Menu
Test blu-ray

Leila

BLU-RAY - Région B
Elephant Films
Parution : 3 / 4 / 2018

Image

Comme pour son Blu-ray de Close-Up, Eléphant Films s'est procuré une restauration très récente de Leila, sans doute effectuée en 2K. Celle-ci possède de nombreuses qualités, à commencer par un scan HD relativement convaincant, à la définition précise, au niveau de détail solide (notez que les nombreux plans truqués, en fondu, perdent logiquement en finesse) et d'une grande propreté - même s'il persiste encore quelques points blancs discrets. Le matériel photochimique de départ est stable et en très bon état, au pire remarquera-t-on quelques infimes sautes de pellicule ou de rares variations de luminosité. Associé à un étalonnage efficace et équilibré, avec des couleurs nuancées et naturelles, et malgré des noirs parfois un peu clairs et légèrement verdâtres, c'est un vrai plaisir de suivre le film dans des conditions si confortables. Mais il faut également signaler quelques bémols, et non des moindres malheureusement : si nous attendons du Blu-ray des images d'une grande fidélité à l'expérience en salle, il manque toutefois à ce très beau rendu le grain photochimique qui devrait le caractériser, celui-ci étant la plupart du temps absent. Cela donne une petite impression de lissage qui n'est pas du tout naturelle (non non, le film n'a pas été tourné en numérique!), un défaut qui semble plutôt être une caractéristique de la restauration elle-même, et non une maladresse de l'éditeur (nous l'espérons, sans en avoir la preuve). L'encodage du disque n'est pas non plus optimal, affichant régulièrement des faiblesses de compression discrètes dans les aplats ou les arrière-plans, une probable conséquence du débit vidéo un peu chiche octroyé au film (à peine deux fois supérieur à celui d'un DVD). Signalons enfin que, comme pour Close-up, le film est présenté dans un format inhabituel : 1.97 : 1.

Son

L'image a été restaurée mais le son a bénéficié d'un traitement minimum, pour un résultat tributaire des conditions de tournage sans doute modestes. Si on note une propreté globale et un souffle plutôt discret, des voix très claires et des ambiances correctement retranscrites, il persiste toutefois des sifflantes assez prononcées et un rendu très simple. On relèvera notamment cette absence d'effet sur les voix des personnages entendus au téléphone, qui semblent ainsi être présents dans la pièce...

Suppléments

Pour accompagner Leila, Eléphant Films propose tout d'abord un Commentaire audio de Bamchade Pourvali, auteur et critique de cinéma, et directeur du site irancinepanorama.fr. Ce spécialiste du cinéma iranien livre un commentaire parfois instructif qui analyse le scénario et la mise en scène de Dariush Mehrjui, les subtilités de représentation des deux familles, précisant certains codes de la vie iranienne, expliquant l'utilisation des fondus ("moments heureux qui ont été malmenés"), des couleurs ou la récurrence des appareils modernes, comme le téléphone ("un instrument de torture pour Leila"). Ce commentaire intéressant mais peu dense, avec de longs et fréquents silences, souffre surtout d'une paraphrase trop appliquée et systématique de l'action en train de se dérouler. Un peu lassant sur les deux heures de film...

Présentation de Jean-Michel Frodon (22 min - 1080i)
Ancien directeur de la rédaction des Cahiers du Cinéma, enseignant et critique pour Le Monde ou Slate.fr, Jean-Michel Frodon livre une belle analyse de Leila à propos des contraintes sociales tiraillées entre traditions et modernité (les libertés individuelles), cristallisées dans le film par des tensions entre la sphère privée et la communauté (familiale), et son illustration par l'utilisation du téléphone (l'irruption de la famille) et de la voiture ("leur bulle à eux"). Frodon loue le sens de la mise en scène de Dariush Mehrjui, comme son travail sur le gros plan, et note quelques originalités de l'histoire, notamment l'absence de méchant. Il parle du "travail attentif et subtil" du réalisateur qui évite les simplismes et regarde son monde de manière critique, "sans mépris et sans haine", en respectant ses personnages. Il fait aussi remarquer que le pouvoir est ici du côté des femmes, une avancée "loin d'être minime"...

On trouve également les bandes-annonce des films iraniens édités par Eléphant Films, dont celle de Leila (1 min 29 s - 1080i) et une galerie de photos (1 min 21 s) tirées du master HD.

Notez enfin que la jaquette est réversible, reprenant l'affiche française pour la sortie en salle fin 2017.

En savoir plus

Taille du Disque : 24 016 750 254 bytes
Taille du Film : 19 271 258 112 bytes
Durée : 2:04:13.583
Total Bitrate: 20,68 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 16,91 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 16916 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: Persian / DTS-HD Master Audio / 3.0 / 48 kHz / 2304 kbps / 24-bit (DTS Core: 3.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Audio: French / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz / 256 kbps / DN -7dB
Subtitle: French / 31,092 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 24 avril 2018