Menu
Test blu-ray

Le Rideau déchiré

BLU-RAY - Région A, B, C
Universal Pictures Video
Parution : 3 / 9 / 2013

Image

Pour sa réédition en haute définition, et contrairement aux mauvaises habitudes de Universal qui recycle parfois d’anciens masters HD pour ses éditions Blu-ray, le film a bénéficié d’un tout nouveau transfert. Le résultat est de haute tenue, avec un rendu visiblement très fidèle. Image stable, copie immaculée, belle colorimétrie, bons contrastes, il n’y a vraiment aucun grief majeur à formuler. Même le grain est préservé, parfois de manière assez conséquente mais jamais trop envahissante, et sans jamais que la compression (à un taux très correct, autour de 30 Mbps) ne soit prise en défaut. On a pris soin, ici, de garder la texture argentique d’origine et c’est tant mieux !

La qualité de la définition est le seul point qui montre quelques faiblesses mais ce n’est en aucun cas le résultat d’un traitement numérique abusif. L’image du film est volontairement très douce, avec un soin particulier apporté aux brillances (des reflets de lumière dans les yeux, par exemple) : des filtres assez puissants ont donc été utilisés à la prise de vues. Résultat : une ambiance ouatée, des traits parfois sérieusement estompés, à la limite du flou (comme ce gros plan de Julie Andrews à 10 min 35 s), mais totalement assumés par le chef opérateur. Ces effets de filtre peuvent parfois occasionner une sorte de quadrillage discret dans des zones uniformes (quelques plans de ciel pendant la séquence de la ferme) pouvant s’apparenter à du bruit numérique. Mais ce n’est qu’une illusion : on aperçoit furtivement le plan en question dans les bonus (issu d'un vieux master en SD).

Son

Notre préférence va sans surprise à la piste anglaise en DTS-HD MA mono, claire et détaillée, dont la dynamique est sans commune mesure avec son homologue française en "simple" DTS mono. Celle-ci est plus couverte, plus nasillarde également, avec un spectre sensiblement plus réduit. Dans les deux cas, on ne note pas de souffle disgracieux.

Suppléments

 A la découverte du Rideau déchiré (33 min - SD - 4/3)
Documentaire classique mais très documenté de Laurent Bouzereau, réalisé en 2000, qui se passe exceptionnellement des traditionnels intervenants liés au tournage mais ne se prive pas d’évoquer les coulisses de la production. Il revient par exemple sur les problèmes de scénario non résolus quand commença le tournage, ou sur les rapports un peu tendus qui existaient entre le réalisateur et ses acteurs (cf. la lettre de Hitchcock en réponse à celle de Paul Newman). Bouzereau livre également une analyse intéressante du travail de Hitchcock, sa mise en scène, le jeu des points de vue, ses auto-citations (la scène du ballet qui rappelle celle de L’Homme qui en savait trop) ou une scène coupée qui dévoilait un nouveau personnage : le frère de Gromek (dont il ne subsiste malheureusement que des photos).

Scènes mises en musique par Bernard Herrmann (SD - 1.85 - 4/3)
Une quinzaine de minutes d'extraits du film remixés avec la partition de Bernard Herrmann, remplacé par John Addison pendant la post-production. Une curiosité cinéphile.

Photos de tournage
Plus de 130 images malheureusement au format "timbre poste". Ce supplément (répété sur de nombreux disques du coffret Hitchcock) fut créé pour les premières éditions DVD, à l’époque des écrans 4/3 : il est bien dépassé aujourd’hui, à l’heure des écrans larges, et mériterait d'être refait en HD.

Bande-annonce (3 min - SD - 4/3)
Pas d’apparition hitchcockienne pour cette bande-annonce très classique (au master bien poussiéreux).

Par Stéphane Beauchet - le 29 juillet 2014

Partenariat