Menu
Test blu-ray

Le Traître du Texas

BLU-RAY - Région B
Sidonis / Calysta
Parution : 27 / 1 / 2023

Image

Sidonis réédite aujourd'hui Le Traitre du Texas après un premier DVD sorti en 2007. Le master fourni par Universal montre que le film a (heureusement) été restauré depuis, mais que la source est identique : une copie photochimique restaurée à partir des négatifs Technicolor. Rappelons que ce procédé couleur nécessitait l'utilisation de trois négatifs distincts (rouge, vert bleu) que l'on superposait dans une tireuse pour fabriquer le négatif officiel. On peut aujourd'hui restaurer les films en Technicolor en scannant séparément les trois négatifs qui sont ensuite superposés numériquement pour obtenir un résultat parfait ou presque. C'est un procédé plus moderne, très efficace mais aussi plus coûteux que celui utilisé ici par Universal qui s'est "contenté" de fabriquer une copie à l'ancienne, par tireuse, qu'ils ont ensuite scanné en HD. L'inconvénient majeur de cette technique plus sommaire est qu'elle ne peut maîtriser suffisamment l'alignement des trois négatifs, qui peut être plus ou moins bien fait. Ce qui est le cas ici avec un résultat très aléatoire, alternant des plans assez convaincants mais finalement trop rares, avec d'autres où abondent des alignements plus ou moins imparfaits. Les décalages entre les négatifs rouge, vert et bleu provoquent des contours colorés, parfois significatifs, et affaiblissent en même temps la qualité du piqué, le trait s'en trouvant dédoublé. Un défaut d'autant plus regrettable que le scan HD apparaît assez convaincant, avec une bonne définition et un niveau de détail palpable. Le grain est présent, plutôt discret, et ne semble pas avoir été filtré. La copie est stable et profondément nettoyée. Les contrastes sont maîtrisés, sans pulsations désagréables. La colorimétrie est très honnête, souvent équilibrée, peut-être un peu terne parfois, et avec un léger voile verdâtre significatif de la patine photochimique d'origine. La palette peut aussi montrer des nuances magenta plus modernisées et fréquentes. On sentira parfois quelques instabilités chromatiques, selon l'état de la pellicule. C'est la plus récente restauration du film à ce jour, identique aux Blu-rays sortis aux Etats-Unis en 2021 et en Allemagne en 2022. Le gain est significatif par rapport à l'ancien DVD mais avec des défauts de matériel désormais plus voyants.

comparatif DVD Sidonis (2007) vs. Blu-ray Sidonis (2023) :
1 2 3 4 5 6 7 8

Son

La version originale est de bonne tenue, conforme à un rendu d'époque. On notera une bonne présence des voix, surtout avec les prises de son direct, mais des mediums parfois un peu insistants. Il y a un équilibre convaincant avec les sons d'ambiance et la musique. L'ensemble se montre assez naturel et peu soumis aux usures du temps. On sentira surtout un léger souffle en arrière-plan mais pas de craquements ou de sifflantes. La version française est plus problématique mais satisfera les allergiques de la VO. La VF d'origine n'ayant pas été retrouvée, Universal a produit un nouveau doublage, sans doute autour des années 80, avec pas mal de voix familières dont celle de Patrick Floersheim. Mais l'aspect général semble trop propret et neuf par rapport à l'ancienneté du film, un décalage qui pourra gêner. On note aussi une tonalité légèrement accelérée de la musique, la piste audio produite pour une exploitation TV (à 25 images/s) n'ayant pas été réajustée à la vitesse de défilement de la pellicule (qui est à 24 images/s).

Suppléments

Sidonis reprend l'ensemble des suppléments de son DVD sorti en 2007, avec un ajout.

Conversation entre Bertrand Tavernier et Budd Boetticher (23 min - HD avec upscale - VOSTF)
Le regretté Bertrand Tavernier retrouve le réalisateur du Traitre du Texas avec qui il avait longtemps échangé par courrier "transocéanique" dans les années 60, ce qui a donné quelques articles dans la presse cinéma et un beau chapitre dans le livre Amis américains. Interrogé pendant le Festival du film d'Amiens en 1987, Boetticher évoque la version tronquée de La Femme et le toréador, expurgé de sensibilité, et explique comment la coupe a été suggérée par John Wayne. Le réalisateur parle souvent de l'acteur, homme "génial et horrible à la fois", avec lequel il collabora de manière conflictuelle sur sept films. Budd Boetticher raconte beaucoup d'anecdotes intéressantes, notamment sur la production de 7 Hommes à abattre, regrettant par exemple alcoolisme fatal de l'"actrice fantastique" Gail Russel. Il revient sur sa relation "merveilleuse" avec Harry Cohn, patron de la Columbia, et raconte comment lui et ses confrères parvenaient à obtenir des critiques élogieuses dans la presse... en envoyant aux rédactions des caisses de whisky ! Budd Boetticher est très dur avec les westerns modernes, qui n'en sont pas vraiment pour lui à cause de réalisateurs qui "ne maîtrisent pas le sujet". Il évoque enfin un ultime projet de film, écrit depuis presque 25 ans, qui on le sait aujourd'hui restera inabouti. Une très belle archive.

Budd Boetticher, un maître du western (50 min - HD avec upscale - VOSTF)
Documentaire réalisé en 2005 pour l'édition DVD de 7 hommes à abattre - ce qui explique les nombreux focus sur le film, au détriment du reste de sa filmographie, plutôt survolée. Personnalités et spécialistes du cinéma tissent un portrait forcément parcellaire mais toujours intéressant d'un des meilleurs cinéastes du genre. On s'intéresse beaucoup à son étonnant parcours, le "gamin de Chicago qui devient toreador" et parvint à réaliser des films à Hollywood. Boetticher, personnage atypique et charismatique, restera toutefois très en marge du système. On évoque ses fructueuses collaborations avec le scénariste (et futur réalisateur) Burt Kennedy ou l'acteur Randolph Scott, on analyse la singularité de leurs films, l'audace des méchants sympathiques, les personnages féminins "essentiels", la tension et la concision des récits. L'image est légèrement recadrée.


Budd Boetticher par Bertrand Tavernier (24 min - HD)
Le réalisateur cinéphile évoque le travail de Budd Boetticher, l'un des réalisateurs fétiches de sa jeunesse dont il essayait de voir les films à l'époque de son ciné-club, quand les copies étaient difficiles à trouver. C'était quelques années avant d'entretenir des relations plus personnelles avec lui, notamment pour un "entretien trans-océanique" paru dans les Cahiers du Cinéma. Tavernier, toujours aussi passionnant à écouter, même dans des conversations plus tranquilles, comme ici, revient essentiellement sur la série de westerns réalisés avec Randolph Scott, "de petites productions A" pour lesquelles il eut une grande liberté artistique.


Présentation de Patrick Brion (8 min - HD)
Le fidèle historien du cinéma et créateur du Cinéma de Minuit de France 3 revient sur quelques titres phares de l'année 1952, "l'une des très grandes années du cinéma américain", où le western était "l'un des genres primordiaux de la production hollywoodienne". Il se concentre ensuite sur le parcours du réalisateur Budd Boetticher, ses westerns et "l'osmose absolument exceptionnelle" avec Randolph Scott, ou sa passion pour la tauromachie.

Présentation de Jean-François Giré (18 min - HD)
Autre spécialiste du western, Jean-François Giré revient sur la redécouverte du Traitre du Texas, film "oublié" dans la filmographie de Budd Boetticher, "l'homme du western américain dans toute sa splendeur", dont il loue la réalisation "toujours sobre et élégante" et la "minutie" de la production. Il analyse cette histoire de deux frères qui vivent différemment la défaite, entre le personnage "extraordinaire" et ambigu de Robert Ryan, à l'interprétation "puissante", dont l'évolution rappelle celle des gangsters de Films Noirs, et celui plus faible de Roch Hudson, acteur "pas forcément taillé pour le western". Il note l'ambivalence des personnages, notamment celui "très intéressant" joué par la belle Julie Adams, ambitieuse, sincère et antipathique à la fois, et la concision d'un film à l'"efficacité remarquable".

Bande-annonce (2 min 22 s - HD avec upscale - non sous-titré)

En savoir plus

Taille du Disque : 46 631 233 904 bytes
Taille du Film : 20 404 832 256 bytes
Durée : 1:21:00.897
Total Bitrate: 33,58 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 27,92 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 27928 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 2000 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1683 kbps / 16-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 16-bit)
Subtitle: French / 0,264 kbps
Subtitle: French / 24,432 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 18 janvier 2024