Menu
Test dvd

Ces messieurs-dames

DVD - Région 2
Carlotta
Parution : 24 / 2 / 2010

Image

Curieusement, des films de Pietro Germi édités par Carlotta, c'est le plus réputé des trois films qui offre le rendu le moins satisfaisant : en particulier, le contraste est assez décevant, entre des blancs excessifs et des noirs tendant vers le gris, ce qui donne parfois l'impression d'une image mal équilibrée et légèrement "baveuse". Du côté des points positifs, si quelques scories (tâches, griffures...) demeurent après restauration, la propreté du master est plutôt à souligner. Bonne copie, mais qui souffre de la comparaison avec des camarades exemplaires.

Son

L'atmosphère sonore du film est plutôt foisonnante, et le mixage est plutôt à la hauteur du défi que cela représentait (là encore, on a parfois trouvé la mise en avant de la partition musicale un poil envahissante). On déplore sur l'ensemble du film un peu de souffle ou de l'écho, mais rien de rédhibitoire. Cette édition propose uniquement une version originale en Dolby Mono 2.0 avec sous-titres amovibles.

Suppléments

Le film est présenté par l'émérite Jean A. Gili dans une préface d'une demi-douzaine de minutes pouvant être visionnée avant ou après le film. Celle-ci vise essentiellement à replacer l'oeuvre dans son contexte de production, ce que l'éminent historien fait avec clarté et pédagogie, tout en enrichissant son propos d'anecdotes : on apprend par exemple que Gili était présent à la remise de la Palme d'Or pour Ces messieurs-dames et qu'il a vu le critique Michel Cournot monter sur son fauteuil pour huer la proclamation des résultats !

  

Le morceau de choix est un documentaire de Claudio Bondi datant de 2009, intitulé Pietro Germi, le bon, le beau, le méchant, et qui offre un voyage chronologique au coeur de la filmographie du cinéaste. Riche en images d'archives, illustré d'extraits de film et parsemé d'interventions multiples (proches du cinéaste, anciens collaborateurs, historiens...) dont certains grands noms du cinéma italien - Cardinale, Lisi, Sandrelli, Avati, Scarpelli - le film est un document très intéressant permettant d'un peu mieux mieux cerner la personnalité complexe du cinéaste. Tout juste peut-on reprocher une légère faiblesse au niveau analytique - la visée est avant tout historique -, les interventions de l'historien Mario Sesti, en particulier, n'étant pas toujours d'une grande limpidité.

Par Antoine Royer - le 24 avril 2010