Menu
Test blu-ray

Passe ton bac d'abord

BLU-RAY - Région A, B, C
Gaumont
Parution : 7 / 10 / 2020

Image

Après le coffret Maurice Pialat de 2008 et son DVD de la collection rouge, Gaumont propose Passe ton bac d'abord dans une nouvelle restauration 2K effectuée par les laboratoires Eclair en 2012. Le résultat est splendide, extrêmement proche de ce qu'on attend d'une restauration réussie, à savoir la fidélité au matériau d'origine dans des conditions optimales. L'image bénéficie d'un très bon niveau de définition, d'un trait précis et d'une texture détaillée, avec un grain fin bien palpable, mais peut-être un peu discret. Les contrastes sont souvent bien équilibrés, entre densité et détail, mais sont calibrés en fonction des caractéristiques de la sortie en salle, avec des niveaux de noir parfois un peu trop relevés (pour déboucher des plans d'intérieur ou de nuit), et de temps en temps colorés, comme cela se pratiquait à l'époque. L'étalonnage général est très convaincant, évite les nuances vert-jaune trop marquées, joue davantage de subtilité et surtout de naturel, avec une palette qui évite le tape-à-l'oeil des "boosts" vidéo (comme sur le précédent master, cf. comparatif) en réussissant à retranscrire de bien belle manière des nuances photochimiques tout à fait crédibles. L'ensemble est immaculé et très stable, ce qui a peut-être eu pour conséquence une légère perte d'image dans le cadre (par rapport au DVD de 2012). Un très beau transfert, en tout cas.

DVD Gaumont (2012) vs. Blu-ray Gaumont (2020) : 1 2 3 4 5 6 7

Son

Restaurée par L.E. Diapason, la bande-son de Passe ton bac d'abord bénéficie d'une bonne ouverture et d'un rendu détaillé, très naturel et bien équilibré entre les voix et les ambiances. Mis à part quelques sifflantes, l'ensemble ne souffre pas de traces d'usure marquées, ni souffle ni craquements.

Suppléments

Gaumont reprend les suppléments parus dans le DVD de 2008 :

Entretien avec Arlette Langman et Patrick Grandperret (12 min - SD upscalé en 1080p)
Suite des interviews menées par Serge Toubiana en 2008 avec la monteuse, ancienne compagne de Pialat (accessoirement soeur de Claude Berri) et le regretté Patrick Grandperret, assistant sur le film et futur réalisateur. Ils évoquent Passe ton bac d'abord comme un "challenge" très improvisé, tourné au jour le jour sans moyens et sans scénario solide, d'abord conçu pour justifier l'Avance sur recettes que Pialat avait obtenu et, entre-temps, largement dépensé (en commençant par exemple Meurtrières qui sera finalement tourné... par Grandperret en 2006). Il se dégage de ces propos l'image (d'Epinal) d'un Pialat compliqué, au caractère difficile, mais avec une réelle empathie pour ces adolescents. Ils évoquent le casting à Lens, "dans ce Nord qu'il aimait" et la phase de montage compliquée à cause "du matériel tellement riche".


Après le bac (26 min - SD upscalé en 1080p)
Version remixée des retrouvailles avec les acteurs du film par Serge Toubiana. Ils évoquent Maurice Pialat, "le personnage le plus influent que j'ai pu rencontrer", et l'expérience de Passe ton bac d'abord, peinture d'une "jeunesse désoeuvrée" à un âge où "tout peut basculer", et la façon dont le cinéaste a dépeint leur propre vie à l'écran, une "matière première si brute, si riche" qu'il capte dans leur quotidien, malgré eux, tout en y insérant des failles. Dominique Besnehard raconte lui aussi quelques souvenirs de Lens, et revient sur le casting pour lequel Pialat souhaitait éviter des jeunes "trop acteurs", engageant la "professionnelle" Sabine Haudepin pour finalement s'en désintéresser en cours de route...

Bande-annonce restaurée (2 min 27 - 1080p)

En savoir plus

Taille du Disque : 33 535 847 200 bytes
Taille du Film : 22 626 809 856 bytes
Durée : 1:24:43.166
Total Bitrate: 35,61 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 33,00 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 33000 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 851 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 0,000 kbps
Subtitle: French / 29,405 kbps
Subtitle: English / 26,911 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 5 janvier 2021