Menu
Test blu-ray

Le Goût de la cerise

BLU-RAY - Région B
Potemkine Films
Parution : 7 / 7 / 2020

Image

En prévision de la rétrospective intégrale de l'oeuvre d'Abbas Kiarostami, décalée au 19 mai 2021 au Centre Pompidou à Paris, et accompagnée de ressorties en salles dès le 2 juin avec Carlotta, MK2 avait entamé un vaste projet de restauration autour de l'oeuvre du cinéaste et s'était associé avec Potemkine pour rééditer certains films et court-métrages en Blu-ray. Le goût de la cerise est présenté dans une très belle restauration 4K effectuée par Eclair. Conformément aux travaux habituels du laboratoire, la qualité d'image apparaît très solide, précise et très détaillée, entièrement nettoyée et complètement stabilisée. Une nette amélioration par rapport au dernier master en date, sorti en DVD il y a presque quinze ans, avec une surprise supplémentaire puisque l'étalonnage change du tout au tout par rapport à ce que nous connaissions : une ambiance cuivrée remplace désormais le rendu du DVD, froid et monochrome, aux dérive parfois magenta. Une esthétique aux tons ocres que confirme d'ailleurs le visionnage des extraits du film inclus dans le supplément "Projet". Le scan 4K permet aux images de retrouver une vitalité cohérente mais surtout nuancée, avec ces relents jaune/verts typiques de la pellicule qu'Eclair a choisi de conserver, comme ces noirs un peu bleutés, conséquence des méthodes d'étalonnage telles qu'elles se pratiquaient encore à la fin des années 90, avant le gap numérique. Des choix colorimétriques qui ont même convaincu l'éditeur américain Criterion, toujours prompt à modifier à sa sauce les étalonnages qui lui déplaisent, et qui n'a pourtant rien modifié pour son Blu-ray sorti l'été dernier.

comparatif DVD MK2 (2007) vs. Blu-ray Potemkine (2020) : 1 2 3 4 5 6 7 8

Son

Restaurée par le laboratoire L.E. Diapason, la bande-son du Goût de la cerise est idéalement restituée. Le mono d'origine se montre totalement nettoyé, aussi subtil et détaillé que possible, avec une bonne présence des arrière-plans, des voix cristallines, et sans aucune trace d'usure.

Suppléments

Le goût de la cerise par Jean-Michel Frodon (26 min - HD)
Il participait déjà aux suppléments du DVD de 2007, revoici le critique et historien du cinéma pour un nouvel entretien autour de la Palme d'or 1997, "le sommet de la gloire internationale" de Kiarostami. Jean-Michel Frodon présente ce film très cohérent dans l'oeuvre du cinéaste qui "réinvente une façon de parcourir son propre chemin" et analyse son utilisation de la voiture, ce dispositif très simple de cinéma qui accentue l'intensité du regard construit par la mise en scène et rend les paysages extérieurs à la fois concrets et abstraits. Il évoque la fabrication "extrêmement contrôlée" par Abbas Kiarostami, les tests filmés de Sohanak, les différentes rencontres qui traduisent une diversité du monde, ou la scène finale en vidéo, "un geste de rupture" vers le vivant et la joie. Il conclue en parlant de l'accueil très contrasté que reçut Kiarostami à son retour en Iran, après le Festival de Cannes.


Sohanak (59 min - SD upscalé - VOSTF)
Un documentaire de (et filmé par) Bahman Kiarostami, fils du cinéaste, qui montre une sorte de maquette du Goût de la cerise, l'ébauche du projet à travers des essais au camescope. Abbas Kiarostami incarne le héros du film, conduit la voiture ou visite la carrière, interpelle des passants ou des ouvriers, improvise des dialogues et des situations du film qui éclairent parfois les motivations du personnage mais traduisent surtout ses propres questionnements sur le scénario du film.


Projet (44 min - SD upscalé - VOSTF)
Une sorte de making of, toujours filmé au camescope par Bahman Kiarostami, qui reprend d'ailleurs de nombreuses images de Sohanak en les mélangeant à des extraits du film et d'autres bouts d'essais. Quelques moments nous font partager les coulisses du tournage, montrent les méthodes de travail d'Abbas Kiarostami, sa façon de diriger les acteurs ("Les mots n'ont aucun effet. C'est le regard qui compte"), ou de manière plus légère illustrent son souci du détail lorsqu'il "maquille" son acteur en lui soufflant de la terre ou ajoute quelques fleurs (et un arbre) dans le décor. Avec également les images originales de la fin de tournage, présentes dans les dernières secondes du film.


En savoir plus

Taille du Disque : 39 326 813 273 bytes
Taille du Film : 24 911 646 720 bytes
Durée : 1:39:11.041
Total Bitrate: 33,49 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 29,91 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 29911 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: Persian / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1855 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 21,878 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 26 mai 2021

Partenariat