Menu
Test blu-ray

JFK

BLU-RAY - Région A, B, C
Warner Home Video
Parution : 4 / 1 / 2011

Image

JFK a été édité en Blu-ray fin 2008 aux Etats-Unis, dans une belle édition digibook désormais épuisée mais plusieurs fois ressortie en édition simple. Le film est également paru en Blu-ray en Europe... sauf en France, où il est toujours inédit en HD. En cause : une probable complication contractuelle qui ne s'est pas arrangée avec la perte, en 2015, des droits d'exploitation détenus par Warner (et StudioCanal, coproducteur) au profit de Regency - ce qui avait occasionné un changement d'éditeur pour Heat en 2017, qui était passé de Warner chez Fox. JFK semble être toujours bloqué, notamment en France, mais les anciennes éditions étrangères restent encore disponibles. Malheureusement pour les non anglophones, la seule façon de voir JFK avec VF et sous-titres français est de se procurer l'un des Blu-ray américains... actuellement hors de prix. Les éditions européennes, sauf erreur, ne possèdent ni VF ni sous-titres français.

Dans tous les cas, le master HD n'est donc plus tout jeune mais il reste encore bien vaillant. Le défaut majeur que l'on perçoit au visionnage concerne surtout le présent du récit et ses images d'une douceur insistante et surtout sans grain. Ce lissage n'est sans doute pas anodin, pour ne pas dire fait exprès, afin d'accentuer les différences de textures entre les images d'archive et les reconstitutions en noir & blanc ou en couleurs, où le grain apparaît cette fois plus affirmé, et l'aspect filmique plus prononcé. Ce choix, effectué pour la restauration du film il y a une douzaine d'années, serait sans doute revu différemment pour un prochain master 4K - ce qui ne devrait plus trop tarder. La copie de ce Blu-ray est en tout cas très propre, sauf (précisons-le) pour certaines archives assumées "dans leur jus", ou des scènes de flash-back volontairement dégradées. L'étalonnage est plutôt réussi, les contrastes sont bien équilibrés et la colorimétrie apparaît assez nuancée, avec un jeu intéressant sur les saturations. C'est en tout cas un vrai plaisir de savourer, dans des conditions finalement peu problématiques, le style marqué et désormais reconnaissable du grand Robert Richardson.

Son

La version originale est proposé en 5.1 en Dolby Digital ainsi qu'en DTS-HD Master Audio. Le rendu est logiquement meilleur en DTS, au débit légèrement supérieur, mais dans les deux cas le mixage fait des merveilles. Le rendu est riche, très détaillé, avec une très bonne utilisation des voies arrière et un équilibre jamais pris en défaut. La musique est particulièrement bien mise en valeur. Le Blu-ray comprend aussi la version française d'époque, au rendu assez similaire (à l'exception de bruitages d'ambiance qui peuvent parfois différer), mais présentée là aussi en "simple" Dolby Digital. C'est la seule édition Blu-ray à proposer JFK en VF : pour des questions de droit, elle n'est pas incluse sur les disques européens.

Suppléments

JFK est présenté dans un beau digibook (en anglais), joliment illustré mais au contenu dispensable : de très brèves filmographies et un court texte qui se contente de résumer l'affaire. Tous les suppléments qui accompagnent le film sont repris de l'édition collector parue en DVD dans les années 2000. Malheureusement, aucun ne bénéficie de sous-titres français.

Commentaire audio d'Oliver Stone
Le réalisateur rajoute encore une couche d'informations avec ce commentaire soutenu qui revient sur des anecdotes de tournage ou de production autant qu'une re-contextualisation des faits obscurs décrits dans le film ou du destin de certains personnages.



La question du complot (90 min)
Ce documentaire grand format, produit en 1992, revient sur l'énorme dossier de l'assassinat de JFK, remis au goût du jour l'année précédente par le film controversé d'Oliver Stone dont on voit quelques moments du tournage et qui permettent de vérifier le soin extrême apporté à la fidélité de la reconstitution. Par de très nombreux témoignages et d'archives, ce documentaire, loin du making of, s'engage (sans surprise) pour l'option de la conspiration, objet de fantasmes populaires qui joue sur les doutes et les manipulations, et continue d'intriguer une Amérique hantée.


Mise à jour sur l'assassinat : les nouveaux documents (30 min)
James Di Eugenio, journaliste et auteur de plusieurs ouvrages sur l'assassinat de JFK, revient sur les documents autrefois censurés qui ont été rendus publics par une commission d'enquête en 1998. Des documents qui confirment l'étroite relation entre Lee Oswald et la CIA dans une guerre secrète contre Cuba, les manoeuvres de Washington pour discréditer le procureur Garrison, la planification de la fin de la guerre au Vietnam qui s'est miraculeusement inversée dix jours après l'assassinat, ou les explications sur l'infirmière qui avait su quelques jours avant que le président serait tué...

Rencontre avec Mr X (11 min)
Interview amateur du fameux informateur incarné dans le film par Donald Sutherland. Fletcher Prouty, ancien militaire, à la retraite depuis 1964, ne divulgue pas grand-chose de plus mais évoque le principe de la "cover story" censée normaliser par le mensonge les activités souterraines de l'armée, illustrée ici par l'hypothèse irréaliste des trois balles tirées par Oswald. Il évoque un autre dossier méconnu sur les agissements secrets des Etats-Unis : leur intérêt pour le Vietnam dès 1945, bien avant que ne s'engage le conflit qui finira par les opposer. Prouty parle de sa relation avec le juge Garrison et sa collaboration sur le film avec Oliver Stone.


Scènes coupées ou rallongées (55 min)
Après le director's cut plus long que la version cinéma, vous n'en avez pas encore eu assez ? Rassurez-vous, Oliver Stone en avait encore sous le coude avec cette quasi-heure de scènes coupées au montage ou présentées en version intégrale, ainsi qu'un commentaire audio optionnel. On trouvera notamment un interrogatoire en prison de Jack Ruby, l'entretien d'un mystérieux businessman du Colorado qui fait pression pour arrêter l'enquête, des témoins passés en revue, une séquence fantasmée où Lee Harvey Oswald déjà assassiné fait ses adieux à sa famille, ou une fin alternative avec Mr X.

Bande-annonce (2 min 21)

En savoir plus

Taille du Disque : 46 029 437 758 bytes
Taille du Film : 38 427 009 024 bytes
Durée : 3:25:49.378
Total Bitrate: 24,89 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 18,84 Mbps
Video: VC-1 Video / 18849 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / Advanced Profile 3
Audio: English / Dolby Digital Audio / 5.1 / 48 kHz / 640 kbps / DN -4dB
Audio: English / Dolby TrueHD Audio / 5.1 / 48 kHz / 1611 kbps / 16-bit (AC3 Embedded: 5.1 / 48 kHz / 640 kbps / DN -4dB)
Audio: French / Dolby Digital Audio / 5.1 / 48 kHz / 640 kbps / DN -4dB
Audio: English / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz / 192 kbps / DN -4dB / Dolby Surround
Subtitle: English / 54,527 kbps
Subtitle: French / 44,848 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 25 février 2021

Partenariat