Menu
Test blu-ray

Naissance d'une Nation

BLU-RAY - Région B
BFI
Parution : 23 / 11 / 2015

Image

Le choix de publier la chronique de Franck Viale et ce test Blu-ray de Naissance d'une nation la même semaine que la publication de la chronique de Mandingo de Richard Fleischer n'est évidemment pas dû au hasard...
Naissance d'une nation est un film libre de droits, c'est la raison pour laquelle il existe de nombreuses éditions DVD techniquement peu recommandables. Nous avons donc choisi de vous parler de deux éditions Blu-ray d'excellente qualité : la version Photoplay, éditée en Grande-Bretagne par le BFI, et la version Kino éditée aux USA (pour la petite histoire, c'est cette dernière que les suprémacistes blancs regardent en se bidonnant dans Blackkklansman de Spike Lee). La version Photoplay est deux minutes plus courte que la version Kino, mais sa qualité d'image est sensiblement supérieure comme vous pouvez le constater avec notre comparatif ci-dessous :

Comparatif 1   Comparatif 2  Comparatif 3  Comparatif 4

D'une manière générale, la qualité du scan de la version BFI est de meilleure qualité avec une plus grande précision en terme de définition mais pas forcément en terme de piqué. De plus, les basses lumières ont une meilleure visibilité, les noirs paraissent souvent bouchés sur l'édition Kino. On notera également une différence notable de saturation chromatique pour les scènes teintées. Il est difficile de dire qui a raison de ce point de vue, sachant que les teintes de la version Kino ont été refaites numériquement alors que la version Photoplay s'inspire d'une copie couleur restaurée chimiquement en 1993. En terme de restauration, l'édition BFI est celle qui présente l'image la plus propre. L'édition Kino est très abimée, avec de nombreuses rayures verticales.

Pour conclure, le paradoxe de ce film est que plus on le regarde sur un grand écran avec une image de bonne qualité, plus on le déteste. Car plus précise est l'image, plus la lecture des arrière-plans est aisée. Et l'on ne peut que constater le jeu outrancier et honteusement raciste des figurants blancs grimés. Comme le propos du film d'ailleurs...

Son

Deux mixages sonores de la musique originale de Joseph Breil sont proposés, l'un stéréo et l'autre en 5.1. Le mixage multicanal est légitime, sachant que le film était projeté en étant accompagné d'une orchestre symphonique lors de sa sortie. Le plan original de Breil a été ré-arrangé par John Launchbery. Certains passages ont été écrits par Breil et d'autres sont empruntés au répertoire classique comme La Chevauchée des Walkyries (qui fonctionne mieux avec les hélicoptères de Coppola qu'avec les cavaliers du KKK et leur costume ridicule...).

Suppléments

Disque 1 edition BFI

Prologue de la reprise du film en version sonore, tourné en 1930 (6 min - HD)
Walter Huston et D.W. Griffith assis devant la cheminée parlent de la première partie de Naissance d'une nation.

Prologue de la deuxième partie (3 min - HD)
Walter Huston demande à Griffith si l'après-guerre de sécession fut aussi terrible pour les Blancs que ce que le film décrit, Griffith répond en lisant une citation de Woodrow Wilson.

Outtakes and camera tests (39 min - HD)
Scènes additionnelles non teintées, d'une qualité d'image souvent stupéfiante.

Melvin Stokes on the Clansman (20 min - HD)
Historien du cinéma de nationalité britannique, Melvin Stokes évoque ici le roman de Dixon, The Clansman publié en 1905, dont Naissance d'une nation est l'adaptation. Puis il relate les premières présentations du film à Los Angeles en 1915, qui impressionnent les spectateurs par sa longueur et la présence d'un orchestre symphonique pour interpréter sa musique. Puis viennent les présentations à Washingtown, New York et Boston et les premiers incidents... Car Naissance d'une nation est un film ouvertement raciste, et l'historien pointe les nombreux faits historiques douteux qui émaillent le film, comme les citations du président Woodrow Wilson faisant l'apologie du KKK (cf. l'intertitre ci-dessous) qui n'ont jamais été étayées historiquement. D'après Stokes, la version qui fut présentée n'est pas celle que nous voyons aujourd'hui et les scènes qui déclenchèrent la colère des libéraux et de la communauté afro-américaine ont été supprimées : une scène de castration et une scène où une femme blanche se bouche le nez alors que se trouve, à côté d'elle, un enfant afro-américain. Nous ne savons pas si ces scènes existent encore, mais il n'est pas nécessaire qu'elle soit ré-intégrées, Naissance d'une nation étant suffisamment abject tel qu'il est présenté actuellement.

Disque 2

The Coward (69 min - HD)
Ce film réalisé par Reginald Barker, et produit par Thomas Ince, est sorti dans les salles en 1915 quelques mois après Naissance d'une nation. Il relate l'histoire d'un jeune homme issu d'une bonne famille sudiste qui s'engage contre son gré dans l'armée confédérée. Il désertera peu de temps après... La peinture du Sud qui est faite dans ce film est un peu plus convaincante que celle de Griffith. Même si, ici aussi, les Afro-Américains sont joués par des comédiens blancs grimés. A cette époque, la loi dans certains Etats interdisait aux actrices blanches de jouer aux côtés d'acteurs afro-américains, que ce soit au théâtre ou au cinéma. La qualité des cadrages et l'organisation des scènes de bataille n'ont rien à envier au film de Griffith, bien au contraire. Scan 2K de très bonne qualité.


The Rose of Kentucky (17 min - HD)
Trois années avant de tourner Naissance d'une nation, Griffith mettait déjà en scène le KKK dans cette romance du Kentucky. Deux hommes sont amoureux de la même femme. Celle-ci choisira celui qui s'opposera avec courage au KKK. C'est le paradoxe Griffith : quatre années avant de faire l'apologie du KKK, il décrivait l'organisation comme étant agressive envers les Blancs.

Stolen Glory (13 min - HD)
Comédie réalisée en 1912 par Mack Sennett. Des vétérans de la guerre de sécession se remémorent les grandes batailles. Les images sont par moment assez abîmées mais le scan 2K est de très haute qualité en terme de résolution.

The Drummer of the 8 TH (28 min - en HD)
Dans ce film produit par Thomas Ince en 1913, on nous relate la guerre de sécession vue du coté nordiste. Un jeune tambour s'enfuit de chez ses parents pour rejoindre l'armée du Potomac (ce point de départ nous rappelle une scène des Cavaliers de John Ford). Ce film nous paraît plus apaisé et plus honnête que le film de Griffith dans sa description de la guerre. En outre, les scènes de bataille y sont mieux filmées, moins confuses et plus réalistes, dans les corps-à-corps notamment. Une fois de plus, la qualité du scan est exemplaire. Le film est présenté dans deux montages différents car il semblerait qu'une scène ne soit pas à la bonne place dans le déroulé de l'histoire.

The Rebel Yell (8 min - HD)
Document tourné en 1932 lors d'une réunion de vétérans sudistes commémorant la guerre de sécession et son cri de ralliement.
Image et son sont de qualité assez médiocre.

Galerie d'images (14 min - HD)
Reproduction d'articles de presse et d'affiches promotionnelles.

The Birth of a Nation at 100 (32 min - HD)
A l'occasion du centième anniversaire de Naissance d'une nation, un panel mixte d'universitaires américains et britanniques s'est réuni à Londres en 2015 pour discuter de l'impact qu'eut le film sur les spectateurs américains il y a cent ans, et également de la résurgence du racisme aujourd'hui aux Etats Unis. La colère et l'amertume des intellectuels américains sont palpables dans ce document. 

Recording Sessions  (22 min - HD)
Ce document nous montre un orchestre symphonique enregistrer la musique originale du film pour la restauration de 1993. Le chef d'orchestre est montré en split-screen avec les images du film. Deux pistes sonores sont proposées pour ce document, l'une en stéréo et l'autre en 5.1.

D.W. Griffith on Lux Radio Theater (4 min - HD)
Une émission radio avec Cecil B. DeMille et Griffith en vedette datant de 1936.

Livret de 32 pages en anglais
Fighting back: responding to the Birth of a Nation par Ashley Clarke
We can never censor the past par Kevin Blownlow
The 2015 restoration par Patrick Stanbury

En savoir plus

Disc Title: THE_BIRTH_OF_A_NATION_D1
Disc Size: 49 024 118 074 bytes
Protection: AACS
BD-Java: No
Playlist: 00000.MPLS
Size: 39 095 718 336 bytes
Length: 3:11:07.333
Total Bitrate: 27,27 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 19753 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: English / LPCM Audio / 2.0 / 48 kHz / 2304 kbps / 24-bit
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 3817 kbps / 24-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)

Par Jean-Marc Oudry - le 18 janvier 2019