Menu
Test blu-ray

La Garçonnière

BLU-RAY - Région A, B, C
20th Century Fox
Parution : 24 / 1 / 2012

Image

C'est un master estampillé MGM, une restauration assez récente (2011) et plutôt belle. La définition est convaincante, avec un trait assez précis dans la majorité des plans, accompagnée d'un grain fin qui n'a pas été gommé et qui donne à l'ensemble une patine argentique du plus bel effet. Les contrastes, bien ajustés, avec des noirs parfois profonds, offrent une subtile palette de gris. La copie utilisée n'est cependant pas d'une qualité tout à fait homogène, notamment à cause de plans truqués (à la définition un peu dégradée) ou de quelques passages vaguement usés (notamment une instabilité de pellicule vers 1h 59 min 30). Si l'image a été nettoyée, certains défauts n'ont pas été corrigés numériquement : le cadre est parfois légèrement instable et l'on peut apercevoir de rares points blancs, impacts ou rayures verticales. Il s'agit en tout cas de la meilleure présentation du film à ce jour, hautement recommandable.

Son

La version originale est présentée dans un remix 5.1 respectueux. La spatialisation concerne uniquement la musique et quelques sons d'ambiance. Pour le reste, c'est heureusement très sage. Le remix en DTS-HD Master Audio offre une belle dynamique, une meilleure qualité dans les basses (rarement mises à contribution) et surtout un son très propre, bien nettoyé. Le spectre de la VF est sensiblement plus étriqué, réduit à un "simple" mono un tout petit peu étouffé mais très propre (malgré un très léger souffle). C'est aussi l'occasion d'entendre le doublage du grand Roger Carel...

Suppléments

Sorti voilà déjà plus de trois ans, ce Blu-ray américain est curieusement toujours inédit en France. Heureusement pour nous, le disque n'est pas zoné (c'est-à-dire qu'il est lisible sans problème sur nos lecteurs) et le film possède une VF et des sous-titres français. Attention cependant car les suppléments ne sont pas sous-titrés.

Commentaire audio de Bruce Block
Le moins que l'on puisse dire est que cet historien connaît le film sur le bout des doigts. Entre les petits secrets du tournage et l'analyse de l'histoire et des scènes, on en apprend beaucoup. Block n'hésite pas à comparer le montage final avec le contenu du script original, et raconte par exemple certaines scènes non tournées. Cependant, il fait trop l'effort de suivre le film avec précision et n'a donc pas le temps de développer ses explications puisque les scènes s'enchaînent.

Inside The Apartment (30 min - SD)
Un documentaire très américain et très rythmé qui revient sur ce film terriblement provocant (on y parle d'adultère et de suicide !), des auteurs au diapason (Billy Wilder, fin observateur de la société américaine) et un casting parfait (les improvisations de Jack Lemmon).

Magic Time : the Art of Jack Lemmon (13 min - SD)
Ce module s'intéresse plus spécialement à l'acteur et à son parcours commun avec Billy Wilder qui "sauva" Jack Lemmon de la Columbia au moment de Certains l'aiment chaud.

Bande-annonce (2 min 19 - HD)

En savoir plus

Taille du Disque : 40 031 410 440 bytes
Taille du Film : 36 033 761 280 bytes
Durée : 2:05:12.463
Total Bitrate: 38,37 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 33 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 33000 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 2633 kbps / 24-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit / DN -4dB)
Audio: Spanish / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz / 224 kbps / DN -4dB
Audio: French / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz / 224 kbps / DN -4dB
Audio: English / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz / 224 kbps / DN -4dB
Subtitle: English / 46,864 kbps
Subtitle: Spanish / 45,436 kbps
Subtitle: French / 42,651 kbps
Subtitle: Japanese / 20,034 kbps
Subtitle: Spanish / 0,232 kbps
Subtitle: French / 0,161 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 12 juin 2015

Partenariat