Menu
Test blu-ray

Claudine

BLU-RAY - Région A
Criterion
Parution : 13 / 10 / 2020

Image

Depuis le rachat du studio 20th Century Fox par Disney, les films issus de ce catalogue tendent à se raréfier chez les éditeurs indépendants. Seul Criterion semble encore avoir la possibilité (et les moyens) de proposer des éditions de ce riche catalogue. Ainsi le rarement diffusé Claudine de John Berry bénéficie maintenant d'une très belle édition proposée par l'éditeur new-yorkais. Il s'agit d'une restauration 4K réalisée à partir du négatif original par le laboratoire californien Fotokem. Ce transfert montre de nombreuses qualités, outre la définition générale de l'image, excellente, et la propreté des éléments d'origine, on notera un grand respect de la texture argentique avec un grain fin, dense et homogène sur toute la durée du film. En termes de colorimétrie et de gestion des contrastes chromatiques, les restaurations initiées par la Fox ont généralement tendance à conserver l'aspect naturel de la lumière lorsque les différences de température de couleur se font sentir, par exemple lorsqu'il y a un mélange de lumière artificielle et de lumière naturelle, comme sur ce plan où la lumière extérieure est bleue. Cet aspect est parfois gommé par certaines restaurations pour un rendu plat et neutre, pour celle-ci les nuances colorimétriques sont bien retranscrites.

Son

La version originale monophonique PCM est parfaitement restaurée, et la dynamique convient parfaitement à une bande sonore très musicale que l'on doit au musicien Curtis Mayfield et à des chansons interprétées par Gladys Knight and the Pips. Cette édition étant destinée au marché américain, il n'y a pas de version française proposée (nous ne sommes pas certains qu'elle existe, même si le film semble être sorti en salle en France en 1975). Il n'y pas de sous-titres français non plus, juste des sous titres anglais.

Suppléments

Conversation avec Robert Townsend et Ashley Clark (31 min.- HD)
Dans  cette conversation réalisée en distanciel  en juin 2020, le comédien et réalisateur Robert Townsend nous raconte comment il a découvert Claudine, film dans lequel il perçoit sa propre enfance. Celle d'un enfant élevé par sa seule mère, vivant  au milieu de ses nombreux frères et soeurs dans un espace restreint. Puis il évoque le contexte du film, une période du cinéma où la Blackxploitation bat son plein en ce début des années 70, avec des films d'un autre genre que Claudine qui, lui, tranche par son sujet. La performance de Diahann Carroll dans le rôle titre l'a beaucoup marqué, c'est la raison pour laquelle il lui proposa un rôle dans son film Five Heartbeats, tourné en 1991. La conversation évoque aussi naturellement, James Earl Jones (Conan le barbare, Jardin de pierres) dans le rôle de l'éboueur épris de Claudine, qu'il interprète avec beaucoup de sensibilité. La deuxième partie de ce document est la plus intéressante car Robert Townsend y explique avec humour le contexte social du film, au travers de sa propre expérience d'enfant noir vivant en milieu urbain et dans le dénuement.

Diahann Carroll (22 min.- HD)
Ce document audio a été enregistré en 1974 à l'American Film Institute. On y entend la magnifique et trop rare actrice Diahann Carroll raconter son parcours de comédienne et son expérience sur le film Claudine. Cet excellent document bénéficie d'un très beau travail d'illustration avec des photos d'archive de l'actrice et des dessins créés pour l'occasion. L'un des moments les plus marquants de ce document est lorsqu'elle raconte le tournage de la scène très brutale où elle bat avec une brosse sa fille dénudée. Cette capacité à montrer la violence de manière crue est l'une des caractéristiques du cinéma du réalisateur John Berry (Tension, He Ran All the Way).



John Berry par Imogen Sara Smith (20 min - HD)
Ce troisième document est essentiel car il est entièrement consacré au cinéaste John Berry. Un réalisateur prometteur à la carrière devenue chaotique du fait du Maccarthysme qui sévit à Hollywood au début des années 50 et l'obligea à l'exil vers la France. Dans notre pays, ce cinéaste jouit d'une certaine réputation mais reste encore mal connu (il fut invité dans l'émission Le Club de Ciné Classic à la fin des années 90). Ce document évoque les débuts de sa carrière comme assistant d'Orson Welles à la fin des années 30, son goût pour le théâtre, sa carrière américaine comme réalisateur à Hollywood. Malheureusement sa carrière française n'est abordée qu'au travers de Tamango tourné en 1957 (il semblerait que cette curiosité ait été restaurée par StudioCanal et sera bientôt proposée dans la collection Make My Day !). Puis la journaliste consacre son propos à son retour aux Etats-Unis avec Claudine en 1974 et quelques productions américaines tournées à la fin de sa carrière, sans évoquer ses deux films français tournés dans les années 80, Le Voyage à Paimpol (interprété par son épouse Myriam Boyer) et Il y a maldonne, film sur la jeunesse délinquante et la délation.

Livret dépliant de 12 pages rédigé en anglais, avec les traditionnelles informations sur l'origine du master vidéo et son, les crédits, les remerciements et un texte de 6 pages rédigé en 1978 par Danielle A. Jackson et titré A happy home consacré au film Claudine.

En savoir plus

Disc Size: 45,868,034,001 bytes
Size: 27,409,428,480 bytes
Length: 1:32:35.216
Total Bitrate: 39.47 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 35098 kbps / 1080p / 23.976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: English / LPCM Audio / 1.0 / 48 kHz /  1152 kbps / 24-bit
Audio: English / Dolby Digital Audio / 1.0 / 48 kHz /   192 kbps / DN -31dB
Subtitle: English / 71.188 kbps



 

Par Jean-Marc Oudry - le 13 octobre 2021