Votre film du mois de Janvier 2022

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Zelda Zonk
Amnésique antérograde
Posts: 14059
Joined: 30 May 03, 10:55
Location: Au 7e ciel du 7e art

Re: Votre film du mois de Janvier 2022

Post by Zelda Zonk »

Janvier 2022

Image = Chef-d'œuvre (à partir de 9/10, voire 8,5/10)

FILM DU MOIS

Image

FILMS DÉCOUVERTS

- Licorice Pizza (Paul Thomas Anderson - 2022) : 8/10

- The Father (Florian Zeller - 2021) : 7,5/10
- Gens de Dublin (John Huston - 1987) : 7,5/10
- M (Joseph Losey - 1951) : 7,5/10
- Les Grandes espérances (David Lean - 1946) : 7,5/10
- First Cow (Kelly Reichardt - 2021) : 7,5/10
- Une affaire de femmes (Claude Chabrol - 1988) : 7,5/10

- The Card Counter (Paul Schrader - 2021) : 7/10
- Section spéciale (Costa-Gavras - 1975) : 7/10
- Onoda - 10000 nuits dans la jungle (Arthur Harari - 2021) : 7/10
- Drive my car (Ryusuke Hamaguchi - 2021) : 7/10
- Nomadland (Chloé Zhao - 2021) : 7/10

- Boîte noire (Yann Gozlan - 2021) : 6,5/10
- Les particules élémentaires (Antoine Garceau - 2021) [Téléfilm en deux parties] : 6,5/10

- Devine qui vient dîner ? (Stanley Kramer - 1967) : 6/10
- La loi de Téhéran (Saeed Roustayi - 2021) : 6/10

- La bonne année (Claude Lelouch - 1973) : 5,5/10
- Rage (David Cronenberg - 1977) : 5,5/10

- France (Bruno Dumont - 2021) : 4,5/10

- L'Odyssée (Jérôme Salle - 2016) : 4/10
- Nocturnal (Nathalie Biancheri - 2019) : 4/10

- Titane (Julia Ducournau - 2021) : 3/10
- Annette (Leos Carax - 2021) : 3/10

- Le collier rouge (Jean Becker - 2018) : 2,5/10

- Benedetta (Paul Verhoeven - 2021) : 2/10

FILMS REVUS (hors compétition)

- Le Fanfaron (Dino Risi - 1962) : 8,5/10 Image

- Dans la chaleur de la nuit (Norman Jewison - 1967) : 7/10

- Le Cas Richard Jewell (Clint Eastwood - 2019) : 6/10
- 37°2 le matin (Jean-Jacques Beineix - 1986) : 6/10

- Dracula (Tod Browning - 1931) : 5/10

- Le Mystère von Bülow (Barbet Schroeder - 1990) : 4/10
Last edited by Zelda Zonk on 1 Feb 22, 12:43, edited 19 times in total.
User avatar
manuma
Assistant opérateur
Posts: 2719
Joined: 31 Dec 07, 21:01

Re: Votre film du mois de Janvier 2022

Post by manuma »

Vus / Revus

MR. KLEIN - Joseph Losey (1976) : 8.0/10
THE WHITE DAWN - Philip Kaufman (1974) : 8.0/10
LICORICE PIZZA - Paul Thomas Anderson (2021) : 8.0/10
NO SUDDEN MOVE - Steven Soderbergh (2021) : 7.5/10
TWO PEOPLE - Robert Wise (1973) : 7.5/10
HAMBURGER HILL - John Irvin (1987) : 7.5/10
CASEY'S SHADOW - Martin Ritt (1978) : 7.5/10
IL CONSIGLIORI - Alberto De Martino (1973) : 7.5/10
LUCKY YOU - Curtis Hanson (2007) : 7.0/10
DRIFTWOOD - Allan Dawn (1947) : 7.0/10
THE WAY BACK - Gavin O'Connor (2020) : 7.0/10
GAS FOOD LODGING - Allison Anders (1992) : 6.5/10
LE RETOUR DE CASANOVA - Edouard Niermans (1992) : 6.5/10
HAPPY GO LOVELY - H. Bruce Humberstone (1951) : 6.5/10
LAKEBOAT - Joe Mantegna (2000) : 6.0/10
SCREWED - Scott Alexander, Larry Karaszewski (2000) : 6.0/10
LET THEM ALL TALK - Steven Soderbergh (2020) : 6.0/10
NO TREES IN THE STREET - J. Lee Thompson (1959) : 6.0/10
FAST TRACK - Jesse Peretz (2006) : 5.5/10
OUT OF THE DARK - Michael Schroeder (1988) : 5.5/10
JILL RIPS - Anthony Hickox (2000) : 5.5/10
ALOHA SUMMER - Tommy Lee Wallace (1988) : 5.5/10
BETWEEN WORLDS - Maria Pulera (2018) : 5.5/10
PRISONERS OF THE GHOSTLAND - Sion Sono (2021) : 5.5/10
INDIAN SUMMER - Mike Binder (1993) : 5.5/10
FACE VALUE - Michael Miller (2001) : 5.0/10
VOICE FROM THE STONE - Eric D. Howell (2017) : 5.0/10
DEATH RACE: INFERNO - Roel Reiné (2013) : 5.0/10
UN DOLAR DE RECOMPENSA - Rafael Romero Marchent (1972) : 4.5/10
UN DROLE DE COLONEL - Jean Girault (1968) : 4.5/10
THE MUSKETEER - Peter Hyams (2001) : 4.0/10
TEEN SPIRIT - Max Minghella (2018) : 4.0/10
NOVEMBER CRIMINALS - Sacha Gervasi (2017) : 4.0/10
ONE NIGHT STAND - Talia Shire (1995) : 3.5/10
YOUNGER AND YOUNGER - Percy Adlon (1993) : 2.0/10
Last edited by manuma on 13 Aug 22, 17:44, edited 29 times in total.
joe-ernst
Décorateur
Posts: 3793
Joined: 20 Mar 06, 15:11
Location:

Re: Votre film du mois de Janvier 2022

Post by joe-ernst »

JANVIER 2022


Film du mois :

AUCUN


Films découverts :

Bartleby, de Maurice Ronet : 7,5/10
Les confins du monde, de Guillaume Nicloux : 6/10
Deux hommes dans la ville, de José Giovanni : 6/10
Drive My Car, de Ryûsuke Hamaguchi : 7,5/10
L'hypothèse du tableau volé, de Raul Ruiz : 7/10
Das Leben der Anderen, de Florian Henckel von Donnersmarck : 7,5/10
Nightmare Alley, de Guillermo del Toro : 5/10
Passion simple, de Danielle Arbid : 4/10
Spencer, de Pablo Larrain : 3/10
Walk on the Wild Side, de Edward Dmytryk : 6,5/10



Films revus ou redécouverts :

Indochine, de Régis Wargnier : 8/10
les tontons flingueurs, de Georges Lautner : 7,5/10



TV :

Babylon Berlin, saison 3 : 8/10



Film du mois, le récapitulatif :
Spoiler (cliquez pour afficher)
West Side Story, de Robert Wise et Jerome Robbins (janvier 2008)
La harpe de Birmanie, de Kon Ichikawa (février 2008)
Iphigénie, de Michael Cacoyannis (mars 2008)
Douce, de Claude Autant-Lara (avril 2008)
Rocco et ses frères, de Luchino Visconti (mai 2008)
La fille de l'amiral, de Roy Rowland (juin 2008)
Bellissima, de Luchino Visconti (juillet 2008)
Sciuscià, de Vittorio De Sica (août 2008)
Scarface, de Howard Hawks (septembre 2008)
La fureur de vivre, de Nicholas Ray (octobre 2008)
Un goût de miel, de Tony Richardson et Le narcisse noir, de Michael Powell et Emeric Pressburger (novembre 2008, ex-aequo)
Lettre d'une inconnue, de Max Ophuls (décembre 2008)
Colonel Blimp, de Michael Powell et Emeric Pressburger (janvier 2009)
Milk, de Gus Van Sant et Séraphine, de Martin Provost (février 2009, ex-aequo)
L'homme des vallées perdues, de George Stevens (mars 2009)
Justice est faite, d'André Cayatte (avril 2009)
Pour toi j'ai tué, de Robert Siodmak (mai 2009)
Les contes de la lune vague après la pluie, de Kenji Mizoguchi (juin 2009)
L'aurore, de Friedrich Wilhelm Murnau (juillet 2009)
Winchester 73, d'Anthony Mann (août 2009)
Le plus sauvage d'entre tous, de Martin Ritt (septembre 2009)
Le ruban blanc, de Michael Haneke (octobre 2009)
La captive aux yeux clairs, de Howard Hawks (novembre 2009)
Peau d'âne, de Jacques Demy (décembre 2009)
Pépé le Moko, de Julien Duvivier (janvier 2010)
Miss Oyu, de Kenji Mizoguchi (février 2010)
Nos meilleures années, de Marco Tullio Giordana (mars 2010)
Ces messieurs dames, de Pietro Germi (avril 2010)
Sueurs froides, d'Alfred Hitchcock (mai 2010)
AUCUN (juin 2010)
Chevaux de bois, de Rupert Julian et Erich von Stroheim (juillet 2010)
Le diable boiteux, de Sacha Guitry (août 2010)
AUCUN (septembre 2010)
Love, de Ken Russell (octobre 2010)
Topsy-Turvy, de Mike Leigh (novembre 2010)
Le marquis de Saint-Evremond, de Jack Conway (décembre 2010)
Incendies, de Denis Villeneuve (janvier 2011)
Une étoile est née, de George Cukor (février 2011)
Une si jolie petite plage, d'Yves Allégret (mars 2011)
Rabbit Hole, de John Cameron Mitchell (avril 2011)
Shakespeare Wallah, de James Ivory (mai 2011)
Le guépard, de Luchino Visconti (juin 2011)
The Beloved Rogue, d'Alan Crosland (juillet 2011)
America, America, d'Elia Kazan (août 2011)
Et maintenant, on va où ?, de Nadine Labaki (septembre 2011)
AUCUN (octobre 2011)
AUCUN (novembre 2011)
Le goût du saké, de Yasujirô Ozu (décembre 2011)
Le mécano de la General, de Buster Keaton (janvier 2012)
AUCUN (février 2012)
AUCUN (mars 2012)
AUCUN (avril 2012)
AUCUN (mai 2012)
Her Night of Romance, de Sidney Franklin (juin 2012)
AUCUN (juillet 2012)
AUCUN (août 2012)
Nouveau souffle, de Karl Markovics (septembre 2012)
Un singe en hiver, d'Henri Verneuil (octobre 2012)
Week-end, d'Andrew Haigh (novembre 2012)
Brighton Rock, de John Boulting (décembre 2012)
Yossi, d'Eytan Fox (janvier 2013)
Blancanieves, de Pablo Berger (février 2013)
AUCUN (mars 2013)
AUCUN (avril 2013)
Mulholland Drive, de David Lynch (mai 2013)
La grande bellezza, de Paolo Sorrentino (juin 2013)
L'inconnu du lac, d'Alain Guiraudie (juillet 2013)
AUCUN (août 2013)
AUCUN (septembre 2013)
La solitude du coureur de fond, de Tony Richardson (octobre 2013)
AUCUN (novembre 2013)
AUCUN (décembre 2013)
Pot-Bouille, de Julien Duvivier (janvier 2014)
AUCUN (février 2014)
AUCUN (mars 2014)
AUCUN (avril 2014)
L'armée du salut, d'Abdellah Taïa (mai 2014)
AUCUN (juin 2014)
RIEN (juillet 2014)
AUCUN (août 2014)
Pride, de Matthew Warchus (septembre 2014)
AUCUN (octobre 2014)
Der Kreis, de Stefan Haupt (novembre 2014)
AUCUN (décembre 2014)
AUCUN (janvier 2015)
Le passé se venge, de Robert Florey (février 2015)
AUCUN (mars 2015)
Le bal de la famille Anjo, de Kozaburo Yoshimura (avril 2015)
L'assassin sans visage, de Richard Fleischer (mai 2015)
AUCUN (juin 2015)
AUCUN (juillet 2015)
Les désarrois de l'élève Törless, de Volker Schlöndorff (août 2015)
The Outcast / The Broken Comandments (Hakai), de Kon Ichikawa (septembre 2015)
AUCUN (octobre 2015)
AUCUN (novembre 2015)
Raphaël ou le débauché, de Michel Deville (décembre 2015)
La lectrice, de Michel Deville (janvier 2016)
AUCUN (février 2016)
AUCUN (mars 2016)
AUCUN (avril 2016)
Julieta, de Pedro Almodovar (mai 2016)
AUCUN (juin 2016)
AUCUN (juillet 2016)
La chambre ardente, de Julien Duvivier (août 2016)
AUCUN (septembre 2016)
AUCUN (octobre 2016)
AUCUN (novembre 2016)
Morning for the Osone Family, de Keisuke Kinoshita (décembre 2016)
La La Land, de Damien Chazelle (janvier 2017)
AUCUN (février 2017)
Mapplethorpe: Look at the Pictures, de Fenton Bailey et Randy Barbato (mars 2017)
AUCUN (avril 2017)
AUCUN (mai 2017)
AUCUN (juin 2017)
AUCUN (juillet 2017)
AUCUN (août 2017)
Barbara, de Mathieu Amalric (septembre 2017)
The Square, de Ruben Oestlund (octobre 2017)
Ex Libris: The New York Public Library, de Frederick Wiseman (novembre 2017)
AUCUN (décembre 2017)
AUCUN (janvier 2018)
Call Me by Your Name, de Luca Guadagnino (février 2018)
Hostiles, de Scott Cooper (mars 2018)
AUCUN (avril 2018)
Plaire, aimer et courir vite, de Christophe Honoré (mai 2018)
AUCUN (juin 2018)
AUCUN (juillet 2018)
AUCUN (août 2018)
AUCUN (septembre 2018)
AUCUN (octobre 2018)
AUCUN (novembre 2018)
Mary Poppins Returns, de Ron Marshall (décembre 2018)
AUCUN (janvier 2019)
AUCUN (février 2019)
AUCUN (mars 2019)
AUCUN (avril 2019)
Dolor y gloria, de Pedro Almodovar (mai 2019)
AUCUN (juin 2019)
AUCUN (juillet 2019)
AUCUN (août 2019)
AUCUN (septembre 2019)
AUCUN (octobre 2019)
AUCUN (novembre 2019)
Et puis nous danserons, de Levan Akin (décembre 2019)
AUCUN (janvier 2020)
AUCUN (février 2020)
Lawrence of Arabia, de David Lean (mars 2020)
AUCUN (avril 2020)
The Old Dark House, de James Whale (mai 2020)
Piccadilly, de Ewald André Dupont (juin 2020)
Liebelei, de Max Ophuls (juillet 2020)
AUCUN (août 2020)
AUCUN (septembre 2020)
AUCUN (octobre 2020)
AUCUN (novembre 2020)
AUCUN (décembre 2020)
AUCUN (janvier 2021)
AUCUN (février 2021)
AUCUN (mars 2021)
AUCUN (avril 2021)
AUCUN (mai 2021)
AUCUN (juin 2021)
AUCUN (juillet 2021)
AUCUN (août 2021)
AUCUN (septembre 2021)
AUCUN (octobre 2021)
AUCUN (novembre 2021)
AUCUN (décembre 2021)
Last edited by joe-ernst on 1 Feb 22, 08:45, edited 10 times in total.
L'hyperréalisme à la Kechiche, ce n'est pas du tout mon truc. Alain Guiraudie
User avatar
Paroju
Doublure lumière
Posts: 501
Joined: 24 Jul 20, 13:32

Re: Votre film du mois de Janvier 2022

Post by Paroju »

Film du mois : Le cas Richard Jewell
Image

Films découverts :

Le cas Richard Jewell (Eastwood, 2020) ***

Le jour des morts vivants (Romero, 1986) **
Le dernier des Mohicans (Mann, 1992) **
Impitoyable (Eastwood, 1992) **

Mademoiselle de Joncquière (Mouret, 2018) *
Miss Peregrine et les enfants particuliers (Burton, 2016) *
Nomadland (Zhao, 2021) *
La panthère rose (Edwards, 1963) *
This is it (Ortega, 2009) *
Rage (Cronenberg, 1977) *

Titane (Ducourneau, 2021)
World War Z (Forster, 2013)
Matrix : resurrection (Wachovski, 2021)
Sex academy (Gallen, 2001)
Cursed (Craven, 2005)

Série :
After Life (s3)

Spoiler (cliquez pour afficher)
Film du mois de Décembre 2021 (Miller's crossing)
Films du mois de Novembre 2021 (Playtime)
Films du mois d'Octobre 2021 (Ad astra)
Films du mois de septembre 2021 (Un jour de pluie à New York)
Films du mois d'Août 2021 (Zero Dark Thirty)
Films du mois de Juillet 2021 (Parasite)
Films du mois de Juin 2021 (The father)
Films du mois de Mai 2021 (Que la bête meure)
Films du mois d'Avril 2021 (Mon oncle d'Amérique)
Films du mois de Mars 2021 (Grave)
Films du mois de Février 2021 (Le temps de l'innocence)
Last edited by Paroju on 1 Feb 22, 20:45, edited 24 times in total.
Torrente wrote: 29 May 22, 22:08 Bon sinon, #pas_touche_à_Paroju!
Manolito
Machino
Posts: 1231
Joined: 20 May 03, 17:16

Re: Votre film du mois de Janvier 2022

Post by Manolito »

Très bon 8/10
Never Let Me Go - 2010 - Mark Romanek

Bon 7/10
The Card Counter - 2021 - Paul Schrader
Les innocentes - 2016 - Anne Fontaine
Âmes perdues - 1977 - Dino Risi
Demon City Shinjuku - 1988 – Yoshiaki Kawajiri
Le messager - 1971 - Joseph Losey
The Green Knight - 2021 - David Lowery
The Homesman - 2014 - Tommy Lee Jones

Pas mal 6/10
Lamb - 2021 - Valdimar Jóhannsson
Une certaine rencontre - 1963 - Robert Mulligan
Twist à Bamako - 2022 - Robert Guédiguian
Boss Level - 2021 - Joe Carnahan
Horns - 2014 - Alexandre Aja
Le grand couteau - 1955 - Robert Aldrich (revu, note inchangée)
Color Out of Space - 2019 - Richard Stanley

Moyen 5/10
Billy Le Kid Versus Dracula - 1966 - William Beaudine
Jeune et jolie - 2013 - François Ozon
The Tomorrow War - 2021 - Chris McKay
Nightmare Alley - 2021 - Guillermo Del Toro
Scream - 2022 - Matt Bettinelli-Olpin & Tyler Gillett

Mauvais 4/10
L'appel de la chair - 1971 - Emilio Miraglia
Last edited by Manolito on 29 Jan 22, 10:28, edited 13 times in total.
User avatar
Arn
Régisseur
Posts: 3273
Joined: 19 Oct 17, 16:32

Re: Votre film du mois de Janvier 2022

Post by Arn »

JANVIER 2022

Film du mois :

Image
CRÉPUSCULE À TOKYO, de Yasujirô Ozu (1957)

Découvertes & revisionnages :

Le Guépard (Il Gattopardo, Luchino Visconti - 1963) 9/10
Je poursuis pas découverte de Visconti avec son film le plus célèbre. Plus court que Ludwig, il fait quand même 3h. 3h bien remplis d'une splendide fresque historique prenant place en Sicile en plein Risorgimento où on suit une famille d'aristocrate et principalement le prince Don Fabrizio Salina incarné par un Burt Lancaster au top de son charisme, et son neveu Tancredi Falconeri avec un Alain Delon à tomber, débordant d'un mélange de fouge et d'arrogance. Et pour compléter le tableau Claudia Cardinale aussi irrésistible qu'ambigüe. Le récit est avant tout celui de la fin d'une époque et d'un ordre social auquel s'accroche le prince quitte à faire des compromis. Visuellement c'est pour l'instant le plus beau Visconti que j'ai vu (ce qui n'est pas rien vu le niveau des 3 autres), baigné d'une ambiance ensoleillé, avec quelques scènes de bataille dantesque et toujours un travail sur les costumes et les décors colossales.

Before Sunrise (Richard Linklater - 1995) 5/10
Assez déçu. Ca ressemble quand même beaucoup à une série de vignettes avec pleins de petites histoires (d'un niveau assez adolescent, à quelques exceptions près ça vole pas très haut) que l'un et l'autre se raconte et entrecoupé de rencontres étonnantes. Bref l'écriture m'est apparu assez artificielle, contrastant avec la mise en scène et le jeu des acteurs beaucoup plus naturelle. Même si je n'ai pas totalement adhéré non plus à ce dernier point, notamment à Ethan Hawke, surtout lorsqu'il est en mouvement où il multiplie les mimiques avec sa bouche, les gestes avec ses mains etc. Ca passe au début, il est mal à l'aise, mais au fil du film ça devient agaçant.

Before Sunset (Richard Linklater - 2004) 6/10
C'est (un peu) mieux que Sunrise. Il y a moins l'effet vignette, cette fois ci ils ont des choses à se dire autre que leur petite philosophie personnelle assez lourdingue (même si on retombe dedans par moment, au moins ce n'est pas que ça). Il y a moins de mimiques dans le jeu de Hawke et la fin est belle. Malgré tout c'est clairement pas l'emballement. Je suis assez d'accord avec la théorie qui veut que pour pleinement apprécier un film dont la romance est l'enjeu central il faut être sous le charme des deux personnages. Et là ce n'est pas du tout le cas. Un peu plus vers la fin, une fois qu'ils ont mis à jour leurs faiblesses mais globalement ils me sont tous deux assez antipathiques. Elle c'est depuis le premier, comme je l'ai dis dans une message précédent je vois très bien le perso de la bobo avec ses monologues insupportables qu'elle continue ici (son discours sur les petits gestes/améliorations quotidiennes qui comptent le plus, yurk). Et lui c'est surtout sa manière de se comporter et ce qu'il dit ici, en ayant une femme et un gamin qui m'ont dérangé, et qui ne représente pas du tout du romantisme à mes yeux, mais juste le fait d'être un conn*rd. Le romantisme je le trouve 1000 fois plus dans les relations du couple Vanel/Renaud qui surmonte des épreuves dans Le ciel est à vous que chez ce gars qui regrette qu'elle ne soit pas venu 9 ans plus tôt alors que sans ça il avait pas de mioche (qu'il dit ensuite chérir heureusement mais on dirait pas avec ce qu'il dit juste avant). Bref le charme romantique de ces deux films, pas dénué de qualités pour autant, me passent assez largement au dessus, c'est dommage.

Frankenstein (James Whale - 1931) 7/10
Les origines de la créature. Le film vaut surtout pour son ambiance, mélange de gothique et d'influence expressionniste, par le maquillage de Jack P. Pierce et évidemment l'interprétation de Boris Karloff. Le film, très noir (il va assez loin dans les victimes de la créature), fonctionne toujours très bien.

Printemps tardif (Banshun, Yasujirô Ozu) 9/10
Découverte d'Ozu et immédiatement sous le charme de ce film qui nous raconte finalement l'évolution de la famille traditionnelle japonaise à travers cette histoire de père qui veut marier sa fille, alors que celle ci refuse pour ne pas le laisser seul. A la fois simple et raffiné, il y a une grande sensibilité qui se dégage aussi bien de la mise en scène que des acteurs, me faisant passer de la joie à la tristesse pour finir avec un profond sentiment de mélancolie.J'ai vraiment été très touché. Au final c'est proche de ce que j'imaginais de tout un pan du cinéma d'Ozu, mais en y étant plus sensible que ce à quoi je m'attendais. Donc hâte d'en découvrir d'autres.

Before Midnight (Richard Linklater - 2013) 6/10
Le final est très beau, émouvant. Toute la dispute est très bien joué et avec un rendu général naturel, réaliste. Mais mon intérêt s'arrête a peu près là, n'ayant toujours pas beaucoup d'affection pour les personnages. Content quand même d'avoir vu les 3 "Before", chaque film gagne un peu plus d'intérêt replacé au sein de cette trilogie amoureuse, audacieuse mais qui m'est en bonne partie passée au dessus.

La fiancée de Frankenstein (Bride Of Frankenstein, James Whale - 1935) 7/10
On reprend là on nous en étions resté en 1931, avec une créature qui va pas mal se balader, faire différentes rencontres. Le film est beau, Karloff est encore plus touchant que dans le premier, mais le ton a un peu changé, il est un peu plus décalé (l'interprétation m'a paru aussi plus théâtrale), on perd à mon sens un peu en noirceur. Mais ça se regarde avec grand plaisir.

Soleil Vert (Soylent Green, Richard Fleischer - 1973) 8/10
Découvert en salle il y a une 15aine d'années j'avais beau aimé. Le revoir aujourd'hui, où la problématique du réchauffement climatique est devenue brûlante rend l'impact du film est encore plus fort, d'autant que l'action se passe en 2022. Formellement c'est classique mais solide, avec un très bon rendu d'un New York surpeuplé, pollué et étouffant de chaleur. Malgré la date de production les effets et décors kitchs sont assez peu nombreux. Et Sol est toujours aussi touchant. Un classique du film d'anticipation, très sombre.

The Card Counter (Paul Schrader - 2021) 8/10
Attentes totalement comblées sur ce film, il y en aura finalement eu peu en sortie salle 2021 me concernant. Le niveau de maîtrise de la mise en scène de Schrader est un pur plaisir du début à la fin. Je comprends que les scènes de flashback/rêves puissent déranger un peu car il pousse un peu loin les effets jusqu'à un aspect quasi "jeu vidéo" (sur le plan séquence surtout) mais j'ai trouvé que ça fonctionnait bien et que le contraste avec l’ambiance lisse et contrôlé des motels et casinos sert bien le film. Pour le reste c'est du grand art, il fait monter et redescendre la tension en un claquement de doigts.
L'écriture m'a semblé parfois un peu plus facile, mais ça reste assez original (j'ai trouvé que les deux intrigues collaient plutôt bien ensemble) et surtout efficace. Tout a été préparé pour ce moment d'angoisse à deux dans sa chambre de motel. Et Oscar Isaac y est excellent, comme le reste du casting, sauf peut être Dafoe, effectivement sous exploité. En tout cas sur le peu que j'ai vu des sorties 2021 en salle, il fait partie de mes grosses sensations.

Le dernier des hommes ( Der letzte Mann, F.W. Murnau) 8/10
Très beau film muet qui ne compte, chose assez rare, qu’un seul intertitre. On y suit un vieux et imposant portier qui va perdre sa place, qui lui apportait un certains prestige auprès de son quartier et de de sa famille. Il y a quelques très belles choses techniquement pour l’époque, et l’approche expressionniste d’une histoire réaliste et terre à terre donne beaucoup de puissance au récit (bien aidé par la gueule incroyable de Emil Jannings).

Un héros (Ghahreman, Asghar Farhadi - 2021) 5/10
Film en demi teinte, j’ai bien aimé la première partie, beaucoup moins la seconde. A partir du moment où les choses commencent à mal tourner l’histoire s’enlise dans des lourdeurs dramatiques, tourne en rond et Farhadi fini par faire ce qui est reproché à son personnage principal en utilisant certains protagonistes pour tenter de nous émouvoir.

La famille Tenenbaum (The Royal Tenenbaums, Wes Anderson - 2001) 7/10
Revisionnage légèrement en deçà de mon souvenir. Ça reste une comédie familiale bien menée et efficace, mais il lui manque quelques fulgurances pour se hisser parmi les meilleurs Anderson. Finalement en dehors de toute l’introduction assez longue, le reste est un peu plus convenu, y compris en terme de rythme, avec en plus le personnage de Ben Stiller est un peu sous exploité. Et puis moralement un peu douteux, que ce soit dans la romance ou le final sur le père.

Le Violent (In a Lonely Place, Nicholas Ray - 1950) 8/10
Excellent thriller psychologique où un homme, un scénariste d’Hollywood connu pour ses excès de violence, est soupçonné du meurtre d’une jeune femme. L’enjeu du film est de faire douter aussi bien celle de qui il s’éprend que le spectateur. Humphrey Bogart et Gloria Grahame y sont excellents. Malgré tout je place le film en poil sous le roman de Dorothy B. Hughes dont le film est assez librement inspiré, qui va plus loin. Mais une adaptation plus proche aurait été compliquée et bien plus longue, alors qu’ici Nicholas Ray livre un film d’1h30 très efficace.

Voyage à Tokyo (Tôkyô monogatari, Yasujirô Ozu - 1953) 9/10
Ozu prends cette histoire de parents âgés qui viennent à Tokyo rendre visite à leurs enfants pour poursuivre son analyse critique de la famille, de ces jeunes gens installés qui délaisse leurs parents au profit de leurs travails. On retrouve le personnage plein de candeur et de bienveillance de Setsuko Hara. Comme pour Printemps tardif j'aurais du mal à décrire tout ce qui fait la force du film, c'est une sorte de grand raffinement en faisant dans la sobriété, et une grande finesse dans l'écriture, le tout superbement interprété.

Le goût du saké (Sanma no aji, Yasujirô Ozu - 1962) 9/10
Ici, un peu à l'inverse de Printemps tardif, c'est plutôt le père (toujours incarné par Chishû Ryû) qui est réticent à marier sa fille. Le film en couleur est somptueux, et ajoute des touches d'humour par rapport aux deux précédents que j'ai vu, sans rien retirer aux questionnements de moeurs et sociaux. Il est aussi traversé par une touchante nostalgie, notamment lors des réunions avec les amis du père. Mon Ozu favori jusque là.

Les gens de Dublin (The Dead, John Huston - 1987) 7/10
Petite déception sur ce film à la vue de sa réputation. Un bon moment devant cette soirée "rituel" d'un milieu aisé ou sous les belles apparences se jouent de subtils enjeux humains, mais pas emballé plus que cela non plus. Un peu plus par la fin, car les émotions y sont plus évidentes, mais pour le reste je suis resté assez extérieur.

Mulholland Drive (Mulholland Dr., David Lynch - 2001) 9/10
Enfin réussi à aller le découvrir en salle ! Et bien je n'imaginais pas du tout ça comme ça :mrgreen: C'est assez amusant ces films à grosse aura, dont on entend parler pendant des années, on fini par s'en faire une idée assez précise. Le seul Lynch que j'ai vu c'est Dune (et quelques épisodes de TP il y a très longtemps), par conséquent j'étais quasiment vierge de son cinéma. J'imaginais ainsi un film lent et contemplatif, se déroulant principalement de nuit (ça je sais pas d'où ça vient, hormis de l'affiche), où on ne comprends rien, quasi expérimental et donc difficile d'accès.
Finalement rien de tout cela : le film est assez lumineux, il y a des scènes où le temps se ralenti mais globalement on est assez loin d'un film contemplatif ou lent, il s'en passe pas mal. Et, sur le sujet qui revient le plus souvent, c'est loin d'être inaccessible en terme de compréhension. Les deux premiers tiers ayant une trame narrative assez classique (à laquelle viennent se greffer quelques scènes plus énigmatiques, mais qui représentent un intérêt en elles-même, car extrêmement bien fichues), et si le dernier tiers est plus mystérieux et fragmenté, on a quand même environ 1h30 de film sur lequel s'appuyer pour tenter de remettre tout dans l'"ordre".
Si ça a donc tapé a côté de mes attentes car très différent de celles ci, ça a tapé fort quand même, j'ai été à la fois impressionné et surtout captivé par ce qui se passait sous mes yeux, une vraie expérience de cinéma, forte en émotions mais aussi (et surtout) en sensations. En dehors de toute les qualités du récit, il y a plusieurs séquences qui m'ont fait dresser les poils, que ce soit de peur, d'angoisse, d'excitation, de désespoir.
En revanche je peux comprendre qu'on reste en dehors, les potards sont poussés assez loin sur pas mal de points (rien que le jeu de Naomi Watts au début, même si moi je trouve ça très bien), je m'en suis rendu compte mais le film n'a, à mes yeux, jamais franchis la limite qui entraine vers le grotesque. Bref une superbe séance, pour un très beau film que j'ai très envie de revoir, et qui doit d'ailleurs surement gagné en implication émotionnelle sur plusieurs scènes lorsqu'on l'a déjà vu.

Mary à tout prix (There's Something About Mary, Bobby Farrelly & Peter Farrelly - 1998) 7/10
Je pense que si je le découvrais aujourd'hui j'aurais un peu plus de mal, mais l'ayant vu et revu en étant jeune, je passe toujours un bon moment, et la rythmique de l'humour est quand même extrêmement bien géré, avec de longue séquence où on ne redescend pas. Le voir avec mon père est pour cela un délice, il a pas fini son fou rire que les Farelly balancent un nouveau gag, et c'est reparti de plus belle.

Invisible Man (The Invisible Man, Leigh Whannell - 2020) 7/10
Sympathique film d'horreur, qui joue bien avec son thème de l'homme invisible et fait plutôt bien monté l'angoisse (constaté chez madame, c'est très très rare que je soit stressé devant un film, surtout à la maison). Elisabeth Moss est faite pour jouer les victimes un peu barré :mrgreen:

New York - Miami (It Happened One Night, Frank Capra) 6/10
Réputé comme un sommet de Capra, j'ai été assez déçu. Pourtant l'histoire de cette riche jeune fille d'un magnat industriel qui va faire équipe avec un journaliste sans le sous pour rallier New York me tentait bien. Mais ce fut un visionnage en dents de scie, parfois émus par leur relation, parfois agacé. J'ai été encore plus agacé par le final et le comportement du père. Je reconnais une certaine audace pour l'époque, mais ça ne suffit pas à me faire pleinement apprécier le film.

Le fils unique (Hitori musuko, Yasujirô Ozu - 1936) 7/10
Un petit moins emballé que par les 3 Ozu précédemment vu mais quand même un très joli film avec le sacrifice d'une mère pour que son fils "devienne quelqu'un". L'aspect social est ici plus développé, avec le contexte de la Grande Dépression des années 30. J'ai lâché ma petite larmichette devant la fierté de la mère.

Bonjour (Ohayô, Yasujirô Ozu - 1959) 8/10
Toujours dans l'étude de moeurs, mais avec un ton ouvertement à la comédie cette fois ci. Et si les rapports familiaux restent important Ozu s'intéresse ici beaucoup aux relations de voisinage et aux commérages. Les couleurs sont magnifiques, tout en douceur, comme le reste de son cinéma, ce qui ne l'empêche pas d'être parfois un peu acide, comme aigre-doux. Et le talent de directeur d'acteur d'Ozu saute ici aux yeux avec ces enfants géniaux (surtout le plus jeune).

Crépuscule à Tokyo (Tôkyô boshoku, Yasujirô Ozu - 1957) 9/10
Je continue d'aller de surprise en surprise avec Ozu. Et des bonnes. Je pensais qu'il serait difficile de faire plus beau après ma découverte de deux de se films en couleurs, mais c'était avant ce Crépuscule à Tokyo et son sublime noir et blanc et jeu sur les ombres et contrastes. C'est aussi le plus sombre, le plus désabusé de ceux que j'ai vu (même si Le Fils Unique est assez dur, il n'a pas la même ampleur tragique). Ici la mélancolie n'est jamais très loin du pessimisme, même si on s'écarte un peu de celui dans le final par une forme d'acceptation du destin, de vivre avec, au mieux, car il n'y a guère le choix.

Où sont les rêves de jeunesse ? (Seishun no yume ima izuko, Yasujirô Ozu - 1932) 6/10
On ici est assez loin de ses portraits de famille des années 50, le ton est la comédie, surtout dans la première partie où on suit une bande d'amis étudiants. Les choses vont se compliquer lorsque l'un d'eux, d'origine plus aisée, devient patron et embauche ses anciens camarades. Ça se suit bien, le dosage entre humour et critique sociale est bien dosé, mais légèrement gâché par le final un peu trop naïf. Et les films muets sans accompagnement musical c'est quand même assez aride (je m'en suis rajouté un).

Mr. Smith au sénat (Mr. Smith Goes to Washington, Frank Capra - 1939) 8/10
Connaissant le film de part sa réputation, qui avait provoqué pas mal de controverses à l'époque de sa sortie, j'ai quand même été surpris que Capra tape si fort. Certes il peut être facilement récupéré par beaucoup de bords, malgré tout suivre l'arrivée en politique de ce genre idéaliste, le voir se heurter à l'affairisme, à la corruption, à la politique bassement "politicienne" est assez délicieux. C'est bien fait, c'est drôle et la romance est très joliment intégrée.

Le choeur de Tokyo (Tôkyô no kôrasu, Yasujirô Ozu - 1932) 6/10
On est ici dans la veine de Où sont les rêves de jeunesse ?, même si l'humour est davantage en retrait. C'est cette fois ci le récit d'un homme marié qui se retrouve au chômage après s'être insurgé contre le licenciement d'un collègue. S'il y a quelques scènes qui sortent du lot et que l'ensemble se regarde bien, ça ne m'a pas non plus passionné et le final me laisse ici un peu dubitatif.

J'ai été diplômé, mais... (Daigaku wa detakeredo, Yasujirô Ozu - 1929) 6/10
Il ne reste que 12 minutes des 1h10 d'origine. Elles laissent entrevoir une comédie sociale nous présentant un jeune diplômé de l'université qui ne se voit proposer que des postes sous qualifiés. Il reste la fin, qui confirme qu'à l'époque Ozu appréciait les happy end qui tombe un peu du ciel.

First Cow (Kelly Reichardt - 2019) 9/10
J'ai profité du festival Télérama pour retourner voir en salle mon film de 2021. Toujours aussi beau et poétique.

Le messager(The Go-Between, Joseph Losey - 1971) 8/10
Un jeune enfant de 12 ans, d'origine modeste, est invité par un de ses amis d'internat, à passer l'été dans son château de famille de l’aristocratie. Il se retrouve au milieu d'un amour interdit. Découverte en salle de cette troisième et dernière collaboration entre Joseph Losey et Harold Pinter, on navigue entre récit initiatique avec le jeune Léo et étude de mœurs de l’aristocratie britannique. L'ambiance estivale et bucolique est superbement rendue et contraste très bien avec le dénouement bien plus amère, distillé tout du long du film par un habile montage.

Fleurs d'équinoxe (Higanbana, Yasujirô Ozu - 1958) 9/10
Encore un chef d'oeuvre. Le sujet central est ici les mariages arrangés, que l’aînée de la famille refuse désirant choisir elle même son mari. Dis comme cela ça n'a pas l'air d'être grand chose, mais la magie d'Ozu et de ses acteurs a encore opéré sur moi. Un peu comme dans Le goût du saké, il se permet même pas mal de touches d'humour. Ainsi le film parvient à être léger tout en restant tout à fait sérieux, profond et bercé par une certaine mélancolie. Malgré tout ce qui peut séparer une famille française des années 2020 d'une famille japonaise des années 50, et le côté très terre à terre des enjeux du film, Ozu parvient à rendre universel et intemporel son film qui nous parle par de nombreux aspects.

Remorques (Jean Grémillon - 1941) 7/10
Une histoire d'amour adultère entre Jean Gabin et Michèle Morgan sur fond de tempête en mer. Tous les effets n'ont pas bien vieillit, mais ça reste très plaisant à regarder. J'ai en revanche eu plus de mal à accrocher à la romance, même si le final mélodramatique est touchant.

Gosses de Tokyo - Et pourtant nous sommes né (Otona no miru ehon - Umarete wa mita keredo, Yasujirô Ozu - 1932) 7/10
Un des Ozu pré-1949 les plus célèbres, où on suit deux frères en prise avec leurs nouveaux camarades de classes, et avec leur père lorsqu'ils s'aperçoivent que celui-ci est hiérarchiquement inférieur à celui d'un de leur camarade. Le film, très social, est amusant et Ozu impressionne une nouvelle fois par sa direction d'acteurs enfant. De cette période des années 30 j'ai souvent plus de réserve avec les dénouements et celui ci n'échappe pas à la règle.

Mon Oncle (Jacques Tati - 1958) 6/10
Il faudra que je test Playtime un de ces jours mais je crois que Tati c'est pas trop ma came. Un peu plus intéressé par celui-ci que par Les vacances de Monsieur Hulot mais malgré tout la magie ne prend pas, je reste extérieur et je me contente d'apprécier l'originalité des idées, surtout pour un film de 58.

Une femme de Tokyo (Tôkyô no onna, Yasujirô Ozu - 1933) 7/10
Un autre film social d'Ozu, mais pas d'humour ici on est en plein drame, voir mélodrame, avec une jeune femme secrétaire le jour, et prostitué la nuit pour financer les études de son frère qui ignore tout de cette situation. Le film, tourné en 8 jours, a ses limites et on est loin de la qualité de ses oeuvres plus tardives mais j'ai été assez touché par cette oeuvre désespérée.

Gagarine (Fanny Liatard & Jérémy Trouilh - 2020) 7/10
Un jeune de la cité Gagarine à Ivry, fan d'exploration spatiale, se bat pour éviter la destruction programmée de son quartier. J'ai beaucoup aimé le parti-pris de jouer la carte spatial à fond, avec des séquences totalement onirique, surtout dans le dernier tiers. Pour le reste ça sonne juste, à l'image des trois personnages principaux. Une belle surprise. Et puis Gagarine c'était vraiment une cité emblématique pour beaucoup d'habitants du coin, je suis passé devant des centaines de fois quand j'habitais Vitry.

Histoires d'herbes flottantes (Ukikusa monogatari, Yasujirô Ozu - 1934) 6/10
S'il y a un certain goût doux-mer dans le cinéma d'Ozu à partir de 1949, ici l'amertume prend largement le dessus, avec cette histoire de troupe de théâtre itinérante, de complot par jalousie, de fils non reconnu. Ca n'empêche pas quelques belles scènes, mais le ton est globalement assez dur. J'ai moins accroché qu'à d'autres, je trouve qu'on voit un peu les limites du muet, auquel Ozu est longtemps resté attaché, sur ce film assez verbeux. Curieux de voir le remake.

Une auberge à Tokyo (Tôkyô no yado, Yasujirô Ozu - 1935) 7/10
Probablement le plus noir de cette époque avec ce père au chômage qui peine à nourrir ses deux enfants. Et lorsque la situation semble un peu s'améliorer, par l'entraide, ça ne va pas durer. Si certains de ses films présente un "happy ending" un peu naïf à mes yeux, ici aucune candeur, on est dans la veine drame et réalisme social du début à la fin, un peu à l'image de Une femme de Tokyo et de Le Fils Unique (qui lui contre balance quand même le désespoir par la fierté d'une mère). Ce qui en fait mes favoris de cette période du cinéaste.

L'Homme de la rue (Meet John Doe, Frank Capra - 1941) 7/10
Une comédie romantique social assez plaisante, avec Gary Cooper qui accepte pour de l'argent de jouer un personnage, qui désire se suicider par protestation, inventé par une journaliste. Ca fonctionne assez bien, sur un schéma assez similaire à un autre de ses films réalisés 5 ans plus tôt (L'extravagant Mr Deeds), avec les même limites.

The Father (Florian Zeller - 2020) 7/10
Film sur la vieillesse et la démence sénile qui l'accompagne parfois. On est vraiment placé à la place de ce vieil homme, superbement interprété par Anthony Hopkins, la mise en scène et l'écriture n'auront de cesse de nous faire perdre nos repères, on ne sait plus qui est qui, on perd le films du temps, de l'espace. Belle réussite.

Printemps précoce (Sôshun, Yasujirô Ozu - 1956) 9/10
Encore une claque. Comme à chaque fois je me dis sur le premier tiers que c'est super mais peut être pas au niveau des autres de l'époque. Et comme à chaque fois je me fais cueillir par la montée en puissance émotionnelle de la suite. Sa manière d'écrire les rapports humains me fait fondre systématiquement. Ici le sujet centrale est celui de l'adultère, mais plus largement celui du couple, notamment lorsqu'il doit traverser une épreuve difficile comme la perte d'un enfant. C'est sublime. Et s'y ajoute aussi une critique assez directe ici de la condition précaire des "salarymen" des grosses entreprises. Et puis comme à chaque fois c'est visuellement à tomber.

L'Extravagant Mr. Deeds (Mr. Deeds Goes to Town, Frank Capra - 1936) 7/10
Un homme de la campagne se voit hériter d'une fortune colossale qui en fait le plus riche homme des Etats-Unis, attisant convoitise et critique/moquerie de la presse. On est à mi chemin entre Mr Smith au Sénat (d'où on retrouve Jean Arthur dans une rôle similaire) et L'homme de la rue (d'où on retrouve Gary Cooper). C'est sympathique et si j'avais pas compris que Capra est fan des mythes fondateurs des USA, c'est chose faite. Malgré tout avoir vu les 3 en deux semaines fait que ça se répète pas mal, le schéma que ce soit dans l'aspect social ou romantique est assez identique.

Il était un père (Chichi ariki, Yasujirô Ozu - 19426) 7/10
Le récit d'un père qui, par sacrifice pour que son fils ai accès à un bon niveau d'étude, s'éloigne de lui pendant une dizaine d'année. Histoire très personnelle puisque c'est ce qu'à en bonne parti vécu Ozu avec son propre père. Son style évolue pas mal et ressemble de plus en plus à ce qu'il sera dans les années 50, assez épuré, maintenant une distance avec ses personnages. Assez passionnant de pouvoir suivre cette évolution (merci Carlotta!).

Précédemment...
Spoiler (cliquez pour afficher)
Décembre 2021 - LE JUGE ET L'ASSASSIN, de Bertrand Tavernier (1976)
Novembre 2021 - SCHOOL ON FIRE, de Ringo Lam (1988)
Octobre 2021 - GEN D'HIROSHIMA, de Mori Masaki (1983)
Septembre 2021 - YI YI, de Edward Yang (2000)
Août 2021 - IN THE MOOD FOR LOVE, de Wong Kar-wai (2000)
Juillet 2021 - YAKUZA, de Sidney Pollack (1974)
Juin 2021 - OÙ EST LA MAISON DE MON AMI, de Abbas Kiarostami (1987)
Mai 2021 - TERREUR AVEUGLE, de Richard Fleischer (1971)
Avril 2021 - FULL ALERT, de Ringo Lam (1997)
Mars 2021 - UN AIR DE FAMILLE, de Cédric Klapisch (1996)
Février 2021 - RÈGLEMENT DE COMPTES, de Fritz Lang (1953)
Janvier 2021 - SOCIÉTÉ ANONYME ANTI-CRIME, de Steno (1972)
Décembre 2020 - MECREDI APRÈs, de Waris Hussein (1961)
Novembre 2020 - POINT LIMITE, de Sidney Lumet (1964)
Octobre 2020 - LE GOÛT DE LA CERISE, de Abbas Kiarostami (1997)
Septembre 2020 - LE PIGEON, de Mario Monicelli (1958)
Août 2020 - NAVAJO JOE, de Sergio Corbucci (1966)
Juillet 2020 - PLUIE NOIRE, de Shôhei Imamura (1989)
Juin 2020 - MISSISSIPPI BURNING, de Alan Parker (1988)
Mai 2020 - SACCO & VANZETTI, de Giuliano Montaldo (1971)
Avril 2020 - A BOUT DE COURSE, de Sidney Lumet (1988)
Mars 2020 - LA PRISONNIERE DU DESERT, de John Ford (1956)
Février 2020 - SEULS SONT LES INDOMPTÉS, de David Miller (1962)
Janvier 2020 - L'ENFER DE LA CORRUPTION, de Abraham Polonsky (1948)
Décembre 2019 - MILLENIUM ACTRESS, de Satoshi Kon (2001)
Novembre 2019 - VORACE, de Antonia Bird (1999)
Octobre 2019 - COLORADO, de Sergio Sollima (1966)
Septembre 2019 - FOLLE À TUER, de Yves Boisset (1975)
Août 2019 - ZATÔICHI, LE MASSEUR AVEUGLE, de Kenji Misumi (1962)
Juillet 2019 - KIDS RETURN, de Takeshi Kitano (1996)
Juin 2019 - L'AVENTURE DE MADAME MUIR, de Joseph L. Mankiewicz (1952)
Mai 2019 - LE TRÉSOR DE LA SIERRA MADRE, de John Huston (1949)
Avril 2019 - TRAÎTRE SUR COMMANDE, de Martin Ritt (1970)
Mars 2019 - A BITTERSWEET LIFE, de Jim Kee-woon (2005)
Février 2019 - L'HOMME QUI TUA LIBERTY VALANCE, de John Ford (1962)
Janvier 2019 - BARBEROUSSE, de Akira Kurosawa (1965)
Décembre 2018 - LA NUIT DU CHASSEUR, de Charles Laughton (1955)
Novembre 2018 - LE CONFORMISTE, de Bernardo Bertolucci (1970)
Octobre 2018 - CRIMSON PEAK, de Guillermo Del Toro (2015)
Septembre 2018 - CRONOS, de Guillermo Del Toro (1993)
Août 2018 - DANSE AVEC LES LOUPS, de Kevin Costner (1990)
Juillet 2018 - JSA - JOINT SECURITY AREA, de Park Chan-wook (2000)
Juin 2018 - THE AGE OF SHADOWS, de Kim Jee-woon (2016)
Mai 2018 - L’ÉTÉ DE KIKUJIRO, de Takeshi Kitano (1999)
Avril 2018 - DARK CRYSTAL, de Jim Henson & Frank Oz (1982)
Mars 2018 - LA GARÇONNIÈRE, de Billy Wilder (1960)
Février 2018 - DONNIE DARKO, de Richard Kelly (2001)
Janvier 2018 - LOGAN, de James Mangold (2017)
Décembre 2017 - VOYAGE AU BOUT DE L'ENFER, de Michael Cimino (1978)
Novembre 2017 - NO COUNTRY FOR OLD MEN, de Ethan & Joel Cohen (2007)
Octobre 2017 - WIND RIVER, de Taylor Sheridan (2017)
Last edited by Arn on 11 Feb 22, 09:52, edited 25 times in total.
Films du mois
- Mais cher monsieur c'est le monde à l'envers.
- Puisqu'il est déjà à l'envers, cela risque de le remettre à l'endroit.
User avatar
Papus
Electro
Posts: 855
Joined: 1 Jun 20, 13:48
Location: L'entre-terre

Re: Votre film du mois de Janvier 2022

Post by Papus »

And the winner is :

Image

Découvertes :

Nightfall Jacques Tourneur 4/10
La Femme enfant Raphaële Billetdoux 7/10
Eraserhead David Lynch 8/10
Elephant man David Lynch 8/10
Don't look up Adam McKay 6/10
Red Notice Rawson Marshall Thurber 5/10
Joe David Gordon Green 7/10
Copshop Joe Carnahan 5/10
Un jour sans fin Harold Ramis 7/10
Blue velvet David Lynch 7/10
Les Enfants du paradis Marcel Carné 9/10
Mulholland Drive David Lynch 9/10
Lone Star John Sayles 6/10
La double vie de Véronique Krzysztof Kieślowski 8/10
1 homme de trop Costa Gavras 7/10
Le Rayon bleu Jeff Lieberman 6/10
L'Autre Youssef Chahine 8/10
Mandy Panos Cosmatos 4/10
Le Plein de super Alain Cavalier 9/10
Magic Crystal Wong Jing 8/10
La Meilleure version de moi même Blanche Gardin 8/10
Drunk Thomas Vinterberg 5/10
Le Marin des mers de Chine Jackie Chan Sammo Hung 6/10
Le Marin des mers de Chine 2 Jackie Chan 5/10

Once again :

Les Fils de l'homme Alfonso Cuaron 9/10
Seul sur Mars Ridley Scott 5/10
Trois femmes Robert Altman 9/10
Casino Royale Martin Campbell 6/10
L'Epreuve de force Clint Eastwood 5/10
Juste la fin du monde Xavier Dolan 2/10

Films des mois précédents:
Spoiler (cliquez pour afficher)
Juillet 2020: Le Traître Marco Bellocchio

Aout 2020: Missouri breaks Arthur Penn/ Max et les ferailleurs Claude Sautet/ Miyamoto Musashi Tomu Ushida

Septembre 2020: La Vengeance aux deux visages Marlon Brando

Décembre 2020: Le Privé Robert Altman/ A brighter summer day Edward Yang/ Les Dents de la mer Steven Spielberg/ Le Parrain F.F Coppola/ L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford Andrew Dominik/ Parasite Bong Joon Ho

Janvier 2021: La Rose et la flèche Richard Lester/ Enquête sur un citoyen au dessus de tout soupçon Elio Petri/ His motorbike her island Nobuhiko Ōbayashi/ L'Année du dragon Michael Cimino/ Céline Jean Claude Brisseau

Mai 2021: Under the silver lake David Robert Mitchell

Aout 2021: L.A confidential Curtis Hanson

Septembre 2021: Le Sommet des dieux Patrick Imbert/Y aura t'il de la neige à Noël Sandrine Veysset/ La Montagne sacrée Alejandro Jodorowsky

Octobre 2021: Le bois dont les rêves sont faits Claire Simon/ Free guy Shawn Levy

Novembre 2021: Hotshot Rick King/ Les Mitchell contre les machines Mike Rianda/ La Cabane dans les bois Drew Goddard

Décembre 2021: Paddington Paul King/ Pig Michael Sarnoski/ Matewan John Sayles/Soleil Vert Richard Fleischer

Barème :
Spoiler (cliquez pour afficher)
10/10 : j'ai plus les mots
9/10 : les gars... J'crois qu'j'suis amoureux.
8/10: pouloulou !!!!!! On en parle?
7/10: put*** c'est bien ça, il a fait quoi d'autres le gars?
6/10: aaaaaah j'ai passé une bonne soirée.
5/10: bon.... SIII y'a des trucs sympas quand même... siiii ça va.
4/10: avis: redoublant (dans un autre établissement de préférence)
3/10: bah ça c'était p't'être pas la peine...
2/10: y'a des gens qu'ont eu des sous pour faire ça...
1/10: c'est gênant
0/10: je peux pas vraiment en parler j'ai arrêté au bout de 10 min (et encore il a du bol que j'applique ma règle des 10min)
Last edited by Papus on 31 Jan 22, 20:39, edited 50 times in total.
User avatar
Roilo Pintu
Machino
Posts: 1474
Joined: 7 Oct 17, 15:13

Re: Votre film du mois de Janvier 2022

Post by Roilo Pintu »

JANVIER 2022

FILM DU MOIS

Image

FILMS DECOUVERTS

Marie-Octobre - Julien Duvivier (1958) : 8,5/10

Un Homme parmi les loups - Carroll Ballard (1983) : 8/10
Nightmare Alley - Guillermo del Toro (2022) : 8/10

L'Homme qui venait d'ailleurs - Nicolas Roeg (1971) : 7,5/10
La Bataille d'Alger - Gillo Pontecorvo (1966) : 7,5/10

Benedetta - Paul Verhoeven (2021) : 7/10
The Third Murder - Hirokazu Kore-eda (2017) : 7/10
L'Enfer est pour les héros - Don Siegel (1962) : 7/10
La Dernière Fanfare - John Ford (1958) : 7/10
Trente minutes de sursis - Sydney Pollack (1965) : 7/10

Napoli Spara! - Mario Caiano (1977) : 6,5/10

Call me by your name - Luca Guadagnino (2017) : 6/10
The power of the dog - Jane Campion (2021) : 6/10
The Great Buddha + - Huang Hsin-yao (2017) : 6/10
Cinq pièces facile - Bob Rafelson (1970) : 6/10
The King of Marvin Gardens - Bob Rafelson (1972) : 6/10
Une certaine rencontre - Robert Mulligan (1963) : 6/10
Le Conseiller - Alberto De Martino (1973) : 6/10
La Griffe - Franklin J. Schaffner (1967) : 6/10
Frontières chinoises - John Ford (1966) : 6/10

La Blonde ou la rousse - George Sidney (1957) : 5,5/10
Rendez-vous avec la peur - Jacques Tourneur (1958) : 5,5/10

After life - Hirokazu Kore-eda (1998) : 5/10
Gloria - Sidney Lumet (1998) : 5/10
Dog pound - Kim Chapiron (2010) : 5/10
Citizens band - Jonathan Demme (1977) : 5/10

Le Jour du dauphin - Mike Nichols (1973) : 4/10
The Black Marble - Harold Becker (1980) : 4/10
Prisoners of the Ghostland - Sion Sono (2021) : 4/10

FILMS REVUS

Spartacus - Stanley Kubrick (1960) : 10/10
West Side Story - Jerome Robbins et Robert Wise (1961) : 10/10

La Tour infernale - John Guillermin (1974) : 7/10

SERIES EN COURS


FILMS DU MOIS PRECEDENTS
Spoiler (cliquez pour afficher)
Décembre 2021 - West Side Story - Steven Spielberg (2021)
Novembre 2021 - Tel père, tel fils - Hirokazu Kore-eda (2013)
Octobre 2021 : Le Dernier duel - – Ridley Scott (2021)
Septembre 2021 : The Green Knight - David Lowery (2021)
Août 2021 : Police Story - Jackie Chan (1985)
Juillet 2021 : La Rose et la Flèche - Richard Lester (1976)
Juin 2021 : L'Invasion des profanateurs - Philip Kaufman (1978)
Mai 2021 : le Conte de la princesse Kaguya - Isao Takahata (2013)
Avril 2021 : Les Lumières de la ville - Charlie Chaplin (1931)
Mars 2021 : Memories of murder - Bong Joon Ho (2003)
Février 2021 : Le Lion en hiver- Anthony Harvey (1968)
Janvier 2021 : Les Affameurs - Anthony Mann (1952)

Décembre 2020 : Soul - Pete Docter (2020)
Novembre 2020 : Harold et Maude - Hal Ashby (1971)
Octobre 2020 : La Rivière du hibou - Robert Enrico (1961)
Septembre 2020 : Do the right thing – Spike Lee (1989)
Août 2020 : Au-delà du réel – Ken Russel (1980)
Juillet 2020 : Monsieur Joe – Ernest B. Schoedsack (1949)
Juin 2020 : Manchester by the sea – Kenneth Lonergan (2016)
Mai 2020 : Nuits blanches – Luchino Visconti (1957)
Avril 2020 : Autopsie d’un meurtre – Otto Preminger (1959)
Mars 2020 : La belle époque – Nicolas Bedos (2019)
Fevrier 2020 : Le gouffre aux chimères – Billy Wilder (1951)
Janvier 2020 : Les enfants loups – Mamoru Hosoda (2012)

Décembre 2019 : Apollo 11 – Todd Douglas Miller (2019)
Novembre 2019 : Le Mans 66 – James Mangold (2019)
Octobre 2019 : Midsommar – Ari Aster (2019)
Septembre 2019 : La soif du mal – Orson Welles (1959)
Août 2019 : Once upon a time in Hollywood – Quentin Tarantino (2019)
Juillet 2019 : Peter’s friends – Kenneth Branagh (1992)
Juin 2019 : Parasite - Bong Joon Ho (2019)
Mai 2019 : Une affaire de famille – Hirokazu Kore-Eda (2018)
Avril 2019 : La jetée – Chris Marker (1962)
Mars 2019 : Une intime conviction – Antoine Raimbault (2019)
Février 2019 : Quelques minutes après minuit – Juan Antonio Bayona (2017)
Janvier 2019 : La mule – Clint Eastwood (2018)

Décembre 2018 : Jusqu’à la garde – Xavier Legrand (2018)
Novembre 2018 : Les flics ne dorment pas la nuit – Richard Fleischer (1978)
Octobre 2018 : First man – Damien Chazelle (2018)
Septembre 2018 : La vie et rien d’autre – Bertrand Tavernier (1989)
Août 2018 : Jusqu’au bout du rêve – Phil Alden Robinson (1989)
Juillet 2018 : Les Indestructibles 2 – Brad Bird (2018)
Juin 2018 : Johnny Guitar – Nicholas Ray (1954)
Mai 2018 : Tess – Roman Polansky (1979)
Avril 2018 : 21 grammes - Alejandro González Iñárritu (2003)
Mars 2018 : Ready Player One – Steven Spielberg (2018)
Février 2018 : Pentagon Papers – Steven Spielberg (2017)
Janvier 2018 : Un Dimanche à la campagne – Bertrand Tavernier (1984)

Décembre 2017 : Coco – Lee Unkrich (2017)
Novembre 2017 : Mademoiselle – Park Chan-Wook (2016)
Octobre 2017 : Au revoir là-haut – Albert Dupontel (2017)
Septembre 2017 : Comme un chien enragé – James Foley (1986)
Août 2017 : Kubo et l’armure magique – Travis Knight (2016)
Juillet 2017 : La Planète des singes. : Suprématie - Matt Reeves (2017)
Juin 2017 : Les Désaxés – John Huston (1961)
Mai 2017 : Le Choix de Sophie – Alan J. Pakula 1982)
Avril 2017 : The Lost City of Z – James Gray (2017)
Mars 2017 : Un homme qui me plait – Claude Lelouch (1969)
Février 2017 : La La Land – Damien Chazelle (2016)
Janvier 2017 : Avril et le monde truqué – Franck Ekinci et Christian Desmares (2015)

Décembre 2016 : Stars Wars : Rogue One – Gareth Edwards (2016)
Novembre 2016 : Tu ne tueras point – Mel Gibson (2016)
Octobre 2016 : Whiplash – Damien Chazelle (2014)
Septembre 2016 : Le Chant du Missouri – Vincente Minelli (1944)
Août 2016 : Purple Rain - Albert Magnoli (1984)
Juillet 2016 : It follows – David Robert Mitchell (2014)
Juin 2016 : Le Monde de Dory – Andrew Stanton (2016)
Mai 2016 : Elle – Paul Verhoeven (2016)
Avril 2016 : Susie et les Baker Boys – Steve Kloves (1989)
Mars 2016 : 2010 – Peter Hyams (1984)
Février 2016 : The Revenant – Alejandro Gonzalez Inaritu (2015)
Janvier 2016 : Les Huit Salopards – Quentin Tarantino (2015)

Décembre 2015 : La forteresse noire – Michael Mann (1983)
Novembre 2015 : Cinéma Paradisio – Giuseppe Tornatore (1988)
Octobre 2015 : Sicario – Denis Villeneuve (2015)
Septembre 2015 : Max et les ferrailleurs – Claude Sautet (1971)
Août 2015 : Mission Impossible 5 – Christopher McQuarrue (2015)
Juillet 2015 : Vice et Versa – Pete Docter (2015)
Juin 2015 : A la poursuite de demain – Brad Bird (2015)
Mai 2015 : Mad Max Fury Road – George Miller (2015)
Avril 2015 : Gallipoli – Peter Weir (1981)
Mars 2015 : All that Jazz – Bob Fosse (1979)
Février 2015 : Le Lauréat – Mike Nichols (1967)
Janvier 2015 : Alabama Monroe – Felix Van Groeningen (2012)

Décembre 2014 : Le Hobbit III : la bataille des 5 armées – Peter Jackson (2014)
Novembre 2014 : Interstellar – Christopher Nolan (2014)
Octobre 2014 : L’homme qui tua Liberty Valence – John Ford (1962)
Septembre 2014 : Paris Texas – Wim Wenders (1964)
Août 2014 : L’homme qui voulut être roi – John Huston (1975)
Juillet 2014 : La Planète des singes : L’Affrontement – Matt Reeves (2014)
Juin 2014 : Kramer contre Kramer – Robert Benton (1979)
Mai 2014 : Godzilla – Gareth Edwards (2014)
Avril 2014 : Lolita – Stanley Kubrick (1962)
Mars 2014 : Zero Dark Thirty – Kathryn Bigelow (2012)
Février 2014 : Coup de cœur – Francis Ford Coppola (1982)
Janvier 2014 : The Impossible – Juan Antonio Bayona (2012)
Last edited by Roilo Pintu on 1 Feb 22, 22:52, edited 10 times in total.
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 18318
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Votre film du mois de Janvier 2022

Post by Kevin95 »

Janvier 2022

Bonjour

BOOM TOWN - Jack Conway (1940) : 8/10
BIRDMAN OR (THE UNEXPECTED VIRTUE OF IGNORANCE) - Alejandro G. Iñárritu (2014) : 7.5/10
AFTER OFFICE HOURS - Robert Z. Leonard (1935) : 8/10
LA VIACCIA - Mauro Bolognini (1961) : 8.5/10
ROYAL AFFAIR - Nikolaj Arcel (2012) : 7/10
SQUIRM - Jeff Lieberman (1976) : 6.5/10
YOURS, MINE AND OURS - Melville Shavelson (1968) : 5.5/10
INITIATION : SILENT NIGHT, DEADLY NIGHT 4 - Brian Yuzna (1990) : 5.5/10
RICKY - François Ozon (2009) : 3/10
DEADLY ILLUSION - Larry Cohen, William Tannen (1987) : 7/10
JILL RIPS - Anthony Hickox (2000) : 5/10
NO TREES IN THE STREET - J. Lee Thompson (1959) : 7.5/10
SILENT NIGHT, DEADLY NIGHT 5 : THE TOY MAKER - Martin Kitrosser (1991) : 6/10
LICORICE PIZZA - Paul Thomas Anderson (2021) : 9.5/10
SOLDAT DUROC, ÇA VA ÊTRE TA FÊTE ! - Michel Gérard (1975) : 5.5/10
CHANGING LANES - Roger Michell (2002) : 7/10
FINIAN'S RAINBOW - Francis Ford Coppola (1968) : 6.5/10
THE BIGAMIST - Ida Lupino (1953) : 8/10
SCREWED - Scott Alexander, Larry Karaszewski (2000) : 5/10
AU-DELÀ DES COLLINES - Cristian Mungiu (2012) : 6/10
STAR TREK : FIRST CONTACT - Jonathan Frakes (1996) : 7/10
TROUBLE WITH THE CURVE - Robert Lorenz (2012) : 6/10
WICKED STEPMOTHER - Larry Cohen (1989) : 4/10
THE ZERO THEOREM - Terry Gilliam (2013) : 4.5/10
LE MANS SCORCIATOIA PER L'INFERNO - Osvaldo Civirani (1970) : 6/10
LA LISTE DE MES ENVIES - Didier Le Pêcheur (2014) : 3.5/10
THE LONE GUN - Ray Nazarro (1954) : 6.5/10
THE STYLIST - Jill Gevargizian (2020) : 4.5/10
L'ENFANCE DE L'ART - Francis Girod (1988) : 6/10
L'OPÉRA DE QUAT'SOUS - Wolfgang Staudte (1963) : 4/10
LE SENS DE LA FÊTE - Olivier Nakache, Éric Toledano (2017) : 7.5/10
TRAIN SPÉCIAL POUR HITLER - Alain Payet (1977) : Eurociné/10
CHERCHEZ HORTENSE - Pascal Bonitzer (2012) : 6.5/10
AS GOOD AS DEAD - Larry Cohen (1995) : 7/10
CAR-NAPPING - Wigbert Wicker (1980) : 6.5/10
RUN FOR THE SUN - Roy Boulting (1956) : 8/10
THE PARADINE CASE - Alfred Hitchcock (1947) : 8.5/10
LUCKY JO - Michel Deville (1964) : 8.5/10
8 RUE DE L’HUMANITÉ - Dany Boon (2021) : 1.5/10
THE ART OF SELF-DEFENSE - Riley Stearns (2019) : 6.5/10
LE MYSTÈRE DE LA CHAMBRE JAUNE - Bruno Podalydès (2003) : 7.5/10
RABID - David Cronenberg (1977) : 8/10
THE WALKING HILLS - John Sturges (1949) : 7.5/10
ORIGINAL GANGSTAS - Larry Cohen (1996) : 7.5/10
RISEN - Kevin Reynolds (2016) : 6/10
SILVERADO - Lawrence Kasdan (1985) : 8/10
3 CŒURS - Benoît Jacquot (2014) : 8/10
L'ULTIMO KILLER - Giuseppe Vari (1967) : 7/10
SIBYL - Justine Triet (2019) : 7/10
CITIZENS BAND - Jonathan Demme (1977) : 7.5/10
SERENDIPITY - Peter Chelsom (2001) : 7/10
LOVE WITH THE PROPER STRANGER - Robert Mulligan (1963) : 8/10

Rediff

HEAVENLY BODIES - Lawrence Dane (1984) : 6/10
QUE LES GROS SALAIRES LÈVENT LE DOIGT ! - Denys Granier-Deferre (1982) : 8/10
ONLY THE VALIANT - Gordon Douglas (1951) : 8/10
THE LIVES OF A BENGAL LANCER - Henry Hathaway (1935) : 8.5/10
ST. IVES - J. Lee Thompson (1976) : 8/10
THE AMBULANCE - Larry Cohen (1990) : 8/10
IL CRISTO PROIBITO - Curzio Malaparte (1951) : 6/10
PROFIL BAS - Claude Zidi (1993) : 6.5/10
A CAVALLO DELLA TIGRE - Luigi Comencini (1961) : 8.5/10
LEGEND OF THE LOST - Henry Hathaway (1957) : 7/10
THE DOUBLE MAN - Franklin J. Schaffner (1967) : 8/10

Bonus

URGH ! A MUSIC WAR - Derek Burbidge (1981) : 8/10
Last edited by Kevin95 on 31 Jan 22, 23:20, edited 14 times in total.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 12139
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Re: Votre film du mois de Janvier 2022

Post by MJ »

JANVIER 2022

Film du mois

Image

The Coca-Cola Kid (Dušan Makavejev)

Films des Mois Précédents
Spoiler (cliquez pour afficher)
Mai 2005: Lost Highway (David Lynch)
Juin 2005: Sur la route de Madison (Clint Eastwood)
Juillet 2005: Shining (Stanley Kubrick)
Aout 2005: Starship Troopers (Paul Verhoeven)
Septembre 2005: Les Proies (Don Siegel)
Octobre 2005: The Hitcher (Robert Harmon)
Novembre 2005: Stalker (Andréi Tarkovski)
Décembre 2005: Saraband (Ingmar Bergman)

Janvier 2006: Sueurs froides (Alfred Hitchcock)
Février 2006: La Nuit du Chasseur (Charles Laughton)
Mars 2006: Chinatown (Roman Polanski)
Avril 2006: Le parrain - 2ème partie (Francis Ford Coppola)
Mai 2006: Le Narcisse Noir (Michael Powell & Emeric Pressburger)
Juin 2006: Andréi Roublev (Andréi Tarkovski)
Juillet 2006: The Blade (Tsui Hark)
Août 2006: Crìa Cuervos (Carlos Saura)
Septembre 2006: Barton Fink (Joel & Ethan Coen)
Octobre 2006: Crimes et Délits (Woody Allen)
Novembre 2006: Hors d'Atteinte (Steven Soderbergh)
Décembre 2006: The Devil's Rejects (Rob Zombie)

Janvier 2007: Edvard Munch (Peter Watkins)
Février 2007: Coeurs (Alain Resnais)
Mars 2007: Cet obscur objet du désir (Luis Bunuel)
Avril 2007: The Brown Bunny (Vincent Gallo)
Mai 2007: Tristana (Luis Bunuel)
Juin 2007: Un condamné à mort s'est échappé (Robert Bresson)
Juillet 2007: Le Labyrinthe de Pan (Guillermo Del Toro)
Aout 2007: Zodiac (David Fincher)
Septembre 2007: Duel au Soleil (King Vidor)
Octobre 2007: Manon des Sources (Marcel Pagnol)
Novembre 2007: Election 2 (Johnnie To)
Décembre 2007: The Naked Kiss (Samuel Fuller)

Janvier 2008: A Nos Amours (Maurice Pialat)
Février 2008: The River (Frank Borzage)
Mars 2008: Shoah (Claude Lanzmann)
Avril 2008: La Cérémonie (Claude Chabrol)
Mai 2008: Le fond de l'air est rouge (Chris Marker)
Juin 2008: Drowning by Numbers (Peter Greenaway)
Juillet 2008: Sabrina (Billy Wilder)
Août 2008: Le Chagrin et la Pitié (Marcel Ophüls)
Septembre 2008: La Stratégie de l'Araignée (Bernardo Bertolucci)
Octobre 2008: Dr. Folamour (Stanley Kubrick)
Novembre 2008: Madame de... (Max Ophuls)
Décembre 2008: Les Nuits Blanches (Luchino Visconti)

Janvier 2009: Husbands (John Cassavetes)
Février 2009: Chien Enragé (Akira Kurosawa)
Mars 2009: Colonel Blimp (Michael Powell & Emeric Pressburger)
Avril 2009: Le Tombeau des Lucioles (Isao Takahata)
Mai 2009: Millenium Mambo (Hou Hsiao Hsien)
Juin 2009: La Fièvre dans le Sang (Elia Kazan)
Juillet 2009: Le Point de Non-Retour (John Boorman)
Août 2009: Twin Peaks - Saison 2 (David Lynch & Mark Frost)
Septembre 2009: Profession: Reporter (Michelangelo Antonioni)
Octobre 2009: Ma Nuit Chez Maud (Eric Rohmer)
Novembre 2009: Le Syndrome de Stendhal (Dario Argento)
Décembre 2009: Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu)

Janvier 2010: Cérémonie Secrète (Joseph Losey)
Février 2010: Panique à Needle Park (Jerry Schatzberg)
Mars 2010: New Rose Hotel (Abel Ferrara)
Avril 2010: Sérénade à Trois (Ernst Lubitsch)
Mai 2010: Le Verdict (Sidney Lumet)
Juin 2010: Un ange à ma table (Jane Campion)
Juillet 2010: L'Ami Américain (Wim Wenders)
Août 2010: Soldier of Orange -Director's Cut (Paul Verhoeven)
Septembre 2010: Afriques: Comment ça va avec la douleur? (Raymond Depardon)
Octobre 2010: Les Deux Anglaises et le Continent (François Truffaut)
Novembre 2010: Eve (Joseph L. Mankiewicz)
Décembre 2010: Tiresia (Bertrand Bonello)

Janvier 2011: Experiment in Terror (Blake Edwards)
Février 2011: Poetry (Lee Chang-Dong)
Mars 2011: Safe (Todd Haynes)
Avril 2011: Nowhere (Gregg Araki)
Mai 2011: La Maman et la Putain (Jean Eustache)
Juin 2011: La Loi du Milieu (Mike Hodges)
Juillet 2011: To Sleep With Anger (Charles Burnett)
Août 2011: Melancholia (Lars Von Trier)
Septembre 2011: L'Apollonide - Souvenirs de la Maison Close (Bertrand Bonello)
Octobre 2011: Le Cercle Rouge (Jean-Pierre Melville)
Novembre 2011: A Star is Born (George Cukor)
Décembre 2011: Assaut (John Carpenter)

Janvier 2012: Taking Off (Miloš Forman)
Février 2012: Take Shelter (Jeff Nichols)
Mars 2012: Requiem pour un Massacre (Elem Klimov)
Avril 2012: Irène (Alain Cavalier)
Mai 2012: Family Life (Ken Loach)
Juin 2012: Le Fleuve (Jean Renoir)
Juillet 2012: White Dog (Samuel Fuller)
Août 2012: Place aux Jeunes (Leo McCarey)
Septembre 2012: Mishima (Paul Schrader)
Octobre 2012: My Own Private Idaho (Gus Van Sant)
Novembre 2012: Seuls les anges ont des ailes (Howard Hawks)
Décembre 2012: Milestones (Robert Kramer & John Douglas)

Janvier 2013: Umberto D. (Vittorio De Sica)
Février 2013: Sorcerer (William Friedkin)
Mars 2013: Spring Breakers (Harmony Korine)
Avril 2013: Into the Abyss (Werner Herzog)
Mai 2013: Sans Toit Ni Loi (Agnès Varda)
Juin 2013: Cutter's Way (Ivan Passer)
Juillet 2013: Eurêka (Shinji Aoyama)
Août 2013: Pension d'Artistes (Gregory LaCava)
Septembre 2013: Nobody's Daughter Haewon (Hong Sang-soo)
Octobre 2013: Hors Satan (Bruno Dumont)
Novembre 2013: Syndromes and a Century (Apichatpong Weerasethakul)
Décembre 2013: Il Posto (Ermanno Olmi)

Janvier 2014: De l'influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites (Paul Newman)
Février 2014: A Touch of Sin (Jia Zhang-Ke)
Mars 2014: Wrong Cops (Quentin Dupieux)
Avril 2014: Où est la maison de mon ami? (Abbas Kiarostami)
Mai 2014: Louie - Saison 4 (Louis C.K.)
Juin 2014: Les Hommes Le Dimanche (Robert Siodmak & Edgar G. Ulmer)
Juillet 2014: Under the Skin (Jonathan Glazer)
Août 2014: School Daze (Spike Lee)
Septembre 2014: Barcelona (Whit Stillman)
Octobre 2014: Modern Romance (Albert Brooks)
Novembre 2014: L'Oreille (Karel Kachyňa)
Décembre 2014: La vie comme ça (Jean-Claude Brisseau)

Janvier 2015: Two Rode Together (John Ford)
Février 2015: Val Abraham (Manoel de Oliveira)
Mars 2015: Inherent Vice (Paul Thomas Anderson)
Avril 2015: Jauja (Lisandro Alonso)
Mai 2015: Outrage (Ida Lupino)
Juin 2015: Trois souvenirs de ma jeunesse (Arnaud Desplechin)
Juillet 2015: Grey Gardens (Ellen Hovde, Muffie Meyer, Al & David Maysles)
Août 2015: Heaven Knows What (Josh & Benny Safdie) / Queen of Earth (Alex Ross Perry)
Septembre 2015: Un Si Doux Visage (Otto Preminger)
Octobre 2015: Out 1: Noli me tangere (Jacques Rivette & Suzanne Schiffman)
Novembre 2015: Mistress America (Noah Baumbach)
Décembre 2015: Vaudou (Jacques Tourneur)

Janvier 2016: Espions sur la Tamise (Fritz Lang)
Février 2016: La Pyramide Humaine (Jean Rouch)
Mars 2016: Love - Saison 1 (Judd Apatow & Lesley Arfin & Paul Rust)
Avril 2016: Walden (Jonas Mekas)
Mai 2016: Crumb (Terry Zwigoff)
Juin 2016: The Neon Demon (Nicolas Winding Refn)
Juillet 2016: Smorgasbord (Jerry Lewis)
Août 2016: L'Enfer Blanc du Piz Palü (Arnold Fanck & Georg Wilhelm Pabst)
Septembre 2016: Voyage en Italie (Roberto Rossellini)
Octobre 2016: Frownland (Ronald Bronstein)
Novembre 2016: Touki Bouki (Djibril Diop Mambéty)
Décembre 2016: L'Âme Soeur (Fredi M. Murer)

Janvier 2017: Monsieur Verdoux (Charles Chaplin)
Février 2017: Demain est un autre jour (Douglas Sirk)
Mars 2017: Portrait d'une jeune fille de la fin des années 60 à Bruxelles (Chantal Akerman)
Avril 2017: Win It All (Joe Swanberg)
Mai 2017: La Rue de la Honte (Kenji Mizoguchi)
Juin 2017: Quinze Jours Ailleurs (Vincente Minnelli)
Juillet 2017: Slacker (Richard Linklater)
Août 2017: Gertrud (Carl Theodor Dreyer)
Septembre 2017: Ten Skies (James Benning)
Octobre 2017: Will success spoil Rock Hunter? (Frank Tashlin)
Novembre 2017: Stop Making Sense (Jonathan Demme)
Décembre 2017: Messidor (Alain Tanner)

Janvier 2018: Une longue journée qui s'achève (Terence Davies)
Février 2018: Un Beau Soleil Intérieur (Claire Denis)
Mars 2018: Une Page Folle (Teinosuke Kinugasa)
Avril 2018: Guelwaar (Ousmane Sembène)
Mai 2018: Senses (Ryûsuke Hamaguchi)
Juin 2018: Les Amants de la Nuit (Nicholas Ray)
Juillet 2018: Entertainment (Rick Alverson)
Août 2018: Anatahan (Josef von Sternberg)
Septembre 2018: Tilaï (Idrissa Ouedraogo)
Octobre 2018: Le Marchand des Quatre Saisons (Rainer Werner Fassbinder)
Novembre 2018: Madeline's Madeline (Josephine Decker)
Décembre 2018: La Septième Victime (Mark Robson)

Janvier 2019: Ivan le Terrible (Sergueï M. Eisenstein)
Février 2019: La Symphonie Nuptiale (Erich von Stroheim)
Mars 2019: A New Leaf (Elaine May)
Avril 2019: Au bord de la mer bleue (Boris Barnet)
Mai 2019: Simone Barbès ou la Vertu (Marie-Claude Treilhou)
Juin 2019: Chameleon Street (Wendell B. Harris Jr.)
Juillet 2019: Le Vent (Victor Sjöström)
Août 2019: Poto & Cabengo (Jean-Pierre Gorin)
Septembre 2019: Housekeeping (Bill Forsyth)
Octobre 2019: Les Tueurs de la Lune de Miel (Leonard Kastle)
Novembre 2019: La Légende de Gösta Berling (Mauritz Stiller)
Décembre 2019: Remember My Name (Alan Rudolph)

Janvier 2020: Signé Renart (Michel Soutter)
Février 2020: Le Jour de l'Eclipse (Alexandre Sokourov)
Mars 2020: Warrendale (Allan King)
Avril 2020: The B-Side: Elsa Dorfman's Portrait Photography (Errol Morris)
Mai 2020: Gold Diggers of 1935 (Busby Berkeley)
Juin 2020: Sherman's March (Ross McElwee)
Juillet 2020: Quelque chose d'autre (Věra Chytilová)
Août 2020: Calendar (Atom Egoyan)
Septembre 2020: Ruby in Paradise (Victor Nuñez)
Octobre 2020: Kajillionaire (Miranda July)
Novembre 2020: A Brighter Summer Day (Edward Yang)
Décembre 2020: Mr. Arkadin (Orson Welles)

Janvier 2021: Une chambre en ville (Jacques Demy)
Février 2021: La chambre du fils (Nanni Moretti)
Mars 2021: Hairspray (John Waters)
Avril 2021: Solitude (Paul Fejos)
Mai 2021: Géants et Jouets (Yasuzo Masumura)
Juin 2021: The Girlfriend Experience - Saison 3 (Anja Marquardt)
Juillet 2021: Le Syndrome Asthénique (Kira Mouratova)
Août 2021: Dans un jardin je suis entré (Avi Mograbi)
Septembre 2021: La Terre (Alexandre Dovjenko)
Octobre 2021: The Oath (Laura Poitras)
Novembre 2021: Lord Love a Duck (George Axelrod)
Décembre 2021: What happened was... (Tom Noonan)
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
Wile E.
Doublure lumière
Posts: 302
Joined: 24 Jan 21, 13:43
Location: ACME Corp.

Re: Votre film du mois de Janvier 2022

Post by Wile E. »

Je découvre
Je revois
Je redécouvre ou Je réévalue


Films :

Roadracers (1994) / Robert Rodriguez _ 4
Resident Evil : Bienvenue à Raccoon City (2021) / Johannes Roberts _ 1
Licorice Pizza (2021) / Paul Thomas Anderson _ 8
American Nightmare 5 : Sans limites (2021) / Everardo Valerio Gout _ 4
Calme blanc (1989) / Phillip Noyce _ 5
Vixen (1968) / Russ Meyer _ 2
Megavixens (1976) / Russ Meyer _ 1
Il Divo (2008) / Paolo Sorrentino _ 5
Ultra Vixens (1979) / Russ Meyer _ 4
Silvio et les autres (2018) / Paolo Sorrentino _ 7
La grande bellezza (2013) / Paolo Sorrentino _ 6
The Green Knight (2021) / David Lowery _ 8
Le Bar de la Tendresse (2021) / George Clooney _ 6
Youth (2015) / Paolo Sorrentino _ 9
Le Silence de la mer (1949) / Jean-Pierre Melville _ 6
This Must Be the Place (2011) / Paolo Sorrentino _ 6
Scream (2022) / Matt Bettinelli-Olpin et Tyler Gillett _ 3
La Main de Dieu (2021) / Paolo Sorrentino _ 7
Nashville (1975) / Robert Altman _ 8
Frankenstein (1994) / Kenneth Branagh _ 2
The Tragedy of Macbeth (2021) / Joel Coen _ 6
Spencer (2021) / Pablo Larraín _ 8
Mise à mort du cerf sacré (2017) / Yórgos Lánthimos _ 5
Alice's Restaurant (1969) / Arthur Penn _ 7
Yesterday (2019) / Danny Boyle _ 6
Nightmare Alley (2021) / Guillermo del Toro _ 7
Best of the Best (1989) / Robert Radler _ 2
Échec au porteur (1958) / Gilles Grangier _ 6
Scary Movie (2000) / Keenen Ivory Wayans _ 2
Reviens-moi (2007) / Joe Wright _ 7
Anna Karénine (2012) / Joe Wright _ 8
La Femme à la fenêtre (2021) / Joe Wright _ 3
Les Heures sombres (2017) / Joe Wright _ 6
Nos âmes d'enfants (2021) / Mike Mills _ 7


PTU / TACTICAL UNIT :
1 • PTU (Police Tactical Unit) (2003) / Johnnie To _ 7
2 • Tactical Unit : No Way Out (2008) / Lawrence Ah Mon _ 6
3 • Tactical Unit : The Code (2008) / Law Wing-cheong _ 6
4 • Tactical Unit: Comrades in Arms (2009) / Law Wing-Cheong _ 6
5 • Tactical Unit : Partners (2008) / Lawrence Ah Mon _ 5
6 • Tactical Unit : Human Nature (2008) / Andy Ng Yiu-Kuen _ 4

George Clooney, Réalisateur :
1 • Good Night, and Good Luck. (2005) / George Clooney _ 7
2 • Les Marches du pouvoir (2011) / George Clooney _ 7
3 • Jeux de dupes (2008) / George Clooney _ 6
4 • Bienvenue à Suburbicon (2017) / George Clooney _ 6
5 • Confessions d'un homme dangereux (2002) / George Clooney _ 6
6 • Monuments Men (2014) / George Clooney _ 6
7 • Le Bar de la Tendresse (2021) / George Clooney _ 6


Séries :

The Office (US) Saison 9 (2012) / Greg Daniels _ 8
The Young Pope (2016) / Paolo Sorrentino _ 7
The New Pope (2020) / Paolo Sorrentino _ 7
La Cité des hommes Saison 1 (2002) / Katia Lund et Fernando Meirelles _ 7
La Cité des hommes Saison 2 (2003) / Katia Lund et Fernando Meirelles _ 7


œuvre(s) du mois :

Image Image Image

Image Image Image

Image Image
Last edited by Wile E. on 29 Jan 22, 18:54, edited 14 times in total.
Carnivorous Vulgaris- Sponsored by ACME Corp.
O'Malley
Monteur
Posts: 4523
Joined: 20 May 03, 16:41

Re: Votre film du mois de Janvier 2022

Post by O'Malley »

BONNE ANNEE 2022 A L'ENSEMBLE DES CLASSIKIENS!

0 Nul/Mauvais
* Médiocre/Pas terrible
** Bien/Agréable
***Très bien/Excellent
**** Chef d'oeuvre

Vu/Revu/Film du mois

Moonwalker (1988) Jerry Kramer/Colin Chilvers * Un film musical à la gloire de M.Jackson qui part un trop dans tous le sens et à la partie narrative un peu simplette. Mais le clip Smooth Criminal déboite!
Sherlock Holmes et la croix de sang (1991) Fraser C.Heston * Trop bavard et statique, le film a du mal a se défaire de son origine théâtrale. Et les deux interprètes principaux sont trop vieux pour leur rôle!
Vera Cruz (1954) Robert Aldrich **** Un superbe western, à la photographie magnifique, aux dialogues savoureux et aux situations et aux décors insolites pour le genre. Un grand Aldrich!
Et tout le monde riait (1980) ** Peter Bogdanovich Même si l'intrigue est un peu trop légère pour véritablement captiver, le film a un capital sympathie certain grâce à son casting et sa balade country dans le New-York de 1980.
Le retour du grand blond (1974) Yves Robert * Une suite poussive, au scénario décousu, sauvée par quelques bons gags épars.
Phantom Tread (2017) Paul Thomas Anderson ** La densité dramatique n'est pas à la hauteur de cette intéressante réflexion sur l'art et l'amour, vu comme un jeu de pouvoir. La mise en scène est néanmoins fastueuse.
La boulangère de Monceau (1962) Eric Rohmer *** En quelques minutes, Rohmer nous livre une petite fable d'une grande profondeur sur les jeux de l'amour.
Le courage de Lassie (1946) Fred M. Wilcox ** Un joli film d'aventure familiale, très divertissant et qui a l'étrange mérite de traiter des troubles psychologiques de soldats de retour de guerre.
Un coin de ciel bleu (1965) Guy Green ** Une belle histoire, très touchante, bien interprétée et doté d'une solide photographie N/B mains néanmoins sans grande surprise dans ses développements.
SOS Fantômes (1984) Ivan Reitman ** Un bon divertissement, avec des moments très drôles et de superbes effets spéciaux.
IP5 l'île aux pachydermes (1992) Jean-Jacques Beinex *** Beau film qui après une première partie sans grand relief, prend une belle dimension romanesque pour culminer dans un final bouleversant. Troublant dernier rôle de Montand.

Serie

Game of Thrones (2017) saison 7 David Benioff/D. B. Weiss en cours
Last edited by O'Malley on 3 Feb 22, 09:50, edited 6 times in total.
User avatar
origan42
Cadreur
Posts: 4394
Joined: 2 Feb 07, 17:22

Re: Votre film du mois de Janvier 2022

Post by origan42 »

Par ordre de préférence :

Onoda – 10 000 nuits dans la jungle (Arthur Harari, 2021) ***** FILM DU MOIS
The father (Florian Zeller, 2020) *****
La loi de Téhéran (Saeed Roustayi, 2019) *****

Boîte boire (Yann Gozlan, 2021) ****
Shrek 2 (Andrew Adamson / Kelly Asbury / Conrad Vernon, 2004) ****
Le retour du proscrit (Henry Hathaway, 1941) ****

Un été sans eau / Été torride / Susuz Yaz (Metin Erksan, 1963) ***
Vidocq (Jean Kemm, 1923) ***
Le diable dans la tête (Sergio Sollima, 1972) ***
Carla’s song (Ken Loach, 1996) ***
Invisible Man (Leigh Whannell, 2020) ***
Monsieur des Lourdines (Pierre de Hérain, 1943) ***
Freud, passions secrètes (John Huston, 1962) ***
Mort en fraude (Marcel Camus, 1957) ***
Le bourreau du Nevada (Michael Curtiz, 1957) ***
Les frères Krays (Peter Medak, 1990) ***
Jeanne et le garçon formidable (Olivier Ducastel, 1998) ***
Meurtre au port / Nobody lives forever (Jean Negulesco, 1946) ***
Paracelse (Georg Wilhelm Pabst, 1943) ***
Don’t look up – Déni cosmique (Adam McKay, 2021) ***
Léolo (Jean-Claude Lauzon, 1992) ***
Par le sang des autres (Marc Simenon, 1974) ***
Shrek le troisième (Chris Miller, 2007) ***
La nouvelle aurore (Mark Robson, 1951) ***
L'épave (Willy Rozier, 1949) ***

Été violent (Valerio Zurlini, 1959) **
The card counter (Paul Schrader, 2021) **
Jalousie / La garçonne (Jean de Limur, 1936) **
Alien Vs. Predator (Paul W.S. Anderson, 2004) **
L'homme à abattre (Léon Mathot, 1937) **
La garçonne (Jacqueline Audry, 1957) **
Je suis une légende (Sidney Salkow / Ubaldo B. Ragona, 1964) **
Severo Torelli (Louis Feuillade, 1914) **
Le rite (Ingmar Bergman, 1969, TV) **
Krakatoa à l’est de Java (Bernard L. Kowalski, 1968) **
Violence en sous-sol (Sidney Hayers, 1971) **
Montana (Ray Enright, 1950) **
15 août (Patrick Alessandrin, 2001) **
Le chevalier de Pardaillan (Bernard Borderie, 1962) **
Bobosse (Étienne Périer, 1959) **

Le trèfle à cinq feuilles (Edmond Freess, 1972) *
Walker (Alex Cox, 1987) *
Yes Man (Peyton Reed, 2008) *
Nuit d’Or (Serge Moati, 1976) *

La confiance règne (Étienne Chatiliez, 2004) °


RE-VISIONS
Il faut tuer Birgitt Haas (Laurent Heynemann, 1981) **** →
Ils (David Moreau, Xavier Palud, 2006) *** →

SÉRIES
Outlander - saison 1 (Ronald D. Moore, 2014) ***
La mort d'un enfant (Jean-Louis Muller, 1974) **
Last edited by origan42 on 31 Jan 22, 21:28, edited 3 times in total.
User avatar
Beule
Directeur photo
Posts: 5265
Joined: 12 Apr 03, 22:11

Re: Votre film du mois de Janvier 2022

Post by Beule »

Film du mois (provisoire)

Image
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image Image



découvert
redécouvert
revu

Chronique du film sur DVDCLASSIK

Image

Image

Image

Childhood days (Shônen jidai, 1990) Masahiro Shinoda
Elvira Madigan (1967) Bo Widerberg
Palombella rossa (1989) Nanni Moretti
Profonds désirs des dieux (Kamigami no fukaki yokubô, 1968) Shôhei Imamura
Un été chez Grand-père (Dōng dōng de jiàqī, 1984) Hou Hsiao-hsien

Image

A gentle breeze in the village (Tennen kokekkô, 2007) Nobuhiro Yamashita
Bayan ko (Bayan ko: Kapita sa patalim, 1984) Lino Brocka
Le Couteau dans l'eau (Nóż w wodzie, 1962) Roman Polanski
Dream lovers (Mung chung yan, 1986) Tony Au
L'Entraîneuse (1939) Albert Valentin
Four sisters (Shimaizaka, 1985) Nobuhiko Ôbayashi
Les Grandes personnes (1961) Jean Valère
L'Homme aux lunettes d'écaille (Sleep, my love, 1948) Douglas Sirk
Mes femmes américaines (Una moglie americana, 1965) Gian Luigi Polidoro
Oncle Vania (Diadia Vania, 1970) Andreï Kontchalovski
Printemps tardif (Banshun, 1949) Yasujirô Ozu
Tora-san's forget-me-not (Torajirô wasurenagusa, 1973) Yôji Yamada
Tora-san's tropical fever (Torajirô haibisukasu no hana, 1980) Yôji Yamada
Trahison (Il tradimento, 1951) Riccardo Freda

Image

Black rainbow (1989) Mike Hodges
The Card counter (2021) Paul Schrader
City of beasts (Yajû toshi, 1970) Jun Fukuda
Grisou (1938) Maurice de Canonge
Island of the evil spirits (Akuryô-tô, 1981) Masahiro Shinoda
Maîtresse (1976) Barbet Schroeder
Melody of rebellion (Hangyaku no melody, 1970) Yukihiro Sawada
Prekobrojna (1962) Branko Bauer
Romeo is bleeding (1993) Peter Medak
Tora-san the intellectual (Katsushika risshihen, 1975) Yôji Yamada
Tora-san's sunrise and sunset (Torajirô yûyake koyake, 1976) Yôji Yamada
Tora-san's heart of gold (Torajirô junjô shishû, 1976) Yôji Yamada
Tora-san plays Cupid (Torajirô ganbare !, 1977) Yôji Yamada

Image

La Bête s'éveille (The sleeping tiger, 1954) Joseph Losey
Buck et son complice (Buck and the preacher, 1972) Sidney Poitier
The Creature called man (Jagâ wa hashitta, 1970) Kiyoshi Nishimura
Female ninja magic (Kunoichi ninpo, 1964) Sadao Nakajima
Le Jeu présidentiel (Bakuchiuci: Sôchô tobaku, 1968) Kôsaku Yamashita
Love in the time of twilight (Huā yuè jiā qí, 1995) Tsui Hark
Repris de justice (Avanzi di galera, 1954) Vittorio Cottafavi
Tora-san meets his lordship (Torajirô to tonasama, 1977) Yôji Yamada
Tora-san's talk of the town (Uwasa no Torajirô, 1978) Yôji Yamada
Le Vagabond du Kanto (Kantô mushuku, 1963) Seijun Suzuki

Image

La Corde est prête (Star in the dust, 1956) Charles F. Haas
Le Mystère des pingouins (Pengin haiwei, 2018) Hiroyasu Ishida
Une fille comme ça (I am a camera, 1955) Henry Cornelius
Le Vieux garçon (Il bisbetico domato, 1980) Castellano & Pipolo

Image

Le Jour du dauphin (The day of the dolphin, 1973) Mike Nichols
La Peau d'un autre (Pete Kelly's blues, 1955) Jack Webb
Walker (1987) Alex Cox

Image

Wonder Woman 1984 (2020) Patty Jenkins

Image




Rétro
Spoiler (cliquez pour afficher)
Décembre 2021 Démenagement (Shinji Sômai)
Novembre 2021 Sandakan N° 8 (Kei Kumai)
Octobre 2021 Gens de rizière (Tadashi Imai)
Septembre 2021 Nihonbashi (Kon Ichikawa)
Août 2021 La Marche de Kamata (Kinji Fukasaku)
Juillet 2021 Vixen (Yasuzô Masumura)
Juin 2021 Smog (Franco Rossi)
Mai 2021 J'ai vingt ans (Marlen Khoutsiev)
Avril 2021 Le Jardin des femmes (Keisuke Kinoshita)
Mars 2021 Dévotion ardente (Koreyoshi Kurahara)
Février 2021 La Fougère d'or (Jiří Weiss)
Janvier 2021 Les Dauphins (Francesco Maselli)
Décembre 2020 Les Saisons de notre amour (Florestano Vancini)
Novembre 2020 Cuba mon amour (Kazuo Kuroki)
Octobre 2020 La Rivière de boue (Kôhei Oguri)
Septembre 2020 L'Éveil du printemps (Mikio Naruse)
Août 2020 Oublier Venise (Franco Brusati)
Juillet 2020 Le Tombeau des lucioles (Isao Takahata)
Juin 2020 Le Vent se lève (Hayao Miyazaki)
Mai 2020 La Légende du combat à mort (Keisuke Kinoshita)
Avril 2020 Journal intime (Valerio Zurlini)
Mars 2020 Flag in the mist (Yôji Yamada)
Février 2020 Tengu-tô (Satsuo Yamamoto)
Janvier 2020 Millennium actress (Satoshi Kon)
Décembre 2019 L'Enfer blanc du Piz Palü (Arnold Fanck & G.W. Pabst)
Novembre 2019 Le Traître (Marco Bellocchio)
Octobre 2019 La Légende de Zatoïchi : Voyage meurtrier (Kenji Misumi)
Septembre 2019 Mère Jeanne des anges (Jerzy Kawalerowicz)
Août 2019 Liaisons secrètes (Richard Quine)
Juillet 2019 Annonces matrimoniales (Antonio Pietrangeli)
Juin 2019 La Maison de la rue Troubnaïa (Boris Barnet)
Mai 2019 Nuages d'été (Mikio Naruse)
Avril 2019 Tendre est la nuit (Henry King)
Mars 2019 Un jour, un chat (Vojtěch Jasný)
Février 2019 Les Derniers samouraïs (Kenji Misumi)
Janvier 2019 Asako I & II (Ryûsuke Hamaguchi)
Décembre 2018 Leto (Kirill Serebrennikov)
Last edited by Beule on 31 Jan 22, 00:25, edited 4 times in total.
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 16812
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Votre film du mois de Janvier 2022

Post by Père Jules »

Enfin :D