Menu
Test blu-ray

Mr. Smith au Sénat

BLU-RAY - Région A, B, C
Sony Pictures
Parution : 23 / 3 / 2016

Image

Mr Smith au Sénat est enfin disponible en France dans la nouvelle collection initiée par Sony. La précédente édition, en DVD, datait de 1999. Elle est désormais définitivement enterrée, à tous les niveaux :

    comparatif Blu-ray/DVD #1             comparatif Blu-ray/DVD #2               comparatif Blu-ray/DVD #3

Le film a été magnifiquement restauré en 4K, sans doute à partir du négatif original bien conservé. Les images ont été stabilisées et totalement nettoyées. La définition est très convaincante, avec un trait assez précis et un bon niveau de détail. La texture argentique de la pellicule a été préservée, avec un grain fin idéalement dosé. A quelques très rares pulsations près (comme à 1 h 15 min), les contrastes sont bien ajustés, offrant une très belle gamme de gris et des noirs suffisamment denses. Outre les plans truqués (transitions en fondu ou au noir) traditionnellement dégradés à cause du processus de fabrication de l'époque, les plus observateurs remarqueront d'autres plans, assez rares, voire même des fins de plans (pendant quelques images à peine) qui sont d'une qualité légèrement en retrait, un tout petit peu moins détaillés et avec une définition plus douce. La source principale, sans doute trop endommagée pendant ces brefs instants, a visiblement été remplacée en utilisant une copie de génération ultérieure, et donc de qualité inférieure. On notera enfin quelques photogrammes manquant, autour de 1 h 29 min 45. De bien menus défauts pour un transfert 4 étoiles qui permet aujourd'hui de redécouvrir le film comme jamais auparavant.

Son

Comme pour l'image, la version originale de Mr Smith au Sénat a été minutieusement restaurée. Dénuée de souffle ou d'impuretés, elle apparaît extrêmement fidèle aux caractéristiques d'origine. Epoque oblige, le spectre sonore reste réduit mais avec un rendu aussi subtil que possible et d'une grande clarté, sans saturations. La version française proposée ici n'est pas d'époque : c'est un doublage plus récent, sans doute fabriqué dans les années 90 ou 2000, avec notamment la participation de Roger Carel. Le son est limpide, très clair mais sans doute un peu trop propre pour coïncider idéalement avec un film de la fin des années 30. Curieusement, certains passages n'ont pas été doublés, présentés ici en VO avec des sous-titres Français. L'hypothèse d'une version du film plus complète que la bande-son n'est pas à écarter mais reste peu probable. Ce qui signifie sans doute qu'en plus des sous-titres (cf. plus bas), il existe aussi un problème avec la VF. Les francophones n'ont décidément pas de chance avec cette édition...

Lorsque le Blu-ray de Mr Smith au Sénat est sorti aux Etats-Unis fin 2014, il a déçu bon nombre d'acheteurs potentiels en France. Le disque est en effet victime d'une omission bien regrettable : il n'y a pas de sous-titres Français sur le filmUn oubli extrêmement rare, d'autant plus inexplicable que les suppléments possèdent bien des sous-titres Français. Attention, une nouvelle fois : la VF possède bien des sous-titres mais ils restent partiels : traduction des panneaux, unes de journaux et scènes non doublées. La sortie hexagonale, plus de deux ans après les USA, laissait espérer un nouveau pressage corrigeant cette erreur. C'était sans compter l'aspect négligeable du petit marché français pour une major internationale. Non seulement nous avons droit au même disque problématique, mais des sous-titres Français sont indiqués par erreur sur la jaquette ! A moins de visionner le film en VF ou de posséder un niveau d'anglais assez correct (qu'il faut pouvoir lire rapidement car les dialogues sont très rythmés), le cinéphile français n'aura pas beaucoup d'options.

Suppléments

Le film est présenté dans un digibook contenant un livret de 25 pages signé Léa Bodin, rédactrice au magazine So Film. On y trouve des fun facts, les parcours de James Stewart, Jean Arthur ou Frank Capra, ainsi qu'une rapide analyse évoquant le contexte historique du film. En complément, le Blu-ray propose les suppléments déjà présentés dans les éditions DVD parues en 1999 et 2006 aux Etats-Unis. Certaines redites ne sont pas évitées, bien au contraire...

Frank Capra Jr., fils du réalisateur et mémoire vivante de l'oeuvre de son père, est une source d'informations encyclopédique sur ses oeuvres autant que sur l'homme, le père de famille ou le cinéaste. Frank Capra Jr. intervient dans de nombreux suppléments de ce disque, à commencer par le commentaire audio qui, malgré quelques silences trahissant un petit manque d'inspiration après une première demi-heure intense, se révèle assez fourni sur le sujet. Il raconte avec énormément de détails et d'anecdotes le déroulement du projet et le tournage de Mr Smith au Sénat, les méthodes de travail et l'investissement personnel de Capra au sein de l'industrie hollywoodienne (il fut le président de la Guilde des réalisateurs).

Frank Capra Jr. se souvient de Mr Smith au Sénat (12 min - SD - 4/3) commence avec quelques propos sur le film et son scénario (Jefferson Smith étant considéré "comme un Lincoln de nos jours") avant de présenter un peu plus l'équipe, le casting, et parler du travail de Frank Capra.


Conversations avec Frank Capra Jr. : L'âge d'or (18 min - SD) évoque la veine artistique de Capra et la "période de transformation" qui l'a vu se tourner davantage vers les questions sociales, tout en continuant à enchaîner les succès.

Conversations avec Frank Capra Jr. : Une histoire de famille (26 min - SD) se concentre sur les premières années en Amérique, dans des conditions parfois compliquées mais au sein d'une famille possédant une "forte éthique du travail". Frank Capra Jr. raconte comment son père mit le pied dans le monde du cinéma, un peu par hasard il faut bien le dire, réalisant un premier court métrage au culot sans jamais avoir été formé. Une audace qui lui permettra de trouver sa voie et rencontrer son épouse, quelques années plus tard. Le fils se souvient de son enfance, comme par exemple ce père absent pendant ses mois de tournages...


Frank Capra : Collaboration (20 min - SD) aborde l'entourage professionnel du réalisateur, certaines des figures plus ou moins connues qui ont participé à la concrétisation de ses idées : les scénaristes Robert Riskin et Myles Connolly, l'opérateur Joe Walker (inventeur du zoom, entre autres) ou les fameux seconds rôles. On en saura plus, également, sur ses techniques de direction d'acteurs ou ses utilisations inhabituelles du magnétophone...


Jeanine Basinger : le Frank Capra que j'ai connu (13 min - SD)
La conservatrice des archives Capra dresse un portrait très flatteur de l'homme qu'elle a côtoyé pendant des années, analysant certains aspects de ses films (le "triomphe contre la noirceur") ou expliquant comment son apprentissage de gagman pour Hal Roach, au temps du muet, lui a servi bien plus tard pour dynamiser des scènes ou des personnages. Elle se souvient surtout d'un "esprit indomptable qui aimait la vie et les gens."


Le rêve américain de Frank Capra (109 min - SD - 4/3) est le gros morceau de cette partie suppléments, un documentaire de près de deux heures qui retrace le parcours de Frank Capra, de son arrivée en Amérique à l'âge de six ans à sa très modeste fin de carrière dans un Hollywood désormais dominé par les stars. Racontée par Ron Howard et ponctuée des interventions de très nombreuses personnalités du cinéma (réalisateurs, acteurs, techniciens ou critiques), c'est plus de cinquante années d'une carrière jalonnée de très hauts et de très bas qui sont racontées ici. Une longue évocation très documentée qui s'attache beaucoup à l'analyse du style Capra, un "mélange de sentiments, de réalisme et de comédie", et de ce ton plus personnel qui apparaîtra à la suite d'une grave dépression. Frank Capra était un idéaliste "qui n'a jamais voulu affronter les conséquences de ses sombres pensées", même s'il s'en est un peu approché dans certaines oeuvres comme La Vie est belle, "un film plein de colère"


On trouve enfin la bande_annonce originale (1 min 43 - 1080p) ainsi que la bande-annonce internationale (3 min 55 - 1080p), sans dialogues et titrages, mais incluant des plans rares absents du montage final, comme ceux de Jefferson Smith défilant dans sa ville natale.


En savoir plus

Taille du Disque : 40 499 475 517 bytes
Taille du Film : 28 999 213 056 bytes
Durée : 2:09:40.773
Total Bitrate: 29,82 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 24,93 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 24935 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 1.0 / 48 kHz / 892 kbps / 16-bit (DTS Core: 1.0 / 48 kHz / 768 kbps / 16-bit)
Audio: French / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz / 192 kbps
Audio: German / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz / 192 kbps
Audio: Italian / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz / 192 kbps
Audio: Portuguese / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz / 192 kbps
Audio: Spanish / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz / 192 kbps
Audio: Spanish / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz / 192 kbps
Audio: English / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz / 192 kbps
Subtitle: English / 49,815 kbps
Subtitle: English / 36,537 kbps
Subtitle: English / 49,838 kbps
Subtitle: English / 36,555 kbps
Subtitle: Chinese / 43,380 kbps
Subtitle: Greek / 48,769 kbps
Subtitle: Japanese / 31,551 kbps
Subtitle: Korean / 34,130 kbps
Subtitle: Portuguese / 42,506 kbps
Subtitle: Portuguese / 52,685 kbps
Subtitle: Spanish / 50,218 kbps
Subtitle: Thai / 45,910 kbps
Subtitle: Spanish / 1,527 kbps
Subtitle: English / 54,244 kbps
Subtitle: French / 50,856 kbps
Subtitle: German / 50,122 kbps
Subtitle: Italian / 53,319 kbps
Subtitle: Japanese / 25,014 kbps
Subtitle: Portuguese / 47,786 kbps
Subtitle: Spanish / 50,970 kbps
Subtitle: French / 7,689 kbps
Subtitle: German / 1,355 kbps
Subtitle: Italian / 1,316 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 11 avril 2016