Votre film du mois de Mai 2013

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

7swans
Nuits de Sheen...
Messages : 7205
Inscription : 17 févr. 06, 18:50

Re: Votre film du mois de Mai 2013

Messagepar 7swans » 1 mai 13, 15:54

- MOVIES -

Crazy Little Thing (The Perfect You) - Matthew Miller : 6/10
Rocky 5 - John G. Avildsen : 3.5/10
King of the Hill - Steven Soderbergh : 6.5/10
Mud - Jeff Nichols : 6/10
He got game - Spike Lee : 4.5/10
A nous la victoire - John Huston : 5/10
Paradise Lost: The Child Murders at Robin Hood Hills - Joe Berlinger / Bruce Sinofsky : 7.5/10
Paradise Lost 2: Revelations - Joe Berlinger / Bruce Sinofsky : 7/10
Kafka - Steven Soderbergh : 5.5/10
Les Roseaux sauvages - André Téchiné : 7.5/10

REWATCH :
Rocky 3 - Sylvester Stallone : 5/10 (--)
Rocky 4 - Sylvester Stallone : 4/10 (=)
Rocky Balboa - Sylvester Stallone : 7/10 (=)
Un monde sans femmes - Guillaume Brac : 7.5/10 (=)
Can't Hardly Wait - Deborah Kaplan / Harry Elfont : 6.5/10 (=)
Pink Floyd The Wall - Alan Parker : 7/10 (-)
Il est plus facile pour un chameau - Valeria Bruni Tedeschi : 1.5/10 (=)
Jungle Fever - Spike Lee : 7/10 (=)
Peter's Friends - Kenneth Branagh : 7.5/10 (=)

- TV SHOWS -

Gilmore Girls (Saison 6) - Amy Sherman-Palladino : 5.5/10
Parenthood (Saison 1) - Jason Katims : 5/10
Episodes (Saison 2) : 4/10
Legit (Saison 1) : Abandonnée (2/10)
Curb your enthusiasm - Larry David (Saison 8 ) : En Cours (8.5/10)

REWATCH :
Friends (Saison 3) - Marta Kauffman, David Crane : 7/10
Friends (Saison 4) - Marta Kauffman, David Crane : En Cours (7/10)
Dernière édition par 7swans le 30 mai 13, 22:40, édité 24 fois.

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 42475
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: Votre film du mois de Mai 2013

Messagepar Flol » 1 mai 13, 16:00

Mai 2013

Film du mois

Image

Films découverts
Mud (Jeff Nichols) : 7.5/10
The Driver (Walter Hill) : 6.5/10
Masquerade (Bob Swaim) : 6/10
Evil Dead (Fede Alvarez) : 3/10
Safe (Boaz Yakin) : 4/10
A Wedding (Robert Altman) : 7.5/10
L'Écume des Jours (Michel Gondry) : 4/10
Lola (Jacques Demy) : 5.5/10
Stalag 17 (Billy Wilder) : 7.5/10
The Walker (Paul Schrader) : 5/10
Une vie meilleure (Cédric Kahn) : 7/10
Prime Cut (Michael Ritchie) : 6/10
The Lords of Salem (Rob Zombie) : 6.5/10
La bonne année (Claude Lelouch) : 8/10
Au loin s'en vont les nuages (Aki Kaurismäki) : 6/10
Le Passé (Asghar Farhadi) : 7.5/10
Snow White and the Huntsman (Rupert Sanders) : 3/10
Vernon, Florida (Errol Morris) : 7/10
Killing Them Softly (Andrew Dominik) : 4/10
Donoma (Djinn Carrénard) : 7/10
The Thin Blue Line (Errol Morris) : 8.5/10
38 Témoins (Lucas Belvaux) : 5.5/10
And Soon the Darkness (Marcos Efron) : 1/10
Bugsy (Barry Levinson) : 4.5/10
Only God Forgives (Nicolas Winding Refn) : 7/10
Journal de France (Claudine Nougaret & Raymond Depardon) : 6.5/10
The Challenge (John Frankenheimer) : 7.5/10
Un Voyageur (Marcel Ophuls) : 8/10
Journey to the Center of the Earth (Henry Levin) : 4.5/10

Films revus
The Lost World (Steven Spielberg) : 4/10 (-)
Femmes au bord de la crise de nerfs (Pedro Almodovar) : 7/10 (+)
Drive (Nicolas Winding Refn) : 8/10 (=)
Dick Tracy (Warren Beatty) : 6.5/10 (-)
The Company of Wolves (Neil Jordan) : 7.5/10 (=)

Séries découvertes
Curb Your Enthusiasm - saison 8 (Larry David) : 8/10

Mes films du mois de Janvier 2005 à Avril 2013
Spoiler (cliquez pour afficher)
Janvier 2005 : Turkish Delights (Paul Verhoeven)
Février 2005 : Bloody Sunday (Paul Greengrass)
Mars 2005 : The Life Aquatic with Steve Zissou (Wes Anderson)
Avril 2005 : Sweet Sixteen (Ken Loach)
Mai 2005 : Sleuth (Joseph L. Mankiewicz)
Juin 2005 : Man in the Moon (Robert Mulligan)
Juillet 2005 : Flesh + Blood (Paul Verhoeven)
Août 2005 : Bottle Rocket (Wes Anderson)
Septembre 2005 : The Getaway (Sam Peckinpah)
Octobre 2005 : Greed (Erich Von Stroheim)
Novembre 2005 : A History of Violence (David Cronenberg)
Décembre 2005 : The Man Who Would Be King (John Huston)
Janvier 2006 : Der Vierde Man (Paul Verhoeven)
Février 2006 : The New World (Terrence Malick)
Mars 2006 : Bring Me the Head of Alfredo Garcia (Sam Peckinpah)
Avril 2006 : Sorcerer (William Friedkin)
Mai 2006 : Testament (Lynn Littman)
Juin 2006 : The Last Boy Scout (Tony Scott)
Juillet 2006 : The Devil's Rejects (Rob Zombie)
Août 2006 : Breezy (Clint Eastwood)
Septembre 2006 : Tarnation (Jonathan Caouette)
Octobre 2006 : Children of Men (Alfonso Cuaron)
Novembre 2006 : Black Book (Paul Verhoeven)
Décembre 2006 : My Darling Clementine (John Ford)
Janvier 2007 : Casablanca (Michael Curtiz)
Février 2007 : Keane (Lodge Kerrigan)
Mars 2007 : Lonely are the Brave (David Miller)
Avril 2007 : The Prisoner of Shark Island (John Ford)
Mai 2007 : Babe : Pig in the City (George Miller)
Juin 2007 : The Brown Bunny (Vincent Gallo)
Juillet 2007 : Two For The Road (Stanley Donen)
Août 2007 : Ratatouille (Brad Bird)
Septembre 2007 : The Bourne Supremacy (Paul Greengrass)
Octobre 2007 : Requiem pour un Massacre (Elem Klimov)
Novembre 2007 : 24 Hour Party People (Michael Winterbottom)
Décembre 2007 : We Own The Night (James Gray)
Janvier 2008 : Sweeney Todd (Tim Burton)
Février 2008 : La Nuit Américaine (François Truffaut)
Mars 2008 : The Man Who Shot Liberty Valance (John Ford)
Avril 2008 : F...comme Fairbanks (Maurice Dugowson)
Mai 2008 : Mr Smith Goes to Washington (Frank Capra)
Juin 2008 : Block Party (Michel Gondry)
Juillet 2008 : Bridge to Terabithia (Gabor Csupo)
Août 2008 : The Pursuit of Happyness (Gabriele Muccino)
Septembre 2008 : The Mist (Frank Darabont)
Octobre 2008 : Entre les murs (Laurent Cantet)
Novembre 2008 : At Close Range (James Foley)
Décembre 2008 : Faits Divers (Raymond Depardon)
Janvier 2009 : Urgences (Raymond Depardon)
Février 2009 : The Wrestler (Darren Aronofsky)
Mars 2009 : You can't take it with you (Frank Capra)
Avril 2009 : Le Trou (Jacques Becker)
Mai 2009 : Family Life (Ken Loach)
Juin 2009 : La Ronde (Max Ophüls)
Juillet 2009 : Bukowski - Born Into This (John Dullaghan)
Août 2009 : Inglourious Basterds (Quentin Tarantino)
Septembre 2009 : District 9 (Neil Blomkamp)
Octobre 2009 : (500) Days of Summer (Marc Webb)
Novembre 2009 : Once (John Carney)
Décembre 2009 : Avatar (James Cameron)
Janvier 2010 : Mr. Nobody (Jaco Van Dormael)
Février 2010 : Valkyrie (Bryan Singer)
Mars 2010 : Boy A (John Crowley)
Avril 2010 : The Red Shoes (Michael Powell & Emeric Pressburger)
Mai 2010 : Grey Gardens (Albert Maysles, David Maysles, Ellen Hovde & Muffie Meyer)
Juin 2010 : Sixteen Candles (John Hughes)
Juillet 2010 : The Fall (Tarsem Singh)
Août 2010 : This Is It (Kenny Ortega)
Septembre 2010 : Des Hommes et des Dieux (Xavier Beauvois)
Octobre 2010 : The Social Network (David Fincher)
Novembre 2010 : The Dead (John Huston)
Décembre 2010 : Death Wish III (Michael Winner)
Janvier 2011 : Miracle Mile (Steve De Jarnatt)
Février 2011 : On Her Majesty's Secret Service (Peter Hunt)
Mars 2011 : Brief Encounter (David Lean)
Avril 2011 : Punishment Park (Peter Watkins)
Mai 2011 : The Tree of Life (Terrence Malick)
Juin 2011 : Running on Empty (Sidney Lumet)
Juillet 2011 : Music Box (Costa-Gavras)
Août 2011 : The Assassination of Jesse James by the Coward Robert Ford (Andrew Dominik)
Septembre 2011 : 7th Heaven (Frank Borzage)
Octobre 2011 : The Plague Dogs (Martin Rosen)
Novembre 2011 : Super (James Gunn)
Décembre 2011 : City of Hope (John Sayles)
Janvier 2012 : Take Shelter (Jeff Nichols)
Février 2012 : Incendies (Denis Villeneuve)
Mars 2012 : Modern Times (Charlie Chaplin)
Avril 2012 : A propos d'Elly (Asghar Farhadi)
Mai 2012 : The Conversation (Francis Ford Coppola)
Juin 2012 : The Myth of the American Sleepover (David Robert Mitchell)
Juillet 2012 : L'Assassin habite au 21 (Henri-Georges Clouzot)
Août 2012 : Scaramouche (George Sidney)
Septembre 2012 : The Tall T (Budd Boetticher)
Octobre 2012 : Anatomy of a Murder (Otto Preminger)
Novembre 2012 : Frankenweenie (Tim Burton)
Décembre 2012 : Le Havre (Aki Kaurismäki)
Janvier 2013 : The White Diamond (Werner Herzog)
Février 2013 : Oslo, 31 Août (Joachim Trier)
Mars 2013 : The Swimmer (Frank Perry)
Avril 2013 : Les Naufragés de l'Île de la Tortue (Jacques Rozier)
Dernière édition par Flol le 30 mai 13, 23:36, édité 28 fois.

Avatar de l’utilisateur
semmelweis
Accessoiriste
Messages : 1688
Inscription : 10 févr. 09, 21:30
Localisation : Bordeaux

Re: Votre film du mois de Mai 2013

Messagepar semmelweis » 1 mai 13, 16:42

Film du mois de Mai


Film découverts:
A double tour,Claude Chabrol(DVD) 5,5/10
Le facteur sonne toujours deux fois,Bob Rafelson(DVD) 7,5/10
Mud,Jeff Nichols(ciné) 8/10
Stoker,Park Chan-Wook(Ciné) 5,5/10
Darkman,Sam Raimi(DVD) 6/10
Dick Tracy,Warren Beaty(Blu Ray) 7/10
Despues de Lucia,Michel Franco(Blu Ray) 8/10
Iron Man 3,Shane Black(Ciné) 6/10
Bullhead,Michael R.Roskam(Blu Ray) 7,5/10
The bonfire of the vanities,Brian de Palma(DVD) 5,5/10
Le septième continent,Michael Haneke(DVD) 8,5/10

Films revus:
Prometheus,Ridley Scott(Blu Ray) 5,5/10
X-men First Class,Matthew Vaughn(Blu Ray) 6,5/10
Evil Dead,Sam Raimi(Blu Ray) 8/10



Séries TV:
Dexter Saison 4 7,5/10

Documentaires:


Films des mois précédents:
Spoiler (cliquez pour afficher)
Avril/The Boston Strangler,Richard Fleischer
Mars/Camille Claudel 1915,Bruno Dumont / To the Wonder,Terrence Malick
Fevrier/ At close range,James Foley
Janvier/The Master,Paul Thomas Anderson /Prix Spécial : Zero Dark Thirty,Kathryn Bigelow
Année 2012:
Décembre/Tabou,Miguel Gomes
Novembre/The Killers, Robert Siodmak
Octobre/La toile blanche d'edward hopper, Jean Pierre Devillers
Septembre/Little Odessa, James Gray/ Prix spécial : Obsession,Brian de Palma
Aout/Le cercle rouge, Jean Pierre Melville/Casablanca, Michael Curtiz
Juillet/[color=#000000]Faust, Alexandre Sokourov[/color] FILM DE L'ANNEE 2012
Juin/De rouille et d'os,Jacques Audiard/ Prix spécial: Paris Céline de Patrick Buisson
Mai/Eternal Sunshine of the spotless mind,Michel Gondry
Avril/Titanic,James Cameron
Mars/Dead Ringers,David Cronenberg-Hunger,Steve McQueen
Fevrier/Rango,Gore verbinski-La Taupe,Thomas Alfredson
Janvier/Millenium,the girl with the dragoon tatoo,David fincher
Année 2011
Décembre/[color=#000000]Le cheval de Turin,Bela Tarr[/color] FILM DE L'ANNEE 2011
Novembre/Hors Satan,Bruno Dumont
Octobre/Cure,Kiyoshi Kurosawa
Septembre/Hana Bi,Takeshi Kitano/L'Appolonide,souvenirs de maison close,Bertrand Bonnelo
Aout/Melancholia,Lars Von Trier
Juillet/Deep End,Jerzy Skolimowski/The Passenger,Michelangelo Antonioni (Prix spécial:The Texas Chainsaw Massacre,Tobe Hooper)
Juin/Badlands,Terrence Malick
Mai/The Tree of life,Terrence malick
Avril/The lady from Shanghai,Orson Welles/Enquete sur un citoyen au dessus de tout soupcon,Elio Petri
Mars/The duellists,Ridley Scott/To live and die in LA,William Friedklin
Février/Phantom of the Paradise,Brian de Palma
Janvier/Suspiria,Dario Argento/Irreversible,Gaspar Noé
Année 2010
Decembre/Profondo Rosso,Dario Argento
Novembre/[color=#000000]Le silence,Ingmar Bergman[/color] FILM DE L'ANNEE 2010
Octobre/The Fly,David Cronenberg
Septembre/Des hommes et des dieux,Xavier Beauvois/Oncle Boonmee,Apichatpong Weerasethakul
Aout/Days of Heaven,Terrence Malick
Juillet/Crash,David Cronenberg/A bout de souffle,Jean Luc Godard
Juin/Il Divo,Paolo Sorrentino
Mai/Catch me if you can,Steven Spielberg
Avril/Wall Street,Oliver Stone/Redacted,Brian de Palma
Mars/Blue Velvet,David Lynch
Février/Raging Bull,Martin Scorsese
Janvier/Zodiac,David Fincher/Macbeth,Roman Polanski
Année 2009:
Décembre/Vidéodrome,David Cronenberg
Novembre/[color=#000000]Cris et chuchotements,Ingmar Bergman[/color] FILM DE L'ANNEE 2009
Octobre/Le ruban blanc,Michael Haneke
Septembre/Un prophète,Jacques Audiard
Aout/There will be blood,Paul Thomas Anderson
Juillet/Manhunter,Michael Mann
Juin/Antichrist,Lars Von Trier
Mai/Le temps de l'innocence,Martin Scorsese
Avril/Last Days,Gus Van Sant
Mars/Blow out,Brian de Palma
Février/Révélations,Michael Mann
Dernière édition par semmelweis le 31 mai 13, 19:40, édité 12 fois.

Avatar de l’utilisateur
Joshua Baskin
ambidextre godardien
Messages : 8615
Inscription : 13 avr. 03, 20:28
Localisation : A la recherche de Zoltar

Re: Votre film du mois de Mai 2013

Messagepar Joshua Baskin » 1 mai 13, 16:49

Mai 2013

Film du mois

Films découverts

Skyfall (Sam Mendes) : 8/10
Shame (Steve McQueen) : 8/10
Hunger (Steve McQueen) : 7,5/10
Le président (Henri Verneuil) 7,5/10
Des gens sans importance (Henri Verneuil) : 7,5/10
The place beyond the pines (Derek Cianfrance) : 7,5/10
Foxfire, confessions d'un gang de filles (Laurent Cantet) : 7/10
Side effects (Steven Soderbergh) : 7/10
Razzia sur la chnouff (Henri Decoin) : 7/10
Gueule d'amour (Jean Grémillon) : 7/10
Le gentleman d'Epsom (Gilles Grangier) : 7/10
Superstar (Xavier Gianolli) : 7/10
Mélodie en sous-sol (Henri Verneuil) : 7/10
Le cave se rebiffe (Gilles Grangier) : 6,5/10
Le rouge est mis (Gilles Grangier) : 6/10
La marie du port (Marcel Carné) : 6/10
L'age ingrat (Gilles Grangier) : 6/10
Vive la France (Michel Audiard) 5,5/10
Milano trema - la polizia vuole giustizia (Sergio Martino) : 5/10
Les vieux de la vieille (Gilles Grangier) : 4/10
Asterix et Obelix, au service secret de sa majesté (Laurent Tirard) : 4/10
Berberian sound studio (Peter Strickland) : 4/10
Movie 43 (plein de gens) : 3,5/10

Films revus

Un singe en hiver (Henri Verneuil) : 6,5/10
Dernière édition par Joshua Baskin le 31 mai 13, 08:23, édité 26 fois.

Avatar de l’utilisateur
hellrick
David O. Selznick
Messages : 12472
Inscription : 14 mai 08, 16:24
Liste de DVD
Localisation : Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Votre film du mois de Mai 2013

Messagepar hellrick » 1 mai 13, 17:32

FILM DU MOIS

LORDS OF SALEM:
Image

DECOUVERTES


- The Lords of Salem ==> 5/6
- Nevada Smith ==> 5/6 [arte]

- Maniac 2012 ==> 4,5/6
- Lemmy: The Movie ==> 4,5/6 [arte]
- Chronicle ==> 4,5/6
- Couvre-feu ==> 4,5/6
- Benjamin Gates et le trésor des Templiers ==> 4,5/6 [dvd]
- Emmanuelle et Françoise ==> 4,5/6


- L'ultimatum des trois mercenaires (version longue) ==> 4/6 [dvd (promo)]
- Les marches du pouvoir ==> 4/6 [Blu Ray]
- Knight & Day ==> 4/6 [rtl]
- L'apprenti sorcier ==> 4/6
- La fille en laisse ==> 4/6
- Un train pour Durango ==> 4/6 [dvd]
- Evil Dead 2013 ==> 4/6 [cinéma]
- Chroniques de Tchernobyl ==> 4/6
- Beyond The Rave ==> 4/6
- Sublimes créatures ==> 4/6
- The House on sorority row ==> 4/6
- La vallée maudite ==> 4/6 [tcm]
- Le fils du capitaine Blood ==> 4/6 [action]

- La chevauchée de l'honneur (1949) ==> 3,5/6 [dvd]
- Grave Encounters ==> 3,5/6
- Serenity ==> 3,5/6 [SyFy]
- Mama ==> 3,5/6
- Justine & Juliette (version porno) ==> 3,5/6 [dvd]
- Le bourreau du Nevada ==> 3,5/6
- La vallée de la mort ==> 3,5/6
- Chained ==> 3,5/6
- Texas (avec Glenn Ford) ==> 3,5/6
- L'Enigme du Serpent Noir ==> 3,5/6
- Upside Down ==> 3,5/6
- La justice des hommes ==> 3,5/6 [tcm]
- La dame du vendredi ==> 3,5/6 [tcm]

- Fire with Fire ==> 3/6
- La sorcière vierge ==> 3/6
- Le crapaud masqué ==> 3/6
- Parker ==> 3/6
- Imaginaerum by Nightwish ==> 3/6
- Hollywood Chainsaw Hookers ==> 3/6

- Massacre à la tronçonneuse 3D ==> 2,5/6
- Sweet Karma ==> 2,5/6

- Excision ==> 2/6 (two thumbs up pour Tracy!)
- L'Insatiable Samantha ==> 2/6
- Die Hard 5 ==> 2/6

- La polizia branco nel buio ==> 1,5/6


REDECOUVERTES

- Thor ==> 5/6 [dvd]

- L'Ile aux pirates ==> 4,5/6 [France3]
- Le Voyeur ==> 4,5/6 [TCM]
- La grande cuisine ==> 4,5/6 [dvd]
- The Green Hornet ==> 4,5/6 [dvd]
- Le sang du vampire ==> 4,5/6 [dvd]
- Piranhas (Joe Dante) ==> 4,5/6 [dvd]

- Les 4 Fantastiques et le surfer d'argent ==> 3/6 [France4]

- Emmanuelle 6 (version soft si c'est pas malheureux :( ) ==> 2/6
Dernière édition par hellrick le 31 mai 13, 10:54, édité 22 fois.
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image

Avatar de l’utilisateur
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Messages : 18120
Inscription : 26 déc. 04, 18:31
Localisation : sleeping in the midday sun...

Re: Votre film du mois de Mai 2013

Messagepar gnome » 1 mai 13, 17:33

Film du mois :
Image


- Thirst (Park Chan Wook) 6/10 TV VF
Premier Park Chan Wook et première déception. C'est bien film, je ne peux pas dire le contraire, mais qu'est-ce que c'est lent... Pourtant Dieu sait que la lenteur ne me dérange pas, mais là... La petite musique n'a pas pris... Le scénario va un peu dans tous les sens et j'ai bien eu du mal à m'intéresser aux personnages tant leurs états d'âmes sont changeants... Pourtant l'idée était bonne et aurait pu déboucher sur quelque chose de passionnant voire d'assez émouvant, mais rien n'y fait. La décidément très jolie te radieuse Ok-bin Kim a beau faire ce qu'elle peut, tout comme Kang-ho Song (déjà vu dans The Host, notamment), j'ai rarement vibré à cette histoire d'amour hors normes. Il y a cependant quelques beaux moments comme le final, mais ça ne sauve pas l'entreprise de l'ennui.

- Talladega Nights: The Ballad of Ricky Bobby (Adam McKay) 7/10
:mrgreen: Comment dire... C'est assez régressif... J'aime bien... :oops:

- Nue propriété (Joachim Lafosse) 7/10 TV
Interprétation impériale pour un film qui peine à se mettre en place mais qui petit à petit installe son ambiance délétère pour raconter l'histoire de cette mère qui tente de refaire sa vie au milieu de deux Tanguy pourris par leur père.

- The gates of hell (Kelly Dollen) 4/10
Une équipe de tournage amateur se rend dans un ancien manoir abandonné pour y tourner un film d'horreur, le réalisateur ayant caché aux acteurs qu'un complice est sensé les mettre en condition. Très vite cependant, ils se feront rattraper par le sombre passé du lieu. Ca avait pourtant bien commencé avec un pitch intéressant. Malheureusement, dès que les événements s'enchainent, le film enchaine les répliques les plus débiles (mention à la maquilleuse qui gueule des conneries sans arrêt) et ce ne sont pas quelques chiches effets gore qui sauvent la mise. Quant à ladite menace, elle est plus risible qu'autre chose. Seule la fin vient à nouveau un peu relever le niveau, mais juste un peu...

- Black Sheep (Jonathan King) 8/10 TV VF
Deux activistes écolo mettent la pagaille dans une exploitation de moutons. En voulant prouver au monde la manipulation génétique, un des deux zigotos assez décérébré (l'autre est une fille sympathique au demeurant) brise un bocal contenant un embryon dégénéré. Celui-ci va commencer à mordre et transformer tout le monde en moutons carnassiers. Ajoutez à cela un héros terrifié par les moutons et ça donne un petit film assez jouissif à l'humour pas toujours très fin, mais qui fait mouche; une sorte de révision du thème du savant fou au pays des éleveurs de moutons matinée d'épidémie à la "zombie-movie" avec en prime des effets spéciaux majoritairement à l'ancienne dont une transformation en mouton hommage au Loup-garou de Londres parmi quelques effets gore bien sentis...Chouette découverte.

- Alice au pays des merveilles (Tim Burton) 9/10 TV VF
Depuis un certain temps, pour ne pas dire un temps certain, j'ai des réticences à aborder un nouveau Burton. Pourtant, force est de constater que le gaillard réussis à chaque fois à me prendre dans ses griffes. Ça a été le cas de Charlie et la chocolaterie par exemple et c'est encore le cas ici. On peut trouver tout ce qu'on veux à Alice, lui reprocher son manque d'émotion (je l'ai lu), j'ai été embarqué par les images, l'interprétation, la narration sans temps morts ou inutiles...

- Electroma (Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo) 9/10 TV
Une expérience assez particulière. J'ai été happé, comme hypnotisé par les images. Un road movie fascinant qui ressemble à aucun autre. Une belle réussite.

- Fast and furious (Rob Cohen) 7/10 TV VF
Ce n'est certes pas du cinéma qui fait réfléchir, mais ça rempli assez bien son contrat. Très bonne surprise.

- Star Trek - The movie (Robert Wise) 6.5/10 TV VF
J'étais fatigué, ceci expliquant peut-être cela, mais j'ai trouvé le film assez long voir un peu trop long et lent par moments.

- E.T. l'extra-terrestre (Steven Spielberg) 9/10 Cinéma VF
Redécouverte avec les enfants et sur grand écran de cette petite merveille dont l'émotion fonctionne toujours aussi bien 30 ans après. 9/10 parce que j'ai toujours trouvé la partie "réanimation" dans la maison too much dans le pathos par rapport au reste du film. Mais c'est un chef d'oeuvre incontestable.

- 30 jours de nuit (David Slade) 9/10
Barrow, petite bourgade d'Alaska s’apprête à passer comme chaque année 30 jours sans soleil, isolé de tout dans la neige. Dès le premier soir, les choses dérapent. Des chiens sont égorgés, un hélicoptère vandalisé, un mystérieux inconnu débarque en ville et y coupe le courant... Le sheriff Eben Oleson (Josh Hartnett inattendu et impressionnant) découvre très rapidement que le problème est d'une toute autre ampleur en voyant la population décimée par une bande de monstres vampires.
Magnifiquement photographié, interprété de manière très convaincante, tout contribue à faire de 30 Jours de nuit un excellent film de vampires, tendu, violent, sans concessions. Slade sait manier et maintenir la tension tout au long du film. Les attaques des monstres ne sont en rien ridicules et on s'attache suffisamment aux personnages que pour vibrer et trembler pour eux. Et le métrage sait se montrer par moment assez impressionnant et flippant. Les effets gore ne sont pas en reste, parcimonieux, mais bien placés et ficelés. Les derniers assauts sont fantastiques, quand à ce final désespéré et déchirant... J'aime autant ne pas en parler...


- L'illusioniste (Neil Burger) 6.5/10
Un film finalement très classique porté par ses interprètes. Intéressant mais pas inoubliable.

- Fast and Furious 2 (John Singleton) 7.5/10
Du cinéma de divertissement qui comme le premier rempli bien son contrat, avec ici un côté buddy movie pas désagréable là où le premier était plus "sérieux"

- D-War : La guerre des dragons (Shim Hyung-rae) 7/10
Je m'attendais à un téléfilm pourrave et finalement, hormis des effets spéciaux numériques parfois moyens, ça tient bien la route (sans être exceptionnel non plus), on ne s'ennuie pas, ce n'est pas trop mal mis en scène. Puis on retrouve Robert Forster avec plaisir. Sympa.
Dernière édition par gnome le 6 juil. 13, 13:41, édité 11 fois.
Image Image Image

Avatar de l’utilisateur
Thaddeus
Ewok on the wild side
Messages : 5153
Inscription : 16 févr. 07, 22:49
Localisation : 1612 Havenhurst

Re: Votre film du mois de Mai 2013

Messagepar Thaddeus » 1 mai 13, 18:32

Intolérance (David Wark Griffith, 1916)
Un an après Naissance d'une nation, Griffith renchérit dans le gigantisme (avec le siège apocalyptique de Babylone en point d’orgue) et l’audace d’une narration qui surpasse son principe d’alternance, multiplie téléscopages, analogies symboliques, contre-points ou échos temporels. Les chevaux de Mésopotamie au galop, le train lancé sur les rails, le sang de la Saint-Barthélémy, la ruine du peuple de Balthazar… tout se répond, se développe, se transfigure, témoignant d’une éblouissante osmose. La ponctuation est donnée par la mère et son berceau qui se balance sans fin à travers les siècles, conjurant la diversité illusoire et le fanatisme dont l’Histoire a pu être témoin. Symphonie grandiose et impétueuse, Intolérance est de ces films statufiés dont on comprend, lorsqu’on les découvre, pourquoi ils ont conquis leur statut. On s’incline. 5/6

Huit heures de sursis (Carol Reed, 1947)
Ce pourrait être un modèle de film policier, c’est une allégorie de la solitude et du destin, la complainte d’un être condamné sur lequel pèse l’inéluctable. Cet homme erre blessé dans la nuit noire de Belfast, aux abois, recherché par tous. Dilemmes, rencontres étranges, questions existentielles émaillent son itinéraire : une femme le soigne avant de le renvoyer malgré elle aux flocons de la rue, un vagabond alcoolique reconnaît en lui un alter ego, un peintre illuminé cherche à capter sur la toile l’étincelle de la mort qu’il entrevoit dans son regard. Prêtre humaniste, chef de police, amis ou maîtresse, tous sont mis à l’épreuve de leur foi et de leur engagement – moral, idéologique, amoureux. Poème funèbre en forme de suspense allégorique, le film impose une rigueur admirable qui culmine lors de la conclusion, saisissante de grandeur tragique. 5/6

L’anguille (Shohei Imamura, 1997)
Pas facile de renaître au monde après avoir assassiné la femme aimée. Avec huit ans de prison au compteur, le héros est devenu presque mutique, détaché de tout si ce n’est du lien qu’il a noué avec une anguille rescapée de ses parties de pêche, et à laquelle il livre ses pensées. Pour dépeindre ce bonheur fuyant, cette impuissance à aimer, à se toucher, à se rejoindre, Imamura oppose au désespoir des touches de cocasserie débridée, filme des couleurs vives jaillissant d’un no man’s land marécageux, flirte avec l’absurde et l’onirisme, suggère lors d’un épilogue en forme de pugilat burlesque la possibilité d’un renouveau amoureux. C’est à travers cet optimisme prudent mais lumineux que le film parvient, in fine, à emporter véritablement l’adhésion. 4/6

Le maître de marionnettes (Hou Hsiao-hsien, 1993)
Second volet, après La Cité des Douleurs, consacré par l’auteur à l’histoire de son pays : même absence totale de dispositifs narratifs, même respiration languissante à la limite du statisme. Il faut oublier toute satisfaction immédiate pour apprécier les élégantes natures mortes, les intérieurs blutés, les vastes paysages captés par une caméra immobile, comme autant de compositions qui ne délivreraient leurs secrets qu’au compte-goutte. Un vieillard raconte la japanisation de Taïwan, la douleur ordinaire de son peuple, du deuil, du couple et de la famille ; sa voix facétieuse est notre point d’ancrage au sein de ce cinéma coulant comme une rivière à la constance obstinée, et dont le vide apparent doit être rempli par la seule implication du spectateur. J’avoue en manquer pas mal. 3/6

Stoker (Park Chan-wook, 2013)
Au cas où l’on aurait encore un doute, ce thriller vient définitivement plier l’affaire et confirme que Park n’est guère plus qu’un maniériste exclusivement attaché à esthétiser et maximiser les effets de motifs superficiellement exploités. Il convient d’en accepter les limites afin d’apprécier le film pour ce qu’il est, ne pas trop sourire des clichés alignés par ce portrait d’une jeune fille conquise par la séduisante ambiguïté du mal, expérimentant la noirceur de sa violence et de sa sexualité en éveil. Alignant consciencieusement références hitchcockiennes (avec relecture explicite de L’Ombre d’un doute) et effets de manche grandiloquents, l’exercice de style séduit par son coté profil bas, ses enluminures de conte de fées gentiment vénéneux. 4/6

La porte du diable (Anthony Mann, 1950)
Concomitant à la sortie de La Flèche Brisée, le film fait contre-point à l’idéologie pacifique, légèrement sentimentaliste, défendue par Delmer Daves. Ici peu de place pour le compromis, l’échange des valeurs et le dialogue entre les cultures : la rupture est consommée, l’opposition inéluctable, et la victoire des uns fatalement liée à la disparition des autres. Le partage des terres et son ouverture aux migrants bute sur l’intraitable fermeté de l’Indien trahi une fois de trop : cette impasse, le cinéaste l’illustre jusqu’à une ultime confrontation en forme de tombeau, où même les promesses de réconciliation de l’avocate sont condamnées par l’inextinguible soif de domination des têtes pensantes. Le constat est amer, d’une noirceur inédite pour l’époque, et sa déploration nourrie d’une impuissance navrée. 5/6

Les damnés (Joseph Losey, 1961)
Premier engagement sur les traces d’une bande de zonards dans les rues de Portland, blousons noirs qui tabassent les touristes en sifflotant des airs rock et en faisant tournoyer des parapluies. En parallèle, une organisation étatique développe un sombre projet de domestication générationnelle. Orange Mécanique avant l’heure ? On le croit, avant que le film ne revête les accents d’un Village des Damnés à l’étrangeté diffuse, puis ne bascule dans l’inquiétude d’une parabole prémonisant le funeste devenir atomique du monde. Les sculptures pétrifiées, les cris des enfants enfermés sous les falaises au large de la ville, l’ombre de la Mort Noire qui plane au-dessus de notre destin commun prouvent que, même dans un genre a priori éloigné de son univers, l’inspiration de Losey reste féconde. 5/6

Performance (Donald Cammell & Nicolas Roeg, 1970)
Il ne faut pas limiter l’intérêt du premier film réalisé par Nicolas Roeg à sa dimension sociologique. Concomitant à la veine contestataire britannique portée notamment par Lindsay Anderson, sans doute conçu pour promouvoir Mick Jagger, il excède cependant cette seule lecture et recherche un nouvel agencement des images, de leur temporalité et de leur rapport, multiplie les propositions esthétiques visant à brouiller les frontières entre transe et réalité, désir et conformisme. La tonalité cocasse et grotesque du polar naturaliste cède la place au trip : héros vampirisé par la rock star décadente dans un double processus de transfert et d’émulation, personnages aux contours indécis (la jeune fille androgyne), rigidité de l’establishment grignoté par un imaginaire fantasmatique... L’exercice est totalement fascinant. 5/6

Les voyages de Sullivan (Preston Sturges, 1941)
Passé une entrée en matière particulièrement explosive en forme de course-poursuite texaveryesque, le film se range quelque peu et emprunte un sentier à la fois plus prévisible et plus retors, qui vise à réfléchir le propre statut de son auteur en le confrontant à la réalité sociale des victimes populaires, ces laissés-pour-compte jetés par milliers sur les routes, stigmates tardifs de la Grande Dépression. Preston Sturges problématise sans le moindre esprit de sérieux la légitimité du rire, emploie les armes de la fable pour imposer sa foi aux yeux de l’hypocrite spectateur, et use d’une savante série de jeux de miroir (Veronika Lake caricaturant sa mèche blonde avant de se déguiser en garçon) pour faire pétiller son cocktail. Difficile de ne pas marcher devant tant de conviction. 4/6

Identification d’une femme (Michelangelo Antonioni, 1982)
C’est à nouveau le motif de l’entre-deux, de l’indécision, de l’hésitation irrésolue (motivée cette fois par une quête artistique – le héros est un réalisateur à la recherche de son actrice, la mort d’une passion peut-être la naissance d’une œuvre) qui est au centre du questionnement antonionien. La dichotomie symétrique de la construction, qui sépare deux brèves idylles par une fascinante séquence de rupture en plein brouillard fantomatique, rappelle les recherches de L’Avventura. Mais une urgence nouvelle se fait jour, une forme de nervosité affective a remplacé la langueur étirée qui présidait auparavant à la peinture de la désagrégation sociale et relationnelle. Voilà comment cette enquête intérieure s’avère l’un des films les plus enveloppants du cinéaste. 5/6

Le passé (Asghar Farhadi, 2013)
Muette, la première scène figure le passage de témoin avec une élégante éloquence : pour Farhadi, la barrière de la langue française n’entame en rien l’affolante justesse d’analyse et d’observation. Sa méthode repose à nouveau sur une dramaturgie pointilleuse et hypertendue qui ne serait rien si elle n’était au service de tout autre chose. Car c’est bien le passé qui pèse le long du drame, et son dévoilement progressif par le biais d’une multitude de secrets conditionnant la culpabilité et l’impuissance, la responsabilité et le pardon. Peu importe que la dernière partie soit un chouïa chargée en retournements lorsqu’une telle latitude est accordée aux sentiments : mine butée d’un garçon perdu entre deux familles, triste malentendu qui empoisonne les relations, douceur magnifique de l’ex-époux devenu médiateur, en qui se fixe notre désir à tous de bienveillance et de compassion. 5/6

Contes cruels de la jeunesse (Nagisa Oshima, 1960)
La caméra est fougueuse, mobile, le style sec et rythmé, en accord avec la nouveauté d’un sujet qui refuse de détourner le regard de la réalité urbaine et industrielle de son époque. Dans une palette de couleurs vives et tranchées, Oshima exprime le désarroi d’une jeunesse qui, pour fuir les désillusions vécues par ceux qui ont seulement quelques années de plus, basculent dans la petite criminalité. La cruauté des rapports amoureux, souvent couvés par une tension sourde, la lucidité coléreuse d’un propos qui pousse le drame jusqu’à la tragédie n’empêchent pas l’humanité d’éclore, et une réelle émotion de poindre à travers le personnage de Mako, cette jeune fille fragile, désorientée, fatalement éprise d’un petit voyou capable, au-delà de sa muflerie brutale, de lui manifester une grande tendresse. 5/6

Hope and glory (John Boorman, 1987)
Pour Billy, sept ans et alter ego évident de l’auteur au même âge, l’entrée en guerre de l’Angleterre en 1939 ouvre une parenthèse enchantée, le début d’une longue récréation sous l’égide de l’insouciance et de l’initiation heureuses. Si aucun poncif ne manque à l’appel (la grande sœur fait le mur pour rejoindre les soldats aux soirées dansantes, la mère aimante se fait du mouron, le grand-père bougon s’avère un complice fantasque…), Boorman sait y conférer un charme persistant. Entre un foyer dopé d’œstrogène et les ruines de la banlieue londonienne bombardée, devenu un immense terrain de jeu pour galopins, le recueil de souvenirs développe un ton nostalgique et souriant, qui diffuse par touches discrètes ses accents de fable. 4/6

Irma Vep (Olivier Assayas, 1996)
Jean-Pierre Léaud, réalisateur limite nervous breakdown, engage Maggie Cheung pour remaker Feuillade. Assayas aligne ces collisions culturelles avec le même ton désinvolte, incongru, facétieux. Les nuits de Paris sont baignées des airs de Sonic Youth ou d’Ali Farka, un journaliste branché John Woo conchie le cinéma intellectuel, un réalisateur un peu décalqué accepte de reprendre le projet parce qu’il arrive en fin d'Assedic (sic). Narcissisme des uns, mesquinerie des autres, douce et succulente folie d’un petit monde observé avec tendresse, à la solde du cinéma et de sa singulière magie : du directeur de production sur les dents (coucou Alex Descas) à la costumière enhardie (salut Nathalie Richard) qui en pince pour la superbe, la divine, la gracieuse Maggie. 5/6

Il était un père (Yasujiro Ozu, 1942)
Le réalisateur semble ici se fixer un défi peu banal : faire disparaître purement et simplement l’élément féminin. Mères, épouses, filles brillent donc par leur absence, sans que jamais celle-ci ne soit envisagé comme un manque, un déséquilibre ou la remise en lumière inversée d’une donnée sociale et familiale. Comme toujours l’art d’Ozu se fait simple, frontal, dénué de dispositifs retors, consacré à exploiter au maximum les ressources définies par son programme. C’est donc l’histoire d’une complicité inébranlable, celle liant un père et son fils, petit garçon devenu jeune homme, et aussi celle nouée entre deux générations – professeurs et élèves, transmetteurs et héritiers, portés par une admiration, une confiance réciproques. Philosophie heureuse, rassérénante douceur. 4/6

Paris nous appartient (Jacques Rivette, 1961)
Mais à qui appartenons-nous ? Comme l’étudiante devenue actrice en herbe, nous nous demandons lequel, du metteur en scène romantique rattrapé par une sombre fatalité, de l’exilé américain prophétisant l’apocalypse, ou de la maîtresse distante et mystérieuse, tire les ficelles de ce que l’on voit. Tout n’est peut-être qu’invention, supputation, délire, et pourtant tout paraît étrangement probable : une menace diffuse plane sur les rues de Paris, un fantastique brumeux envahit chaque poche du réel, un complot mortel et planétaire se trame sans que jamais ses termes ne soient explicités. Goût du secret cabalistique, des énigmes enchâssées, d’un imaginaire égaré dans sa propre profusion… L’enquête est fascinante, et tisse une toile arachnéenne à la Umberto Eco. 5/6

Les indomptables (Nicholas Ray, 1952)
Les hommes défient la mort afin de pouvoir s’acheter un foyer, se convaincre qu’ils valent quelque chose, ou juste se prouver qu’ils existent encore. Rattrapés par l’ivresse de l’argent, du risque et de la gloire, certains ont oublié ce en quoi ils avaient prêté serment autrefois, lorsqu’ils ne vivaient pas dans l’ombre de leur succès. Les femmes trinquent, étouffent de dépit et d’angoisse, trouvent néanmoins la force de rappeler à leurs époux ce qu’ils se sont promis. Étonnant document sur le monde séduisant et dangereux du rodéo, qui vend du spectacle en épuisant les rêves de ceux qui le font, le film accompagne une poignée de ces désaxés avant l’heure sur la route sinueuse de leur prise de conscience. 4/6

La vie d'Adèle (Abdellatif Kechiche, 2013)
La locomotive Kechiche plonge dans le même bain jeunesse contemporaine et chronique au long cours d’un amour fusionnel : c’est une immense bourrasque de vie et d’exaltation, de sentiments et de sexe, de joies et de pleurs, trois heures tumultueuses et cruelles qui mettent une grande claque dans la gueule. De la fournaise de la passion et à son étiolement inéluctable, de la cristallisation aux turbulences et aux contrariétés sociales, le film fait crépiter mille questions universelles, invite à peser la valeur de la culture et de la transmission, télescope le naturalisme cru de sa facture à l’amplitude d’une narration gloutonne. Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux, renversantes de puissance et d’abandon, conquièrent quant à elles, haut la main, le titre de plus beau couple de cinéma depuis bien longtemps. 5/6 (tendance 5.5...)

L’ange de la rue (Frank Borzage, 1928)
Même couple d’acteurs que dans L'Heure Suprême, même goût des lignes de vie qui se rencontrent, se quittent et se destinent à se retrouver, même abandon enhardi aux effusions torrentielles du mélodrame. Équilibriste hors pair, orfèvre des incidences et de la révélation des personnages à eux-mêmes, Borzage ose faire durer un poignant repas d’adieu jusqu’à son point de rupture, inverser les rôles en cours de récit (l’artiste romantique devient vagabond amer, la fille endurcie par la vie s’abandonne à l’amour, avant que le destin ne scelle leur union définitive), ou nimber son cadre napolitain d’une irréalité brumeuse, spectrale, frisant l’expressionnisme. Il a surtout un atout dévastateur : Janet Gaynor, sa silhouette fine comme un roseau, son minois chiffonné aux larmes perlantes et au sourire attendri. Elle est à l’image du film : irrésistiblement émouvante. 5/6

Woody et les robots (Woody Allen, 1973)
Cryogénisé à la suite d’une infortunée mésaventure médicale, notre héros, amuseur déjà suffisamment célèbre pour donner au film son titre français, se réveille en 2173 au cœur d’une société orwellienne. Pour Allen l’anticipation n’est que prétexte à tester sa maladresse ironique face à l’excentricité charmante de Diane Keaton et aligner gags et dispositifs ubuesques à la Marx brothers – combat acharné contre un pudding géant, découverte de l’Orgasmaton, imitation délirante et inversée du couple Brando/Leigh chez Kazan, reconstruction génétique d’un dictateur à partir de… son nez. Il y a de quoi rire, même si l’ensemble paraît assez décousu et dilettante en regard de l’œuvre à venir. 4/6

Brewster McCloud (Robert Altman, 1970)
On se croit d’abord dans une enquête policière nonchalamment développée, puis on vire à la peinture poético-sarcastique d’une bande de cinglés tour à tour étranges, odieux ou attendrissants, avant que le tout ne s’achève en carnaval fellinien au beau milieu du stade où, d’emblée, une cantatrice irascible massacrait The Star-Spangled Banner. On y croise un détective à la rigueur professionnelle trop suspecte pour ne pas amuser, des politicards obsédés par leur image et leurs relations, un conférencier qui se prend pour un piaf, un archange blond administrant la mort à coups de fientes d’oiseau, et un doux dingue ne rêvant, comme Icare, que de caresser les nuages : l’Amérique selon Altman. 4/6

Shokuzai : celles qui voulaient se souvenir (Kiyoshi Kurosawa, 2012)
Comme dans son précédent film, Kurosawa tente de capter les angoisses et les hantises du Japon contemporain en injectant des touches d’inquiétante étrangeté à une intrigue qui ne recourt jamais au fantastique. L’ambition est louable et se transforme ponctuellement à la faveur d’une lumière blafarde, d’un surgissement de cruauté, d’un visage fermé réprimant tantôt la colère, tantôt la détresse, tantôt la folie. Mais pour l’essentiel, Kurosawa manque assez largement son sujet et ne s’en tient, le long d’une structure épisodique vite lassante, qu’à une petite explication de texte au cas par cas sur le thème "Le traumatisme pour les nuls". Et si l’on ne peut lui reprocher du tuer le suspense dès le début, la lourdeur illustrative de ses intentions est plus difficilement pardonnable. 3/6


Et aussi :

Mud (Jeff Nichols, 2012) - 5/6 (tendance 5.5...)
La montagne sacrée (Alejandro Jodorowsky, 1973) - 5/6
Frankenstein Junior (Mel Brooks, 1974) - 3/6
Le démon des armes (Joseph H. Lewis, 1950) - 5/6
Le pigeon (Mario Monicelli, 1958) - 4/6
Noblesse oblige (Robert Hamer, 1949) - 5/6
Monty Python : La vie de Brian (Terry Jones, 1979) - 5/6
Conan le barbare (John Milius, 1981) - 5/6
Du silence et des ombres (Robert Mulligan, 1962) - 5/6


Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Avril 2013 - Les espions (Fritz Lang, 1928)
Mars 2013 - Chronique d'un été (Jean Rouch & Edgar Morin, 1961)
Février 2013 - Le salon de musique (Satyajit Ray, 1958)
Janvier 2013 - L'heure suprême (Frank Borzage, 1927) Top 100
Décembre 2012 - Tabou (Miguel Gomes, 2012)
Novembre 2012 - Mark Dixon, détective (Otto Preminger, 1950)
Octobre 2012 - Point limite (Sidney Lumet, 1964)
Septembre 2012 - Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman, 1973)
Août 2012 - Barberousse (Akira Kurosawa, 1965) Top 100
Juillet 2012 - Que le spectacle commence ! (Bob Fosse, 1979)
Juin 2012 - Pique-nique à Hanging Rock (Peter Weir, 1975)
Mai 2012 - Moonrise kingdom (Wes Anderson, 2012)
Avril 2012 - Seuls les anges ont des ailes (Howard Hawks, 1939) Top 100
Mars 2012 - L'intendant Sansho (Kenji Mizoguchi, 1954)
Février 2012 - L'ombre d'un doute (Alfred Hitchcock, 1943)
Janvier 2012 - Brève rencontre (David Lean, 1945)
Décembre 2011 - Je t'aime, je t'aime (Alain Resnais, 1968)
Novembre 2011 - L'homme à la caméra (Dziga Vertov, 1929) Top 100 & L'incompris (Luigi Comencini, 1966) Top 100
Octobre 2011 - Georgia (Arthur Penn, 1981)
Septembre 2011 - Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu, 1953)
Août 2011 - Super 8 (J.J. Abrams, 2011)
Juillet 2011 - L'ami de mon amie (Éric Rohmer, 1987)
Juin 2011 - Ten (Abbas Kiarostami, 2002)
Dernière édition par Thaddeus le 2 juin 13, 16:26, édité 11 fois.

Avatar de l’utilisateur
LéoL
Electro
Messages : 965
Inscription : 30 août 07, 21:37

Re: Votre film du mois de Mai 2013

Messagepar LéoL » 1 mai 13, 20:53

Mai 2013

Film du mois :

Image
The Breakfast Club (John Hughes, 1985)

Films (re)découverts :

- 8,5/10 -
The Breakfast Club (John Hughes, 1985) - Grosse découverte. Un teen-movie qui transcende ses clichés pour aborder comme aucun autre, c'est-à-dire avec justesse et intelligence, les angoisses de l'adolescence tout en maintenant un équilibre remarquable entre drame et comédie. Le modèle du genre sans aucun doute.

- 8/10 -
Sept jours en mai (John Frankenheimer, 1964) - Excellent thriller militaro-politique au scénario costaud et au casting remarquable que ce soit son duo de stars Lancaster/Douglas ou l'ensemble de ses seconds rôles. Mise en scène et photo parfaites. On est dans la lignée (ou la continuation) de ce qu'a fait Preminger avec Advise and Consent.
Sciuscià (Vittorio de Sica, 1946) - Difficilement plus pessimiste, Sciuscia est le témoin poignant d'une enfance une nouvelle fois dévorée par la brutalité et la misère du monde (adulte).
Attaque ! (Robert Aldrich, 1956) - Aldrich aborde les luttes psychologiques intestines d'un bataillon pour dénoncer la lâcheté et les calculs d'une institution militaire gangrenée. Brillant.
Le Conformiste (Bernardo Bertolucci, 1970) - Fascinant dans la forme, magnétisant dans le fond.

- 7,5/10 -
Le Mystère Picasso (Henri-Georges Clouzot, 1955) - Il y a quelque chose d'enivrant (et parfois de frustrant) à suivre le pinceau, imprévisible, de Picasso esquisser une multitudes de tableaux avant de s'arrêter définitivement sur l'un d'entre eux, au prix de choix que l'on imagine pourtant insolubles.
Le rouleau compresseur et le violon (Andreï Tarkovski, 1961) - Un dernier film d'étude qui s'apparente déjà à un premier petit chef-d’œuvre de poésie, d'une grande richesse et d'une étonnante maturité.

- 7/10 -
Exilé (Johnnie To, 2006) - D'immenses gunfights, aussi courts et tendus qu'intenses, entrecoupent une histoire d'amitié très forte et fatalement émouvante et mélancolique. Le fait de retrouver à chacun de ses films les mêmes (excellents) acteurs aide beaucoup. Et c'est encore plus vrai quand on les enchaine comme je le fais là.
L'ultimatum des trois mercenaires (Robert Aldrich, 1977) - Thriller politique extraordinairement intense et particulièrement violent dans sa dénonciation des "petits" secrets d’État.

- 6,5/10 -
Bullhead (Martin R. Roskam, 2012) - C'est surtout la boule au ventre que j'ai fini se Bullhead... Plus sérieusement, le personnage de Schoenaerts est intéressant bien que simplement ébauché, la faute à un scénario qui rentre dans les clous dans sa deuxième partie après un début prometteur.
1001 pattes (John Lasseter & Andrew Stanton, 1998) - Le savoir-faire narratif de Pixar est déjà bien rôdé, l'animation pas tout à fait.
Joint Security Area (Park Chan-wook, 2000) - Fut un temps où Park Chan-wook utilisait son talent à des sujets qui en valaient la peine. Le problème c'est que, chez lui, la maturité préexistait, elle s'est tout simplement évaporée avec le temps.
L'Opération diabolique (John Frankenheimer, 1966) - Un thriller kafkaïen qui progresse lentement dans une étrange langueur avant de nous dévoiler brutalement toute son horreur.
Les 12 Salopards (Robert Aldrich, 1967) - Malin Aldrich qui après 2h d'un film d'action divertissant et bon enfant ne finit par nous dire rien d'autre que la guerre n'est qu'affaire d'assassins et que l'héroïsme n'est que bain de sang.
Amistad (Steven Spielberg, 1997) - Je m'attendais à bien pire pour le dernier Spielberg qu'il me restait à découvrir. Des maladresses et de la naïveté, sans aucun doute, mais également une grande sincérité et plusieurs passages d'une force indéniable.
Le Roi de l'évasion (Alain Guiraudie, 2009) - Résolument libre, Le Roi de l'évasion s'essouffle un peu à mi-parcours mais réserve tout de même de sacrés moments d'humour décalé et rafraichissant.
Les Hauts de Hurlevents (William Wyler, 1939) - Un classique concis réussi (comme quoi c'est tout à fait possible). C'est aussi sa limite il faut bien l'avouer, l'émotion ne pointant vraiment qu'à la fin.
Disneyland, mon vieux pays natal (Arnaud Des Pallières, 2002) - La voix de Des Pallières est envoûtante, ses images également. On passe de l'une aux autres (et inversement) comme hypnotisé.
Bottle Rocket (Wes Anderson, 1996) - Le ton et le style de Wes Anderson n'ont pas encore atteint leur plénitude dans ce premier film charmant mais inégal.
The Loveless (Kathryn Bigelow, 1982) - Avec une étonnante sérénité, Bigelow suit un groupe de bikers qu'elle mythifie à l'envi. Électrique et charismatique Willem Dafoe.

- 6/10 -
Sparrow (Johnnie To, 2008) - Johnnie To, plus séducteur que jamais, s'offre une petite parenthèse facétieuse et romantique dans un Hong Kong joliment stylisé. Charmant
Sugarland Express (Steven Spielberg, 1974) - Alors oui c'est très bien fait, seulement le road-movie et surtout dans ce genre là, très ancré et critique de son époque, a tendance à m'ennuyer de plus en plus, peut-être parce qu'il n'y a pas une seule chose à laquelle je ne m'attends pas. Dommage.
Petits meurtres entre amis (Danny Boyle, 1994) - Se regarde gentiment et s'oublie rapidement, c'est du moins le sentiment qu'il me donne. Mais pour un premier film, c'est tout à fait correct.
Un crime dans la tête (John Frankenheimer, 1962) - L'une des matrices du film de politique fiction, très séduisant dans ses intentions, pas pleinement satisfaisant dans son exécution.
Medicine Man (John McTiernan, 1992) - La contribution de McTiernan à la protection de la forêt amazonienne. Naïvement aimable.
Bronson (Nicolas Winding Refn, 2008) - Un peu à l'image de son personnage, Bronson est un film fait de coups d'éclat, rares mais puissants, qui ne suffisent pas à lui donner la consistance d'une œuvre parfaite.
Le Grand saut (Joel & Ethan Coen, 1994) - Exercice de style ultra-référencé, très cartoonesque et foisonnant d'idées, au point de manquer un peu d'âme et de chaleur humaine.
Bronco Apache (Robert Aldrich, 1954) - Petite déception. Outre un montage longtemps hasardeux (plein de faux raccords) qui m'a pas mal gêné et que je m'explique mal venant d'un Aldrich qui l'année d'après faisait le pourtant parfait Attaque!, je ne me suis surtout pas passionné pour cette histoire malgré son caractère pro-indien a priori pas inintéressant.
My Fair Lady (George Cukor, 1964) - Le gigantisme hollywoodien de My Fair Lady laisse béat. Il fallait au moins ça pour faire passer une morale des plus passéistes.
Intolérable Cruauté (Joel & Ethan Coen, 2003) - Le minimum pour ne pas s'ennuyer mais tout juste le minimum.

- 5,5/10 -
That Cold Day in the Park (Robert Altman, 1969) - Après une première heure intrigante et énigmatique, That Cold Day in the Park déçoit par la facilité déconcertante de son dénouement.
Stoker (Park Chan-wook, 2013) - Park Chan-wook crée de belles images à partir d'un scénario d'une banalité affligeante et oublie, au moins cette fois-ci, sa complaisance habituelle.
L'écume des jours (Michel Gondry, 2013) - Le bricolage incessant (mais brillant) de Gondry phagocyte toute empathie et émotion. Reste la beauté et l'audace du geste.
Breaking News (Johnnie To, 2004) - To sacrifie la vraisemblance de son histoire à la virtuosité de sa mise en scène. Pour le pire comme pour le meilleur.
Mad Detective (Johnnie To & Ka-Fai Wai, 2007) - Un To mineur, inhabituellement confus dans ses enjeux et pas si sûr de sa mise en scène, mais pas mauvais pour autant.
Dark Star (John Carpenter, 1974) - Dark Star est un peu un genre à lui seul : le space-opéra comique et fauché traversé d'élans métaphysiques. Il m'a quand même fallu au moins 20 minutes avant de me rendre compte que je regardais une comédie...
Point Break (Kathryn Bigelow, 1991) - Entre les "Wouhou" et les "Yeah" incessants et pénibles, Kathryn Bigelow réalise quelques scènes d'actions remarquables (dont une course-poursuite des plus haletantes et probablement l'une des plus réussies) et guère plus...
Miracle à Milan (Vittorio de Sica, 1951) - Je ne sais trop quoi penser de ce conte où l'onirisme côtoie le burlesque, où la féerie côtoie la misère d'un bidonville.
Blue Steel (Kathryn Bigelow, 1989) - Blue Steel réussit des choses mais use tellement des poncifs du genre qu'il en devient terriblement banal.

- 5/10 -
Fulltime Killer (Johnnie To & Ka-Fai Wai, 2001) - Les deux ou trois idées séduisantes de ce Fulltime Killer poussif et ne décollant jamais vraiment ne le sortent pas de sa torpeur générale.
Aux frontières de l'aube (Kathryn Bigelow, 1987) - Une série B de luxe qui réussit son atmosphère mais bâcle méchamment un scénario qui se désintègre aussi vite qu'un vampire au soleil.
Le Poids de l'eau (Kathryn Bigelow, 2000) - Avec ces drames intimistes en miroir, Bigelow joue sur deux tableaux sans qu'aucun ne soit véritablement convaincant.

- 4,5/10 -
Bleeder (Nicolas Winding Refn, 1999) - Bleeder me fait l'effet d'un dernier film d'étudiant (avec tout ce que cela peut induire de défauts : direction d'acteur ou casting hasardeux, scénario bancal, manque de moyens évident...) qui évacue ses peurs et ses complexes avant de se lancer dans le monde adulte.

- 4/10 -
Gatsby le magnifique (Baz Luhrman, 2013) - Luhrmann m'a perdu très rapidement dans ses excès pour ne plus jamais me sortir de ma lassitude par la suite. C'est dommage, le personnage et l'histoire de Gatsby ne peuvent pas être aussi ennuyeux que ce film, si?
Strange Days (Kathryn Bigelow, 1995) - Encore une fois de bonnes idées et des éclats de mise en scène qui se perdent dans une bouillie scénaristique et esthétique indigeste.

- 3/10 -
Running out of Time 2 (Johnnie To & Wing-cheong Law, 2001) - Suite grotesque, plus ridicule et exaspérante que drôle, du jeu du chat et de la souris qu'avait lancé le premier. Vraiment dispensable.

- 2/10 -
Rollerball (John McTiernan, 2002) - Je ne m'attendais pas à une telle catastrophe. Même en sachant qu'il a été charcuté par les studios difficile d'être indulgent. La mise en scène est indigne de McTiernan (j'ai du mal à n'y voir que la faute à un remontage désastreux), le casting est effrayant de nullité, le film est d'une laideur et d'une pauvreté incroyable (mais où sont passés les 70 millions? :shock: ). Pourtant, on peut voir, en gros et rapidement, ce qu'il voulait nous dire avec ce film. Le résultat est juste affligeant :( .

- Hors barème -
The Killers (Andreï Tarkovski & Marika Beiku & Aleksandr Gordon, 1956) - Un premier film d'étudiants très professionnel (à deux ou trois détails près).
Aujourd'hui nous ne quitterons pas nos postes (Andreï Tarkovski & Aleksandr Gordon, 1959) - On pense un peu au Salaire de la peur pour l'intrigue et au néoréalisme italien pour la forme mais il n'y a guère de prétention dans ce deuxième film d'étudiants destiné à la propagande.

Séries :


Films revus :



Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Septembre 2007 : Excalibur de John Boorman
Octobre 2007 : Sueurs froides de Alfred Hitchcock
Novembre 2007 : In the mood for love de Wong Kar Wai
Décembre 2007 : Barry Lyndon de Stanley Kubrick
Janvier 2008 : Le péril jeune de Cédric Klapisch
Février 2008 : Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick
Mars 2008 : A scene at the sea de Takeschi Kitano
Avril 2008 : Rio Bravo de Howard Hawks
Mai 2008 : Un conte de Noël de Arnaud Despléchin
Juin 2008 : M le maudit de Fritz Lang
Juillet 2008 : The Yards de James Gray
Août 2008 : Todo Sobre Mi Madre de Pedro Almodovar
Septembre 2008 : Sur la route de Madison de Clint Eastwood
Octobre 2008: Metropolis de Rintaro
Novembre 2008: La porte du paradis de Michael Cimino
Decembre 2008: Chantons sous la pluie de Gene Kelly et Stanley Donen
Janvier 2009: Boulevard du crépuscule de Billy Wilder
Février 2009 : Rosemary's Baby de Roman Polanski
Mars 2009: La garçonnière de Billy Wilder
Avril 2009: The Thing de John Carpenter
Mai 2009: La soif du mal de Orson Welles
Juin 2009: Il était une fois dans l'Ouest de Sergio Leone
Juillet 2009: Le mécano de la Général de Clyde Bruckman et Buster Keaton
Août 2009: Tout ce que le ciel permet de Douglas Sirk
Septembre 2009: La Vérité de Henri-Georges Clouzot
Octobre 2009: Pulsions de Brian De Palma
Novembre 2009: Missing de Costa-Gavras
Décembre 2009: Casablanca de Michael Curtiz
Janvier 2010: Eve de Jospeh L. Mankiewicz
Février 2010: Le chagrin et la pitié de Marcel Ophuls
Mars 2010: Sept ans de réflexion de Billy Wilder
Avril 2010: Ces messieurs dames de Pietro Germi
Mai 2010: La vie est belle de Frank Capra
Juin 2010: Qu'elle était verte ma vallée de John Ford
Juillet 2010: Le genou de Claire de Eric Rohmer
Août 2010: L'armée des ombres de Jean-Pierre Melville
Septembre 2010: To Be or not to Be de Ernst Lubitsch
Octobre 2010: L'aventure de Mme Muir de Joseph L. Mankiewicz
Novembre 2010: Quai des orfèvres de Henri-Georges Clouzot
Décembre 2010: French Cancan de Jean Renoir
Janvier 2011: Tous en scène de Vincente Minnelli
Février 2011: Les visiteurs du soir de Marcel Carné
Mars 2011: Madame de... de Max Ophüls
Avril 2011: A.I. de Steven Spielberg
Mai 2011: The Tree of Life de Terrence Malick
Juin 2011: Une séparation de Asghar Farhadi
Juillet 2011: L'année du dragon de Michael Cimino
Août 2011: Dersou Ouzala de Akira Kurosawa
Septembre 2011: La charge fantastique de Raoul Walsh
Octobre 2011: Le trou de Jacques Becker
Novembre 2011: Mr Smith au Sénat de Frank Capra
Décembre 2011: Une journée particulière de Ettore Scola
Janvier 2012 : La rondede Max Ophuls
Février 2012 : Elephant Man de David Lynch
Mars 2012 : Stalker de Andreï Tarkovski
Avril 2012 : La Dame du vendredi de Howard Hawks
Mai 2012 : A nos amours de Maurice Pialat
Juin 2012 : Le deuxième souffle de Jean-Pierre Melville
Juillet 2012 : Gentleman Jim de Raoul Walsh
Août 2012 : Voyage à Tokyo de Yasujirō Ozu
Septembre 2012 : Tempête à Washington de Otto Preminger
Octobre 2012 : La maman et la putain de Jean Eustache
Novembre 2012 : Van Gogh de Maurice Pialat
Décembre 2012 : Monsieur Verdoux de Charles Chaplin
Janvier 2013 : The West Wing - Saison 2 de Aaron Sorkin
Février 2013 : Andreï Roublev de Andreï Tarkovski
Mars 2013 : La maison des bois de Maurice Pialat
Avril 2013 : Les Nuits de Cabiria de Federico Fellini
Dernière édition par LéoL le 1 juin 13, 02:29, édité 17 fois.

Avatar de l’utilisateur
G.T.O
Egal à lui-même
Messages : 4051
Inscription : 1 févr. 07, 13:11

Re: Votre film du mois de Mai 2013

Messagepar G.T.O » 1 mai 13, 21:57

FILM DU MOIS


FILMS DÉCOUVERTS

Upstream Colors ( Shane Carruth, 2012) : ✭✭✭✭
3 Women ( Robert Altman, 1977) : ✭✭✭✭

Mud ( Jeff Nichols, 2012) : ✭✭

Lord of salem ( Rob Zzzzzombie, 2012) : ✭
Evil dead ( Fede Alvarez, 2013) : ✭
Trance ( Danny Boyle, 2013) : ✭



FILMS RE-DÉCOUVERTS

Skyfall ( Sam Mendes, 2012) : ✭✭✭
Christine ( John Carpenter,1983) : ✭✭✭✭
Dernière édition par G.T.O le 24 mai 13, 12:12, édité 5 fois.

Avatar de l’utilisateur
Zeldoune
Machino
Messages : 1131
Inscription : 29 déc. 10, 12:24

Re: Votre film du mois de Mai 2013

Messagepar Zeldoune » 1 mai 13, 21:58

Mai 2013

Film du mois :

Image

Two for the road (Voyage à deux) - S.Donen, 1967 : 9/10

Films découverts ou redécouverts :

Casino Royale - V.Guest & K.Hughes &J.Huston & J.McGrath & R.Parrish, 1967 : 5,5/10
Yat doi jung si (The Grandmaster) - Wong.K-w, 2013 : 6,5/10
Never say never again (Jamais plus jamais) - I.Kershner, 1983 : 5/10
Babylon A.D. - M.Kassovitz, 2008 : 5/10
Pieta - Kim.K-d, 2012 : 5/10
The Five-Year engagement (Cinq ans de réflexion) - N.Stoller, 2012 : 7/10
Parker - T.Hackford, 2013 : 6/10
Evil Dead - F.Alvarez : 4/10
Wait until dark (Seule dans la nuit) - T.Young, 1967 : 8/10
Stoker - Park.C-W, 2013 : 7,5/10
Les Patriotes - E.Rochant, 1994 : 9/10
Mud - J.Nichols, 2013 : 8/10
Speed Racer - A&L.Wachowski, 2008 : 7,5/10
Mama - A.Muschietti, 2013 : 4,5/10
Bloodline (Liés par le sang) - 1979 : 4/10
Ip Man 2 - W.Yip, 2010 : 5/10
Sugarland Express - S.Spielberg, 1974 : 7/10
Trance - D.Boyle, 2013 : 4/10
They all laughed (Et tout le monde riait) - P.Bogdanovich, 1981 : 9/10
The Hangover Part II (Very Bad Trip 2) - T.Phillips, 2011 : 5,5/10
Always (Pour toujours) - S.Spielberg, 1989 : 6,5/10
Across the Pacific (Griffes jaunes) - J.Huston, 1942 : 5/10
Fast & Furious 6 - J.Lin, 2013 : 6,5/10
Crank (Hyper tension) - M.Neveldine, B.Taylor, 2006 : 6/10
Crank 2 (Hyper tension 2) - M.Neveldine, B.Taylor, 2009 : 7/10
The Myth of the American Sleepover - D.R.Mitchell, 2010 : 8/10
The Battle of San Pietro (La Bataille de San Pietro) - J.Huston, 1945 : 8/10
La Grande bellezza - P.Sorrentino, 2013 : 8/10

Films revus:

Evil Dead III: Army of darkness (Evil Dead III : L'Armée des ténèbres) - S.Raimi, 1992 : 7/10
The Tree of life - T.Malick, 2011 : 10/10
There's something about Mary (Mary à tout prix) - B&P.Farrelly, 1998 : 7/10
Lawrence of Arabia (Lawrence d'Arabie) - D.Lean, 1962 : 10/10
Barton Fink - J&E.Coen, 1991 : 10/10
Dao (The Blade) - Tsui.H, 1995 : 9/10
Ip Man - W.Yip, 2008 : 7,5/10
Robin and Marian (La Rose et la flèche) - R.Lester, 1976 : 7,5/10
The Hangover (Very Bad Trip) - T.Phillips, 2009 : 7/10
How green was my valley (Qu'elle était verte ma vallée) - J.Ford, 1941 : 10/10
Dernière édition par Zeldoune le 1 juin 13, 12:15, édité 8 fois.

Avatar de l’utilisateur
Karras
Mogul
Messages : 10437
Inscription : 15 avr. 03, 18:31
Liste de DVD
Localisation : La cité du Ponant

Re: Votre film du mois de Mai 2013

Messagepar Karras » 1 mai 13, 22:26

Mai 2013

Film du mois
Effets secondaires

Sorties ciné 2013
La Stratégie de la poussette (2,5/10) : Stratégie du scénario convenu et de l'humour poussif : le lot habituel de la comédie française paresseuse.
Foxfire (6/10) : Pourtant d'une longueur excessive, on reste un peu frustré d'un scénario souvent trop superficiel sur les réelles motivations du groupe de filles. Reste un casting convaincant.
Maniac (6,5/10) : Quelques grosses ficelles mais assez original dans sa réalisation.
Les âmes vagabondes (5/10) : Assez pauvre visuellement, le film souffre surtout du syndrome Twilight avec ses scories de puritanisme bon ton.
Upside down (3,5/10) : Le concept de départ méritait mieux que cette mièvrerie à l'image plutôt laide.
Sublimes créatures (4,5/10) : Une saga ado qui a du mal à sortir des sentiers battus malgré un effort sur les dialogues.
Samsara (7,5/10) : Si le début fait un peu trop catalogue de voyages, le film prend toute sa force lorsqu’il aborde le côté sombre de l'humanité.
Parker (4/10) : Du Statham pur jus dans la baston mais le scénario manque de surprises.
Mariage à l'anglaise (6,5/10) : Même si l'humour est parfois assez gras les dialogues sont plutôt bien dosés et le casting séduisant.
L'hypnotiseur (6,5/10) : Un polar scandinave ou l'on retrouve l'ambiance Millénium /The Killing avec un bon suspens, dommage que sa fin façon "Titanic" soit un peu capillotractée.
Quartet (7/10) : C'est finement interprété et ponctuellement émouvant même si la prise de risque est limitée.
Effets secondaires (8/10) : Un thriller qui nous manipule avec un plaisir certain. Brillante mise en scène.
Sous surveillance (5,5/10) : Thriller politique poussif dans son engagement et dont l'action s'essouffle rapidement.
Renoir (5/10) : C'est joliment filmé mais malgré une voluptueuse Christa Theret ça manque singulièrement de passion pour éviter l'ennui poli.
A la merveille (7,5/10) : Un ballet visuel au message parfois abscons, mais la virtuosité de la mise en scène reste envoutante.
Infiltré (4,5/10) : Constamment le cul entre 2 chaises, Dwayne Johnson n'arrive pas à être vraiment crédible dans un scénario qui se veut à la fois drame humain et film d'action.
Iron man 3 (6,5/10) : Probablement le meilleur de la série grâce à un bonne dose d'humour pince-sans-rire.
The hit girls (3,5/10) : une parodie qui tourne en eau de boudin.
Une vie simple (6,5/10) : Le film surprend par sa sobriété à défaut de vraiment bouleverser.
L'écume des jours (5/10) : On a plutôt l'impression de se promener aux puces de St-Ouen dans cette œuvre bourrée de trouvailles visuelles qui finissent par rendre secondaires les acteurs et diluer toutes émotions.
Oblivion (6,5/10) : Pas révolutionnaire, mais de la SF qui tient la route dans son récit et dans ses effets spéciaux.
Mamà (4,5/10) : Si le casting est plutôt convaincant, le scénario sent le réchauffé et la fin proche du ridicule.
Evil dead (4/10) : Des effets spéciaux réussis mais la tension est sacrifiée à la facilité du gore.
Modus Anomali (3,5/10) : Survival roublard et finalement assez vain.
Mud (7,5/10) : Joli film initiatique dans la lignée de Stand by me qui doit beaucoup à ses décors hors du temps.
Paulette (3/10) : ou Tatie Danielle cuisine des "space cake". Sorte de téléfilm vaguement social, rarement drôle malgré quelques répliques gentiment aigries de Bernadette Lafont.
Alceste à bicyclette (5/10) : Intrigue plate et acteurs qui s'écoutent parler, j'ai crevé en route.
Le passé (7,5/10) : Un cinéma de tension qui vaut tous les slashers sortis ces dernières semaines.
Intersections (2/10) :film aussi improbable que sont point de départ : un carambolage de voitures au milieu du désert. La suite est truffée de sous intrigues sans intérêts avec musique envahissante pour un épilogue de misère.
Un prince (presque) charmant(3,5/10) : Romcom convenue entrecoupée de pub pour la Renault Zoé. Les deux ne vont pas très loin.
Gatsby le Magnifique (5/10) : Mise en scène remarquable pour un scénario qui manque d épaisseur : la cerise est plus grosse que le gâteau.
Max (4,5/10) : Gros loukoum de Noël qui vaut éventuellement pour ses acteurs ( Marielle qui fait du Marielle ) et une gamine plutôt rigolote. Dommage que la fin finisse en indigestion de bon sentiments
Une histoire d'amour (2/10) : Il y avait mieux à faire sur l'affaire Stern que ce truc glacé à l'esthétique de pub pour produit de luxe complétement vide de sentiments. Sinon la Casta porte très bien le cuir.
Shokuzai - Celles qui voulaient se souvenir (7/10) : Un conte social aux confins du fantastique, à l'ambiance glacée et aux personnages plutôt addictifs.
The Call (4,5/10) : Quelques moments de tension bien gérés plombés par un invraisemblable scénario.


Films découverts

Films revus

Série TV
Dernière édition par Karras le 1 juin 13, 09:07, édité 4 fois.

Avatar de l’utilisateur
Kevin95
Footix Ier
Messages : 17629
Inscription : 24 oct. 04, 16:51
Localisation : Devine !

Re: Votre film du mois de Mai 2013

Messagepar Kevin95 » 1 mai 13, 22:35

Mai 2013

Film du mois :

Image

Films découverts et revus :

Mother (Joon-ho Bong, 2009) : Image Découverte
Minnie and Moskowitz (John Cassavetes, 1971) : Image Découverte
All Quiet on the Western Front (Lewis Milestone, 1930) : Image Découverte
Signes extérieurs de richesse (Jacques Monnet, 1983) : Image Découverte
L'Evénement le plus important depuis que l'homme a marché sur la lune (Jacques Demy, 1973) : Image Découverte
La Balance (Bob Swaim, 1982) : Image Découverte
Caught (Max Ophüls, 1949) : Image Découverte
The Train (John Frankenheimer, 1964) : Image Découverte
Starman (John Carpenter, 1984) : Image Découverte
Ronde de nuit (Jean-Claude Missiaen, 1984) : Image Découverte

Charlotte for Ever (Serge Gainsbourg, 1986) : Image Révision
C'è Sartana... vendi la pistola e comprati la bara (Giuliano Carnimeo, 1970) : Image Découverte
Against All Odds (Taylor Hackford, 1984) : Image Découverte
Masques (Claude Chabrol, 1987) : Image Découverte
You Don't Mess with the Zohan (Dennis Dugan, 2008) : Image Révision
Dernier été à Tanger (Alexandre Arcady, 1987) : Image Découverte

The Golden Child (Michael Ritchie, 1986) : Image Découverte
L'Arbalète (Sergio Gobbi, 1984) : Image Découverte
Tenacious D in The Pick of Destiny (Liam Lynch, 2006) : Image Révision
Un été d'enfer (Michael Schock, 1984) : Image Découverte

The Pied Piper (Jacques Demy, 1972) : Image Découverte

Ne réveillez pas un flic qui dort (José Pinheiro, 1988) : Image Découverte
Cannibal Holocaust (Ruggero Deodato, 1980) : Image Découverte

On l'appelle Catastrophe (Richard Balducci, 1983) : Image Découverte
Dernière édition par Kevin95 le 1 juin 13, 15:53, édité 10 fois.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)

Avatar de l’utilisateur
johell
1/10 à chaque oeil
Messages : 5404
Inscription : 3 janv. 07, 10:20
Localisation : Suisse

Re: Votre film du mois de Mai 2013

Messagepar johell » 1 mai 13, 23:53

Film du mois :
Image
CONVOI DE FEMMES (Westward The Women) de William A. Wellman (1951)


Films découverts
CONVOI DE FEMMES (Westward The Women) de William A. Wellman (1951) : 10/10
LES INCONNUS DANS LA VILLE (Violent Saturday) de Richard Fleischer (1955) : 10/10
EN QUATRIEME VITESSE (Kiss Me Deadly) de Robert Aldrich (1955) : 9/10
LE DESERT ROUGE (Il Deserto Rosso) de Michelangelo Antonioni (1964) : 9/10
L'ESPRIT DE LA RUCHE (El Espíritu De La Colmena) de Victor Erice (1973) : 9/10
OPERATION PEUR (Operazione Paura) de Mario Bava (1966) : 9/10
SOLDAT BLEU (Soldier Blue) de Ralph Nelson (1970) : 9/10
TIME CODE (Timecode) de Mike Figgis (2000) : 9/10
TRANCE de Danny Boyle (2013) : 8/10
ITOKA, LE MONSTRE DES GALAXIES (Uchu Daikaiju Girara) de Kazui Nihonmatsu (1967) : 7/10
LE BATEAU DE LA MORT (Deathship) de Alvin Rakoff (1980) : 7/10
THE BIG DOLL HOUSE de Jack Hill (1971) : 7/10
GOKE, BODY SNATCHER FROM HELL (Kyuketsuki Gokemidoro) de Hajime Sato (1968) : 7/10
LA CREATURE EST PARMI NOUS (The Creature Walks Among Us) de John Sherwood (1956) : 7/10
LA GARCE (Beyond The Forest) de King Vidor (1949) : 7/10
BLACK WATER de David Nerlich & Andrew Traucki (2007) : 7/10
LINDA LINDA LINDA de Nobuhiro Yamashita (2005) : 7/10
LES AVENTURES DE TARZAN (The Adventures Of Tarzan) de Robert F. Hill & Scott Sidney (1921) : 7/10
LA ROSE POURPRE DU CAIRE (The Purple Rose Of Cairo) de Woody Allen (1985) : 7/10
JULIA X de P.J. Pettiette (2011) : 6/10
THE LIVING SKELETON (Kyûketsu Dokuro-Sen) de Hiroshi Matsuno (1968) : 6/10
GENOCIDE (Konchu Daisenso) de Kazui Nihonmatsu (1968) : 6/10
CINQ SURVIVANTS (Five) de Arch Oboler (1951) : 6/10
APPELEZ-MOI MONSIEUR TIBBS (They Call Me Mister Tibbs!) de Gordon Douglas (1970) : 6/10
EVIL DEAD de Fede Alvarez (2013) : 6/10
LE PASSE de Asghar Farhadi (2013) : 5/10
DOCUMENTEUR de Agnès Varda (1981) : 5/10
LA REVANCHE DE LA CREATURE (Revenge Of The Creature) de Jack Arnold (1955) : 5/10
MY NAME IS KHAN de Karan Johar (2010) : 5/10
LOULOU de Maurice Pialat (1980) : 5/10
GATSBY LE MAGNIFIQUE (The Great Gatsby) de Baz Luhrmann (2013) : 5/10
LOLA MONTES de Max Ophüls (1955) : 4/10
FAST & FURIOUS 6 de Justin Lin (2013) : 4/10
POLICE de Maurice Pialat (1985) : 4/10
L'ODYSSEE SOUS LA MER (The Neptune Factor) de Daniel Petrie (1973) : 4/10
AMOUR & TURBULENCES de Alexandre Castagnetti (2013) : 4/10
WIN WIN de Claudio Tonetti (2013) : 4/10
BLOOD REICH (Bloodrayne: The Third Reich) de Uwe Boll (2010) : 4/10
MAMA de Andrés Muschietti (2013) : 3/10
LES SOIREES D'UN COUPLE VOYEUR de Jean-Claude Roy (1980) : 3/10
LES GAMINS de Anthony Marciano (2013) : 3/10
THE HIT GIRLS (Pitch Perfect) de Jason Moore (2012) : 2/10


Série TV
AMERICAN HORROR STORY, SEASON 2 : ASYLUM de Brad Falchuk & Ryan Murphy (2012) : 4/10


Films revus
LES DENTS DE LA MER (Jaws) de Steven Spielberg (1975) : 10/10
ALIEN, LE 8EME PASSAGER (Alien) de Ridley Scott (1979) : 10/10
LES DIABLES (The Devils) de Ken Russell (1971) : 10/10
BOULEVARD DU CREPUSCULE (Sunset Blvd.) de Billy Wilder (1950) : 10/10
LA NUIT (La Notte) de Michelangelo Antonioni (1961) : 10/10
HARAKIRI (Seppuku) de Masaki Kobayashi (1962) : 10/10
POLTERGEIST de Tobe Hooper (1982) : 10/10
ALIEN 3 de David Fincher (1992) : 9/10
ALIENS, LE RETOUR (Aliens) de James Cameron (1986) : 9/10
LE CROCODILE DE LA MORT (Eaten Alive) de Tobe Hooper (1977) : 9/10
BODY DOUBLE de Brian De Palma (1984) : 9/10
STARBUCK de Ken Scott (2011) : 9/10
KILLER JOE de William Friedkin (2011) : 9/10
A SERBIAN FILM (Srpski Film) de Srdjan Spasojevic (2010) : 8/10
L'ETRANGLEUR DE BOSTON (The Boston Strangler) de Richard Fleischer (1968) : 8/10
DESPUES DE LUCIA de Michel Franco (2012) : 8/10
DAGON de Stuart Gordon (2001) : 8/10
JURASSIC PARK de Steven Spielberg (1993) : 7/10
WOMEN IN CAGES de Gerardo de Leon (1971) : 7/10
THE BIG BIRD CAGE de Jack Hill (1972) : 7/10
LES CHRONIQUES DE TCHERNOBYL (Chernobyl Diaries) de Bradley Parker (2012) : 7/10
LEVIATHAN de George P. Cosmatos (1989) : 7/10
PANICS (Bad Dreams) de Andrew Fleming (1988) : 7/10
JEUNES FILLES IMPUDIQUES de Jean Rollin (1973) : 6/10
GRIZZLY de William Girdler (1976) : 6/10
PEUR BLEUE (Deep Blue Sea) de Renny Harlin (1999) : 6/10
SHARKTOPUS de Declan O'Brien (2010) : 6/10
BLOODY BIRD (Deliria) de Michele Soavi (1987) : 5/10
ALIEN RESURRECTION de Jean-Pierre Jeunet (1997) : 4/10
ANTICHRIST de Lars Von Trier (2009) : 3/10
UN CRI DANS L'OCEAN (Deep Rising) de Stephen Sommers (1998) : 3/10

Rouge = Films vus en salles

Films des mois précédents

Spoiler (cliquez pour afficher)
Janvier 2007 = A BOUT DE COURSE / RUNNING ON EMPTY de Sidney Lumet (1988)
Février 2007 = THE HOST / GWOEMUL de Joon-ho Bong (2006)
Mars 2007 = MAD COWGIRL de Gregory Hatanaka (2006)
Avril 2007 = BOULEVARD DU CREPUSCULE / SUNSET BLVD. de Billy Wilder (1950)
Mai 2007 = LES SEPT SAMOURAIS / SHICHININ NO SAMURAI de Akira Kurosawa (1954)
Juin 2007 = HOT FUZZ de Edgar Wright (2007)
Juillet 2007 = MUSHISHI de Katsuhiro Ôtomo (2006)
Août 2007 = DANGER : DIABOLIK! / DIABOLIK de Mario Bava (1968)
Septembre 2007 = LA VENGEANCE DANS LA PEAU / THE BOURNE ULTIMATUM de Paul Greengrass (2007)
Octobre 2007 = VA, VA, VIERGE POUR LA DEUXIEME FOIS / YUKE YUKE NIDOME NO SHOJO de Koji Wakamatsu (1969)
Novembre 2007 = JUDEX de Georges Franju (1963)
Décembre 2007 = SINGAPORE SLING / SINGAPORE SLING: O ANTHROPOS POU AGAPISE ENA PTOMA de Nikos Nikolaidis (1990)
Janvier 2008 = POLICE SPECIALE / THE NAKED KISS de Samuel Fuller (1964)
Février 2008 = HÄXAN, LA SORCELLERIE A TRAVERS LES ÂGES / HÄXAN de Benjamin Christensen (1922)
Mars 2008 = THERE WILL BE BLOOD de Paul Thomas Anderson (2007)
Avril 2008 = LES INNOCENTS / THE INNOCENTS de Jack Clayton (1961)
Mai 2008 = LE VISAGE D'UN AUTRE / TANIN NO KAO de Hiroshi Teshigahara (1966)
Juin 2008 = LE FANTÔME DE MILBURN / GHOST STORY de John Irvin (1981)
Juillet 2008 = LET THE RIGHT ONE IN / LAT DEN RÄTTE KOMMA IN de Tomas Alfredson (2008)
Août 2008 = BIENVENUE DANS L'AGE INGRAT / WELCOME TO THE DOLLHOUSE de Todd Solondz (1995)
Septembre 2008 = REBELLION / JÔ-UCHI : HAIRYÔ TSUMA SHIMATSU de Masaki Kobayashi (1967)
Octobre 2008 = VINYAN de Fabrice Du Welz (2008)
Novembre 2008 = THE VISITOR de Thomas McCarthy (2007)
Décembre 2008 = ORGIES SADIQUES DE L'ERE EDO / ZANKOKU IJÔ GYAKUTAI MONOGATARI: GENROKU ONNA KEIZU de Teruo Ishii (1969)
Janvier 2009 = HOUSE / HAUSU de Nobuhiko Obayashi (1977)
Février 2009 = LE DUO DE LA MORT / FEMINA RIDENS de Piero Schivazappa (1969)
Mars 2009 = LA MALEDICTION DES WHATELEY / THE SHUTTERED ROOM de David Greene (1967)
Avril 2009 = PONYO SUR LA FALAISE/ GAKE NO UE NO PONYO de Hayao Miyazaki (2008)
Mai 2009 = POSSESSION de Andrzej Zulawski (1981)
Juin 2009 = LES PROIES / THE BEGUILED de Don Siegel (1971)
Juillet 2009 = LEFT BANK / LINKEROEVER de Pieter Van Hees (2008)
Août 2009 = COLLEGE ROCK STARS / BANDSLAM de Todd Graff (2009)
Septembre 2009 = DEMINEURS / THE HURT LOCKER de Kathryn Bigelow (2008)
Octobre 2009 = LA NUIT DES SANGSUES / NIGHT OF THE CREEPS de Fred Dekker (1986)
Novembre 2009 = L'OEUF DE L'ANGE / TENSHI NO TAMAGO de Mamoru Oshii (1985)
Décembre 2009 = LOVE LETTER de Shunji Iwai (1995)
Janvier 2010 = UNE NUIT A NEW YORK / NICK & NORAH : INFINITE PLAYLIST de Peter Sollett (2008)
Février 2010 = A SINGLE MAN de Tom Ford (2009)
Mars 2010 = THIRST / BAKJWI de Chan-wook Park (2009)
Avril 2010 = SPIDER BABY de Jack Hill (1968)
Mai 2010 = ORLANDO de Sally Potter (1992)
Juin 2010 = MARIANNE DE MA JEUNESSE de Julien Duvivier (1955)
Juillet 2010 = STEFANIES GESCHENK de Mathieu Seiler (1995)
Août 2010 = L'ENFANT MIROIR / THE REFLECTING SKIN de Philip Ridley (1990)
Septembre 2010 = CANINE / KYNODONTAS de Yorgos Lanthimos (2009)
Octobre 2010 = MES NUITS AVEC...ALICE, PENELOPE, ARNOLD, MAUD ET RICHARD de Michel Barny & Frédéric Lansac (1975)
Novembre 2010 = LA RANDONNEE / WALKABOUT de Nicolas Roeg (1971)
Décembre 2010 = ENQUÊTE SUR UN CITOYEN AU-DESSUS DE TOUT SOUPCON / INDAGINE SU UN CITTADINO AL DI SOPRA DI OGNI SOSPETTO de Elio Petri (1970)
Janvier 2011 = POUPOUPIDOU de Gérald Hustache-Mathieu (2011)
Février 2011 = DEAD PEOPLE / MESSIAH OF EVIL : THE SECOND COMING de Willard Huyck (1973)
Mars 2011 = MARIE POUPEE de Joël Seria (1976)
Avril 2011 = LA BALLADE DE L'IMPOSSIBLE / NORUWEI NO MORE deTran Anh Hung (2010)
Mai 2011 = LA SOLITUDE DES NOMBRES PREMIERS / LA SOLITUDINE DEI NUMERI PRIMI de Saverio Costanzo (2010)
Juin 2011 = LE ORME de Luigi Bazzoni (1975)
Juillet 2011 = HANNA de Joe Wright (2011)
Août 2011 = AUPRES DE MOI TOUJOURS / NEVER LET ME GO de Mark Romanek (2010)
Septembre 2011 = JEUX INTERDITS DE L'ADOLESCENCE / MALADOLESCENZA de Pier Giuseppe Murgia (1977)
Octobre 2011 = DEATH BED - THE BED THAT EATS de George Barry (1977)
Novembre 2011 = LA FEMME DU VEME / THE WOMAN IN THE FIFTH de Pawel Pawlikowski (2011)
Décembre 2011 = LES NEIGES DU KILIMANDJARO de Robert Guediguian (2011)
Janvier 2012 = LE SAMOURAÏ de Jean-Pierre Melville (1967)
Février 2012 = MATINS CALMES A SEOUL / BOOK CHON BANG HYANG de Sang-Soo Hong (2011)
Mars 2012 = JOHNNY S'EN VA-T-EN GUERRE / JOHNNY GOT HIS GUN de Dalton Trumbol (1971)
Avril 2012 = TWIXT de Francis Ford Coppola (2011)
Mai 2012 = LISA ET LE DIABLE / LISA E IL DIAVOLO de Mario Bava (1974)
Juin 2012 = L'EDEN ET APRES de Alain Robbe-Grillet (1970)
Juillet 2012 = SCHIZOPHRENIA - LE TUEUR DE L'OMBRE... / ANGST de Gerald Kargl (1983)
Août 2012 = PSYCHOMANIA de Don Sharp (1973)
Septembre 2012 = L'OEIL DU MALIN / EYE OF THE DEVIL de J. Lee Thompson (1966)
Octobre 2012 = FUEGO de Armando Bo (1969)
Novembre 2012 = WEEK-END SAUVAGE / DEATH WEEKEND de William Fruet (1976)
Décembre 2012 = ERNEST ET CELESTINE de Stéphane Aubier, Vincent Patar & Benjamin Renner (2012)
Janvier 2013 = LES DIMANCHES DE VILLE D'AVRAY de Serge Bourguignon (1962)
Février 2013 = LA TROISIEME PARTIE DE LA NUIT / TRZECIA CZESC NOCY de Andrzej Zulawski (1971)
Mars 2013 = SPRING BREAKERS de Harmony Korine (2012)
Avril 2013 = L'ÎLE NUE / HADAKA NO SHIMA de Kaneto Shindô (1960)
Dernière édition par johell le 1 juin 13, 01:17, édité 44 fois.

Avatar de l’utilisateur
francesco
Accessoiriste
Messages : 1515
Inscription : 28 juin 06, 15:39
Localisation : Paris depuis quelques temps déjà !

Re: Votre film du mois de Mai 2013

Messagepar francesco » 2 mai 13, 17:46

Films découverts

L'Inconnu (T.Browning - 1927 - DVD italien). Wow. 50 minutes incroyables de tension où Lon Chaney est fascinant (quel acteur !!!!). On reste ébloui par tout, l'intrigue, la mise en scène, les étrangetés des séquences et du scénario et on a plutôt très peur. 10/10

Fedora (Wilder - 1978 - Copie VOST). J'ai tellement adoré que je pense presque en faire mon film du mois, mais ma copie est vraiment mauvaise et j'aurais du mal à expliquer ma fascination, qui tient peut-être plus au sujet du film et purement au scénario qu'à la mise en scène proprement dite. Donc pour l'instant 9,5/10.

Derrière le miroir (Ray - 1956 DVD commercial). La peinture du cadre familial, la photographie parfois, certains cadres, évoquent le grand mélo américain des années 50. D'ailleurs j'ai versé une larme à la fin. On sent que le film se veut un peu plus que ça, en tout cas il est au moins autant réflexif qu'émotionnel. Une oeuvre parfaitement maîtrisée, d'une sûreté narrative et cinématographique assez incroyable, rien ne semble laissé au hasard dans la composition des images. James Mason et Barbara Rush forment un couple inoubliable. 9/10

Le Passé (Faradhi - 2013 - Cinéma) Superbe film, qui a des allures de mélodrame, de chronique familiale et de je ne sais quoi encore, mais qui, en tous les cas, touche vraiment à quelque chose de profondément humain et sincère. Certaines séquences (et la dernière image) sont absolument magnifiques. Les acteurs sont excellents, sans exception avec une mention spéciale pour le petit garçon, qui tire des larmes malgré sa mauvaise tête. 9/10

Queen Kelly (Von Stroheim - 1928 -coffret Von Stroheim) Absolument fascinant, même si inachevé. Chaque scène est inoubliable et on en demande encore. Swanson n'est pas à l'aise, mais peut se révéler très émouvante à certains moments, les autres sont extraordinaires. Vraiment un grand film malade qui suspend le temps. 9/10

Man Wanted (Dieterle - 1932- copie Orange VOST). Une pépite pré-code, coquine et pleine de sous-entendus. Dieterle est un grand réalisateur, digne parfois de Lubitsch pour l'utilisation de l'ellipse et l'humour qui ne vire jamais au graveleux. Belle distribution dominée par Kay Francis, plus élégante que jamais et le très beau David Manners. 8,5/10

Les Nouvelles vierges (Baumont - 1928 - Copie USA) Muet "musical" avec bande sonore et bruitage. Extrêmement glamour, terriblement 20's (dans le bon sens du terme), plein de sentiments violents et avec un beau personnage de garce en prime. Crawford est bien, mais c'est Anita Page (la garce évidemment) qui impressionne. 8/10

The Company she keeps (Cromwell - 1951 - copie TV) Bon film "de moeurs" ni noir (malgré certaines ambiances poisseuses) ni réellement sentimental (en raison de la charge sociale très importante). On ne s'ennuie pas du tout, le scénario est plutôt bien fichue et les personnages intéressants, en particulier celui joué par Jane Greer, remarquable et troublante, à son habitude. 8/10

Ann Vickers (Cromwell - 1933) Excellent précode, au rythme soutenu mais qui n'est pourtant jamais réellement élliptique. C'est vraiment surprenant du début à la fin, on ne sait jamais dans quelle direction le scénario nous entraine (c'est probablement une bonne adoptation). Dunne est très bonne, ce qui n'est pas vraiment une surprise. 8/10

Ris donc paillasse (H.Brenon - 1928 - DVD italien). La copie est très belle et rend justice aux paysages italiens du film. L'intrigue est attendue (même si je déteste ces histoires de filles adoptives qui tout à coup deviennent des objets de désir pour leur père adoptif ... c'est triste, mais ça reste glauque et incompréhensible pour moi) mais débouche sur un final absolument poignant. Lon Channey est un génie du cinéma et Loretta Young est adorable dans son premier grand rôle. 8/10

La Tornade (Dieterle - 1937 - Copie VOST). Mélodrame qui exploite au maximum la veine du sublime. On reste un peu distant du coup, mais en même temps, c'est tellement cohérent d'un bout à l'autre (la musique de Korngold, l'interprétation de Kay Francis, éblouissante, et Erol Flynn sont à l'unisson) dans ce registre qu'on regarde l'ensemble comme un beau tableau ancien. Plus j'y pense plus je me dis que c'est réussi quand même. 8/10

Amor y sexo (Alcoriza - 1964 - copie sans sous-titres). Modernisation habile de Sapho de Daudet (deux films, un opéra, une pièce avaient déjà été adaptés du roman), où finalement les sentiments exacerbés des personnages finissent par faire passer ce que leur comportement peut avoir de déjà irrationnel en 1964, même au Mexique. C'est vraiment intéressant et on Maria Felix offre une interprétation savoureuse et sans trop limite, comme j'aime bien, parfois. 8/10

Senso (Visconti - 1954 -DVD commercial, version restaurée) On est pas toujours disponible pour les chefs-d'oeuvres et je suis donc resté relativement insensible à une des oeuvres phrare du cinéma mondial, gêné par l'interprétation de Granger, par le doublage (que j'ai senti avec plus de violence que d'habitude) et par je ne sais quoi encore. Mais enfin la succession d'images sublimes est quand même renversante et je n'hésiterai pas à revoir le film, peut-être sur grand écran. 8/10 parce que quoiqu'il en soit et quoique j'en pense, c'est vraiment beau.

Morts suspectes (Crichton - 1978 - TV VF) Je me suis laissé prendre par l'habileté de ce thriller, pas horrifique mais plutôt angoissant et dans lequel j'ai eu au moins une surprise. Genevieve Bujold avait beaucoup de talent et de charme. 7,5/10.

La Mégère apprivoisée (Reynolds - 1929 - DVD Commercial français). Version condensée de la pièce de Shakespeare, mise en scène avec beaucoup de travelings par Reynolds, elle vaut surtout pour deux choses : la reconstitution féérique d'une Italie pseudo-médiévale (le costume de mariée de Mary Pickford !) et l'interprétation du couple vedette. Fairbanks est un peu trop vieux, Pickford compose un peu beaucoup, mais leur duo dans la scène de la chambre, très "muet" dans l'interprétation, m'a fait hurler de rire. 7/10

Les Accusés (Kaplan - 1988 - TV). Bon film de procès, bien interprété par tout le monde, malgré le look années 80 qui m'empêche toujours de prendre les choses au sérieux complètement. La scène du viol est insoutenable de violence non montrée explicitement. 7/10

Les Divins secrets (C.Khouri - 2002 - DVD commerce). Vrai "Film de filles" adaptée d'un roman à succès, ce n'est pas de la Rom Com (malgré la présence de Sandra Bullock) plutôt une plongée attendrie et dramatique à la fois dans les bayous de Louisiane. Ca se laisse voir et le casting est cinq étoiles (Bullock, Burstyn, Judd, Maggie Smith, Shirley Knight !) 7/10

Le Voyage extraordinaire (Koster - 1951 - Copie TV) Euh ... Jocker un peu là. Quel drôle de film, toujours surprenant (on ne sait jamais où il nous mène) mais un peu ennuyeux pourtant, malgré quelques moments vraiment charmants et un délicieux James Stewart. 7/10

Le couteau sur la nuque (Antonio - 1985 - DVD commerce) Bon Agatha Christie télévisuel. Dommage que le look 80's de la photo et de certaines coiffures enlève de son charme au film qui arrive pourtant à avoir une allure globalement anglaise très appréciable (l'intrigue se passant dans la haute société londonienne, ça évite les catastrophes comme celles qu'on doit supporter dans Crime en trois actes par exemple.) Ustinov est toujours parfait, Dunaway imite Monroe plutôt bien et il y a même ... David Suchet en inspecteur ! 6,5/10

In the Meantime, darling (Preminger - 1944 - Copie TV) Je n'ai pas beaucoup aimé le principe du film (j'ai trouvé que la situation de l'héroïne était souvent trop humiliante pour être drôle) et j'ai vraiment trouvé qu'il manquait de développement, mais il est incontestablement efficace et Jeanne Crain, toute jeune, est très bonne. 6/10

Une allumette pour trois(Leroy - 1932 - DVD Commercial) Petite déception devant ce film, qui a très bonne réputation. C'est très Warner année 30, je comprends que ça emballe plus d'un, mais finalement j'ai trouvé la mécanique et le parti pris de rapidité vraiment trop automatique, pour arriver à un final dramatique à souhait mais inutilement "film de gangster" à mon avis. Dvorak est très bien, Blondell et surtout la pauvre Davis sont sacrifiées. 6/10

The Canary Murder Case (Saint-Clair - 1929 - DVD italien avec stf) Un drôle de film. D'abord muet a été sonorisé et surtout doublé et retourné en partie. Certaines scènes sont donc absolument silencieuses. Louise Brooks refusa de retourner son rôle, elle est doublée par une autre pour les parties où elle apparait (les 20 premières minutes). La copie accentue encore davantage le côté "début du cinéma" ce qui rend les dialogues encore plus étonannts. Quoiqu'il en soit, on ne s'ennuie pas, l'intrigue a l'air fidèle à un roman et ressemble à un jeu d'échec. William Powell construit son personnage de détective gentleman avec talent. Jean Arthur a quelques répliques, elle est, pour une fois, très mauvaise. 6/10

5/10 Mademoiselle Volcan (V.Fleming - 1933 - copie TCM). Soyons honnête, j'ai détesté. Ca fait longtemps que le principe même d'un film ne m'aura pas autant mis mal à l'aise. Jean Harlow (en gueulant pendant 90 minutes) joue une pauvre fille, star de Hollywood, qui est martyrisée et exploitée par sa famille et son studio, en particulier son responsable de publicité, soit-disant amoureux d'elle, joué par Lee Tracy, particulièrement laid d'ailleurs. On est censé rire des espoirs et des rêves de la malheureuse, systématiquement brisés par le système. En fait c'est un drame, traité comme une comédie. La ressemblance avec la vie de l'interprète principale rend les choses encore désagréables. 5/10 parce que c'est, d'un point de vue cinématographique, trépidant et assumé.

Films revus

Night song (Cromwell - 1947 - copie TV) Merveilleux film romantique en musique, comme on les aime. Toujours aussi séduit par l'intrigue, l'atmosphère et le couple Dana Andrews-Merle Oberon. 8,5/10

Le Naufrageurs des mers du Sud. (De Mille - 1942 - DVD commerce) J'hésite entre 7 et 8, parce quand même j'aime beaucoup ce film, en dépit de son absence relative de finesse.

Les Conquérants du nouveau monde (De Mille - 1947 -DVD commerce) Identique. Je le place sous le Les Naufrageurs parce que la charge raciste est un peu lourde quand même, même pour 1947, mais Paulette Goddar et Gary Cooper sont vraiment excellent.
Dernière édition par francesco le 31 mai 13, 22:25, édité 11 fois.
Spoiler (cliquez pour afficher)
June Allyson
Mary Astor
Carroll Baker
Leslie Caron
Joan Collins
Joan Crawford
Bette Davis
Doris Day
Irene Dunne
Edwige Feuillère
Greer Garson
Betty Grable
Gloria Grahame
Susan Hayward
Miriam Hopkins
Betty Hutton
Jennifer Jones
Zarah Leander
Gina Lollobrigida
Jeanette MacDonald
Anna Magnani
Jayne Mansfield
Sara Montiel
Maria Montez
Merle Oberon
Anna Neagle
Lilli Palmer
Eleanor Parker
Rosalind Russell
Lizabeth Scott
Norma Shearer
Lana Turner
Jane Wyman
Loretta Young

Avatar de l’utilisateur
monk
Décorateur
Messages : 3580
Inscription : 21 juin 05, 09:55

Re: Votre film du mois de Mai 2013

Messagepar monk » 2 mai 13, 17:55

Notes de ° à *****

MAI

DECOUVERTES

A bout portant de Don Siegel **
Guet-apens de Sam Peckinpah ****
Les Croods de Chris Sanders et Kirk De Micco ***
Go west de Buster Keaton ***
Bullitt de Peter Yates ***
Coups de feu dans la sierra de Sam Peckinpah ***
Bodyguards and assassins de Teddy Chen °
Mud de Jeff Nichols ****
Au service secret de sa majesté de Peter Hunt **
Our hospitality de Buster Keaton et John G. Blystone ****
Sherlock Jr de Buster Keaton ****
The Navigator de Buster Keaton et Donald Crisp ***
Quantum of solace de Marc Forster ***
Epic de Chris Wedge *
Seven chances de Buster Keaton ***
L'opérateur de Edward Sedgwick ****
Mission : Cheveux de John Woo °
L'opinion publique de Charles Chaplin ****


RE VISIONS

The thing de John Carpenter ****
Jurassic Park de Steven Spielberg ***
Le monde perdu de Steven Spielberg *
Iron man 2 de Jon Favreau **
Mission : Impossible de Brian De Palma ***
M:I:III de J.J. Abrams ***
Mission : impossble - protocole fantome de Brad Bird ***
La mort dans la peau de Paul Greengrass ****
La vengeance dans la peau de Paul Greengrass ****


TV SHOWS

Game of thrones S2 (fin) ***
Treme S1 (en cours)


Mois précédents
Spoiler (cliquez pour afficher)
AVRIL

DECOUVERTES

Volt de Byron Howard & Chris Williams **
Un temps pour aimer, un temps pour mourrir de Douglas Sirk ****
Tout ce que le ciel permet de Douglas Sirk ****
La rivière rouge de Howard Hawks ***
America america de Elia Kazan ***
Propriété interdite de Sydney Pollack ***
L'homme à la peau de serpent de Sydney Lumet **
Chronicle de Josh Trank **
Le mecano de la Générale de Buster Keaton ****
Pat Garrett et Billy le Kid de Sam Peckinpah ****
Les inconnus dans la ville de Richard Leischer ***
Le monde, la chair et le diable de Ranald MacDougall **
Yakuza de Sydney Pollack ***
The grandmaster de Wong Kar Wai ****
Iron man three de Shane Black ***
Ernest et Célestine de Benjamin Renner, Stéphane Aubier et Vincent Patar ***


RE VISIONS

Tron de Steven Lisberger **
Wreck it Ralph de Rich Moore ***

TV SHOWS

Mad men S5 (fin) *
Game of thrones S2 (en cours)
Treme S1 (en cours)


------------------------------------------

MARS

DECOUVERTES

Skyfall de Sam Mendes ***
Hôtel Transylvanie de Genndy Tartakovsky *
Qu'est-il arrivé à Baby Jane ? de Robert Aldrich ***
The parallax view de Alan J. Pakula ****
Colorful de Keiichi Hara **
Looper de Rian Johnson ***
A la merveille de Terrence Malick **
BSG: blood & chrome de Jonas Pate **
La féline de Jacques Tourneur **
Cosmopolis de David Cronenberg *
Steamboat Bill, Jr de Charles Reisner ***


RE VISIONS

Die hard 4 de Len Wiseman ***
Tron legacy de Joseph Kosinski ***
Le nouveau monde (verion longue) de Terrence Malick *****


TV SHOWS

Mad men S5 (en cours) +

----------------------------------------------

FEVRIER

DECOUVERTES

La Couleur du prisme, La mécanique du temps de Jacqueline Caux **
Le cuirassé Potemkine de Sergueï M. Eisenstein ****
Assault girls de Mamoru Oshii *
L'ombre d'un doute de Alfred Hitchcock ***
Les 3 jours du condor de Sydney Pollack ***
The hustler de Robert Rossen ****
Ted de Seth MacFarlane *
Peggy Sue s'est marriée de Françis Ford Coppola **


RE VISIONS

La couleur de l'argent de Martin Scorcese ****


TV SHOWS

Justified S3 (fin) ***
Mad men S5 (en cours)


---------------------------------------------

JANVIER

** DECOUVERTES **

Titanic de James Cameron

La taupe de Tomas Alfredson
Très poseur, volontairement obscure, et assez vain finalement. Je ne garde pas.
Sunset Boulevard de Billy Wilder
Superbe évocation de la fin d'un règne. C'est tragique et dramatique, mais le film est aussi un film noir, et le mélange est très plaisant, tout à fait maitrisé. Terrible satyre d'Hollywood. Superbe. Je garde.
My week with Marilyn de Simon Curtis
Ne dépassant pas le stade du film sympa, il n'en est pas moins touchant, avec une très belle performance de Michelle Williams, encore une fois. Je ne garde pas, mais c'était bien.

Old Joy de Kelly Reichardt
Wendy & Lucy de Kelly Reichardt
Shame de Steve McQueen
Shotgun stories de Jeff Nichols
Spacked out de Lawrence Ah Mon

Sa majesté des mouches de Peter Brook ***

Mildred Pierce de Micheal Curtiz
Django unchained de Quenton Tarantino

Primer de Shane Carruth ****
Troublez moi ce soir de Roy Ward Baker **


** RE VISIONS **

Star Trek de Robert Wise
Il y a plein de bonnes choses dans ce film, mais - et malgré quelques très beaux plans ici et là, les SFX font quand même cheap comparé à Star Wars sorti quelques années plus tôt. La caractérisation est un peu grossière, mais le cahier des charges ne permettait sans doute pas d’innover. L'histoire est bien, avec ce méchant très original. Je garde.


** TV SHOWS **

Story of film épisodes 1 à 6
Justified S3 (en cours)


Mais aussi:
2012
2011
Dernière édition par monk le 1 juin 13, 08:50, édité 26 fois.