Menu
Test blu-ray

La Belle équipe

BLU-RAY - Région B
Pathé
Parution : 1 / 6 / 2016

Image

Longtemps bloqué par un conflit juridique entre les héritiers Duvivier / Spaak et René Château, qui exploitait le film, La Belle équipe était devenu invisible au fil des ans, excepté lors de rares diffusions télévisées obtenues par Patrick Brion dans son Cinéma de Minuit. Aussi incroyable que cela puisse paraître, sauf erreur de notre part, Pathé sort aujourd'hui la première édition vidéo du film depuis l'époque de la VHS ! S'il a fallu attendre si longtemps, notre patience est largement récompensée puisque l'éditeur a financé une somptueuse restauration 4K à partir du négatif nitrate, d'un marron et d'un contretype nitrate fourni par la Cineteca Nazionale de Rome. Les travaux ont été effectués par les Italiens de L'Immagine Ritrovata et supervisés par Christian Duvivier, fils du réalisateur. Les multiples éléments chimiques ont été soigneusement réparés et un traitement numérique supplémentaire a permis d'obtenir un rendu, on peut le dire, quasi parfait. La copie a été particulièrement bien nettoyée, avec des cadres et surtout des contrastes très stables - quelques noirs restent un peu trop clairs dans les scènes d'intérieur ou de nuit (sans doute calibrés pour une vidéoprojection mais un tout petit peu moins satisfaisants sur un téléviseur). Soutenu par une compression sans faille et un débit vidéo très confortable, le grain, qui a été préservé, texture assez finement une image très bien définie. Précisons que certaines optiques de caméra ont généré une faible profondeur de champ et créé dans certains plans des flous irréguliers sitôt qu'on s'approche des bords du cadre. Ainsi, l'image pourra parfois vous sembler un peu douce, mais qu'on ne s'y trompe pas : le Blu-ray restitue parfaitement le film tel qu'il a été tourné, et donc avec des défauts souvent inhérents aux contraintes du tournage ou aux techniques de l'époque. C'est, par exemple, le cas des brefs plans truqués (fondus), dont la fabrication a entraîné une perte de qualité, qui possèdent une texture légèrement moins bonne, avec une nette montée de grain et un niveau de détail inférieur.


D'autres plans d'aspect à peu près similaire apparaissent en nombre durant la dernière bobine du film : il s'agit des images de la fin originelle souhaitée par Julien Duvivier, proposée aujourd'hui (et pour la première fois) dans le montage final. Patrick Brion, en son temps, avait montré cette "fin tragique" après la diffusion du film, un document qui était alors issu d'une copie allemande sous-titrée. Un interpositif de ce montage a été récemment retrouvé, sans sous-titres mais dans un état de conservation plus dégradé que la source principale. C'est tout le talent des restaurateurs que d'avoir pu "remettre à niveau", avec quelques menus désagréments, ces images très rares.

Son

Il faut bien l'avouer, les restaurations sonores passent souvent un peu inaperçues, leur rendu étant d'un niveau suffisamment correct pour apparaître beaucoup moins problématique que celui des images. C'est notamment avec les productions les plus anciennes (l'équipement sonore était alors en plein développement, pour un rendu loin d'être optimal) que l'on peut s'apercevoir des progrès techniques accomplis dans ce domaine. Après la récente (et miraculeuse) restauration de la trilogie de Pagnol, La Belle équipe montre le même genre de prouesse avec une bande-son désormais extrêmement propre et des dialogues très clairs. Si l'on n'évite pas de légères saturations, le spectre est très équilibré, aussi précis que possible dans les aigus comme dans les graves (conditions loin d'être assurées), et l'on évite les bourdonnements ou souffles permanents. Bref, comme pour l'image, le résultat est aussi fidèle que possible à l'oeuvre originale. De l'excellent travail.

Suppléments


Au fil de l'eau (25 min - 1080i)
Ce documentaire, réalisé par le trop rare Jérôme Wybon, résume efficacement l'aventure de La Belle équipe, du scénario presque échangé à Renoir avec celui de La Grande illusion, au casting réunissant Jean Gabin ("l'acteur fétiche") ou Viviane Romance, dans "un rôle qui marquera son personnage cinématographique". (Dommage que les excellents Raymond Aimos ou Jacques Baumer soient malheureusement oubliés.) Deux biographes de Julien Duvivier analysent ce film "dans l'air du temps, témoignage d'une époque" et ses rapports avec le Front Populaire. Comme à son habitude (mais qui s'en plaindrait ?), Jérôme Wybon a pu retrouver quelques archives qui donnent la parole aux véritables acteurs du projet : Julien Duvivier, le scénariste Charles Spaak ou la comédienne Viviane Romance. On aborde également l'affaire de la seconde fin (dite "optimiste"), longuement montrée ici. Nous regretterons toutefois qu'elle ne soit pas également incluse en tant que supplément à part entière sur le Blu-ray, même dans un état sommaire (elle est visiblement loin d'avoir été restaurée), car cela aurait au moins permis de mieux distinguer les différences de montage au-delà des simples scènes ajoutées pour l'occasion. Ce sera le seul bémol de cette remarquable édition...

Bande-annonce originale (3 min - 1080p) qui a également été restaurée.


En savoir plus

Taille du Disque : 36 310 537 018 bytes
Taille du Film : 28 672 260 096 bytes
Durée : 1:43:39.213
Total Bitrate: 36,88 Mbps
Bitrate vidéo moyen : 32,55 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 32555 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / Main Profile 4.1
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1181 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Audio: French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1182 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Subtitle: English / 36,299 kbps
Subtitle: French / 42,466 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 2 juin 2016