Jean Renoir (1894-1979)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87850
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Jean Renoir (1894-1979)

Messagepar Jeremy Fox » 18 août 03, 09:23

EDIT DE LA MODERATION:

Vous pouvez aussi consulter les topics consacrés aux films du réalisateur

Une partie de campagne (1936) et sa "chronique Classik"
La nuit du carrefour (1937)
La règle du jeu (1939) et sa "chronique Classik"
La femme sur la plage (1947) et sa "chronique Classik"
Le fleuve (1950) et sa "chronique Classik"

un topic consacré à la période américaine de Jean Renoir
un topic consacré aux derniers films de Jean Renoir

et les "chroniques Classik" de

La bête humaine (1938)
La Marseillaise (1938)
Vivre libre (1943)



----------------------------------------------------------------------------------------------------------------



George Kaplan a écrit :La bête humaine : Renoir filme la folie de Lantier avec puissance. Gabin, Simone Simon forment un couple ténébreux. Et puis il y a ces machines puissantes, avilissantes qui écrasent l'écran et les personnages. J'ai vu ce film comme un pamphlet contre le modernisme et une forme de déhumanisation de notre société. Société qui engendre des drames et des monstres ...

Et quel DVD :shock: L'image est sublime ...

Ceci dit, j'ai du mal à être ému par ce Renoir : j'ai peut-être trop en tête le choc de la découverte du roman et à cause de ça, je trouve le film manquant de force :(
Mias j'ai beaucoup aimé quand même et le DVD est magnifique.

Avatar de l’utilisateur
George Kaplan
David O. Selznick
Messages : 12098
Inscription : 14 avr. 03, 11:32
Localisation : Une poche pour la chocolatine ?

Messagepar George Kaplan » 18 août 03, 09:29

Jeremy Fox a écrit :
George Kaplan a écrit :La bête humaine : Renoir filme la folie de Lantier avec puissance. Gabin, Simone Simon forment un couple ténébreux. Et puis il y a ces machines puissantes, avilissantes qui écrasent l'écran et les personnages. J'ai vu ce film comme un pamphlet contre le modernisme et une forme de déhumanisation de notre société. Société qui engendre des drames et des monstres ...

Et quel DVD :shock: L'image est sublime ...

Ceci dit, j'ai du mal à être ému par ce Renoir : j'ai peut-être trop en tête le choc de la découverte du roman et à cause de ça, je trouve le film manquant de force :(
Mias j'ai beaucoup aimé quand même et le DVD est magnifique.

De mon côté j'ai été moins touché par ce drame que par les films de Carné. Cependant je lui trouve d'autres qualités : plus réaliste il se pose d'avantage comme le témoin d'un drame (celui d'un homme mais aussi de notre société tournée vers le matérialisme). Il n'y a pas beaucoup de poésie dans ce Renoir ce qui le rend moins attachant peut-être qu'un Quai des Brumes réalisé la même année, mais par contre quelle force dans la démonstration !!

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87850
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Messagepar Jeremy Fox » 18 août 03, 09:33

Oui, j'aime beaucoup le réalisme du film, toute la première partie et surtout la toute première scène, Renoir ayant filmé les paysages vus de la locomotive.

Avatar de l’utilisateur
George Kaplan
David O. Selznick
Messages : 12098
Inscription : 14 avr. 03, 11:32
Localisation : Une poche pour la chocolatine ?

Messagepar George Kaplan » 18 août 03, 09:42

Jeremy Fox a écrit :Oui, j'aime beaucoup le réalisme du film, toute la première partie et surtout la toute première scène, Renoir ayant filmé les paysages vus de la locomotive.

Oui ces plans sont sublimes et j'ai d'ailleurs pensé à Duel quand je regardais le splans de la loco ! Renoir filme l'engin comme un monstre en alternant plans serrés sur les engrenages de la machine sale, puissante, crachant du feu comme un dragon ... Et quelle technique pour la mise au point des plans filmés à bord de la loco :shock: C'est formellement superbe !

Avatar de l’utilisateur
Fatalitas
Bête de zen
Messages : 38662
Inscription : 12 avr. 03, 21:58

Messagepar Fatalitas » 18 août 03, 10:00

George Kaplan a écrit :La bête humaine : Renoir filme la folie de Lantier avec puissance. Gabin, Simone Simon forment un couple ténébreux. Et puis il y a ces machines puissantes, avilissantes qui écrasent l'écran et les personnages. J'ai vu ce film comme un pamphlet contre le modernisme et une forme de déhumanisation de notre société. Société qui engendre des drames et des monstres ...

Kaplan tu me fais enormement plaisir, La Bete Humaine est tout simplement mon second film français préféré de tous les temps (apres Le Trou) et le DVD est une sacrée reussite, c'est vrai
Gabin y est absolument prodigieux

Film que je ne me lasse pas de revoir (je dois en etre 5 visions et toujours le meme plaisir)

ma note:10/10
Image

Avatar de l’utilisateur
Leopold Saroyan
Décorateur
Messages : 3913
Inscription : 12 avr. 03, 19:46

Messagepar Leopold Saroyan » 18 août 03, 18:03

George Kaplan a écrit :
Jeremy Fox a écrit :
George Kaplan a écrit :La bête humaine : Renoir filme la folie de Lantier avec puissance. Gabin, Simone Simon forment un couple ténébreux. Et puis il y a ces machines puissantes, avilissantes qui écrasent l'écran et les personnages. J'ai vu ce film comme un pamphlet contre le modernisme et une forme de déhumanisation de notre société. Société qui engendre des drames et des monstres ...

Et quel DVD :shock: L'image est sublime ...

Ceci dit, j'ai du mal à être ému par ce Renoir : j'ai peut-être trop en tête le choc de la découverte du roman et à cause de ça, je trouve le film manquant de force :(
Mias j'ai beaucoup aimé quand même et le DVD est magnifique.

De mon côté j'ai été moins touché par ce drame que par les films de Carné. Cependant je lui trouve d'autres qualités : plus réaliste il se pose d'avantage comme le témoin d'un drame (celui d'un homme mais aussi de notre société tournée vers le matérialisme). Il n'y a pas beaucoup de poésie dans ce Renoir ce qui le rend moins attachant peut-être qu'un Quai des Brumes réalisé la même année, mais par contre quelle force dans la démonstration !!

Comme je le dis dans la critique, Renoir offre sa vision très personnelle du roman dans la mesure où il n'a pas relu le livre pour le tournage, le scénario étant basé sur des souvenirs. C'est par conséquences une de ses oeuvres où le tempérament du cinéaste transparait le plus à l'écran; un humanisme teinté de désespoir et de tristesse (pas tout le temps heureusement :) ).
I don't wanna stay with you, I just wanna play with you

P'tit gars
Assistant opérateur
Messages : 2220
Inscription : 20 avr. 03, 15:53

Messagepar P'tit gars » 19 août 03, 00:06

fatalitas a écrit :Kaplan tu me fais enormement plaisir, [b]La Bete Humaine est tout simplement mon second film français préféré de tous les temps (apres Le Trou)

Moi aussi j'adore la bête humaine, j'avais dévorer le roman de Zola et je trouve que cette adapttion ciné est une grande réussite. La réalisation est d'une beauté à couper le souffle et Renoir maitrise vraiment son sujet.

Un bon 10/10 pour moi aussi. :wink:
"Du chaos naît une étoile". Charles Chaplin
20 Films

Avatar de l’utilisateur
George Kaplan
David O. Selznick
Messages : 12098
Inscription : 14 avr. 03, 11:32
Localisation : Une poche pour la chocolatine ?

Messagepar George Kaplan » 19 août 03, 09:41

Leopold Saroyan a écrit :Comme je le dis dans la critique, Renoir offre sa vision très personnelle du roman dans la mesure où il n'a pas relu le livre pour le tournage, le scénario étant basé sur des souvenirs. C'est par conséquences une de ses oeuvres où le tempérament du cinéaste transparait le plus à l'écran; un humanisme teinté de désespoir et de tristesse (pas tout le temps heureusement :) ).

Dans les bonus Renoir raconte avoir lu et découvert le roman juste avant de réaliser le film ... Mais bon, il radotait peut-être :wink:

Avatar de l’utilisateur
Joshua Baskin
ambidextre godardien
Messages : 8908
Inscription : 13 avr. 03, 20:28
Localisation : A la recherche de Zoltar

Messagepar Joshua Baskin » 20 sept. 03, 14:35

La chienne de Jean Renoir

Un joli film assez théatral (ce que ne contredira pas le prologue) avec un Michel Simon en chien battu qui se fait martyriser par sa mégère de femme et se fait manipuler par sa maitresse.
Malheureusement vers la fin, le film se tourne vers le film de procès et devient alors trop prévisible.

6,5/10

Kurtz

Messagepar Kurtz » 21 sept. 03, 17:25

La chienne (Jean Renoir, 1931)

Un caissier marié que l'amour extra-conjugal va perdre...
Ecrit comme ça, ça ne paraît pas très original, mais à partir de ce qui n'aurait pu être qu'un simple vaudeville (c'était d'ailleurs ce que souhaitait le producteur), Renoir élabore un des films les plus pessimistes, les plus nihilistes jamais vus. Il montre combien l'amour est cruel. Michel Simon est parfait en brave homme rejeté de tous que l'amour va conduire à sa perte.
Ici, pas de lyrisme, pas de romantisme. Le film est réaliste, implacable et c'est ce qui fait sa force. Oui, les personnages vont vivre une tragédie. Mais il ne pouvait en être autrement. Rien n'est artificiel. Rien pour nous tirer les larmes.

4,75/6

Avatar de l’utilisateur
Beule
Décorateur
Messages : 3983
Inscription : 12 avr. 03, 22:11

Messagepar Beule » 8 avr. 04, 16:19

French cancan

Retrouvailles avec un de mes films favoris un peu entachées par une bande son qui saturait dans les aigus jusqu'à la dissonnance, réduisant le final endiablé du Cancan à une expérience auditive informe presque pénible :cry: . Un comble pour ce film qui puise une grande part de son charme enivrant dans le bonheur simple de ses mélodies populaires aux tempos variés et contrastés.

Pour le reste il s'agit toujours à mon sens du plus éblouissant traitement de la couleur à l'écran vu dans un film français, tirant parti d'une gamme de couleur pastel au pouvoir d'envoûtement et d'évocation irrésistible lorsqu'il s'agit de donner une seconde vie à ce quartier de la Butte fantasmé, et à contrario du contraste et de la collusion de couleurs vives, saturées et enflammées pour fixer sur la toile ce plaisir des sens presque fuionnel entre mouvement, musique et fascination plastique lorsque s'animent les spectacles offerts au Paravant Chinois ou, bien évidemment, au Moulin Rouge.

Une intelligence dans la représentation parfaitement en accord avec le riche portrait de créateur ici brossé, l'un des plus des plus passionnés et passionnants dépeints à l'écran avec celui des Chaussons Rouges, Danglard n'étant d'ailleurs pas loin d'offrir, dans sa dévotion exhaustive à son art, un négatif solaire, tellement français, de la figure du Lermontov chère à Powell et Pressburger.

Il faut voir Gabin en coulisse, savourer derrière son rideau le triomphe d'Esther Georges sur La Complainte de la Butte, ou se laisser aller à mimer, radieux, épanoui, pourtant confortablement enfoncé dans son fauteuil, les élans acrobatiques de ses protégées et créations, tout transporté qu'il est par le rythme, pour goûter à la maestria rousseauiste et profondément empathique de maître Renoir. Rythme d'ailleurs si naturel qu'il ne recoure à pratiquement aucun mouvement du cadre, mais ne prend corps qu'à partir d'une respiration interne presque indescriptible qui doit beaucoup à un découpage serein, le film tout entier ne se composant en définitive que d'une succession de tableaux animés, simple et linéaire, dont il serait pourtant bien malaisé de reproduire la jouissance naturelle.

En toute simplicité et tous horizons confondus l'une de mes trois comédies muicales préférées.
Coup de pouce : Hupla - I could (single)[/center]

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87850
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Messagepar Jeremy Fox » 8 avr. 04, 16:21

Un de mes Renoir préféré aussi : Pourquoi a t'il toujours une aussi mauvaise presse dans l'ensemble ?

Avatar de l’utilisateur
Sergius Karamzin
Invité
Messages : 5977
Inscription : 14 avr. 03, 11:54

Messagepar Sergius Karamzin » 8 avr. 04, 16:23

Pour moi un Renoir mineur, un peu carton pâte, un peu guimauve. C'est regardable, mais pour moi je ne retrouve Renoir nulle part.

Avatar de l’utilisateur
Beule
Décorateur
Messages : 3983
Inscription : 12 avr. 03, 22:11

Messagepar Beule » 8 avr. 04, 16:40

Sergius Karamzin a écrit :Pour moi un Renoir mineur, un peu carton pâte, un peu guimauve. C'est regardable, mais pour moi je ne retrouve Renoir nulle part.

Guimauve? :shock:
Chaque élan vers la romance à l'eau de rose est irrésisitiblement brisé par la suprématie de l'instinct créatif (voire en ce sens la fabuleuse diatribe de Danglard face à Nini avant le final qui tient lieu de morale) et par la prééminence de la jouissance instantanée.
Quant à l'univers de Renoir, il s'y dessine en pointillé ne serait-ce dans ce fourmillement des classes qui se cotoient, s'attirent, se séduisent, se singent mais au final ne se mélangent jamais, la figure de prince étant la seule à transgresser l'interdit implicite pour s'y brûler les ailes: "C'est un miracle que je sois encore là!".
Coup de pouce : Hupla - I could (single)[/center]

Avatar de l’utilisateur
phylute
La France peut être fière
Messages : 25848
Inscription : 2 janv. 04, 00:42
Localisation : Dans les Deux-Sèvres, pas loin de chez Lemmy

Messagepar phylute » 8 avr. 04, 22:31

Jeremy Fox a écrit :Un de mes Renoir préféré aussi : Pourquoi a t'il toujours une aussi mauvaise presse dans l'ensemble ?

De même !
J'ai toujours un grand grand penchant pour ce Renoir qui me ravit à chaque nouvelle vision.
Tiens un film de Renoir auquel je n'ai jamais accroché : Le Carrosse d'or... est-ce grave docteur ?
Les films sont à notre civilisation ce que les rêves sont à nos vies individuelles : ils en expriment le mystère et aident à définir la nature de ce que nous sommes et de ce que nous devenons. (Frank Pierson)