Menu
Test blu-ray

La Valse des pantins

BLU-RAY - Région B
Carlotta
Parution : 14 / 5 / 2014

Image

Tout d'abord, précisons que le travail d'analyse de l'image est, sur ce film-ci, compliqué par l'utilisation délibérée de supports différents, et notamment pour toutes les images issues des émissions télévisées (dont celles qui ouvrent le film), d'images vidéo volontairement dégradées, avec une résolution très faible que la haute-définition n'améliore évidemment pas...

Pour le reste, cette édition française fait suite à celle parue il y a quelques semaines aux Etats-Unis à l'occasion du 30ème anniversaire du film, éditée par 20th Century Fox et consécutive à une restauration 4K menée en 2013. On retrouve donc ici l'essentiel des qualités : la définition ou le piqué sont ainsi, la plupart du temps, assez optimaux, avec une qualité de détails assez remarquable, notamment dans les gros plans (le flou de l'arrière-plan venant du choix des focales au moment du tournage).

La principale différence entre l'édition américaine et l'édition française évoquée ici, assez subtile, se situe dans la luminosité d'ensemble, l'édition française étant légèrement plus sombre, ce qui est parfois un défaut (certaines séquences nocturnes, extérieures, en pâtissent), mais se révèle un choix pertinent pour la stabilité chromatique de certains décors : de la postérisation apparaissait ainsi parfois dans les rouges du bureau de Jerry Langford sur l'édition américaine, largement atténuée, pour ne pas dire absente, de cette édition Carlotta. On a apprécié également la belle profondeur des noirs et le grain d'ensemble, maîtrisé.

Son

L'ambiance sonore du film, assez directe, est bien restituée par un mixage équilibré, clair, et dépourvu de défauts notables, mais peut-être un tout petit peu étriqué : on aurait parfois aimé plus d'ampleur, notamment dans les réactions de la foule.

Suppléments

De nombreux suppléments, d'origines diverses, complètent la vision du film, le premier d'entre eux étant la soirée de Clotûre du Tribeca Film Festival 2013 (29 min 50'), durant laquelle, à l'occasion de la projection de la version restaurée du film, Martin Scorsese, Robert de Niro, puis Jerry Lewis vinrent évoquer leurs souvenirs du film, dans une ambiance conviviale et détendue.

Parmi les autres protagonistes majeurs du film, on retrouve Thelma Schoonmaker dans un long entretien (Inside Rupert Pupkin - (39 min 20'), abondamment illustré de photos ou d'extraits, où la célèbre monteuse revient sur les débuts de sa collaboration avec Martin Scorsese (et l'importance fondamentale que celui-ci accorde au montage, domaine qu'il maîtrise remarquablement), sur le tournage de La Valse des pantins, évoquant notamment l'importance de l'improvisation ou quelques unes des scènes coupées évoquées ci-dessous. Elle évoque enfin la mémoire et la carrière de son défunt époux, Michael Powell, auquel Scorsese voue une grande admiration.

Un tournage exceptionnel : le making-of de La Valse des pantins (18'10'') est un documentaire réalisé en 2002 par Stephen Altobello, dans lequel Martin Scorsese et Sandra Bernhard évoquent leurs souvenirs du tournage et leur perception des différents personnages.

Figurent enfin parmi les suppléments une bande-annonce d'époque, et plusieurs scènes coupées (8 scènes, pour un total de 38 minutes) : le monologue introductif de Jerry Langford (dont on comprend pourquoi il a été coupé, tant Jerry Lewis y fait du Jerry Lewis, grimaces incluses) ; une version longue de la première visite de Rupert au bar de Rita (avec un passage aux toilettes, puis une altercation avec un client) ; une version longue de leur premier rendez-vous au restaurant (durant laquelle Rita reçoit le coup de fil d'un admirateur, accepte un rendez-vous douteux, puis est sauvée par Rupert) ; une séquence où Rupert se rêve en invité-vedette du show de Jerry, et où il interrompt Liza Minnelli ; la lecture d'une lettre de Masha à Rupert (où l'on découvre d'ailleurs en plan large la cave de ce dernier) ; une séquence sur le yacht de Jerry ; la visite par Rita de la chambre de Jerry ; et enfin la négociation entre Rupert et l'agent du FBI, auquel il demande 10 $, juste avant la diffusion de l'émission.



Par Antoine Royer - le 13 mai 2014