Menu
Test dvd

Ascenseur pour l'échafaud

DVD - Région 2
Arte Vidéo
Parution : 20 / 10 / 2005

Image

Le film a longtemps été visible dans des versions recadrées, et cette édition datée de 2005 était la première respectant le cadre original. Ramenée aux standards de l'époque (et à bien des égards, à ceux d'aujourd'hui), il s'agit d'une très bonne copie, notamment au niveau de la propreté ou de la stabilité d'ensemble. Certains plans fourmillent, du grain apparaît parfois un peu brutalement, la définition faiblit parfois très légèrement, mais il faut particulièrement saluer la qualité des contrastes, et notamment des noirs, dans toutes les séquences nocturnes.

Son

Nous avions eu l'occasion de voir le film en salles, et la séance avait été en partie gâchée par l'état de la bande-son, certaines lignes de dialogue étant inaudibles tandis que la musique de Miles Davis saturait parfois. Rien de cela ici, fort heureusement : à défaut de posséder un relief extraordinaire, la bande-son préserve l'essentiel, et notamment l'équilibre entre la musique et les dialogues.

Suppléments

La jaquette comme les menus obéissent à l'esthétique sobre de la collection consacrée par Arte Video à Louis Malle (dans laquelle ont été également édités Les Amants, Le Feu Follet, Le Souffle au coeur, Lacombe Lucien, Atlantic City, Black Moon, My Dinner with Andre, Au revoir les enfants ou Milou en Mai).

Parmi les suppléments, notons particulièrement un Entretien avec Louis Malle de 16 minutes environ, daté de 1975, issu de l'émission Parlons Cinéma, dans lequel le cinéaste, près de vingt ans plus tard, revient sur la genèse du film, ses intentions et le résultat. L'ambiance est extrêmement décontractée (on se tutoie dans une atmosphère enfumée) et le cinéaste revient librement sur ce qu'il retient du film, sur ce qu'il lui reconnaît comme qualités mais aussi sur la manière dont il avait évolué.

Un autre module revient en une quinzaine de minutes, à travers Les souvenirs du pianiste René Urtreger, sur la fameuse session d'enregistrement de la bande originale. Parfois un peu décousu, le musicien est particulièrement intéressant quand il évoque ses sentiments contrastés au moment de l'enregistrement, entre la sensation de participer à quelque chose d'exceptionnel et la frustration de ne pas y participer plus, Davis voulant que le piano reste en retrait.

On peut s'interroger sur la pertinence du troisième module, curieuse Expérience de permutation de trois musiques de films de Louis Malle (datée de 1969) : on y voit ainsi des images des Amants avec la musique d'Ascenseur pour l'échafaud ; puis des images d'Ascenseur... avec la musique du Feu Follet (Satie) ; puis des images du Feu Follet avec la musique des Amants (Brahms). Le titre d'expérience est assez bien choisi (on s'interroge d'ailleurs sur son sens...), et elle est d'autant moins concluante que les images présentées sont absolument épouvantables, qui plus est recadrées...

Enfin, le dernier supplément est une bande-annonce américaine, réalisée par le distributeur Rialto Films à l'occasion de la reprise du film outre-Atlantique.

Par Antoine Royer - le 12 avril 2013