Menu
Test blu-ray

Les Tribulations d'un Chinois en Chine

BLU-RAY - Région B
TF1 Vidéo
Parution : 15 / 5 / 2013

Image

Après L'Homme de Rio, c'est au tour des Tribulations d'un Chinois en Chine de profiter du même travail ambitieux de restauration effectué par les équipes de TF1 Vidéo et TF1 Droits Audiovisuels. En observant le master qui nous est proposé, on peut noter peu ou prou un résultat équivalent mais en peu en deçà du film précédent. Les très bons points sont une propreté exemplaire de l'image (la copie est immaculée), le respect du grain argentique qui procure un véritable plaisir pour les yeux et le traitement respectueux de la colorimétrie d'origine (avec toujours une légère dominante verte caractéristique de la photographie de l'époque, mais qui ne se révèle aucunement gênante). La saturation des couleurs est agréable à l'œil et l'éditeur a choisi de ne pas la pousser artificiellement (chose que l'on fait pour coller aux standards actuels et qui tend à donner une fausse interprétation des pellicules anciennes). Le piqué de l'image est souvent correct, voire très beau par endroits, mais on remarque également de nombreux plans plus ou moins flous, un problème qui est dû aux conditions de tournage difficiles de cette production quasi intégralement filmée en extérieurs. De plus, le master offre une grande luminosité qui a souvent tendance à déboucher les noirs, ce qui donne des contrastes moins marqués. Cela dit, le niveau de détail dans les basses lumières est appréciable quand il y en a. Enfin, on ne relève aucun défaut de compression et la dernière bonne nouvelle est que le format 1.66 original est respecté. En conclusion, en tenant compte du matériel d'origine avec ses défauts inhérents au mode de production, on est en présence d'un rendu vidéo plus que satisfaisant, qui offre la possibilité de revoir ce film probablement comme au temps de sa sortie en salles.

Son

Si les éditions DVD et Blu-ray de L'Homme de Rio bénéficiaient miraculeusement d'une piste sonore stéréo, il n'en est pas de même avec les éditions des Tribulations d'un Chinois en Chine qui doivent se contenter du mono. Comme pour son "film jumeau", il s'agit de se rappeler que le film a été tourné en son témoin inexploitable et qu'il a été entièrement bruité et postsynchronisé par la suite (les limites techniques des laboratoires de l'époque font que cela se voit régulièrement à l'image). Cela dit, une restauration sonore a été effectuée. Et si l'aspect étriquée de la piste sonore est manifeste, elle présente une propreté et une clarté suffisamment correctes pour apprécier son écoute sans véritable problème même si quelques dialogues sont un peu "mangés". Le résultat acoustique général HD s'avère donc plutôt satisfaisant malgré le rendu aigu des voix et leur manque de profondeur, ainsi qu'un peu de saturation. C'est, comme pour L'Homme de Rio, la musique et les bruitages qui s'en sortent le mieux et apportent ainsi une certaine vitalité à l'ensemble de la bande-son. Une précision intéressante et utile : TF1 Vidéo propose une piste Audiodescription pour les aveugles et malvoyants.

Suppléments

L'homme de Hong-Kong (27 min 30 - 16/9 - DTS-HD Master-Audio mono 2.0 - HD - 2013)

Avec les mêmes qualités présentes dans son documentaire sur L'Homme de Rio, Jérôme Wybon réalise ici un excellent supplément pour Les Tribulations d'un Chinois en Chine, cependant moins long par la durée conformément à l'importance moindre de ce dernier dans l'histoire du cinéma. Entre des extraits du film et surtout la mise à disposition un matériel photographique inédit, s'expriment en interview Olivier Rajchman (journaliste et historien du cinéma), Stéphane Lerouge (spécialiste de la musique de films), Claude Pinoteau (réalisateur, et assistant réalisateur sur Les Tribulations...), Jean-Paul Rappeneau (réalisateur, et coscénariste de L'Homme de Rio), Philippe Lombard (journaliste et écrivain, auteur de Tintin, Hergé et le cinéma), Jean-Paul Schwartz (cameraman sur Les Tribulations...), Ariane Mnouchkine (metteur en scène, réalisatrice et coscénariste de L'Homme de Rio), Jean Rochefort, et Philippe de Broca à travers des extraits audio de 1964 et des extraits vidéo tirés d'un tournage avec Marie-Christine Barrault et d'une émission de télévision belge de 1995. On a également la chance de pourvoir regarder un extrait d'un documentaire d'époque sur le tournage des Tribulations d'un Chinois en Chine (appelé alors L'Homme de Hong-Kong) où l'on voit l'équipe au travail.



Les personnalités conviées abordent les thèmes suivants : la volonté de donner une fausse suite à L'Homme de Rio même si Philippe De Broca n'était pas animé par la même passion ;  le travail d'adaptation très éloigné du roman de Jules Verne (Tintin est encore bien présent) ; la complicité entre Jean Rochefort et Jean-Paul Belmondo (qui appartiennent au même groupe de copains du Conservatoire) ; la collaboration entre De Broca et Claude Pinoteau ; l'esprit d'enfance et d'aventure propre au cinéaste (qui restituait ses souvenirs de jeune lecteur) ; l'ambiance juvénile qui régnait sur le plateau ; l'opulence du tournage grâce à l'investissement conséquent d'Alexandre Mnouchkine, qui s'est effectué très majoritairement en extérieurs ; le coup de foudre immédiat entre la superstar Ursula Andress - alors au sommet de sa beauté - et Jean-Paul Belmondo ; les cascades conçues par Gil Delamare et les prouesses physiques de Belmondo (un « Superman sans autorité » selon Rochefort) ; la sortie du film avec un accueil moins enthousiaste que celui de L'Homme de Rio. Les nombreuses anecdotes de tournage sont surtout racontées par le délicieux Jean Rochefort (comme l'incident technique sur un pont suspendu ou les blagues de Belmondo sur le plateau). Voilà 27 minutes parfaitement utilisées - il n'en fallait pas plus - pour un documentaire rétrospectif qui a toujours l'avantage, entre autres, de ne pas devoir recourir à la promotion.


De Cartouche  au Cavaleur  (8 min 45 - 16/9 - DTS-HD Master-Audio mono 2.0 - HD - 2013)

Sûrement content d'avoir pu interviewer un "client" tel que Jean Rochefort, Jérôme Wybon a monté ce petit module de supplément pour interroger le comédien plus précisément sur ses collaborations avec Philippe de Broca. Rochefort aborde ainsi ses débuts avec le cinéaste sur Cartouche dans lequel il remplace son copain Jean-Pierre Marielle (chose qui se reproduira sur Les Tribulations d'un Chinois en Chine). L'acteur s'attarde un peu sur la jeunesse d'esprit de Philippe De Broca et sur son apport important au cinéma français par son entrain et sa nouveauté. Il aborde ensuite le tournage du Diable par la queue, avec ses rencontres et quelques anecdotes amusantes. Enfin Rochefort parle du Cavaleur, un film qu'il défend particulièrement, et sur le tournage duquel sont nées des tensions avec De Broca qui avait initialement prévu Montand pour jouer ce rôle. On ne dira pas que cette interview nous apprenne des choses très passionnantes (même si l'on réalise que la réussite du Cavaleur doit autant à son interprète principal qu'à son réalisateur), mais écouter Jean Rochefort s'exprimer sur son travail, ses collègues et ses camarades demeurera toujours un plaisir (surtout quand il se met à imiter Alexandre Mnouchkine ou Yves Montand).


Bande-annonce originale (3 min 04 - 1.66 16/9 - DTS-HD Master-Audio mono 2.0 - HD - 1965)

D'une assez bonne qualité technique, ce film-annonce bénéficie de la voix off de Jean Rochefort - dans la peau du valet - qui nous présente avec distanciation son aventure sur des images spectaculaires où s'enchaînent les cascades et les pitreries de Jean-Paul Belmondo.

Par Ronny Chester - le 4 juin 2013