Menu
Test blu-ray

Coffret Jack Arnold

BLU-RAY - Région B
Elephant Films
Parution : 27 / 6 / 2017

Image

Tarantula
Sans aucun doute le transfert le plus soigné de ce coffret, la définition est excellente hormis quelques effets spéciaux un peu plus faibles. Ce qui peut se comprendre, Tarantula étant une série B à petit budget. Le scan HD est d'une qualité très correcte pour un titre Universal, sans sur-contour et avec une gestion du grain soignée. Les contrastes s'avèrent plaisants, offrant un noir et blanc nuancé bien que la photographie du film soit relativement plate (ça n'est pas du John Alton). La restauration est légère, il reste quelques rayures et points blancs en quantité limitée. Le film est proposé au format 1.37 open matte, certains éditeurs comme Koch Media en Allemagne propose une version au format 1.77 mais Elephant ne l'a pas ajoutée pour cette édition. Le film a été tourné en 1955, le double format était assez courant à cette époque. Cette version 1.37 peut donc être considérée comme une présentation fidèle et techniquement réussie qui plus est. La compression AVC est de bon niveau, y compris en projection 4K.

L'homme qui rétrécit
Pour ce film, Elephant reprend le master HD Universal déjà utilisé par l'éditeur allemand Koch Media pour son édition Blu-ray. Ce transfert, sans être honteux, n'est pas particulièrement enthousiasmant : le grain paraît dilaté, les contours sont imprécis et les éléments chimiques ne sont pas d'une propreté irréprochable. Le film est proposé au format 1.85, il aurait bien besoin d'un nouveau scan 4K pour paraître un peu plus défini dans le  format large. Malheureusement Universal n'est pas le studio le plus actif en la matière. L'éditeur britannique Arrow proposera prochainement une édition Blu-ray qui ne sera pas différente si l'on en croit les informations données (master HD). Vous pouvez consulter ci-dessous un comparatif entre le Blu-ray Koch media et le Blu-ray Elephant. Les différences sont négligeables en terme d'encodage AVC. On notera juste une légère différence de gamma, le transfert Elephant proposant des noirs un peu moins bouchés.

Comparatif 1   Comparatif 2   Comparatif 3   Comparatif 4

Son

Tarantula
Pour ce titre, seule la version originale mono est proposée. Elle est de qualité technique très correcte, seul un souffle très léger est à déplorer si l'on écoute à fort volume. Les effets sonores sont moins travaillés que sur L'Homme qui rétrécit, la tarentule géante est quasiment aphone.

L'Homme qui rétrécit
La version originale n'est pas une merveille de précision, mais ce film présente la particularité d'ajouter aux effets visuels une tentative assez réussie de récréer deux mondes sonores différents : celui du monde à taille humaine et le monde sonore que perçoit Grant Williams alors que sa taille ne dépasse pas celle d'un insecte. De ce point de vue, le mixage sonore proposé sur ce Blu-ray remplit sa mission technique. Une version française est proposée, mais elle n'est pas d'époque. Le timbre des acteurs et le mixage paraissent assez anachroniques et ne collent pas du tout aux images et à l'ambiance années 50 du film.

Suppléments

Jack Arnold par Jean-Pierre Dionnet (7 min - HD)
Le journaliste tente ici de nous convaincre du talent méconnu de Jack Arnold, cinéaste qui n'a pas  uniquement
œuvré dans le domaine de la  science fiction au cinéma et dont la filmographie resterait à découvrir ( y compris par lui même).

Tarantula par Jean-Pierre Dionnet (10 min - HD)
Cette présentation démarre assez laborieusement par un exposé peu convaincant sur l'arachnophobie, puis se concentre plus naturellement sur l'excellent casting du film.

L'Homme qui rétrécit par Jean-Pierre Dionnet (10 min - HD)
Sans doute l'intervention la plus inspirée de Dionnet dans ce coffret, avec une longue évocation du travail du scénariste / romancier Richard Matheson.

Galerie de photos.


Bandes-annonces 
La bande-annonce de L'Homme qui rétrécit, de conception assez originale, a la particularité d'être présentée en voix off par Orson Welles.

Un livret de 45 pages rédigé par Matthieu Rostac journaliste pour la revue So Film.
Le texte propose une biographie assez complète de Jack Arnold, et une analyse intéressante de L'Homme qui rétrécit et de Tarantula.

En savoir plus

Disc Title: TARANTULA
Disc Size: 20 003 580 470 bytes
Protection: AACS
BD-Java: No
Playlist: 00000.MPLS
Size: 15 064 670 208 bytes
Length: 1:20:13.058
Total Bitrate: 25,04 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 21808 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1845 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 31,296 kbps

Disc Title: L_HOMME_QUI_RETRECIT
Disc Size: 21 247 917 978 bytes
Protection: AACS
BD-Java: No
Playlist: 00000.MPLS
Size: 16 551 487 488 bytes
Length: 1:20:47.801
Total Bitrate: 27,31 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 21878 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1860 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1886 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 21,142 kbps
Subtitle: French / 0,045 kbps

Par Jean-Marc Oudry - le 21 août 2017