Menu
Test blu-ray

Dellamorte Dellamore

BLU-RAY - Région B
Studiocanal
Parution : 27 / 4 / 2022

Image

Un temps espéré chez Le chat qui fume, Dellamorte dellamore arrive finalement chez Studiocanal dans la belle collection Make My Day! L'éditeur reprend le master sorti en Angleterre en 2018 (chez Shameless Screen Entertainement), lui même ayant utilisé presque à l'identique une restauration sortie en Blu-ray en Italie en 2013 (chez CG Home vidéo). Il s'agit d'un "simple" scan HD, effectué avant l'arrivée du 2K, et donc avec les limites techniques de son temps. Le rendu est globalement un peu doux, le piqué et le niveau de détail sont relativement peu poussés mais reprennent un semblant de vigueur pour les plans rapprochés, un peu plus satisfaisants. La copie est propre et assez bien nettoyée. Les contrastes paraissent bien équilibrés, souvent détaillés et parfois un peu trop bouchés. L'étalonnage couleur est dans une tendance moderne mais sans abus, l'ensemble conservant suffisamment de naturel sans glisser vers une saturation excessive ou des carnations trop magenta. Le grain est palpable et conserve une certaine épaisseur mais, surtout, reste souvent tempéré. Des conditions de visionnage finalement assez correctes, en attendant une restauration plus argentique...

Son

Encore un imbroglio de langues pour les pistes audio. Il y a du mieux par rapport au précédent DVD français qui ne proposait pas la piste italienne, sauf que c'est cette fois la version anglaise qui disparaît, celle qui était sans doute (au moins en partie) celle du tournage.
La piste italienne stéréo est relativement efficace, avec des effets spatialisés appuyés, un mixage très détaillé, pour un rendu très propre et sans souffle. La version française mono est plus étriquée, avec une dynamique sensiblement revue à la baisse. L'ensemble est lui aussi très propre, de qualité très correcte, mais un peu trop sage en comparaison. On notera une tonalité un tout petit peu plus accélérée, la piste ayant sans doute été reprise d'un master à 25 images secondes.

Suppléments

A défaut de reprendre les suppléments disponibles à l'étranger (commentaire audio et interviews), Studiocanal propose deux modules maison :

Présentation de Jean-Baptiste Thoret (10 min - HD)
Le directeur de la collection Make My Day! présente l'ovni culte Dellamorte Dellamore, à travers lequel Michele Soavi se libère enfin de ses mentors Dario Argento ou Terry Gilliam. Le critique loue "un film d'une invention phénoménale", traversé de nombreuses références et une humeur existentialiste, avec un héros poétique, macabre et grotesque, ou François Hadji-Lazaro, "l'autre génie du casting". Il désigne le film comme une "comète solitaire" dans un cinéma d'horreur italien qui vit son dernier souffle après plusieurs décennies de réussites, regrettant que le talent de Michele Soavi soit sans doute "arrivé trop tard" Dellamorte dellamore est "un coup de maître mais un coup unique"...

Dellamorte dellamore revu par Christophe Gans (47 min - HD)
Un supplément forcément passionnant quand l'ancien critique parle, comme ici, des films qu'il aime avec une passion débordante et contagieuse. Il évoque le parcours de Michele Soavi, "un fan" comme lui, sorte de touche à tout autodidacte qui va gravir un à un les échelons d'un tournage et devenir l'"enfant des dernières heures du cinéma d'exploitation italien". Il parle de son érudition pour l'ésotérisme et l'occultisme, et de l'originalité de ses films au "fantastique archaïque", parfois presque sous LSD. Christophe Gans explique les origines de Dellamorte dellamore, le personnage de Dylan Boy qui fût finalement incarné par celui qui l'avait inspiré, Rupert Everett, et signale quelques références d'inspiration fellinienne, une parenté avec les dessins de Manara, ou l'outrance de la comédie italienne. Le réalisateur du Pacte des loups analyse le film, soufflant quelques pistes de lectures parmi les multiples interprétations, admirant son aspect "incroyablement poétique" ou son humour noir. Dellamorte Dellamore est la grande réussite de Michele Soavi, "le moment où tout s'harmonise", où sa sensibilité s'équilibre dans "une espèce de testament incroyable".

En savoir plus

Taille du Disque : 36 317 851 381 bytes
Taille du Film : 27 780 851 712 bytes
Durée : 1:43:22.791
Total Bitrate: 35,83 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 29,98 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 29981 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1809 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Audio: Italian / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1997 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 23,172 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 9 juin 2022