Menu
Test blu-ray

Vivre et laisser mourir

BLU-RAY - Région B
20th Century Fox
Parution : 26 / 9 / 2012

Image

Le tout début de la période Roger Moore se caractérise par une photographie plus terne, en accord avec le côté "plus réaliste" voulu par ce début des seventies. Un élément à prendre en compte si l'on songe à la beauté du travail accompli sur cette édition. Car si le film est plastiquement un bon cran en-dessous de ses prédécesseurs, ce n'est absolument pas le Blu-ray qui est à remettre en cause. Celui-ci est extrêmement pointu, comme d'habitude depuis le début de cette collection, avec des contrastes très forts et une tenue d'ensemble en tout point parfaite. Aucun regret donc, la copie est sublime. Vivre et laisser mourir n'avait, lui aussi, jamais été aussi beau, surtout comparé à sa première édition DVD, à l'époque fournie en griffures, taches vertes et autres problèmes de stabilité d'image, sans compter des noirs tirant vers le gris doucereux. Ceux qui ont connu la première collection DVD de James Bond peuvent mesurer à quel point la restauration complète de la franchise a porté ses fruits jusque dans ses moindres recoins en éliminant le moindre défaut. Reste même le léger grain cinéma d'époque, afin de compléter notre bonheur. Les studios Lowry ont fait des miracles, encore, toujours.

Son

Côté son, on note les mêmes spécificités que sur les films précédents. Une version française DTS inégale mais tout à fait convenable, et une exceptionnelle version originale en DTS-HD Master Audio 5.1 sans ajouts superficiels. L'enveloppe sonore est plus brute que sur les autres films, plus métallique, privilégiant parfois les aigus. Cela peut surprendre un peu quand on est habitué à l'enveloppe plus douce et ample des opus des sixties. Là encore, Vivre et laisser mourir amplifie un peu plus son identité polar et consomme son minimalisme dans une bande-son légèrement plus stridente, avec ses bruits de moteurs purs et durs, son absence de musique sur la quasi-totalité de la poursuite en hors-bords... Quoi qu'il en soit, c'est le top niveau éditorial.

Suppléments

Commentaire MI6

Sur le commentaire audio précédent, celui des Diamants sont éternels, John Cork - membre de la Fondation Ian Fleming et maître de cérémonie habituel de cet exercice - avait temporairement laissé sa place à un collègue. Le voici de retour pour le commentaire audio de Vivre et laisser mourir confectionné, comme de coutume, à partir d'un montage d'interviews. Ici, c'est surtout le réalisateur Guy Hamilton qui s'exprime, accompagné de quelques membres du casting et de l'équipe de tournage dont les comédiens Jane Seymour, Yaphet Kotto, Julius Harris, Madeline Smith, Clifton James, David Hedison, le chef décorateur Syd Cain, le décorateur Peter Lamont et le superviseur des effets spéciaux Derek Meddings. La somme d'informations délivrée par John Cork et les explications très nombreuses fournies par Hamilton et les autres participants font de ce commentaire audio un must pour les amateurs éclairés de la saga James Bond.

Les dessous du MI6

Bond 1973 : le documentaire perdu (21min - 4/3 - DD mono 2.0 - VOST - 1973)
Ce reportage d'époque est en fait un documentaire promotionnel dans toute sa splendeur. Cependant son avantage est de montrer de nombreuses images de tournage. On y recueille les interviews de Harry Saltzman, Roger Moore, et surtout de Guy Hamilton qui parle du travail d'écriture avec la collaboration de Tom Mankiewicz. Roger Moore, avec son humour naturel et sa classe, se met même en scène pour nous présenter son personnage de James Bond, qu'il incarne pour la première fois au cinéma, et les efforts physiques qu'il a dû accomplir dans sa préparation. Le documentaire nous introduit succinctement à quelques personnages de Vivre et laisser mourir, dont le richissime Kananga joué par Yaphet Kotto qui y va également de son petit laïus. On a l'opportunité d'observer Guy Hamilton diriger Moore dans les préparatifs de la scène d'action de l'aéroport, et on le suit emmener l'acteur dans la réserve animale pour lui montrer les crocodiles. On aperçoit également quelques prises de vues de la cérémonie vaudou et le tournage de quelques cascades (en voiture et en bateau). Au passage, on apprend lors d'une séquence avec un cascadeur noir, l'existence d'un racisme dans le milieu des cascadeurs américains jusqu'au début des années 70. Sur un plan qualitatif, les images en noir et blanc sont un peu bruitées et celles en couleurs délavées. Mais l'ensemble se regarde avec confort, et c'est toujours un plaisir de voir comment ces films sont fabriqués avec un professionnalisme exemplaire mais sans jamais se prendre au sérieux.

L'art conceptuel de Vivre et laisser mourir (1 min 38 - 4/3 - DD mono 2.0 - VOST - 2000)
Le producteur Michael G. Wilson s'exprime en voix off sur la conception des affiches de la saga James Bond et présente les différentes ébauches qui ont abouti à l'affiche définitive de Vivre et laisser mourir. Un module très très court, peu explicatif, et donc plutôt frustrant.

1964, Roger Moore est James bond (7 min 44 - 4/3 - DD mono 2.0 - VOST)
Michael G. Wilson nous présente cette véritable curiosité télévisuelle, où l'on découvre que Roger Moore avait interprété James Bond dans un programme en noir et blanc de 1964, The Mainly Millicent ! Dans ce sketch d'une célèbre émission comique estivale, Bond prend des vacances et tombe malencontreusement sur une espionne russe, elle aussi en congé. Comme on n'échappe pas à sa nature, les deux espions se prennent le chou, extrêmement méfiants l'un vis-à-vis de l'autre. On assiste ainsi à un spectacle d'auto-dérision assez drôle qui joue sur de nombreux codes bondiens pour en faire un sujet de moquerie. Voilà un supplément original et très appréciable.

Les missions 007

Ce qui se présente comme un guide interactif est en fait une sorte d'index compilant des extraits (en VO ou en VF, mais sans sous-titres) qui se veulent significatifs de Vivre et laisser mourir. On nous propose sept entrées :
- 007 : Le canon / Le générique du début / Les bons mots de Bond (4 extraits : Pur magnétisme, Je ne l'aurais pas fait avant, Leçons amoureuses et Maladroit).
- Les femmes : Mlle Caruso (2 extraits) / Rosie Carver (4 extraits) / Solitaire (7 extraits).
- Les alliés : M (1 extrait) / Miss Moneypenny (2 extraits) / Felix Leiter (7 extraits) / Quarrel Jr. (5 extraits).
- Les méchants : Le Dr Kananga-M. Big (7 extraits) / Tee Hee (4 extraits) / Le baron Samedi (5 extraits).
- Le manuel de combat, 7 extraits : Les conducteurs new-yorkais / Bagarre dans l'allée / Autobus à impériale / Appât pour alligators / Chasse dans le bayou / Le dernier combat de Kananga / Passer la main.
- Le labo de Q, 4 extraits : La Rolex Submariner / La trousse de toilette spéciale / Le deltaplane et la combinaison spéciale / Le pistolet à requin.
- Des lieux de tournage exotiques (4 min 28) : l'actrice Maud Adams commente en voix off un montage d'extraits du film et présente les divers lieux du tournage dans les localités suivantes : New York, La Louisiane et la Jamaïque.

Les dossiers

Les coulisses de Vivre et laisser mourir (30 min - 4/3 - DD mono 2.0 - VOST - 2000)
Le réalisateur Guy Hamilton, le scénariste Tom Mankiewicz, l'ex-dirigeant de United Artists David Picker, les comédiens Roger Moore, Yaphet Kotto, Jane Seymour, Gloria Hendry, Julius Harris, Clifton James, le co-directeur artistique Peter Lamont et quelques autres techniciens et témoins ayant pris part à l'élaboration du film sont convies par John Cork, qui en est ici à son huitième making of de la saga. Toujours aussi dynamique, instructif et ingénieusement agencé, ce documentaire aborde les thèmes suivants : la renaissance de James Bond à travers les traits de Roger Moore (les aspects du personnages selon le nouvel acteur, la façon de s'éloigner à la fois de l'interprétation de Sean Connery et de l'image du Saint, le sens de la comédie de Moore), le casting général, l'écriture du scénario, les repérages qui pour certains ont modifié quelques éléments du scripts, le tournage en Louisiane avec ses incidents, la réserve animale du fantasque Ross Kananga (qui donnera son nom au méchant), le tournage à Pinewood et ses anecdotes autour des serpents.



On a même droit à un extrait de film montrant Roger Moore se faire lire des cartes par un voyant vaudou. Quelques séquences font l'objet d'une plus grande attention et bénéficient de nombreuses et appréciables images de tournage. C'est la cas de l'impressionnante poursuite en bateaux dans le bayou avec ses imprévus et accidents, de la course poursuite en bus à la Jamaïque, et de la séquence avec les alligators pour laquelle on peut visionner les essais de Kananga qui effectue lui-même la cascade mortelle sur ses alligators alignés.

Sur le tournage avec Roger Moore : les funérailles (1 min 37 - 4/3 - DD mono 2.0 - VOST - 1973)
Ce module effectue un parallèle entre les plans du film de la scène des funérailles et les images du tournage, dans lesquelles Roger Moore s'adresse à nous pour raconter pourquoi il a fait engager l'acteur/producteur Bob Dix pour jouée l'agent qui sera tué au début du film.

Sur le tournage avec Roger Moore : leçons de deltaplane (3 min 47 - 4/3 - DD mono 2.0 - VOST - 1973)
Ce module est consacré à Bill Bennett, qui a révolutionné la pratique du deltaplane et qui effectue les cascades dangereuses dans Vivre et laisser mourir. Il commente en voix off ses performances dans le domaine de la création technique et du vol sur des images de deltaplane. Puis on passe à des extraits du tournage avec Roger Moore sanglé dans l'engin volant et écoutant les conseils précis de Bill Bennett avant de s'élancer, tiré par un hors-bord.

Le ministère de la propagande

Les archives de cinéma
Cette section comporte deux films-annonces : Plus de... Roger Moore (2 min 44 - 16/9 - DD mono 2.0) et Tout ce que vous aimez dans les James Bond (1 min 43 - 4/3 - DD mono 2.0).

Bond à la télé
Cette section comporte trois spots télévisés : Spot du comité du lait britannique (58 s) / Une question de vie, une question de mort (56 s) / Une question de vie ou de mort (29 s).

Bond à la radio
Cette section comportent deux spots radios de durée différente (35 s et 1 min 10).

La banque d'images

Cette section comporte une galerie de photos divisée en 9 chapitres sur une même page : Le nouveau 007 / Portraits / Les réalisateurs / Ross Kananga / L'équipe de conduite de Joie Chitwood / Le maquillage de M. Big / Jales Bond et ses gadgets / Marketing / Le tour du monde avec 007. Presque tous les chapitres sont présenté par un texte plus ou moins court (sous la première photo). Et comme de coutume, on se doit de déplorer que les photographies ne sont pas présentées en plein écran pour permettre une consultation optimale.

Par Julien Léonard (technique) et Ronny Chester (bonus) - le 14 décembre 2012

Partenariat