Menu
Test blu-ray

Le Cercle rouge

BLU-RAY - Région B
Studio Canal
Parution : 14 / 9 / 2010

Image

Studio Canal est visiblement parti des mêmes éléments que pour les précédentes éditions disponibles, mais avec un résultat autrement plus convainquant. Outre une définition exemplaire et une image quasi exempte d’artefacts, on appréciera surtout un étalonnage qui respecte enfin le « noir et blanc en couleurs » souhaité par Melville, des tons froids, très contrastés.

Son

Un mono d’origine impressionnant de dynamisme et de détails, où les dialogues se détachent parfaitement. Le genre de piste qui en remontrera à de nombreux remix multicanaux.
On l’aura compris, que vous possédiez déjà le Criterion ou le beaucoup trop lumineux DVD Studio Canal, il va vous falloir repasser à la caisse.

Suppléments

- Présentation par Ginette Vincendeau - 21 mn 30 : spécialiste de Melville, la critique s’exprime en anglais, et offre une synthèse de l’œuvre du cinéaste, une approche très didactique façon « Melville pour les nuls », mais qui dégage les principaux thèmes - la Résistance, l’influence américaine, l’univers masculin… - et constitue une bonne introduction pour les néophytes.

- Sous le nom de Melville - 1 h 16 : le gros morceau de cette section dédiée aux suppléments. Ce long documentaire convoque des intervenants habitués de l’univers de Melville - Rui Nogueira, bien entendu, ainsi que ses anciens assistants Volker Schlöndorff et Bertrand Tavernier ou des proches comme Philippe Labro - ainsi que des cinéastes ayant subi son influence, comme Johnnie To, mais surtout des proches du cinéaste, dont ses deux neveux. Il en résulte un portrait qui s’attache davantage à l’homme qu’au cinéaste et qui revient largement sur ses années de guerre. Un ton qui s’éloigne des habituels clichés Stetson/Ray-ban, plus humain, un regard neuf sur le cinéaste.

- Bernard Stora - 30 mn 11 : Bernard Stora fut l’assistant de Melville sur Le Cercle rouge - le cinéaste l’accueillit d’un formidable « Êtes-vous conscient que vous postulez pour être l’assistant de Jean-Pierre Melville ? » Les anecdotes sur le tournage sont nombreuses, on appréciera ainsi d’apprendre comment le réalisateur a transformé Bourvil en acteur melvillien, en le déguisant à coups de toupets et de costumes sur mesure.

- Rui Noguera - 26 mn 11 : le journaliste commence par rappeler qu’il a réalisé ses entretiens avec Melville à la suite de l’échec d’un projet similaire avec François Truffaut. Il revient ensuite largement sur le tournage du Cercle Rouge, entre autre sur les problèmes liés au casting. Il regrette enfin que la carrière de Melville ne se soit pas arrêtée sur un film-somme.

- José Giovanni - 14 mn 38 : une voix quelque peu dissonante parmi les autres témoignages : le vieux truand qualifie en effet Melville « d’être humain abject. » Insensible au personnage qu’il s’est créé - il le traite de « clown » -, Giovanni raille son incompréhension des rapports humains, celle « d’un faible qui bande pour la force », avec de convenir que ce peu de goût pour la vérité des sentiments participe à la réussite de ses films.

- Bande-annonce - 1 mn 54 : bande-annonce française d’époque, en très bon état.

Le digipack contient également un livret écrit par François Guérif, dont l’article est construit auteur d’un entretien réalisé avec Melville le 11 avril 1972 pour Les Cahiers de la Cinémathèque #25.

Matériel utilisé : lecteur Sony PS3 relié en HDMI à un projecteur tri-LCD Sanyo Z5 et en optique à un ampli Yamaha DSP-A5 couplé à des enceintes JM Lab Chorus.

Par Franck Suzanne - le 8 septembre 2010