Menu
Test dvd

Vittorio De Seta, le monde perdu

DVD - Région 2
Carlotta
Parution : 22 / 9 / 2010

Image

Comme plusieurs titres dernièrement édités par Carlotta, ce DVD a bénéficié d'un travail de restauration par la Cinémathèque de Bologne, travail supervisé par Vittorio De Seta lui-même. On découvre ainsi dans toute leur splendeur les images en Ferraniacolor du cinéaste. On note quelques rares et discrètes griffures ou petites taches (visibles sur les fonds clairs, comme dans Parabole d'or, film baigné de soleil) mais pour le reste, le résultat est tout bonnement exceptionnel au vu de l'âge et de la rareté de ces films. Les couleurs sont magnifiques (on note simplement un Îles de feu plus terne), plus douces que celles auxquelles nous a habitué le Technicolor. Les contrastes se révèlent également excellents, comme le montre Soufrière et ses scènes dans les tréfonds de la terre où les noirs sont profonds et les blancs jamais cramés. La définition est totalement satisfaisante et aucun problème de compression n'est à noter. Une édition inespérée pour des films que l'on ne pensait plus découvrir dans de telles conditions.

Son

Le travail de restauration des pistes sonores est lui aussi admirable et plus aucun souffle, grésillement ou bruit n’est à déplorer. Le mixage est lui aussi parfait, les chants et les ambiances se mêlant harmonieusement. On peut ainsi goûter pleinement la qualité du travail sonore de Vittorio De Seta, le cinéaste apportant autant de soin à élaborer ses images que ses sons.

Suppléments

Entretien avec Vittorio De Seta (18 mn)
Dans cet entretien, De Seta raconte sa carrière et sa façon d'appréhender le cinéma et le monde. Il revient longuement sur ce qui l’a amené à filmer ces cultures avant qu’elles ne disparaissent et regrette que rien n'ait été fait pour conserver ces savoirs, ces techniques, ces dialectes. De Seta insiste beaucoup sur le fait que, métropolitain, il ne connaissait rien aux mondes qu'il venait filmer. Il était ignorant et c’est cette ignorance qui a construit ses films. Il explique qu’il n'avait rien à apprendre aux gens qu'il venait filmer, qu’il avait au contraire tout à apprendre d'eux et que c'est l’élément fondateur de son cinéma. Un entretien très simple, illustré par des extraits de films venant illustrer les propos du cinéaste. Simple mais précieux pour une première approche du travail de Vittorio De Seta.
Par Olivier Bitoun - le 4 septembre 2010

Partenariat