Menu
Test dvd

La Servante

DVD - Région 2
Carlotta
Parution : 19 / 12 / 2012

Image

Nous vous invitons à vous reporter au test technique de la version Blu-ray, l'essentiel des conclusions de Francis Trento quant à l'édition HD pouvant être appliqué à la version SD.

Par rapport à l'édition Blu-ray, le DVD offre une définition bien moins fine. Le rendu du grain cinéma est également moins satisfaisant, l'image semblant plus lissée encore que dans la version HD du film. Par contre, les effets de postérisation sur les zones sombres - même s'ils sont toujours visibles - semblent moins présents.

Son

Seule la version coréenne en mono est proposée. La piste sonore est assez propre et claire, mais présente un peu de souffle lors des passages endommagés du film. L'ensemble manque de dynamique, mais ce constat semble plutôt lié à la prise de son originelle du film.

Suppléments

La restauration (4/3 - 29 min)
Ce supplément s’avère assez décevant. Présenté en 4/3 "windowboxé" (avec de copieuses bandes noires sur les 4 côtés de l’image), ce document ne comporte aucun commentaire. Il consiste uniquement en 5 passages du film, chacun présenté successivement sous 3 formes : une version avant restauration, une version comparative "avant/après" en splitscreen et une version finale restaurée. La longueur des extraits retenus, associée à l’absence de commentaire, rendent ce supplément assez longuet et finalement peu intéressant. Il permet néanmoins de bien mesurer l’ampleur du travail accompli sur la copie d’exploitation utilisée pour combler les séquences absentes du négatif original retrouvé en 1982.

La bande-annonce 2012
Cette bande-annonce, réalisée par Carlotta à l’occasion de la ressortie en salles du film durant l’été dernier, est présentée dans une excellente qualité, puisqu’elle utilise uniquement les passages du master HD restauré issus du négatif original.

2 ou 3 choses que je sais de Kim Ki-young ( 4/3 - 48 min)
Portrait du réalisateur de La Servante basé sur une collection de témoignages de la jeune génération de cinéastes coréens, cette featurette se regarde avec grand intérêt. L'enthousiasme de ces jeunes réalisateurs à évoquer Kim Ki-young lui-même ou son cinéma est très rafraîchissant. On ne citera que Park Chan-wook (Oldboy), Bong Joon-ho (The Host) ou Kim Jee-woon (J'ai rencontré le diable), les plus connus d'entre eux, mais tous parlent avec admiration de leur ainé. Ils présentent Kim Ki-young comme une personnalité hors normes et, évidemment, un cinéaste rigoureusement incontournable dans l'histoire du cinéma coréen, dont les audaces auront créé des vocations et influencé l'ensemble de leur génération. Les œuvres les plus marquantes du réalisateur sont évoquées avec passion par ces jeunes artistes, dont notamment les deux versions de La Femme de feu (1970 et 1982), qui constituent à la fois un complément et des formes de remake de La Servante.

Par Olivier Bitoun et Francis Trento (bonus) - le 20 décembre 2012

Partenariat