Menu
Critique de film
Le film

La Guerre des espions

(Ibun Sarutobi Sasuke)

Partenariat

L'histoire

En l’an 1614, une paix relative règne entre les clans Tokugawa vainqueurs 14 ans plus tôt de la bataille de Sekigahara et le clan Toyotomi. Les deux puissances s’observent et se livrent une guerre par espions interposés, Toyotomi attendant le moment pour frapper et prendre le pouvoir à son adversaire. Sarutobi Sasuke, ninja du clan Sanada qui avait combattu au côté de Toyotomi mais restait neutre depuis se retrouve malgré lui impliqué dans cette guerre froide que se mènent les deux clans.

Analyse et critique

Adapté du roman Ibun Sabutori Sasuke (littéralement « Sabutori Sasuke, l’étrange ») de Koji Nakada, La guerre des espions est à nouveau prétexte à faire un parallèle avec la situation politique du Japon dans les années cinquante. Comme l’explique Shinoda dans les bonus, dans les années 50 / 60, coincé entre les Etats-Unis et L’Union Soviétique alors en pleine guerre froide, le Japon ne savait plus vers qui il pouvait se tourner. Sarutobi Sasuke se retrouve dans la même situation, naviguant entre les clans Toyotomi et Tokuwaga sans vraiment vouloir choisir son camp (il ne le choisira d’ailleurs pas puisque la dernière phrase du film nous apprend qu’il ne participera à la bataille qui opposera les deux clans quelques années plus tard). Comparé aux autres films du coffret, La guerre des espions se fait plus léger, moins dramatique dans le ton, sans pour autant se départir d’une certaine réflexion politique. Le réalisateur y met beaucoup de lui-même, de son vécu (l’enfant au corbeau inspiré de ses propres souvenirs…) et de ses convictions... Bien que plus classique et plus sobre dans sa forme, le film bénéficie malgré tout, comme les autres, d’un soin particulier dans la mise en image tant du point de vue cadrages qu’au niveau des éclairages, avec toujours de très beaux gros plans sur les visages des acteurs. Peut-être plus « mineur » comparé aux autres, La guerre des espions n’en demeure pas moins un excellent film d’action qui se laisse suivre sans temps morts avec beaucoup de plaisir.

En savoir plus

La fiche IMDb du film

Revenir au début du parcours

Poursuivre avec Double suicide à Amijima

Par Christophe Buchet - le 28 juin 2007