Menu
Test blu-ray

Valdez

BLU-RAY - Région B
Sidonis / Calysta
Parution : 24 / 3 / 2022

Image

Comme ses collègues allemand (en 2013), américain (en 2017) et anglais (en 2021), Sidonis reprend un master MGM pré-2K de facture honorable mais quand même daté aujourd'hui. Si l'on notera quelques améliorations par rapport au DVD sorti en 2014 en France, une palette de couleurs plus nuancée et un petit gain d'informations dans le cadre, la précision n'est malheureusement pas le fort de ce transfert au scan encore doux, au niveau de détail limité et au grain un peu épais (évitant de compliquer la tâche à un encodage pas toujours optimisé, mais qui passe ainsi de manière invisible). Les plans truqués (fondus) sont inévitablement un cran en deçà. La copie est stable et assez propre, on signalera quelques légères pulsations de luminosité, plus marquées durant un passage brumeux vers 1h16mn. L'étalonnage n'est pas trop modernisé, sans dérive magenta affirmée mais avec quelques tonalités un peu plus vidéo qu'argentiques. On a vu pire...

Son

La version originale, correcte, n'en est pas moins un peu désagréable à l'oreille à cause d'une équalisation déséquilibrée en faveur des aigus et des mediums, au détriment des basses fréquences, un peu trop absentes. Ajoutons un souffle léger mais permanent, dans un ensemble relativement propre et assez fidèle à la précision du mixage d'origine. Pour une fois, la version française se démarque en mieux, proposant un spectre bien plus agréable et équilibré, qui ne perd pas en détail et gagne en rondeur. La piste est nettoyée et, cette fois, dénuée de souffle.

Suppléments

Le film est proposé en Blu-ray et en DVD, agrémenté de A la marge de trois westerns, un livret de 36 pages signé Jean-Claude Missiaen, ancien attaché de presse devenu réalisateur et auteur de livres sur le cinéma. Grand fan de Burt Lancaster à qui il a consacré un documentaire en 2021, il évoque une partie de l'"héritage artistique considérable" de l'acteur, s'arrêtant plus spécialement sur trois westerns de la dernière période de sa carrière, trois "succès majuscules", des "films riches, audacieux et parfois risqués", réédités par Sidonis en Blu-ray fin mars 2022. Il aborde Valdez, une "fable politique" où il s'entoure de nouveaux acteurs, dont Susan Clark, "jeune première rare et inhabituelle". Suit L'Homme de la loi"son thème obsessionnel de « l'ange exterminateur »" et "déjà le portrait robot de ce que va devenir l'Amérique". Jean-Claude Missiaen conclut avec le méconnu Billie Dollin, "ovni inattendu" et rare qui arrive à capter des moments de tendresse et de douceur. Un livret bref mais agréable, illustré par de nombreuses photos tirées de la collection personnelle de l'auteur.

Sidonis reprend les nombreux suppléments de son DVD de 2014 :

Présentation de Bertrand Tavernier (25 min - HD)
Le cinéaste cinéphile raconte les débuts du projet à travers les indiscrétions du scénariste David Rayfiel, avec qui il avait travaillé sur La Mort en direct et Autour de minuit, et qui élabora les premières ébauches du script avant que Burt Lancaster ne reprenne le projet en main et impose Roland Kibbee. N'édulcorant pas les faiblesses du film, en partie dues au travail du débutant Edwin Sherin, "parfois honorable" mais souvent illustratif et prévisible, Bertrand Tavernier insiste aussi sur les qualités de Valdez, la justesse des décors espagnols qui appuient la "vraie approche réaliste" et la volonté de ne pas faire "glamour", accentuées par la photographie de Gábor Pogány. C'est surtout "un film que Burt Lancaster tient à bout de bras", qui reprend des thèmes réguliers de sa filmographie (l'une des plus "spectaculaires") et qui témoignent de ses "ambitions démocratiques". Le réalisateur relève aussi quelques passages "profondément masochistes", mais dénués de la sur-exploitation de la violence que l'on pouvait trouver dans les westerns italiens.

Présentation d'Yves Boisset (11 min - HD)
Le réalisateur d'Un condé et du Prix du danger parle de Valdez, "euro-pudding" tourné en Espagne qu'il trouve plutôt réussi dans le genre. Il évoque un western crépusculaire au scénario "qui tient assez bien le choc", avec son héros usé mais empreint de valeurs et d'une recherche de dignité. Il relève la relation ambigüe de Valdez avec la captive Susan Clark, ou la fin "entre deux eaux", notant surtout l'influence du western italien dans la représentation un peu sadique de la violence. C'était une bonne idée sur le papier d'avoir fait appel à Yves Boisset qui a commencé comme critique de cinéma. Malheureusement, le module est d'un intérêt limité, le cinéaste n'étant pas très disert sur le film, au-delà de quelques réflexions qui mériteraient vérification et surtout une tendance appuyée au résumé plutôt qu'à l'analyse.

Présentation de Patrick Brion (10 min - HD)
L'historien du cinéma, fidèle de la collection western de Sidonis, évoque un premier film réussi et en analyse les premières minutes. Il rapproche Valdez d'une autre réalisation de Burt Lancaster : Le Flic se rebiffe, déjà avec Susan Clark. Il parle un peu de Burt Lancaster, loue l'intelligence de l'acteur dans un personnage de son âge, rappelle le bref parcours cinématographique du scénariste Elmore Leonard ou revient sur la fameuse carabine Sharp, capable d'atteindre sa cible à près de 900 m. Patrick Brion nous apprend surtout les premiers noms évoqués pour le projet, qui au départ devait être réalisé par Sydney Pollack et joué par Marlon Brando...

Présentation de Jean-François Giré (13 min - HD)
Module spécialement produit pour cette édition avec l'ancien monteur et acolyte désormais régulier de la collection. Jean-François Giré explique pourquoi certains films américains (comme Valdez) étaient tournés en Europe, et remarque que les paysages d'Andalousie étaient filmés avec plus de fantaisie dans les westerns italiens. Il note la "maîtrise assez parfaite" d'Edwin Sherin et la fin surprenante. Pour lui, Burt Lancaster, "un acteur très intéressant du western""retrouve une certaine jeunesse" avec ce genre de rôle atypique, et ici plus humain que dans L'Homme de la loi. Il loue enfin (sans citer le compositeur) la musique pleine d'émotion.


Burt Lancaster, la volonté de réussir (50 min - SD)
Déjà croisé sur plusieurs éditions Sidonis sous le titre Un doux parfum de succès, ce documentaire produit en 1996 retrace le parcours de l'acteur, son enfance modeste, ses débuts dans l'acrobatie de cirque puis le théâtre et surtout le cinéma. Propulsé au rang de star avec Les Tueurs, Burt Lancaster va composer une filmographie exigeante et variée, s'intéressant à la mise en scène dès La Flèche et le flambeau, dont il supervisera les scènes d'action. Sa carrière sera jalonnée de rencontres importantes, dont celle de l'agent Harold Hecht qui deviendra son associé dans la production. Un portrait grand public essentiellement tourné vers la carrière américaine, forcément incomplet mais pas désagréable, ne serait-ce que pour les extraits de bandes-annonces qui pourraient susciter des envies de visionnage...


Bande-annonce originale (2 min 52 s - SD upscalé en HD - non sous-titré)

En savoir plus

Taille du Disque : 43 134 168 288 bytes
Taille du Film : 24 178 255 872 bytes
Durée : 1:30:43.437
Total Bitrate: 35,53 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 29,93 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 29934 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 2002 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1625 kbps / 16-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 16-bit)
Subtitle: French / 0,063 kbps
Subtitle: French / 13,358 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 12 mai 2022