Menu
Test blu-ray

Le Monocle noir

BLU-RAY - Région A, B, C
Pathé
Parution : 4 / 2 / 2015

Image

Comme les autres films de Georges Lautner réédités en combos DVD / Blu-Ray lors de ces sorties de février 2015, Le Monocle noir a bénéficié d'une restauration à partir d'un scan 2K menée par Eclair en 2014. Et comme pour les autres titres (nous évoquions ici même, il y a peu, l'important saut qualitatif du 7ème juré), le résultat est extrêmement satisfaisant.

Là encore, un rapide comparatif avec l'édition SD précédente témoigne d'un gain de définition, en l'occurrence particulièrement stupéfiant. Mais sans même l'exposer à une comparaison par nature forcément flatteuse, ce master HD affirme sa propreté, la finesse de son piqué ou la bonne gestion de son grain. Les (rares) quelques plans moins satisfaisants le sont à cause des conditions de tournage ou des effets visuels d'époque.


DVD Pathé 2011


Blu-Ray Pathé 2015

 

Son

Là encore, le bilan est satisfaisant, même si le rendu général est globalement un peu faible. Dans l'ensemble, les ambiances sonores sont  bien restituées, les dialogues se détachent de façon claire, et la partition musicale bénéficie d'une mise en avant discrète mais bienvenue. 

Suppléments

Dans un remarquable supplément d'une vingtaine de minutes, intitulé La Naissance du style Lautner (HD), Jérôme Wybon sollicite divers intervenants (que l'on retrouve pour la plupart dans le bonus Un film qui me ressemble figurant sur le disque du 7ème juré) pour évoquer le tournage du Monocle noir et la manière dont le film aura marqué, en quelque sorte, la naissance de la comédie d'espionnage parodique française.

De l'aveu même de Bertrand Blier, assistant sur le film, le tournage se déroula dans une ambiance "déconnatoire", personne n'ayant la moindre idée de ce que racontait le film. Atmosphère détendue que restitue, assez allègrement, le montage du film, qui ponctue malicieusement les propos des intervenants par des lignes de dialogue du film venant les commenter ("Exaltant, n'est-ce pas ?").

Mais les deux extraits les plus saisissants du module sont issus d'archives, dégotées par cet archéologue acharné qu'est Jérôme Wybon : dans la première, on voit le très sérieux Colonel Rémy parler de son propre roman, et reconnaître, dans un bel exercice de diplomatie euphémiste, la différence de ton entre celui-ci et le film qui en sera adapté. La seconde, assez extraordinaire, date de 1970 et voit Paul Meurisse - qui, c'est notoire, n'aimait qu'assez peu la série du Monocle - expliquer que, parce que le scénario qu'il avait reçu correspondait très précisément à ce qu'il ne souhaitait pas faire, il avait de lui même décidé de "saboter" l'oeuvre par son jeu, délibérément outrancier et grotesque.

Mentionnons également la présence d'une bande-annonce d'époque (3 min - HD), gorgée de panneaux tentant d'en expliquer le ton si singulier.

Par Antoine Royer - le 10 février 2015