Menu
Test dvd

L'Amour en fuite

DVD - Région 2
Mk2 / Carlotta
Parution : 9 / 9 / 2020

Image

La fin d’année 2020 aura été très généreuse pour François Truffaut car outre la collaboration entre Arte et L’Atelier d’Images qui nous ont offert un superbe coffret Blu-ray des films précédemment massacrés par des DVD MGM calamiteux, Carlotta aura distribué les DVD ou Blu-ray précédemment édités par MK2 sans néanmoins aucun changement. C’est d’autant plus dommage pour le film qui nous concerne qu’il était sorti en haute définition chez nos voisins d'outre-Manche par l’intermédiaire de l’éditeur Artificial Eye, alors qu’ici nous n’avons droit qu’à un DVD aux qualités techniques plus que limités, surtout au vu des exigences de notre époque. Bref, même si l'ensemble pourra se dire regardable pour les moins pointilleux d’entre nous, force est de constater la fadeur d’une copie pas très propre, moyennement stable, aux couleurs délavées, peu contrastée et peu définie. Ce qui n’arrange rien est une compression un peu "lourde", pas vraiment discrète. Il est dommage qu’en reprenant le catalogue Mk2, Carlotta n’ait pas profité de l'occasion pour redonner un peu de vigueur à un master bien terne et fatigué !

Son

De ce point de vue, cela passe encore, il n'y a rien de rédhibitoire ! On trouve une piste sonore pas très dynamique et avec quelques réverbérations mais sinon assez claire, audible et sans souffle conséquent.

Suppléments

Au niveau des suppléments, on a plusieurs modules mais très courts si l'on excepte le film commenté par l’actrice et coscénariste du film, Marie-France Pisier : la présentation du film par Serge Toubiana (3 min 31) ;  François Truffaut évoquant le cycle Antoine Doinel (3 min 19) en 1980 dans une interview menée par René Michelems pour l’émission Cinescope sur la chaine RTBF ; un extrait de l’émission Les Rendez-vous du dimanche de Michel Drucker sur TF1 en 1979 avec François Truffaut et Marie-France Pisier interviewés par notre indéboulonnable présentateur TV (7 min 16) ; la bande-annonce du film (2 min 32). Tout ceci est évidemment bien sympathique mais un peu léger.

Par Erick Maurel - le 1 mars 2021