Menu

Actualités - Cinéma

Boulevard du crépuscule

Ce mercredi ressort en salle le chef-d'oeuvre de Billy Wilder : Boulevard du crépuscule. Le cinéaste utilise les codes du film noir pour nous immerger au cœur du monde du cinéma, de ses folies et de ses illusions. Dès l’ouverture, le corps d’un homme flotte à la surface de la piscine d’une mirifique demeure de Sunset Boulevard. Sa voix s’élève et commence à nous raconter les circonstances qui l’ont amené à mourir. La voix d'un fantôme qui nous plonge d'emblée dans ce film crépusculaire. Crépuscule d’un cinéma qui n’est plus (le cinéma muet), crépuscule des stars qui s’échouent sur le rivage du rêve hollywoodien;

Gloria Swanson incarne Norma Desmond, star déchue dont les rêves de grandeur sont entretenus par son valet, inoubliable Erich von Stroheim. Le film et la réalité du monde d’Hollywood sont inextricablement liés. Ainsi l’on voit Norma Desmond se rendre sur le plateau de Cecil B. DeMille, qui dirigea effectivement Gloria Swanson. Erich von Stroheim, homme de l’ombre et amoureux transi de la star, l’avait également dirigée dans Queen Kelly que Norma se passe en boucle dans le film de Wilder. Ce Stroheim, vaincu, brisé, qui peut enfin dire « action » après quinze années de silence imposé par les studios. Swanson, elle-même, a quitté Hollywood et les projecteurs en même temps que Stroheim (si l’on excepte un film tourné au début des années 40)... On pourrait multiplier à l’envie les échos entre Hollywood et Sunset Boulevard (la partie de cartes des stars du muets, Buster Keaton en tête, les fausses lettres de fans éperdus qui rappellent les mises en scène organisées par les studios pour flatter leurs stars). Sunset Boulevard est ainsi le plus dur, le plus implacable, et dans un même temps le plus sensible des films consacrés à l’usine à rêves. Immortel.

DANS LES SALLES

boulevard du crépuscule
UN FILM De billy wilder (1950)

DISTRIBUTEUR : SPLENDOR FILMS
DATE DE SORTIE : 9 NOVEMBRE 2016

La Page du distributeur

La Chronique du film


Joe Gillis, scénariste fauché, est relancé une fois de plus par ses créanciers. Deux gros bras lui réclament sa voiture qu'il déclare ne plus avoir en sa possession, avant de partir la récupérer discrètement pour la mettre en lieu sûr. Sur sa route il recroise les deux brutes et une poursuite s’engage. Pour leur échapper il se cache sur une petite route et y découvre une immense demeure décrépie. Quelqu’un le hèle de l’intérieur, il semblerait qu’on l’attend... (Lire la suite)

Par Olivier Bitoun - le 9 novembre 2016

Actualités