Menu

Personnalités

Lucio Fulci

Lucio Fulci

Biographie

D'abord étudiant en médecine, Fulci bifurque vers le cinéma en entrant au Centre Expérimental de Cinéma de Rome où il a comme enseignants Antonioni ou Visconti. Il sort diplômé la même année que Nanni Loy, Maselli et Bolognini et débute dans le métier comme assistant réalisateur avant d'œuvrer comme scénariste. Il écrit beaucoup de comédies, collaborant notamment avec Bolognini, Monicelli, Stephano Vanzina et surtout Steno avec qui il travaille sur plus d'une quinzaine de films. Il écrit régulièrement pour Sordi (Un Americano a Roma) et Toto qui interprète le rôle principal de son premier long en tant que réalisateur, I Ladri, en 1959.

Devenu cinéaste, Fulci aborde durant les années 60 tous les genres populaires : comédies (dont treize films avec Franco & Ciccio, duo slapstick préféré des italiens dans les 60's), musicarelli, drame historique (Liens d'amour et de sang en 1969), aventure, western (l'excellent Temps du massacre en 1966)...

C'est en passant au polar mâtiné de giallo (Perversion Story en 1969, Le Venin de la peur en 1971, La Longue nuit de l'exorcisme en 1972) qu'il commence véritablement à installer son style. Il n'abandonne pas pour autant les autres genres et continue à signer dans les années 70 westerns (4 de l'apocalypse en 1975 où il retrouve Thomas Milian, Sella d'argento en 1978), comédies (Young Dracula et Obsédé malgré lui, satire politique qui manque de se faire interdire par le gouvernement italien) et films policiers (l'ultraviolent Guerre des gangs en 1980). Mais c'est dans l'horreur que Fulci va être reconnu. D'abord avec L'Enfer des zombies (1979), grand succès public, puis avec la trilogie Frayeurs, L'Au-delà et La Maison près du cimetière.

Fulci sort des radars au milieu des années 80 et se retrouve à signer des films à tout petits budgets qui prennent la forme de copies en mode mineur de ses réussites fantastiques (Aenigma, Manhattan Baby) ou qui se glissent dans le sillon de succès du box-office (Conquest, 2072 les mercenaires du futur). Une carrière en déclin mais qui recèle encore de beaux restes, pas forcément des films dans leur entier mais des éclats oniriques et morbides qui rappellent qu'il était « Le plus grand poète du macabre » selon les mots de Pierre Pattin.

Films chroniqués sur DVDClassik

En savoir plus

La fiche IMDb
Par Olivier Bitoun - le 7 mai 2018

Informations

Naissance : 17 juin 1927
Décès : 13 mars 1996
Pays : Italie
Métiers : réalisateur, scénariste, producteur