Menu
Test blu-ray

Echec au porteur

BLU-RAY - Région B
Pathé
Parution : 19 / 1 / 2022

Image

Pathé poursuit l'exploration du cinéma de Gilles Grangier avec le méconnu Echec au porteur, sympathique polar du samedi soir numérisé en 4K puis restauré en 2K par le laboratoire L'Immagine Ritrovata (Paris-Bologne), d'après le négatif original complété par un marron. Le rendu est conforme à l'excellence technique habituelle de cette collection, et rend admirablement justice à la photographie de Jacques Lemare : le piqué est solide, la finesse largement palpable, avec un niveau de détail soutenu et une très belle précision d'ensemble. Les cadres ont été stabilisés numériquement, puis totalement nettoyés des traces d'usure, points blancs ou rayures. L'étalonnage reprend les conditions de projection en salle, avec une gamme de gris très nuancée, des contrastes assez équilibrés durant les scènes de jour, et des noirs un peu plus relâchés (sans excès) dans les moments de pénombre ou de nuit. La patine argentique est bien respectée, avec un grain fin, organique et abondant, idéalement restitué par un encodage irréprochable. Une magnifique présentation, proche de la perfection.

Son

La piste son d'Echec au porteur a été restaurée à partir du négatif optique, pour un rendu tout à fait fidèle au mixage d'origine. L'ensemble est d'une grande clarté, totalement dénué de traces d'usure, craquements ou saturations. Les voix sont cristallines et seul subsiste un peu de souffle durant les prises de son direct. L'équilibre est bien respecté entre les voix, les ambiances et la musique, cette dernière ayant été visiblement enregistrée avec un niveau de basses fréquences un peu moindre.

Le film est également proposé en Audiodescription pour les malvoyants.

Suppléments

Présenté dans un digipack classieux avec fourreau, Echec au porteur est accompagné de plusieurs suppléments :

Analyse de Bertrand Tavernier (16 min - HD)
Deux mois avant sa disparition l'intarissable cinéaste cinéphile, qui venait de réhabiliter Gilles Grangier au cours de son Voyage à travers le cinéma français, enregistrait en voix off l'un de ses derniers entretiens pour évoquer Echec au porteur. Il livre un analyse très intéressante d'un film qui, selon lui, gagne un peu plus à chaque révision, notant le rôle bien écrit de Paul Meurisse, aussi sobre et sec que celui du policier de 125 rue Montmartre, ou la peinture d'une police qui interagit, se complète et "croit encore dans son métier". Le réalisateur fait remarquer le soin documentaire apporté aux procédures d'enquête ou à la description de la proche banlieue, avant l'arrivée massive des barres HLM : des scènes rares qui seront rayées de la vision de la France au cinéma, lorsque "le peuple" finira par disparaître des écrans. Il loue la façon discrète dont Grangier dépeint une société solidaire malgré le "constat d'échec" des problèmes qui pèsent sur les personnages (séparation), et revient sur le scénariste Pierre Véry, très apprécié de Jean Cosmos, dont il retrouve ici l'attachement aux connotations sociales et humaines, comme avec le personnage du routier immigré. Tavernier commente le casting, la justesse des acteurs ne serait-ce présents que pour quelques plans, et constate que Gille Grangier s'attachait à toujours trouver de nouveaux talents, distribuant plusieurs fois la nouvelle venue Jeanne Moreau, ou employant ici quelques acteurs rares comme Robert Porte, admiré de Jean Rochefort. Il évoque la photographie de Jacques Lemare, "chef opérateur exceptionnel" et note que le dernier plan évoque Ascenseur pour l'échafaud qui sera tourné peu de temps après...

Gilles Grangier, le cinéma de banlieue (19 min - HD)
Le fils du scénariste Pierre Véry et le critique (et éditeur) François Guérif, spécialiste du polar, reviennent à leur tour sur Echec au porteur, un "projet modeste" refusé par Michel Audiard, qui n'a pas pris de "coup de vieux" et reste une très belle illustration du Paris de l'époque. François Guérif admire le "côté puzzle" de ces différents suspenses "remarquablement agencés", racontés de manière très fluide et finalement assez moderne, sans superflu, typique des "constructions bien ficelées" des romans de Noël Calef (frère du réalisateur Henri Calef et auteur du livre Ascenseur pour l'échafaud, au passage). Noël Véry se souvient des prises de notes inopinées de son père, dans la rue, façon "caméra-stylo", et du "trésor de patrimoine" que représente la description des diverses couches de la société dans Echec au porteur : la police de l'époque et la vision de la banlieue où l'on n'était pas forcément pauvre, où l'on vivait simplement. Un modeste complément par rapport au module précédent, ceci dit.

Actualités Pathé (36 s - HD)
La saison des prix littéraires 1956 est lancée, avec notamment le Prix du Quai des Orfèvres attribué au livre Echec au porteur de Noël Calef.

En savoir plus

Taille du Disque : 37 438 638 696 bytes
Taille du Film : 27 200 421 888 bytes
Durée : 1:27:30.411
Total Bitrate: 41,45 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 36,84 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 36846 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1187 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1262 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 28,861 kbps
Subtitle: English / 20,189 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 14 février 2022