Menu
Test dvd

Coffret Nikita Mikhalkov n° 1

DVD - Région 2
Potemkine
Parution : 1 / 12 / 2009

Image

Réunis dans un coffret en forme de livre, aussi élégant que pratique, ces quatre films représentent l'intégralité des longs métrages réalisés par Mikhalkov durant la décennie 1970. Chaque titre a bénéficié d'une restauration récente. Certains étant rarement diffusés voire inédits en France, c'est une formidable opportunité que nous offre Potemkine pour (re)découvrir dans les meilleures conditions la chronologie d'une œuvre, et l'affirmation d'une écriture personnelle. Un second volume tout aussi recommandable rassemble les films des années 1980 : Quelques jours de la vie d'Oblomov, La Parentèle et Sans témoins
Tous les films sont au format 1.37 respecté. Malgré la qualité variable des pellicules utilisées sur ces premiers longs métrages, les copies transférées ici sont irréprochables. Le défi était de rendre fidèlement les intentions du réalisateur et la photographie souvent audacieuse de Pavel Lebechev. Le résultat est tout simplement inespéré. Seul Le Nôtre parmi les autres apparaît davantage marqué par le temps (la présence de points blancs), mais l'image est stable et le travail sur les couleurs et les différentes teintes est respecté.

Son

Versions originales uniquement. Mono clair et sans parasites. On notera des effets métalliques un peu artificiels sur certains bruitages du Nôtre parmi les autres (eau, moteur), peut-être intentionnels. Les bandes-son des films de Mikhalkov sont toujours surprenantes. Les dialogues y sont roi, mais la musique participe souvent avec une force inattendue à l'émotion du récit. Cela fonctionne ici parfaitement.

Suppléments

Travail soigné sur tous les plans par l'éditeur, le coffret s'accompagne d'un livret de 16 pages contenant photos, affiches, fiches techniques et notes biographiques. Sur chaque DVD et à propos de chacun des films, on trouvera une analyse de Pierre Murat (entre 10 et 25 min). Le critique de Télérama, grand connaisseur de l'œuvre du cinéaste russe, parle autant du fond que de la forme et son commentaire complète judicieusement le visionnage des films. À cela s'ajoutent d'autres suppléments bienvenus :

Documentaire sur Vera Kholodnaïa (10'57) : documentaire russe sous-titré sur la diva du cinéma muet qui sert de modèle à la Olga d'Esclave de l'amour. Immensément populaire en son temps, elle connut une brève carrière de 4 ans, devint l'égérie d'Evgueni Bauer et mourut en 1919 à 26 ans. Sa filmographie a aujourd'hui quasiment disparu. Un commentaire édifiant accompagne un montage essentiellement composé de photographies et de quelques rares extraits qui ressemblent davantage à de maladroites reconstitutions. Informatif à défaut d'être passionnant (supplément disponible sur le DVD d'Esclave de l'amour).

Entretien avec Nikita Mikhalkov (14'22) : Le cinéaste se livre à un précieux regard rétrospectif sur ses débuts de metteur en scène et en particulier sur le tournage de Cinq soirées, expliquant pourquoi ce film est resté aujourd'hui encore cher à son cœur (supplément disponible sur le DVD de Cinq soirées).

Entretien avec Eduard Artemiev (11') : Le compositeur fétiche de Mikhalkov raconte ses souvenirs de tournage, en particulier son travail sur Esclave de l'amour (supplément disponible sur le DVD d'Esclave de l'amour).

Entretien avec Alexandre Adabachian (4'33 et 8'09) : Le coscénariste et chef décorateur, fidèle complice, évoque le travail d'adaptation et la méthode d'écriture pratiquée par les deux hommes, ainsi que les différentes autres formes qu'ont pu prendre leurs collaborations (suppléments disponibles sur les DVD de Partition inachevée pour piano mécanique et Cinq soirées).

Par Elias Fares - le 28 janvier 2010

Partenariat