Menu
Test blu-ray

Les Parapluies de Cherbourg

BLU-RAY - Région B
Arte Vidéo / Ciné-Tamaris
Parution : 20 / 11 / 2013

Image

La tâche d’Agnès Varda et de ses enfants Mathieu Demy et Rosy Varda-Demy consiste depuis des années à sauvegarder et faire vivre les films du réalisateur en les mettant à disposition du public. Après la parution d’un coffret DVD intégrale chez Arte en 2008, la filmographie de Jacques Demy apparaît peu à peu sur support HD. Ainsi, après Les Demoiselles de Rochefort et Lola, c’est Les Parapluies de Cherbourg qui a eu droit à une restauration approfondie, supervisée par la famille Demy et effectuée par le laboratoire Digimage Classics à Joinville. Plutôt que de baser traditionnellement les travaux à partir du négatif, on a travaillé ici sur une sélection trichrome dont la fabrication avait été demandée par Jacques Demy lui-même en 1964. Il s’agit de trois négatifs en noir et blanc, chacun portant les informations pour le rouge, le bleu et le vert, que l’on superpose ensuite pour obtenir les couleurs définitives du film. Ce procédé permet une meilleure conservation dans le temps, sans perte de qualité, et bénéficie d'une meilleure résolution (en raison de la pellicule noir et blanc).

La restauration numérique en 2K effectuée ici est de toute beauté : image stabilisée et complètement nettoyée, contrastes optimum. Surtout, le rendu des couleurs semble correspondre aux volontés du réalisateur. Si l’on ne pourra jamais être sûr de cette fidélité à 100 %, le résultat reste extrêmement cohérent, le film ressemblant désormais en vidéo à « un Matisse qui chante » selon les vœux de Jacques Demy. Le jeu des couleurs avec ses juxtapositions agressives est encore plus frappant qu’auparavant sans jamais que la saturation sur les décors et les costumes n'agisse sur celle des carnations (qui restent naturelles). Enfin, le grain argentique est suffisamment conservé à l’image, permettant de maintenir la définition à un niveau plus que suffisant. Le taux de compression vidéo est extrêmement solide (37 Mbps en moyenne). On notera seulement un plan légèrement dégradé (à 1h 27min) : « endommagé aux origines du film » il a été retrouvé sur une autre copie, un contretype de moindre qualité, le numérique accomplissant presque des miracles pour le faire raccorder.

Il est important de noter que, pour ce master, l'image du film (au format 1.66:1 à l'origine) a été "gonflée" en 1.85, un format plus panoramique. Il en résulte quelques minimes différences de cadrage. Signalons enfin que le master est bien en 1080p et non en 1080i, comme indiqué sur la jaquette.

Son

Les pistes sonores ont été restaurées à partir du négatif son NR analogique fabriqué pour la précédente ressortie en salle, en 1992, ainsi qu’un enregistrement tri-piste de la musique seule (pour une commercialisation en vinyle). Le Blu-ray propose une version stéréo et une version 5.0 surround aux résultats équivalents et très convaincants. C’est la musique qui est la grande gagnante d’une spatialisation soignée : il n’y a pas d’ambiances (uniquement quelques bruitages post-synchronisés), les voix étant maintenues en configuration mono (ou frontale pour le 5.0). On repère peu de saturation, aucun souffle ou bruit parasite.

Suppléments

Chronique d’une restauration (6 min - HD)
Module à vocation pédagogique qui explique, étape par étape, le processus de restauration du film. Si l’on s’arrête essentiellement sur des corrections "spectaculaires" comme le nettoyage ou l’étalonnage, toujours passionnantes à observer, l’ensemble est malheureusement beaucoup trop court.


Il était une fois (11 min - HD)
Episode de l’excellente série documentaire initiée par Serge July, diffusée sur TCM et Arte, consacré au film de Jacques Demy. Alors que l’on peut en retrouver certains en intégralité sur certains Blu-ray (Tess, Les Enfants du paradis ou La Règle du jeu), Arte ne nous propose qu’une version courte de cet épisode, avec onze minutes d’extraits. Si l’on a gardé la passionnante partie sur la guerre d’Algérie (avec l’historien Bernard Stora) et des interventions toujours intéressantes de Michel Legrand, on ne comprend toujours pas pourquoi cet épisode n’est pas proposé dans son intégralité. Vraiment dommage...


L’univers de Jacques Demy (8 min - HD)
Arte ne nous propose là aussi que des extraits du documentaire réalisé par Agnès Varda entre 1993 et 1995. Un peu comme son travail sur Les Demoiselles de Rochefort (disponible sur le Blu-ray du film), la réalisatrice a profité de la ressortie des Parapluies de Cherbourg quelques années plus tôt pour retrouver certains protagonistes du film qui parlent du tournage comme Mag Bodard ou Catherine Deneuve (« C’est le premier grand cinéaste que j’ai rencontré »).


Le film vu par Virginie Ledoyen (3 min - HD)
La comédienne, grande admiratrice de comédies musicales, revient sur celles réalisées par Jacques DemyDes bonbons empoisonnés », acidulés puis surprenant de noirceur). Elle dit envier Catherine Deneuve d’avoir fait partie de son univers, d’avoir été à ce point aimée par l’œil (et la caméra) de ce cinéaste (c’est « la quintessence » pour une actrice). Elle revient sur sa participation à Jeanne et le garçon formidable de Olivier Ducastel et Jacques Martineau (1988), qui a véritable filiation avec l’univers de Demy (dont le fils Mathieu est également à l’affiche).


Prix Louis Delluc (4 min - SD)
Reportage de l’ORTF du 11 janvier 1964 sur la remise du Prix Louis Delluc, avec des interventions de Michel Legrand, Anne Vernon et Catherine Deneuve.

Catherine Deneuve et les parapluies (1 min - SD)
Extrait d’une émission consacrée à l’actrice, diffusée sur TF1 en septembre 1978, dans laquelle elle parle de son travail sur le film. Anecdotique.

Jacques Demy et Mag Bodard (3 min - SD)
Extraits d’entretiens croisés entre le réalisateur et sa productrice, au sein d’un documentaire diffusé sur France 3 en 1985 (visible en intégralité ici). Il est essentiellement question de production, des déboires de Jacques Demy pour trouver quelqu’un qui veuille bien le produire, quand Mag Bodard eut tant de mal à trouver ensuite le financement, faisant du porte à porte pendant un an.

Bande-annonce 1964 (2min 41 - SD)
Il s’agit d’une version raccourcie de la bande-annonce originale, telle qu’elle fut montrée en 1992 pour la ressortie du film en salles.

Bande-annonce 2013 (2 min - HD)
Un beau montage qui met en valeur la musique et la mélancolie du film.

Bande-annonce de la collection Demy (6 min - SD)
Présentation du coffret de l’intégrale Demy en DVD.

Le Blu-ray reprend certains suppléments déjà présents dans le coffret DVD. On a essayé de pallier le manque de moyens (qui empêche de produire un véritable supplément) en jouant sur des documents déjà existants comme les archives de l’INA. Mais il reste un sentiment mitigé au final, surtout parce que l’éditeur ne les propose pas dans leur intégralité.

Le disque est accompagné d’un livret de 72 pages en français et en anglais. Il s’agit de la reproduction du dossier de presse distribué à l’occasion de la projection du film pendant le Festival de Cannes en mai 2013. Agrémenté de photos de tournage (signées Agnès Varda, pour la plupart), de notes et d’entretiens trouvés dans la presse, l’ensemble est forcément trop succinct mais reste malgré tout assez instructif. On aborde les points principaux du film, le casting, la relation Demy-Legrand, le travail sur les couleurs, la restauration. On n’oublie pas non plus les mécènes qui ont permis cette résurrection technique : la mairie de Cherbourg ou Bernard Arnault, par exemple.

Par Stéphane Beauchet - le 20 janvier 2014