des premiers Blu-ray édités par Universal (encodé en VC-1, pour l'anecdote). Si, à l'époque, on pouvait se satisfaire d'un gain de précision par rapport au DVD, cette première mouture en HD n'était pas exempte de défauts. En 2018, les faiblesses ont été corrigées et ce nouveau transfert, consciencieux, propose le film dans des conditions de visionnage très solides. Côté définition, le rendu est très convaincant, et ce n'était pas du tout gagné d'avance. La photographie très ouatée de Roger Pratt pouvait fragiliser la précision du trait et du détail, ce qui n'est pas le cas puisque l'impression de haute définition est constamment palpable. La copie a été stabilisée et complètement nettoyée. L'étalonnage fait un joli bond en avant grâce aux performances accrues des scanners récents et à un travail plus sérieux. Fini le voile magenta qui atténuait sensiblement certaines ambiances : le comparatif montre qu'on a récupéré des tonalités absentes jusque-là et que les couleurs ont vraiment gagné en nuances. D'une manière générale, l'étalonnage tend quand même vers une modernisation de la palette photochimique, mais elle est proposée de manière ténue et presque naturelle... tant que les bleus et les rouges (heureusement rares) ne sont pas trop utilisés. Selon les goûts, quelques plans pourront donc apparaître un peu trop criards ou clinquants pour un film des années 90. Si le voile magenta a été largement atténué, les carnations ne sont pas toujours épargnées d'un aspect rosé, au gré de quelques raccords, dans un ensemble quand même très cohérent. On remarquera un passage (en voiture, intérieur nuit) qui a nécessité quelques retouches d'étalonnage peu discrètes (capture #7) dont des noirs très resserrés et absolument pas naturels - et un défaut déjà présent sur l'ancien Blu-ray. Les contrastes sont généralement bien tenus, assez équilibrés et avec du détail, conformes aux choix esthétiques du directeur de la photographie (cf. par exemple le décor de l'aéroport, à la fin du film, qui est enfumé pour casser les contrastes).

Blu-ray Universal US (2009) vs. Blu-ray L'Atelier d'images (2023) :
1 2 3 4 5 6 7 8

Terminons avec la texture argentique et son grain abondant : rien à redire sur le Blu-ray 4K UHD qui retranscrit parfaitement sa finesse et son aspect organique. L'image 4K conserve une patine très naturelle. On signalera une infime faiblesse dans le tout dernier plan du film (un gros plan des yeux de l'enfant où les plus aguerris pourront sentir des débuts de macroblocs de compression). Le Blu-ray est forcément un cran en deçà, car contraint à un débit vidéo bien plus bas... sachant aussi que l'espace du disque devait être partagé avec les nombreux suppléments. Si le débit vidéo reste très confortable et que la granulation reste palpable pendant tout le film, on pourra parfois sentir un très léger rognage du grain, mais sans artefacts.

Notez enfin que le générique n'est plus "windowboxé" (entouré d'un cadre noir), comme c'était le cas en 2009 (capture #1 et #2).

Son

Film récent oblige, le rendu est sonore est particulièrement efficace et assez semblable en VO ou en VF. Les pistes sont subtiles et très détaillées, bénéficiant d'une bonne présence des voix et d'un ensemble assez bien équilibré. La spatialisation est peu envahissante mais bien là, nettement repérable dans des effets arrière plus ou moins spectaculaires. On ne relève aucune trace d'usure particulière, bien évidemment.

Suppléments

L'Atelier d'images a sorti L'Armée des 12 singes dans une "édition culte", limitée à 1000 exemplaires et plutôt chargée en suppléments : en plus du Blu-ray et du Blu-ray 4K UHD, on trouve le fac-similé du dossier de presse d’époque et une affiche recto/verso du film. Ceux qui ne sont pas intéressés par cet objet collector pourront se rabattre sur une autre édition, sortie en parallèle, et contenant uniquement le Blu-ray et le Blu-ray UHD. Une troisième édition, uniquement en Blu-ray, est également disponible depuis début janvier.

Le Blu-ray HD comprend :

Commentaire audio de Terry Gilliam et Charles Roven (non sous-titré)
Repris du Blu-ray américain, un excellent commentaire du réalisateur et du producteur de L'Armée des 12 singes, qui discutent quasiment sans interruption jusqu'à la toute fin du générique. Ils donnent un très grand nombre de détails sur l'écriture, l'ambigüité permanente entre un futur possible et l'imagination d'un esprit dérangé, le tournage dans des lieux existants transformés d'une façon bien plus originale que si le décor avait été créé de A à Z, racontent le projet à travers ses difficultés ou ses trouvailles... Un supplément extrêmement dense qui est malheureusement réservé aux très bons anglophones.



Le Facteur hamster et autres contes des 12 singes (1h27 - SD - VOSTF)
Egalement repris du Blu-ray américain, cet excellent documentaire produit en 1996 suit pas à pas les multiples étapes de la production de L'Armée des 12 singes, de la logistique complexe des décors à certaines tensions qui ont peut-être failli coûter son poste au réalisateur. Nous sommes les témoins privilégiés d'un joyeux bordel mené par un artiste iconoclaste, unique mais visionnaire, à la franchise ô combien précieuse. Mieux qu'une course contre la montre et l'argent, ce making-of est en même temps un portrait de Terry Gilliam au travail, créateur indiscipliné voire incontrôlable qui "a besoin d'angoisse pour carburer", un artiste évoluant dans un mélange de contrôle et (parfois) de perdition, une personnalité indépendante qui se frotte paradoxalement à un système détesté pour mener à bien ses idées ambitieuses. On le voit conduire sa barque au gré des vents, parfois contraires (lorsqu'en plein tournage à l'aéroport, il se rend compte que l'enfant photogénique ne sait pas jouer et doit être remplacé immédiatement), gardant toujours le cap de son "film européen à Hollywood", malgré une production craintive et un budget serré qui les a poussés à l'inventivité. Bien épaulé par sa star et une équipe solide qui l'aide dans son souci maladif du détail, on le voit travailler à équilibrer la structure d'une histoire dense, affiner les personnages et l'émotion, "cultiver l'obscurité" tout en restant compréhensible - notamment grâce à la précieuse contribution du monteur Mick Audsley, véritable "garde-fou" du réalisateur. Le documentaire est ponctué de passages très intéressants comme la projection-test décevante ou la querelle pour savoir quelle sera la dernière scène du film (dans l'avion ou sur le parking ?). On voit également les tests d'affiches basées sur le logo énigmatique, ou le succès mérité à la sortie. Un très bon supplément à ce "petit film qui est devenu énorme", dixit son auteur. Les deux réalisateurs retrouveront Terry Gilliam pour le fameux Lost in la Mancha, documentaire sur son projet suivant, longtemps inachevé.


Bande-annonce originale française (2min 09s - HD)
Scan récent du trailer français (rare), avec la musique composée par Wojciech Kilar pour Bram Stoker's Dracula.

Bande-annonce 2023 (1min 05s - HD - VOSTF)


Une section "Espace Découverte" propose les bandes annonces de plusieurs sorties de L'Atelier d'images (en HD - VOSTF) : JFK (2min 21s - avec upscale), Sleepers (1min 55s), Arlington Road (2min 26s) et Pitch Black (2min 46s)

Les suppléments suivants sont exclusifs à cette édition culte et ne sont pas inclus dans l'édition simple (en Blu-ray) sortie début janvier 2024 :

Echange sur le cinéma (23 min - HD avec upscale - VOSTF)
Repris du Blu-ray Arrow, une masterclass passionnante, filmée au London Film Festival en 1996, qui permet au réalisateur Terry Gilliam d'évoquer sa relation de séduction avec Hollywood, ou du fiasco de Munchausen à cause des banques et des productions qui ont laissé faire - des projets "hors de contrôle" qui continuent à se produire et montrent la stupidité du business. Il revient sur L'Armée des 12 singes et ses stars qui voulaient prouver qu'ils étaient des acteurs, et son making-of Hamster Factor qu'il a lui-même initié pour "lever le mystère" sur la fabrication fragile d'un film. Il évoque La Jetée, qu'il n'a pas vu pendant la production mais qui a servi de "tremplin" au scénario, assumant qu'il ne s'agit pas d'un remake mais bien de "deux choses différentes". Il parle de ses envies de cinéma davantage portées par les acteurs plutôt que les effets spéciaux, de la transition difficile de l'animation vers le monde réel, de sa collaboration avec Robin Williams qui se lâchait sur Fisher King mais qui restait heureusement tenu par son "ancre" Jeff Bridges. Terry Gilliam revient enfin sur le festival de Sundance où il a encouragé le Tarantino des tout débuts, avec son Reservoir Dogs. Un vrai bon moment, grâce à une franchise jamais départie d'humour...

Entretien avec Terry Gilliam (29 min - HD - VOSTF)
Enregistré en septembre 2023 à Strasbourg, cet entretien inédit et spécialement produit pour cette édition, mené par la journaliste Caroline Vié du quotidien 20 Minutes, revient sur différents aspects de L'Armée des 12 singes avec un intérêt certain, malgré quelques redites par rapport aux suppléments précédents. Le film est un bon souvenir pour Terry Gilliam, qui appréciait la complexité du scénario, sa mélancolie et son aspect inédit, davantage intéressé par les personnages (le héros "complètement perdu") que par le voyage dans le temps. Il revient sur le choix de Bruce Willis, acteur qui l'a agréablement surpris par sa vulnérabilité et avec qui il a collaboré de manière aussi simple que possible. Il raconte comment Brad Pitt est venu se proposer de lui-même, donnant au final une performance incroyable qui a époustouflé l'équipe. Gilliam se souvient de la compétition sous-jacente entre le "voeux pistolero" et le "nouveau kid", qu'entretenaient les deux acteurs. Le réalisateur évoque également Madelein Stowe, actrice "si intelligente" et sans vanité, qui a donné encore plus de sensibilité à son personnage. Il explique le design du film, mélange de technologies futuristes et de traces du passé (avec les centrales désaffectées), revient sur le choix musical du tango ("romantique et dangereux en même temps"), le tournage avec les animaux, la scène de bataille dans les tranchées ou les références à Alfred Hitchcock. Il évoque sa rencontre imprévue avec Chris Marker et les complications administratives pour modifier la mention du générique "basé sur La Jetée" en "inspiré par La jetée", répétant de nouveau que ce sont deux oeuvres très différentes. Il avoue enfin n'avoir pas été prévenu de l'existence de la série TV, et l'avoir découvert dans la presse...

La Jetée (1963 - 28 min - HD)
Le célèbre court-métrage de Chris Marker dont s'inspire L'Armée des 12 singes, qui a été chroniqué sur DVDClassik, a été restauré en 2013 en HD par le laboratoire Digimage, à partir des négatifs image et son (magnétique) originaux.


Le Blu-ray 4K UHD a lui aussi un "Espace Découverte" avec 4 bandes annonces de films édités sur le support par L'Atelier d'images (en 4K UHD - VOSTF) : Pitch Black, Mort ou vif, Evil Dead et Le Loup-garou de Londres.

Enfin, signalons que le premier pressage du disque UHD de L'Armée des 12 singes rencontre un possible problème de compatibilité avec certains lecteurs, provoquant des "freezes" et des blocages éventuels (autour de 1h36). Un programme de remplacement a été établi :

Merci d’envoyer un e-mail à : 4k@latelierdimages.fr avec les éléments suivants :
* Nom
* Prénom
* E-mail
* Adresse postale complète
* Numéro de commande (uniquement pour les clients de notre boutique)
* Une preuve d’achat de l’édition collector (reçu, facture, e-mail de confirmation de commande)

Seules les demandes complètes reçues par e-mail à l’adresse ci-dessus seront traitées. Dans la mesure du possible - et surtout si vous ne disposez pas de la preuve d’achat, nous vous remercions de nous renvoyer votre disque UHD défectueux, par courrier simple, afin de pouvoir les transmettre à notre société de pressage à

L’atelier d’images
4 avenue du général Leclerc
92100 Boulogne-Billancourt

En savoir plus

Blu-ray HD

Taille du Disque : 49 008 975 689 bytes
Taille du Film : 34 564 933 632 bytes
Durée : 2:09:20.000
Total Bitrate: 35,63 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 28,77 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 28777 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 2369 kbps / 16-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1344 kbps / 16-bit)
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 2436 kbps / 16-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1344 kbps / 16-bit)
Audio: English / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz / 192 kbps / DN -1dB
Subtitle: French / 0,187 kbps
Subtitle: French / 27,800 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 11 janvier 2024