Menu
Test blu-ray

El Perdido

BLU-RAY - Région B
Sidonis / Calysta
Parution : 17 / 2 / 2020

Image

Par les hasards du calendrier, la sortie en Blu-ray de ce beau western crépusculaire tombe à point nommé pour rendre hommage à Kirk Douglas récemment disparu. Malheureusement, un Blu-ray calamiteux édité en Allemagne par Koch Media en 2012 ne nous rendait guère optimistes sur la qualité du matériel HD mis à disposition par l'ayant droit Universal. Et c'est bien le même matériel qu'utilise Sidonis pour cette édition, à savoir un scan HD à la gestion du grain médiocre et à la colorimétrie anémique. On constate également que ce matériel n'a pas beaucoup évolué depuis le DVD Universal édité en 2006. C'est l'objet de notre première série de comparaisons accessibles ci-dessous ; malgré tout, on s'aperçoit que ce nouveau Blu-ray parvient sans trop de problème à faire oublier ce DVD avec son Edge Enhancement proéminent et son piqué anémique (il y a en a aussi sur le Blu-ray mais beaucoup moins). On constate également que l'image du transfert HD n'a pas été complètement nettoyée, il reste quelques points blancs et autres taches, ainsi que quelques rayures.

Comparatif 1  Comparatif 2  Comparatif 3  Comparatif 4

Notre deuxième série de comparaisons est avec le Blu-ray Koch Media, où l'on s'aperçoit que l'éditeur allemand n'a pas fait dans la dentelle en passant le master au DNR. Sidonis, essayant, quant à lui, de conserver le peu de détail de l'image, peut se rapprocher un tant soit peu d'une image argentique.

Comparatif 5  Comparatif 6  Comparatif 7  Comparatif 8  Comparatif 9

Dernière précision, le film est dématté 1.77 alors que les précédents masters étaient proposés en 1.85, donc avec de fines bandes noires en haut et en bas de l'image.

Son

La version originale mono est en bien meilleur état que l'image, c'est clair et détaillé avec une dynamique satisfaisante. L'ensemble est bien nettoyé et ne présente aucun souffle ou craquements. La version française est d'époque, elle reste audible malgré une qualité technique en retrait, l'absence de bas médiums et de graves, et la présence de souffle et de craquements audibles lors d'une écoute à fort volume.

Suppléments

Le crépuscule des héros (26 min - SD)
Dans sa première partie, ce document regroupe des entretiens avec Jean-Claude Missiaen, Eddy Moine et Patrick Brion. Ceux-ci replacent le film dans un contexte particulier à un tournant de l'histoire hollywoodienne, juste avant l'émergence du western spaghetti. Pour Missiaen, El Perdido marque la convergence de différents talents à fortes personnalités vers un même film ; le réalisateur Robert Aldrich, l'acteur producteur Kirk Douglas, Rock Hudson, Dorothy Malone et le scénariste blacklisté Dalton Trumbo sont tous à divers degrés au sommet de leur art, mais la mauvaise entente entre la star de Spartacus et le réalisateur de Vera Cruz va nuire au film. Patrick Brion fait le lien, dans ce documentaire bien construit, avec les intervenants de la deuxième partie, deux historiens du cinéma que nous n'avons pas l'habitude d'écouter souvent dans les suppléments : Jean Louis Leutrat et Suzanne Liandrat-Guigues. Cette dernière analyse avec pertinence plusieurs séquences du film, dont celle d'ouverture proposant un parallèle intéressant avec l'ouverture de L'Homme de l'Ouest d'Anthony Mann. D'une manière générale, elle parvient à identifier tous les éléments scénaristiques issus de précédents westerns et qui sont ici copiés ou renouvelés dans ce qui est l'un des derniers westerns classiques.


Présentation du film par Bertrand Tavernier (21 min - SD)
Tout comme ses prédécesseurs, Bertrand Tavernier regrette qu'une telle réunion de talents n'aboutisse pas au film qu'El Perdido aurait pu être. Si Tavernier considère le scénario de Dalton Trumbo comme étant inabouti et imparfait, il concède malgré tout que celui-ci regroupe un certain nombre de thématiques plutôt originales comme l'inceste, un thème rarement exposé dans le western traditionnel. Le cinéaste attribue ces quelques relatives faiblesses du film à la personnalité de Douglas (producteur du film) et à la mauvaise relation qu'il entretint avec Robert Aldrich. Cinéaste pour lequel Tavernier éprouve beaucoup d'admiration de par son engagement politique et aussi sa capacité à se relever des  quelques échecs commerciaux ou artistiques qui ont émaillé sa carrière.

Présentation du film par Patrick Brion (10 min - HD)
Les deux précédents documents sont repris de l'édition DVD 2010, cette nouvelle présentation a été tournée en 2020 spécialement pour l'édition 2020. Elle n'apporte pas vraiment d'éléments nouveaux, Brion replaçant le film dans la carrière d'Aldrich et le compare aux autres westerns tournés par le cinéaste comme Vera Cruz ou Fureur Apache (ce qui a déjà été fait dans le premier document). Seul élément nouveau, Patrick Brion évoque l'aspect mélodramatique du film et la thématique du passé lourd et ambigu en comparant le film à ses prédécesseurs que sont La Vallée de la peur de Raoul Walsh ou Les Furies de Anthony Mann.

Bande-annonce originale (2 min - SD)

En savoir plus

Disc Label: EL_PERDIDO
Disc Size: 35,297,948,100 bytes
Protection: AACS
Playlist: 00000.MPLS
Size: 29,123,715,072 bytes
Length: 1:52:05.635
Total Bitrate: 34.64 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 28823 kbps / 1080p / 23.976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz /  1987 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz /  1509 kbps / 24-bit)
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz /  1823 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz /  1509 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 1.028 kbps
Subtitle: French / 20.051 kbps

Par Jean-Marc Oudry - le 14 février 2020