Menu
Test blu-ray

La Jetée

BLU-RAY - Région B
Potemkine
Parution : 2 / 3 / 2021

Image

La Jetée n’a jamais été aussi belle. Restauré en 2013 à partir du négatif original, le roman-photo de Chris Marker gagne une intensité nouvelle à la vue des différentes photographies du cinéaste, où le niveau de détails atteint une rare finesse. S'il est bien connu que film de Marker est une suite de photogrammes contenant une seule scène en mouvement, la vitalité et la matière organique du grain permettent à l’œuvre d’être plus vivante que jamais. Les contrastes ont également été retravaillés et le partie « sousterraine » de l’œuvre, notamment, en bénéficie allègrement.

Son

C’est, peut-être, au niveau du son (et c’est assez rare pour être souligné !) que le travail de restauration est le plus impressionnant. Si la voix et les paroles de Jean Negroni sont parfaitement distinctes et conservent ce ton si particulier, entre émotion retenue et voix d’outre-tombe, ce sont les effets et les musiques qui en profitent le plus. Tout le travail de digressions sonores du film (voix allemandes, chuchotements, grésillements) n’a jamais été aussi clair et précis. Le reste de la bande sonore, si caractéristique du court-métrage, entre composition moderne et musique liturgique orthodoxe russe, retrouve également une belle intensité.

Suppléments


Regards sur La Jetée par Jean-Michel Frodon (44 min - HD)
Jean-Michel Frodon débute son analyse par une longue présentation de l’artiste Chris Marker. Pas seulement du réalisateur mais aussi du romancier (Le Cœur net), du photographe ou encore de l’éditeur (collection « Petite planète », au Seuil). Frodon apporte des éléments intéressants sur la création de La Jetée et, notamment, la trace d’un contrat et d’un scénario faisant jour sur la volonté de Marker de monter ce projet alors même qu’il avait souvent indiqué que le film avait été un « imaginaire » qui s’était présenté à lui. Passionné de bandes dessinées, de science-fiction, utilisant un chat comme alter ego (qui parlera à sa place dans les dernières années de sa vie), Marker possède une dimension fantasque en tant que personnage, voire fantastique. Selon Frodon, La Jetée est un film de science-fiction de son époque. Il évoque à la fois la guerre atomique qui fait peur à tout le monde mais également les camps nazis de la Seconde Guerre mondiale. Marker, qui a participé à la Résistance, intègre d’ailleurs des photos de ruines qu’il a lui-même prises pendant le conflit. Il crée un lien fort entre le film et sa propre existence. Après une évocation des deux protagonistes principaux et du rapport de Marker aux images d’enfance - mais également au regard, du regardé comme du regardant -, Jean-Michel Frodon partage certaines des réminiscences actuelles de La Jetée. On sent Frodon fasciné par la figure de Marker et cela lui permet de nourrir son intervention de nombreux détails. Il évoque notamment deux fascinants échos au film de Marker. Le « land art » et les créations en spirales de Robert Smithson, mais également un film en cours de tournage (permettant de préciser l’enregistrement très récent de l’entretien), Le 5ème plan de La Jetée de Dominique Cabrera, dont le cousin serait le petit garçon visible de dos au début du film ! Ou quand un plan de La Jetée devient à son tour une image marquante pour, comme le clôture Frodon avec passion, « re-enclencher un voyage dans le temps » On a hâte !


Quand La Jetée croise Vertigo (10min - HD)
Document issu de la réputée émission d’ARTE Blow Up (et donc visible gratuitement en ligne), Luc Lagier déploie une analyse saisissante du court-métrage de Marker à l’orée du film d’Hitchcock. Pour l’homme à tout faire de Blow Up, tout commence dans le projet IMMEMORY, un CD-ROM datant de 1997 dans lequel Chris Marker propose « la géographie de sa propre mémoire »... et dévoile une forte fascination pour Vertigo. Les deux œuvres partagent des points communs, et La Jetée pourrait se lire comme une variation personnelle du film d’Hitchock par Marker. Mais là ou Luc Lagier surprend et débute son analyse (également personnelle, donc), c’est quand il évoque le personnage masculin de La Jetée qui serait en fait en voyage... dans l’histoire du cinéma. Déjà par la présence du conservateur de la Cinematek Royale de Belgique, Jacques Ledoux, mais également par rapport au lieu de tournage d’une partie de l’œuvre : les souterrains de Chaillot, futurs souterrains de la Cinémathèque française où seront donc stockées des milliers de pellicules. Métaphore du spectateur de cinéma, le personnage de La Jetée, « marqué par une image d’enfance », est également une métaphore d’un Chris Marker marqué par l’image de Madeleine dans Vertigo. Les deux hommes sont alors à la recherche d’une image pour la ré-intégrer, pour traverser le miroir et la ré-animer (ce qu’évoquerait Marker par la seule scène en mouvement de La Jetée, lorsque la jeune femme se réveille). Lagier explicite son propos en articulant ce « voyage immobile » en quatre étapes distinctes. Pour lui, Marker bouclera d’ailleurs la boucle dans Sans Soleil où il ira lui-même sur les lieux de tournage du film d’Hitchcock. Et de finir par ces mots fabuleux à l’image de cette analyse rare : « Si une image est suffisamment forte pour nous rendre amoureux, si une image peut s’immiscer ainsi dans nos vies, pourquoi nous-mêmes ne serions-nous pas capables, en retour, d’aller faire un tour de l’autre côté ? »

Jean Negroni raconte le tournage de La Jetée (4 min - HD)
Jean Négroni, narrateur de La Jetée, raconte son expérience avec Chris Marker. Selon lui, il y avait à l’époque deux manières de s’exprimer, deux courants d’expression. D’un côté la méthode Gérard Philipe, où les acteurs modulent beaucoup, et de l’autre un côté plus « recto tono », soit un ton uniforme. Marker avait une idée très précise de ce qu’il souhaitait et était très directif. Il désirait une émotion, mais une émotion contenue. Une voie comme un souffle. On notera que ce document sonore est également disponible gratuitement sur le site Arte Radio.


Petite visite du bar La Jetée à Tokyo (2 min - SD)
Jean-Michel Frodon nous emmène en visite dans le minuscule bar La Jetée, dans le quartier Shinjuku de Tokyo, rempli d’affiches de cinéma de la Nouvelle Vague et devenu lieu de pèlerinage pour les cinéphiles du monde entier (Wim Wenders y tournera notamment une scène de son Tokyo-Ga... avec une apparition de Chris Marker !).

Les disques sont accompagnés de la version ciné-roman du film, sous forme d'un livre de 250 pages en grand format. C’est LE trésor de cette édition, pouvant notamment justifier le prix élevé. De par sa forme, le court-métrage de Chris Marker est l’œuvre parfaite pour une version photo-roman (une habitude ayant d’ailleurs disparu aujourd’hui alors même qu’elle a longtemps été un vrai prolongement du film et un objet de cinéphilie important). L’objet se présente avec une belle couverture cartonnée et tous les photogrammes du film imprimés sur papier glacé, ainsi que le texte du film de Chris Marker présent en bas des images. Photogramme après photogramme, La Jetée accompagne désormais les spectateurs non plus seulement comme œuvre cinématographique mais également comme une œuvre littéraire et picturale. Peut-être, finalement, la meilleure définition du chef-d’œuvre de Chris Marker.

En savoir plus

Taille du Disque : 20,707,014,656 bytes
Taille du Film : 7,486,076,928 bytes
Durée : 0:27:58.041
Total Bitrate: 35.69 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 29,96 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 29962 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1810 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1836 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 25.27 kbps

Par Damien Le Ny - le 31 mai 2021