Menu
Test dvd

Liliom

DVD - Région 2
Carlotta
Parution : 9 / 3 / 2011

Image

La copie a été entièrement restaurée et le résultat est quasi parfait, ce qui nous permet de découvrir le film comme s'il venait de sortir pour la première fois du laboratoire. Le transfert répond pleinement à nos attentes, que ce soit dans le rendu des contrastes ou le niveau de détails. L'image est stable, la compression excellente, et tout ce que l'on peut noter ce sont quelques flous à peine visibles tant ils passent brièvement.

Son

Seule la version originale est ici proposée. Considérant que nous sommes dans les premières années du parlant, on peut juger le résultat assez prodigieux. Les voix sont claires, ne saturent pas et même si l'ensemble manque de dynamique et de relief, on est assez surpris de la qualité de l'ensemble. Un léger souffle est présent tout au long du film, mais il ne gêne en rien le confort du spectateur, d'autant que la bande-son est pour le reste très propre, ne présentant ni grésillements ni autres effets parasites.

Suppléments

Préface d'Hervé Dumont (8mn 30). Carlotta, dans la continuation du coffret Borzage qu'il a précédemment édité, nous propose un petit entretien avec Hervé Dumont, historien du cinéma et auteur de l'impressionnant Frank Borzage, Sarastro à Hollywood, l'ouvrage de référence sur le cinéaste. Il présente Liliom comme un OVNI dans le paysage cinématographique des années 30 et s'étonne qu'un studio comme la Fox ait pu accepter de produire un projet aussi « suicidaire ». Dumont revient sur les différentes adaptations de la pièce de Molnar, celles d'avant Borzage et celles qui suivront son film, raconte comment le cinéaste en est venu à tourner ce film et ses partis pris de mise en scène, et enfin le cinglant échec du film qui va un temps compromettre la suite de la carrière du cinéaste. Dumont replace de manière claire et synthétique le film dans l'oeuvre de son auteur et dans le paysage du cinéma des années 30.


Galerie photos. Une quarantaine de photos se succèdent sur fond musical, ce qui fait que le timing est imposé (3 mn 20) et que l'on ne peut pas passer librement d'une photo à une autre. L'essentiel de la galerie est composée de captures du film et l'on regrette qu'il y ait si peu de photos de tournage ou d'exploitation.
Par Olivier Bitoun - le 20 février 2011

Partenariat