Menu
Test dvd

Les Chaussons rouges

DVD - Région 2
Carlotta
Parution : 9 / 11 / 2011

Image

Les éditions Lumière avaient édité voici quelques années les plus grands films du duo de cinéaste britannique dans une collection qui méritait tous les éloges. Cependant le DVD de The Red Shoes n'égalait pas, loin de là, les autres somptueuses réussites dont le plus bel exemple était la galette du Narcisse Noir. La copie proposée pour Les Chaussons rouges était loin d'être pleinement satisfaisante. Amoureux du film, il vous faudra donc repasser à la caisse car Carlotta nous met à disposition le master restauré numériquement en 2009, dont la supervision avait été faite par Robert Gitt de la UCLA Film and Television Archive. Autant le dire sans plus tarder : il n'y a pas photo entre les deux éditions, et ici la qualité de visionnage est absolument éblouissante ; d'après Scorsese, la définition serait d’ailleurs encore plus précise qu'à l'origine. Il reste cependant des plans ou quelques courtes séquences qui devaient être trop endommagés pour qu'ils atteignent le plus haut niveau de qualité, mais l'ensemble s'avère miraculeux, la compression ne souffrant elle non plus d’aucuns défauts.

Son

Si la version française se révèle un peu nasillarde, la version originale est nettement plus convenable même si la piste sature encore un peu parfois.

Suppléments

La restauration des Chaussons rouges présentée par Martin Scorsese
Il faudrait être sacrément chipoteur pour ne pas être ébloui par un tel travail de restauration, un travail qui nous est expliqué images à l'appui durant cinq petites minutes par Martin Scorsese en prologue du film dans le premier DVD. Dans celui-ci, on trouve aussi une bande-annonce en VOST ainsi qu'une galerie de photos de plateau en noir et blanc.

C'est dans le second DVD que l'on trouve trois modules assez complémentaires en guise de suppléments.

Il était une fois les chaussons rouges
Documentaire de 24 minutes au cours duquel plusieurs participants et collaborateurs du film se remémorent le tournage et sa réception par le public et la critique : on croise donc Kevin Macdonald, petit-fils et biographe d'Emeric Pressburger, le professeur d'histoire du cinéma Ian Christie, le chef opérateur Jack Cardiff, le caméraman Chris Challis, le petit-fils du décorateur Hein Heckroth,  la danseuse étoile Darcey Bussel Obe et le petit fils de Pressburger, également producteur, Andrew Macdonald. On y apprend pas mal de choses intéressantes; même si l'on regrette que les extraits présentés soient ceux de la version non restaurée et que l'ensemble fasse bien trop promotionnel.

Rencontre avec Thelma Schoonmaker Powell
La veuve de Michael Powell (et monteuse de Martin Scorsese depuis des décennies) nous parle durant une courte durée de 7 minutes surtout de l'impact du film sur les spectateurs et les artistes.

Ballet flamboyant
Produite par Allerton, c'est la partie la plus captivante de ces bonus d'une durée de 32 minutes. Il s'agit d'une approche assez originale sur le film puisque ce ne sont non plus des gens du cinéma mais des personnalités de la danse qui s'expriment. Il est très intéressant d'avoir un point de vue aussi différent mais tout aussi passionné sur le film de Powell et Pressburger, d'autant que les intervenants s'avèrent tous aussi passionnants les uns que les autres et que leur discours n'est jamais abscons mais éclaire le film sous une facette autre que purement cinématographique. On assiste donc à un "voyage dans les coulisses des ballets du film", en compagnie de Nicolas Le Riche (danseur étoile à l’Opéra National de Paris) et de Mathias Auclair (Conservateur en chef à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra). On en redemande : Carlotta ne mérite à nouveau que les applaudissements et les encouragements !

Par Erick Maurel - le 28 novembre 2011