Menu
Test dvd

Mélo

DVD - Région 2
Mk2
Parution : 4 / 9 / 2008

Image

Un copie correcte mais qui ne rend pas totalement justice à la recherche formelle d'Alain Resnais entre la facticité théâtrale et le réalisme, la splendeur de certaines compositions de plan y perdant. Cela reste plus que largement regardable mais une réédition en Blu-ray serait bienvenue pour en savourer pleinement la splendeur.

Son

Une bande-son mono rigoureuse et efficace dans l'ensemble, notamment lors des nombreuses scènes musicales.

Suppléments

Un entretien audio (7 min) avec Alain Resnais qui explique son entêtement après l’échec de garder la même équipe, et les concessions qui en découleront. Il s’attarde également sur l’artificialité formelle recherchée dans la photographie, s’éloignant du réalisme pour s’imprégner du théâtre.

Un court entretien (3 min) datant de 1990 avec Sabine Azema plus axé sur son travail d’actrice et l’émotion différente permise par le cinéma que son expérience sur Mélo - même si la fin de l’entrevue y revient avec son lien à Pierre Arditti et André Dussolier.

Un entretien (13 min) avec Pierre Arditti qui dépeint son choc face au texte d’Henri Bernstein et ce qu’en fait Alain Resnais. La matière théâtrale est traitée comme telle, que ce soit dans la confection (les répétitions dans les décors déjà construits à la manière d’une vraie pièce) ou dans la manière dont Resnais l’emmène vers un entre-deux cinématographique. Il en résulte une émotion d’autant plus intense et Arditti raconte de quelle manière les différentes approches de la scène finale ont pu le faire extérioriser au-delà de ses attentes.

Un entretien (25 min) avec André Dussolier qui évoque la manière pour le quatuor d’acteurs de transposer l’émotion et la profondeur du texte de Bernstein plutôt que son contexte supposé désuet. En plus d’une anecdote cocasse sur les origines du projet, Dussolier se confesse avec chaleur et détail sur le tournage, notamment sur le défi constitué par son grand monologue.

Un entretien (12 min) avec la scripte Sylvaine Beaudaut qui souligne la rigueur du tournage en 23 jours et l’extrême préparation des acteurs. Voir les quatre pages de l’impressionnant monologue de Dussolier dans le scénario donne un tour concret à la logistique si limpide dans le plan-séquence de Resnais.

Un entretien (18 min) avec décorateur le Jacques Saulnier qui introduit son intervention sur ses débuts en tant qu’assistant d’Alexandre Trauner. Il développe ses recherches pour répondre aux demandes de Resnais, partant d’un pur décor théâtral vers une dimension plus réaliste. Le défi technique et financier de construire en amont l’ensemble des décors sur un plateau à coût réduit aura constitué une hésitation mais de cela dépendait l’existence du film. La contrainte devient un vrai tour de force dans le résultat final.

Un entretien (13 min) avec le producteur Marin Karmitz qui considère Mélo comme le premier film qu’il a bien produit. Il raconte la construction du projet et les conditions économiques drastiques qu’il a dû imposer à Resnais. La dichotomie entre un tournage pas cher et en studio (Resnais n’étant pas à l’aise en extérieur) nécessitera une longue préparation pour une production rapide, d’où le choix de deux mois de préparation avec les acteurs. L’alchimie entre Resnais et son producteur entraîne des concessions communes avec un décor prêt deux semaines avant le tournage pour effectuer les répétitions en situation et rendre le vrai tournage plus rapide. Moment intéressant aussi quand est évoquée la manière dont les différentes contraintes serviront les purs choix artistiques de Resnais (le plan-séquence de Dussolier, la bande-son minimaliste), la manière dont le savoir-faire des techniciens (avec une négociation intense pour les payer au tarif syndical) servira l'imagination du réalisateur. Un témoignage passionnant et bien illustratif de la bonne intelligence nécessaire entre un producteur et son réalisateur sur ce type de projet à risque.

Quatre bandes-annonces des films de la collection Alain Resnais chez MK2, soit celles de Mon oncle d’Amérique, La Vie est un roman, L'Amour à mort, Mélo et I Want to Go Home. Un bonus certes classique mais qui a son importance puisque la plupart de ces bandes-annonces sont désormais des objets rares qu'on ne retrouve même plus sur Youtube ou Dailymotion.

Par Justin Kwedi - le 16 mars 2018