Menu
Test blu-ray

Angel Heart

BLU-RAY - Région B
Studiocanal
Parution : 5 / 2 / 2020

Image

A l'initiative de StudioCanal, Angel Heart a été restauré en 2019 et en 4K par le laboratoire britannique Silver Salt's. Le négatif original a bénéficié de 200 heures de nettoyage manuel. Le résultat s'avère très convaincant en UHD/HDR, l'un des plus beaux sortis ces derniers mois (dans la catégorie photochimie). Il faut dire que le film bénéficie d'une photographie très stylisée que l'on doit à Michael Seresin, l'objectif étant de tourner un film noir et blanc en couleur ; à cet effet, le film baigne dans une lumière assez froide et par un temps hivernal, pour les scènes tournées à New York. L'ensemble devient un peu plus chaud pour les scènes censées se dérouler à la Nouvelle-Orléans mais toujours en privilégiant les couleurs pastels ou dé-saturées chromatiquement. Cette édition propose cette belle restauration sur un Blu-ray UHD triple-couche et en HD sur Blu-ray standard. Notre préférence va bien évidemment à la version UHD pour ce qui est de l'image, l'apport de définition est réelle notamment pour la reproduction du grain plus fin et plus homogène ; le supplément de définition est aussi appréciable pour la profondeur de champ lors des magnifiques plans larges. L'encodage est soigné sur les deux supports, mais plus encore sur le HEVC du BR UHD avec un débit qui oscille aux alentours d'un impressionnant 85 mbits/sec. Vous pouvez vérifier par vous-mêmes en utilisant les liens ci-dessous vers des comparatifs UHD entre les deux supports. Vous constaterez également sur les troisième et quatrième comparatifs une légère différence de carnation que nous ne nous expliquons pas, car du point de vue colorimétrique une simple conversion d'espace colorimétrique ne peut expliquer une carnation plus écarlate pour le BR HD, la teinte chair de l'UHD ayant notre préférence.

Comparatif 1 Comparatif 2 Comparatif 3 Comparatif 4

Les trois comparatifs suivants proposent une comparaison entre le nouveau Blu-ray HD et celui édité par StudioCanal en 2010, où l'on constate de nombreuses améliorations notamment la définition et le cadrage, la gestion du grain également. Pour la colorimétrie, c'est selon les goûts... A noter que le comparatif 6 est un plan de combat de coq qui, paraît-il, aurait été censuré sur l'édition anglaise ; nous confirmons que ce plan est bien présent dans l'édition française.

Comparatif 5 Comparatif 6 Comparatif 7

Le HDR/Dolby Vision
Nous ne sommes toujours pas en mesure de vous parler du Dolby Vision, nous nous contenterons donc d'évoquer le HDR10. Les métadonnées présentes sur le disque indiquent que l'étalonnage HDR a été effectué sur un moniteur 1 000 nits et dans l'espace colorimétrique P3. Cette passe HDR se révèle être relativement discrète, exploitant ici et là quelques spéculaires (hautes lumières), accentuant les contrastes de manière plus naturelle que l'ancien master qui accentuait les niveaux vidéo jusqu'à l'écrêtage.

Son

Les deux disques HD et UHD proposent les mêmes pistes sonores. Pour la version originale, deux mixages sont proposés, l'un en 5.1 avec une spatialisation plus prononcée notamment pour les ambiances avec une réverbération accentuée mais la qualité de reproduction des voix reste identique au mixage stéréo qui est également proposé en DTS-HD MA, celui ci est d'une propreté exemplaire. Dans ce même format sonore, on retrouve la version française d'époque de qualité technique très similaire.

Suppléments

Commentaire audio du film par Alan Parker
Ce commentaire est entièrement sous-titré en français. Le réalisateur d'Angel Heart est particulièrement précis et se remémore avec facilité de nombreux détails sur la conception de son film comme les lieux exacts où eut lieu le tournage et les conditions particulières principalement météorologiques. Là où ce commentaire devient le plus intéressant, c'est lorsque le cinéaste distille ça et là quelques piques, à l'égard des critiques avec lesquelles Parker a toujours eu des relations tendues depuis Midnight Express, en France comme aux Etats Unis. Ou bien lors de la scène de la visite de la maison de Fowler : cette scène a été copiée dans Seven, glisse soudainement Parker, appelant ainsi le caractère novateur de son film qui inaugurait d'une certaine manière un genre qui eut son heure de gloire dans les années 90 et 2000, le néo polar. Les trucs de mise en scène sont également distillés de manière économe mais éclairante sur la progression narrative, comme par exemple l'explication de la présence des nombreux plans de ventilateurs, que la critique Pauline Kael n'avait pas compris au moment de la sortie du film et qu'elle aurait pris pour un tic de mise en scène sans signification. Malgré les nombreux blancs et le ton monocorde de Parker, qui aurait tendance à nous faire piquer du nez, ce commentaire audio mérite que l'on y prête attention.

Tous les suppléments qui suivent sont en anglais et sous-titrés en français.

Présentation du film par Alan Parker (1 min - SD)
Cette courte présentation fut réalisée à l'occasion d'une sortie DVD d'Angel Heart il y a quelques années. Le réalisateur se contente ici de remercier son équipe technique et de donner un avis rétrospectif sur son film, qu'il juge plutôt bon avec le temps... On a connu des suppléments plus utiles...

Interview d'Alan Parker  (27 min - HD)
Elle est extraite de Cinéastes des années 80, une série d'entretiens de cinéastes emblématiques de cette période réalisée par Jean-Pierre Lavoignat et Christophe D'Yvoire et diffusée sur la chaine OCS en 2019. Dans cette interview, Alan Parker évoque sa découverte du cinéma lorsqu'il était enfant à travers des films de la Ealing, qu'il n'appréciait guère car trop proches de son quotidien dans l'immédiate après-guerre d'un Londres en ruine (les propos sont illustrés par des images de Hue and Cry de Charles Crichton). Puis il évoque ses débuts comme réalisateur de publicité, monde dans lequel il côtoiera Ridley Scott, Adrian Lyne et Hugh Hudson. Il précise que ce qui le différencie de ses collègues, c'est qu'il a débuté sa carrière par l'écriture, tout en admettant que c'est Ken Loach qui finalement l'aura le plus influencé. La deuxième partie aborde plus spécifiquement Angel Heart et le roman dont il est l'adaptation, il nous apprend que la production souhaitait au départ que le rôle de Louis Cyphre soit joué par Marlon Brando et que De Niro joue le rôle de Harry Angel. Les motifs de la non présence de Brando ne sont pas vraiment expliqués par Parker, ni même le choix final de Rourke, comédien qu'il qualifie d'instinctif alors que De Niro est plus réfléchi et précis dans l'approche de ses rôles. Alan Parker évoque aussi la personnalité de Mickey Rourke et sa carrière qui tourna mal (ce qui était prévisible, d'après lui). La suite est consacrée au producteur du film, Alan Marshall, et à la maison de production aujourd'hui disparu, Carolco. Puis le réalisateur évoque la censure américaine qui demanda de couper juste un plan du dos de Rourke faisant l'amour alors que le sang coule sur lui (ce plan n'a pas été coupé pour l'exploitation en France). Puis il évoque plus spécifiquement le Hollywood des années 80, Alan Parker reconnaît finalement avoir eu assez de liberté et pense que les films tournés à cette époque étaient plus personnels que ceux tournés aujourd'hui, sans vouloir tomber dans le c'était mieux avant, il pense simplement que les films étaient meilleurs car plus ancrés dans la réalité.

Extraits d'actualités (7 min - SD)
Featurette promotionnelle curieusement montée, exposant dans un premier temps l'un des principaux thèmes du film, la pratique du vaudou à la Nouvelle-Orléans, qui mélange religion ancestrale africaine et catholicisme. Puis au travers d'interviews de l'omniprésent Alan Parker, ce document explique le travail sur l'image et les décors pour ainsi reconstituer l'ambiance des années 50 à New York et dans le Sud des Etats-Unis. Puis le document revient dans sa troisième partie sur la pratique du vaudou, avec cette fois-ci des interventions du chorégraphe Louis Falco qui est le créateur des danses vaudou dans Angel Heart.

Portraits de Mickey Rourke, Lisa Bonet et Alan Parker (12 min - SD)
Au moment du tournage d'Angel Heart, Mickey Rourke est un acteur très côté, cette featurette propose une interview de l'acteur présentant son rôle et parlant de la difficulté de jouer face à un comédien de la trempe de Robert De Niro. Ces interviews ont été tournées sur le plateau au moment du tournage du film. Lisa Bonet a 18 ans lorsqu'elle tourne Angel Heart, elle est une star de la télévision grâce à son rôle dans le Cosby Show lorsque Alan Parker décide de la choisir pour ce rôle difficile. Le dernier portrait est consacré à Parker, avec une longue énumération de ses différentes récompenses. Ces documents sont promotionnels, ce qui limite somme toute leur intérêt.

Interviews d'Alan Parker et Lisa Bonet (10 min - SD)
Une chose est certaine, lorsque vous aurez terminé de regarder ces suppléments vous aurez la certitude qu'Angel Heart est un film de... Alan Parker, tellement son omniprésence devient envahissante dans ces bonus. Malgré tout, cet énième interview du réalisateur, réalisée probablement au début des années 2000 pour une sortie DVD, parvient à nous intéresser lorsque le cinéaste expose ses intentions esthétiques, Angel Heart est un film noir et blanc tourné en couleur. L'autre interview de Lisa Bonnet est très courte (à peine plus d'une minute), il s'agit d'un élément non utilisé provenant de la featurette précédente. Interrogée sur le plateau de Angel Heart, la jeune actrice expose ici sa vision du rôle d'Epiphany Proudfoot.


Coulisses du film (1 min 30 - SD)
Deux courtes séquences tournées derrière la caméra sur le plateau du tournage du film.

Bande annonce originale du film (2 min 30 - SD)

Les vérités du vaudou (58 min - SD)
Document en cinq parties sur la pratique du vaudou. La première partie est consacrée à la manière dont Hollywood traite cette pratique ayant pris racine au moment de l'esclavagisme. Des spécialistes du vaudou expliquent que la manière dont le cinéma expose le vaudou est biaisée car il est toujours montré de manière maléfique alors que son rôle est plutôt curatif (maladie, peine de coeur). Le titre est un peu mensonger, il ne s'agit pas réellement de la manière dont Hollywood traite le vaudou mais de la manière dont le film Angel Heart le traite ; par exemple, à aucun moment il n'est question du film de Jacques Tourneur, Vaudou. La deuxième partie est consacrée aux figures du vaudou, et nous recommandons de ne pas suivre l'ordre de lecture proposé par le menu du disque et de commencer directement par la deuxième partie. Car c'est ici que nous sont présentés les différents intervenants de ce bon documentaire, et c'est ici que nous est donnée l'éclairage nécessaire sur ces pratiques étranges qui diffèrent selon les régions du monde (le vaudou pratiqué à la Nouvelle-Orléans n'est pas le même que celui pratiqué à Haiti). Les trois autres parties de ce document n'en sont pas moins intéressantes, elles sont consacrées à la musique et à la danse rituelle, qui est assimilée à une méditation du corps. La dernière partie est consacrée aux objets et autres gris-gris qui font le charme de la culture vaudoue.


Galerie de photos 
Une dizaine de photos présentées en HD dont l'une semble être un plan assez gore qui n'a pas été utilisé dans le montage final.

En savoir plus

Disque UHD

Disc Title: ANGEL HEART UHD
Disc Size: 88,778,536,960 bytes
Length: 1:53:11.750 (h:m:s.ms)
Size: 80,541,659,136 bytes
Total Bitrate: 94.87 Mbps
HEVC Video 2160p / 24 fps / 16:9 / Main 10 @ Level 5.1 @ High / 4:2:0 / 10 bits / 1000nits / HDR10 / BT.2020
MPEG-H HEVC Video 82 kbps 1080p / 24 fps / 16:9 / Main 10 Profile 5.1 High / 4:2:0 / 10 bits / Dolby Vision / BT.2020 /​​​

DISQUE HD

Disc Title: Angel Heart
Disc Label: ANGEL HEART
Disc Size: 43,371,868,810 bytes
Protection: AACS
Playlist: 00001.MPLS
Size: 35,866,199,616 bytes
Length: 1:53:11.750
Total Bitrate: 42.25 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 32816 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz /  2461 kbps / 24-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz /   768 kbps / 24-bit)
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz /  1001 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz /   768 kbps / 24-bit)
Audio: German / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz /  1627 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz /   768 kbps / 24-bit)
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz /  1600 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz /   768 kbps / 24-bit)
Audio: English / Dolby Digital Audio / 2.0 / 48 kHz /   192 kbps / DN -31dB
Subtitle: German / 27.872 kbps
Subtitle: French / 22.875 kbps
Subtitle: German / 28.228 kbps
Subtitle: French / 22.191 kbps


Par Jean-Marc Oudry - le 4 mars 2020

Partenariat