Menu
Test dvd

Chacun à son poste et rien ne va

DVD - Région 2
SNC / M6 Vidéo
Parution : 10 / 3 / 2010

Image

Elle est, comme c’était déjà le cas avec Mimi métallo blessé dans son honneur, d’excellente qualité. La copie utilisée, fort bien restaurée, fait l’objet d’un transfert en haute définition restituant aussi bien les prises de vue en extérieur, de type documentaire, que les séquences tournées en studio, à la photographie très élaborée. Et le visionnage de Chacun à son poste et rien ne va s’avère aussi plaisant que celui de Mimi métallo blessé dans son honneur.

Son

Inédit en France, Chacun à son poste et rien ne va n’a pas fait l’objet d’un doublage. SNC ne présente donc que la bande-son italienne dans une version respectueuse du mono d’époque et très proprement restaurée.

Suppléments

Après avoir salué le bon travail de SNC concernant la restitution technique du film, émettons maintenant quelques réserves quant aux suppléments accompagnant Chacun à son poste et rien ne va. Le bonus principal est une intervention de Patrick Brion d’une trentaine de minutes consacrée au cinéma politique italien et enregistrée en 2009. Si l’exposé n’est pas exempt d’informations, il est avant tout destiné au spectateur peu au fait de l’histoire du cinéma transalpin. Ceux ayant déjà quelques connaissances en la matière n’apprendront pas grand-chose de ce « survol » ainsi que le dit lui-même Patrick Brion, qui plus est un peu digressif... Plus gênant encore, il n’est que fort peu question de Lina Wertmüller dans l’intervention de Patrick Brion. Il faut en effet attendre la 27ème minute pour que, durant quelques instants, le critique évoque elliptiquement « le cinéma curieux » de la réalisatrice, apparemment pas totalement convaincu de son intérêt...

À ces propos de Patrick Brion viennent s’ajouter deux bandes-annonces italiennes de Chacun à son poste et rien ne va. L’une et l’autre ont été restaurées. La première prend la forme classique d’un montage d’extraits du film ; la seconde, plus originale, consiste en un dessin animé insistant notamment sur la critique de l’individualisme consumériste déployée par Chacun à son poste et rien ne va. On ne saurait trop en conseiller le jouissif visionnage...


Par Pierre Charrel - le 27 juin 2012