Menu
Test blu-ray

Downhill

BLU-RAY - Région A, B, C
Elephant Films
Parution : 21 / 10 / 2014

Image

Le British Film Institute a initié en 2011 un vaste plan de restauration autour de la période muette d'Alfred Hitchcock et des neuf films ayant survécu (The Mountain Eagle étant toujours considéré comme perdu). Après être sorti en Espagne en 2013, Downhill est désormais disponible en France (pour la première fois sur support numérique) grâce à l'éditeur Elephant. On notera tout d'abord, à l'instar du blu-ray de The Lodger, que le film est présenté en 1080i et qu'il devrait normalement être légèrement accéléré par rapport à un master 1080p. Or on a fabriqué ce master 1080i en ajoutant une 25e image à chaque seconde, ce qui fait que les blu-ray français et espagnol (lequel est en 1080p) ont une durée similaire. On ne perd donc pas la vitesse de défilement originale, contrairement aux habitudes, même si l'on trouve ce "bricolage" un peu curieux (pourquoi ne pas avoir tout simplement proposé un master 1080p ?). D'un point de vue technique, la restauration de Downhill est un cran en deçà par rapport à celle de The Lodger à cause d'une copie légèrement plus abîmée. Si l'on retrouve quasiment les mêmes caractéristiques, à savoir une définition relativement bonne et des contrastes un peu trop doux (un défaut que la présentation en version teintée rend plus acceptable) avec un effet de pompage régulier, le nettoyage a été moins poussé dans certaines scènes - mais c'est bien la seule différence. Il persiste encore beaucoup de petites griffures et quelques tâches mais rien qui ne gâche sérieusement le confort évident du visionnage. Le film n'a sans doute jamais été aussi beau, présenté dans sa version intégrale quand la précédente édition dvd parue en Angleterre ne proposait qu'un montage de 90 min.

Son

Downhill est proposé avec une nouvelle partition au piano, composée et interprétée par John Sweeney. Le résultat est plutôt réussi, dans le genre : si l'accompagnement reste fidèle à la tradition, Sweeney a su proposer un travail efficace et sensible. La qualité de l'enregistrement et son rendu sur ce disque n'inspirent absolument aucun grief, c'est du beau travail.  

Suppléments

Le film est présenté à la fois en blu-ray et en dvd, leur contenu est identique.

Nous avons d'abord droit à une Présentation par Jean-Pierre Dionnet (8 min - 1080i) qui a le bon goût de ne pas trop en dévoiler sur l'intrigue : vous pouvez donc visionner ce module en introduction du film sans avoir peur d'éventuelles révélations - on vous conseillera quand même de ne le découvrir qu'après avoir vu le film... Dionnet revient notamment sur Ivor Novello, un acteur aux multiples talents, ou sur les rapports compliqués qu'entretenait Hitchcock avec son producteur Michael Balcon (entre autres fondateur de Gainsborough Pictures et, plus tard, des studios Ealing). Il fait une rapide présentation des collaborateurs du film et d'une partie du casting. Une mise en bouche qui donnera sans doute envie aux passionnés d'en savoir davantage...


Jean-Pierre Dionnet rempile avec Hitchcock 9 (9 min - 1080i), une sorte de portrait d'Hitchcock et de son style émergeant à travers "neuf bonnes raisons" de voir les neuf films de sa période muette qui ont survécu. C'est une sorte de présentation d'une collection dans la collection qui sera sans doute étoffée chez l'éditeur, au fur et à mesure de l'avancement des restaurations supervisées par le British Film Institute.

Hitchcock : aux origines du suspense (24 min - SD - VOST) est un documentaire britannique produit en 2000, consacré à la période anglaise du réalisateur. Racontée par des historiens, biographes ou collaborateurs (dont le futur réalisateur Roy Ward Baker), l'ensemble est très classique mais néanmoins fourni. Si l'on parle encore et toujours de certaines scènes désormais célèbres (le plafond transparent de The Lodger par exemple), des apparitions du réalisateur (même Jean-Pierre Dionnet y a fait allusion) ou de sa relation avec Alma Reville, le documentaire retrace le parcours passionnant d'une figure légendaire du cinéma avec quelques titres-phares comme Les 39 marches ou Une femme disparaît. Des anecdotes plus personnelles permettent également de connaître un peu plus l'homme, entre professionnalisme et excentricités.

On retrouve enfin une galerie de photos, mais elles sont en petit format, et un certain nombre de Bandes-annonces des collections initiées par l'éditeur autour du cinéma anglais, présentées par l'inépuisable Jean-Pierre Dionnet : Hitchcock, Powell-PressburgerCarol ReedAlexander Korda, films fantastiques, drames et mélodrames historiques, policiers...

En savoir plus

Taille du Disque : 24 778 825 552 bytes
Taille du Film : 20 887 777 728 bytes
Durée : 1:45:19.560
Bitrate Vidéo Moyen : 22,9 Mbps
Total Bitrate: 26,44 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 22964 kbps / 1080i / 25 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 2056 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)

Par Stéphane Beauchet - le 31 octobre 2014