Menu
Test dvd

Bela Lugosi : Dracula

DVD - Région 1
Universal Pictures Video
Parution : 26 / 9 / 2006

Image

Hors du sublime coffret vert édité par Universal, le Dracula de Tod Browning (ainsi que sa version espagnole) existe dans une autre édition, isolé des films suivants. Cette réédition est l’occasion, au contraire d’une tentative purement factuelle de faire de l’argent, d’offrir aux fans le premier film dans une qualité de visionnage autrement plus satisfaisante, d ’autant que le coffret est également un bel objet de collection.
Dracula, premier du nom, peut enfin s’enorgueillir d’un traitement digne de lui. Alors oui, la copie souffre encore des scories du temps, de plusieurs griffures et autres impuretés qui rendant sa vision toujours un peu vieillotte… Mais quelle différence tout de même ! L’ensemble est plus clair, beaucoup plus stable, bien nettoyé en plusieurs occasion, bien moins flou : enfin, l’arrivée de Reinfield à l’intérieur du château de Dracula ressemble à quelque chose ! Les fans ne peuvent pas passer à côté de cette édition, au moins pour cette raison. Le Dracula espagnol est mieux logé aussi. En effet, finis les effets de vibrations décrits dans le test précédent. Pour le reste, la copie est relativement similaire à l’autre (et elle n’était pas si mauvaise).

Son

Là encore, la différence est notable concernant le film de Browning. Lugosi possède une voix quelque peu décrassée (ce qui était réellement important à faire) et rare sont les dialogues inaudibles. L’ambiance sonore est meilleure, tout en restant également prisonnière de son âge, ne l’oublions pas. La version espagnole garde à quelque chose près le même traitement que pour le coffret précédent : correct.

Suppléments

Les suppléments sont divisés sur les deux disques. L’intégralité des bonus présents sur l’autre édition y est reprise (à l’’exception bien sûr des bandes-annonce des autres films). Certains autres documents ont été rajoutés, pas uniquement pour le remplissage gratuit, mais aussi parce que leur intérêt est bien présent. Nous ne citerons ici que les bonus rajoutés.

Commentaire audio de Steve Haberman : Un commentaire qui ne fait pas doublon avec celui de David J. Skal. Encore un avis éclairé sur le film, ses dimensions esthétiques et thématiques, ainsi que sur le genre de l’épouvante en général. Bon exercice.

Lugosi : The dark prince (36 minutes) : Un documentaire bien réalisé sur Bela Lugosi, se concentrant davantage sur sa période Universal (surtout les années 1930). La fin de sa vie est expédiée à une vitesse incroyable. On y étudie son jeu, ses choix de carrière, et quelques anecdotes sur sa vie. Comparé aux formidables livres édités aux USA (notamment les deux incroyables ouvrages de Gary Don Rhodes qui font la lumière sur toutes les facettes de la vie de ce grand acteur qui eut une vie quasi-romanesque) et au documentaire Lugosi : Hollywood’s Dracula, c’est bien peu… Mais l’idée est malgré tout à saluer. Et pour ceux qui ne connaissent pas du tout Lugosi, ce sera une bonne introduction.

Monster tracks : Une fois activée, cette piste de sous-titres anglais délivre un flot considérable d’informations à intervalles réguliers, durant le film. Parfois même, les anecdotes sont destinées à expliquer la scène se déroulant sous nos yeux. Un peu didactique, mais passionnant.

Par Julien Léonard - le 17 février 2009

Partenariat