Menu
Test blu-ray

Bandolero

BLU-RAY - Région B
Opening
Parution : 14 / 2 / 2012

Image

Bandolero a été édité en DVD il y a quelques années par Fox (FPE). Le transfert y était très bon et surtout la copie extrêmement propre. Il faut croire que l'éditeur Opening a repris le même matériel. L'image est très belle dans son ensemble et les couleurs joliment saturées. Il suffit d'observer la fin du générique d'ouverture pour s'en rendre compte, avec ses couleurs chaudes au rendu impeccable. La compression est également excellente. Bien entendu, en l'absence de restauration, nous obtenons dans l'ensemble un master très granuleux (mais la plupart du temps il s'agit d'un bon grain cinéma très appréciable) et des contrastes, certes très convaincants, mais dans des proportions relatives.

Contrairement aux autres Blu-ray de la collection (La Piste des géants et Le Vent de la plaine), également très soignés mais encodés en 1080i (ce qui n'est pas grave, même si l'on ne profite pas des qualités réelles du support Blu-ray), Bandolero est encodé en 1080p (soit la vitesse de défilement originale du film). La différence au niveau de ce choix est incompréhensible, mais néanmoins présente.

Son

Deux pistes (VO et VF) en Dolby Digital 2.0 sont proposées. La version française est assez bonne, les doublages de l'époque étant de qualité. Cependant, il faut préférer la version originale, bien évidemment meilleure au niveau du jeu, et au rendu sonore d'ensemble bien plus péchu et plus profond. Une bonne dynamique de façon générale, tout en prenant l'âge du film en compte.

Suppléments

Contrairement à l'ancienne édition DVD, l'éditeur Opening a ajouté deux suppléments. Il convient de noter que Bandolero est celui des trois westerns sortis par l'éditeur en Blu-ray qui contient le moins de bonus. Chose tout à fait compréhensible vis-à-vis de son importance bien moindre au regard de l'histoire du cinéma.

On pourra y trouver la bande-annonce originale, un document toujours sympathique et précieux (on oublie souvent à quel point de genre de document en dit long sur la façon dont les films étaient vendus à travers les époques). Autrement, on y appréciera un entretien avec l'illustre et toujours aussi passionné Patrick Brion. Comme à son habitude, ce dernier revient sur le film, mais aussi sur le réalisateur et les acteurs. Si Brion est toujours très convaincant - et souvent passionnant - à écouter à propos d'Hollywood et de son histoire (ses studios, ses films, ses réalisateurs, ses stars...), on sent bien qu'il y a moins matière ici pour lui à s'extasier. Toutefois, ses propos ne sont pas dénués d'intérêt quand il s'agit de défendre la qualité générale du film. Ce n'est pas exceptionnel, mais c'est toujours un plaisir que celui de l'écouter.

Par Julien Léonard - le 24 février 2012