Menu
Test dvd

Bambi

DVD - Région 2
Disney
Parution : 18 / 2 / 2005

Image

Qu’on se le dise avant d’aller plus avant : cette sortie événementielle n’est pas le moins du monde décevante ! Elle est le fruit d’un travail titanesque, la plus grosse entreprise de restauration effectuée par la maison Disney et le résultat est à la hauteur aussi bien techniquement qu’en ce qui concerne les suppléments.La restauration de Bambi est la plus aboutie que le studio ait effectuée jusqu’à ce jour. Le master d'origine, datant de 1939 et qui dormait dans un coffre sous terrain de la Bibliothèque du Congrès, a été déterré pour l’occasion. Il avait été depuis cette date conservé en ces lieux et traité chaque année pour rester dans le meilleur état de conservation possible. Ayant fait le voyage dans un camion frigorifique jusqu'à Los Angeles, le master a alors été scanné image par image, chacune à une résolution étonnante de 4000x3000, pour en conserver le moindre détail. Chacune fut passée en revue manuellement afin d’être nettoyée de fond en comble. Au total, quelques centaines d’heures consacrées au seul dépoussiérage. A partir de différentes sources dont les maquettes de décors, les peintures sur verres et autres, les techniciens ajustèrent les couleurs de chaque plan pour coller au plus près à la palette d’origine voulue par les créateurs du film. Cette restauration numérique pointilleuse et titanesque utilisant toutes les techniques de pointe pour s’occuper des quelques 10 0000 photogrammes demanda presque 10 000 heures de travail. Tout cela pour dire qu’il aurait été dommage qu’un tel investissement ne se remarque pas à l’écran. Au contraire, la finalisation est époustouflante. Rien à redire sur l’image de ce DVD. La restauration est à ce point remarquable qu’avec une grande attention, on remarquerait presque les quelques anomalies inhérentes aux techniques balbutiantes de l’époque (la brillance sur certaines plaques de verre…). La définition, les contrastes et la luminosité sont remarquables, la colorimétrie parfaite, les techniciens n’étant pas tombés dans le travers de la sursaturation des couleurs et respectant au contraire les teintes pastels d’origine. La brillance des couleurs ne saute donc pas aux yeux comme dans le DVD de Blanche Neige car la colorimétrie a été restituée telle que l’a voulue Walt Disney. Le film est proposé dans son 1.33 d’origine et la compression est imperfectible. Applaudissements !

Son

Les différents mixages proposés sur cette galette prouvent que l’effort des studios n’a pas porté que sur l’aspect visuel du film mais aussi sur son aspect sonore, tout aussi important dans Bambi, la musique étant un élément essentiel de ce chef-d’œuvre. Pour satisfaire les puristes, les pistes mono d’origine en DD mono (1.0 pour l'originale, 2.0 pour la française) ont été gardées. La piste anglaise est très claire sans aucun souffle ni craquements ou grésillements. La composition de Plumb et Churchill bénéficie d’une bonne dynamique. D’après certaines personnes ayant pu entendre la VF d’époque, celle proposée sur le DVD serait plutôt la seconde et ne reprendrait donc pas le doublage initial. C’est néanmoins celle que l’on pouvait déjà trouver sur les VHS ; il ne devrait donc pas y avoir de mauvaises surprises pour tous ceux qui auraient découvert Bambi par ce biais. Ce second doublage est d’ailleurs loin d’être mauvais (et de toute façon les dialogues ne représentent qu’un faible pourcentage dans l’ensemble du métrage) et la restauration est ici aussi de très bon niveau ; un poil plus strident mais rien de rédhibitoire. Le mixage Dolby Digital 5.1 a bénéficié du procédé Disney Enhanced Home Theater Mix. La piste originale est la plus harmonieuse des trois pistes audio multicanales disponibles, même si cela ne se joue pas à grand chose. L'ouverture de l'espace sonore sur tous les canaux est particulièrement appréciable et ne paraît jamais artificielle dans sa sensation de relief car les ingénieurs du son de Disney ont su se montrer respecteux du matériau original. La musique est, comme très souvent, l'élément qui profite le plus de cette spatialisation. Les pistes françaises DD 5. et DTS présentent les mêmes qualités (ces deux mixages français ne se différencient d'ailleurs pas l'un de l'autre). Seul véritable défaut de ces trois pistes multicanales : les dialogues sont un peu écrasés par la musique ; pour obtenir plus de clarté à ce niveau, il faudra se tourner vers les bandes sonores mono.

Suppléments

Si vous ne vous décidez pas à acheter le collector, voici déjà ce que vous trouverez sur une édition simple de grande qualité.

DVD 1

Le premier DVD, celui contenant le long métrage, nous fait passer d’abord par une belle série de bandes-annonces de films prévus chez Walt Disney Home Video en salles ou en DVD, dont celle des Indestructibles pour débuter. Comme toujours chez l’éditeur, il est très difficile d’échapper à ce matériel promotionnel car la navigation s’avère pénible si on veut les zapper. Autre habitude désagréable chez Disney, l’obligation de repasser par le menu pour changer de langue ou de sous-titre et aussi celle de se coltiner trois Trailers (THX…) avant que le film ne démarre. Le sobre design des menus fixes, inspiré des planches de dessins originales ou des story-boards, est magnifique.

Un seul supplément pour ce premier DVD mais il est de taille. Ce qui fait office de commentaire audio (ou plutôt qui le remplace avantageusement ici) est le document Réunion de travail avec Walt (70’ VOSTF). Des comédiens font revivre les réunions de travail qui ont eu lieu avant la réalisation du film. Elles avaient été retranscrites sur papier et retrouvées dans les archives du Studio. Pendant toute la durée du film, les commentaires collent parfaitement aux images et il est étonnant de voir que le résultat final est l’aboutissement exact de ce que les concepteurs du film avaient voulu, dans les moindres détails. Là ou ce document passionnant devient encore plus intéressant qu’un commentaire audio, c’est que, outre les images du film, sont incrustés sur ces dernières des inserts de dessins, du story-board, de cartons annotés, de notes de production et des images d’archives. Le montage de ce patchwork d’images et de sons est d’une richesse inouïe tout en restant d’une grande fluidité et sans que jamais il nous ennuie grâce au talent des comédiens qui le "jouent". A la fin, nous savons presque tout de la manière dont les animateurs ont fait vivre les personnages à l’écran. Un très grand moment pour tous les amoureux du film.

Pour appâter le chaland, Disney nous propose ensuite en 58 petites secondes un rapide tour d’horizon des bonus de l’édition collector que voici maintenant détaillés.

DVD 2

Il est fractionné en trois parties : les scènes coupées, les jeux et enfin les coulisses de la production.

Les deux scènes coupées sont Nourriture hivernale (1’09) et Première neige (2’32). Ce sont des séquences qui n’ont été que storyboardées et dont nous voyons les dessins montés, mis en musique et dialogués en français. Nous découvrons donc une rencontre rapide entre Bambi et Féline qui se termine par un baiser sur la bouche, et surtout une scène de neige remplie de moments cocasses qui aurait du précéder ou suivre la fameuse séquence de glisse sur le lac gelé.

Les jeux à caractère éducatif au nombre de cinq : ils ne s’adressent évidemment qu’aux plus petits :
Aventures en forêt (Jeux tournant autour du thème des saisons)
Disneypédia (Lexique imagé sur les animaux de la forêt)
Psychotest : A quelle saison ressemble tu le plus ?
Histoire à lire ou à se faire raconter : "L’Escapade de Panpan"
Forêt virtuelle : l’enfant voit le même coin de forêt évoluer au fil du cycle des saisons.

Les coulisses de la production est évidemment la section la plus volumineuse, celle pour laquelle les adultes aussi devraient pouvoir se délecter de ce collector !

Making of : La Naissance d’un Prince (53’ en VOSTF). Document découpé en six parties, avec possibilité de les visionner séparément ou dans son intégralité, il revient sur la création du film à travers moult anecdotes, passant en revue la genèse, la gestation, les personnages, les voix, la direction artistique, la musique. Morceaux d’interviews et d’interventions innombrables, images d’archives, maquettes de décors, photos, scènes coupées, idées non retenues, etc., tout est convoqué pour fournir une mine d’informations et quasiment tout savoir sur ce grand film du studio. Nous prenons aussi connaissance de toutes les idées non retenues qui, si elles l’avaient été, auraient débouché sur un film de plus de deux heures. S’il garde un caractère autopromotionnel, il n’en demeure pas moins passionnant et tout aussi riche que la réunion de travail du disque 1. Ces deux bonus sont complémentaires et après les avoir engloutis, Bambi ne devrait plus avoir de secrets pour vous. Le Making of aborde même les grèves qui eurent lieu dans les studios, l’entrée des USA dans le conflit mondial et l’effort de guerre fourni par Disney et ses collègues. Une mine d’anecdotes et d’informations et surtout un bel hommage aux animateurs et dessinateurs.


La restauration (5’58 en VOSTF) : présentée par le Monsieur Loyal de ce DVD, Patrick Stewart, qui retrace le travail titanesque effectué par les techniciens Disney pour préserver Bambi et lui redonner une seconde jeunesse grâce à toutes les technologies à la pointe (scannage HD des négatifs, restauration image par image, correction de couleurs d’après les dessins originaux).

La Légende, premières images des nouvelles aventures de Bambi (4’48 VOSTF) : featurette nous dévoilant en avant-première des images de Bambi 2 (et oui, vous ne rêvez pas !) intitulé aussi Bambi et le Grand Prince de la forêt. Les animateurs de cette suite sont en admiration devant l’original et craignent de ne pas être à la hauteur mais les quelques images de ce film sont d’assez bon présage même si les pastels de l’original se transforment ici en couleurs un peu trop rutilantes à mon goût. Le design de cette suite à l’air de très bon niveau. Espérons qu’avec ce film, Disney se relève de ses nombreux échecs artistiques de ces dernières années, le fond ayant été atteint par leurs derniers nés, Frère des ours et La Ferme se rebelle. En direct to Video ou en salles, nous sommes curieux de connaître cette suite.

1942, l’année Bambi (4’45 VOSTF) : genre d’almanach de l’année de sortie de Bambi. Rapide, vif, inoffensif et totalement dénué d’intérêt.

Suivent encore une volumineuse galerie d’images divisée en différents thèmes, parsemée de trésors et qui devrait plaire aux fans. Un commentaire explicatif en français peut même être activé pour plus de convivialité.

Autre grand moment après le Making of : un extrait de l’émission Les Trucs de notre métier (7’19 VOSTF), diffusée pour la première fois en septembre 1957. Walt Disney en personne nous présente la fameuse caméra multiplane qui permet de créer du mouvement et de la profondeur dans les décors. Nous assistons à des démonstrations effectuées sur le tournage même de Bambi et Walt Disney ne se gêne pas pour nous redonner quelques règles de base de l’animation. Court mais passionnant pour les néophytes !


Les Archives Disney
(8’41 VOSTF) : document qui nous emmène à la recherche des trésors cachés de Bambi gardés religieusement dans les archives. Au menu, esquisses magnifiques, énormes plaques de verres servant de décors au film… Une visite qui vaut le détour !

Le Vieux moulin (8’23 VOSTF) : court métrage de 1937 récompensé par un Oscar et qui a permit de tester plusieurs techniques d’animation qui furent ensuite utilisées pour tous les premiers longs métrages de la firme et qui trouvèrent leur point de perfection dans Bambi. La scène de l’orage est encore de nos jours d’une force exceptionnelle, poétique et lyrique, un très grand moment de cinéma.

Enfin, la bande-annonce originale (2’13 VOSTF).

Un collector qui, pour une fois, porte remarquablement bien son nom. A bon entendeur…
Par Erick Maurel - le 19 février 2005