Menu
Test blu-ray

La Gueule ouverte

BLU-RAY - Région A, B, C
Gaumont
Parution : 7 / 10 / 2020

Image

Cette restauration 2K assez récente offre une image soignée, à la définition exemplaire. Les paysages d'Auvergne offrent l'occasion au chef opérateur Nestor Almendros de signer quelques magnifiques plans à la profondeur de champ soignée, bien que l'esthétisme n'était pas la préoccupation première de Maurice Pialat. La colorimétrie est très nuancée, et l'image baigne dans une lumière froide assez en adéquation avec le propos pour le moins austère et dramatique du film ; la température de couleur des différentes sources de lumière, naturelles ou artificielles, apparaissent très tranchées à l'intérieur d'un même plan sans excès de saturation (ce plan par exemple, la salle de bains possède un éclairage chaud alors que la chambre baigne dans une lumière plus froide). Si les plans diurnes de ce transfert sont assez soignés et souvent très beaux, le scan semble manquer de précision dans les basses lumières par moment, avec un grain qui s'estompe et une texture d'image moins homogène. L'encodage AVC est correct et évite le piège du banding comme cela arrive parfois sur les éditions Gaumont.

Son

Une bande-son austère et naturaliste, sans musique, où les sons d'ambiance paraissent toujours très présents comme les bruits de circulation dans la rue, par exemple. Le bruit des pas d'un personnage sur un parquet semblent aussi importants en termes de présence sonore qu'un dialogue entre deux personnages, ces aspects sont parfaitement respectés par cette restauration sans faille.

Suppléments

Entretien avec Nathalie Baye (8 min - SD)
"La chance pour un acteur c'est la rencontre avec un réalisateur ou un auteur..." Ce sont par ces mots quelque peu maladroits (façon soirée des Césars) que commence cet entretien et l'on se dit que Nathalie Baye ne fera guère de révélations sur son expérience vécue, au cours de celui-ci. Notre intérêt s'éveille cependant lorsqu'elle évoque une scène tournée mais coupée au montage, où Pialat/Léotard fait ouvrir le caveau de sa mère décédée. Nathalie Baye nous apprend que, pour cette scène, Pialat avait fait ouvrir le caveau de sa propre mère.

Scènes coupées (12 min - SD)
Ces scènes de réunion de famille dans le jardin d'une maison située en région parisienne ont été coupées au montage, elles introduisent deux personnages secondaires joués par Jean-François Balmer et Jacques Villeret. La bande sonore de ces scènes ayant disparu, Balmer enregistra un commentaire en 2005, il nous explique que leur présence n'était en rien importante par rapport au récit du film, et qu'ils ont accepté de jouer ces scènes uniquement par amitié. Villeret y improvise des imitations de Charles Aznavour ou de Marlon Brando dans Le Parrain. Jean-François Balmer pense que Pialat les avait convoqués pour jouer dans cette scène uniquement dans le but d'embarrasser Philippe Léotard, la vedette masculine du film. Jacques Villeret aurait également dû participer aux commentaires de ce supplément, mais son soudain décès l'en empêcha alors qu'il avait donné son accord.

D'épouse à gouvernante (12 min - SD)
Dans cette entretien réalisé par Serge Toubiana en 2004, Micheline Pialat évoque son adolescence puis sa vie d'épouse aux côtés de Maurice Pialat, avant que celui-ci ne la quitte pour une autre, en 1969. Il revint et elle devint sa gouvernante, son assistante et productrice. L'entretien nous permet d'identifier les sujets constamment autobiographiques du cinéma de Pialat. Le caractère dramatique de ce que Micheline Pialat nous raconte ne semble pas l'atteindre. "C'était normal, c'était Maurice", nous dit-elle sans émotion.

Bande-annonce originale restaurée (3 min - HD)

En savoir plus

Disc Size: 33,063,396,145 bytes
Size: 23,155,347,456 bytes
Length: 1:26:49.208
Total Bitrate: 35.56 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 32993 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz /   835 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz /   768 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 0.000 kbps
Subtitle: French / 18.345 kbps
Subtitle: English / 12.385 kbps

Par Jean-Marc Oudry - le 26 novembre 2020