Menu
Livres

le décor de film

un livre de Léon Barsacq

Editeur : Veyrier/Lib.l'Avenue
Date de sortie : 1 juillet 1990
Broché: 271 pages

Acheter sur Amazon

Analyse et Critique

Léon Barsacq a travaillé en tant que décorateur de films à partir de 1938 et ce jusqu'à sa mort en 1969. On lui doit notamment la réalisation des décors de nombreux films de René Clair - Le Silence est d'or (1948), La Beauté du diable (1950) - ainsi que ceux de grands films du cinéma français - La Marseillaise de Jean Renoir (1938), Les Enfants du Paradis de Marcel Carné (1945) et étrangers (Le Jour le plus long (1962), Rome onze heures de Giuseppe DeSantis (1952).

Dans les dernières années de sa vie, il écrit ce livre pour faire ressortir, au sein de l'image cinématographique, la place du décor. Il entend combler un manque - il n'existe alors aucune étude sérieuse faite sur ce sujet- tout en ayant conscience de la difficulté de son entreprise. Comment résumer plus de soixante ans de cinéma en centrant son étude sur l'analyse du décor ? Comment parvenir à réunir un public en abordant un aspect technique du cinéma, la construction du décor et son évolution ?

Nombreux sont les risques d'écueils : se perdre dans des méandres biographiques, parler davantage de son métier que du cinéma, écueils que Léon Barsacq évite avec brio et ce, parce que sa démarche reste unique. En tant que décorateur de film il avait déjà sa conception personnelle du décor qu'il exprime ici au regard de l'histoire et de l'esthétique du cinéma. Ainsi, dans l'avant-propos, il écrit : "L'objet de cette étude est de montrer l'apport du "décor" construit ou réel, en tant qu'élément dramatique, "personnage", et aussi son rôle déterminant dans la création de "l'ambiance", de "l’atmosphère". C'est sous cet angle que s'articule tout son ouvrage : l'importance du décor comme force dramatique et comme composante à part entière de l'image.

Son approche théorique, nous l'avons dit, est unique, pour la bonne raison que nous n'avons pas affaire à un écrit d'un théoricien du cinéma. Ici, nous ne trouverons pas d'analyses critiques précises de tel ou tel film, encore moins d'analyses comparatives. C'est davantage le point de vue d'un passionné par le décor de cinéma qui nous dévoile quelques lignes majeures de son évolution historique et technique tout en nous livrant des outils fondamentaux de réflexion. Son livre est composé de trois parties, une ayant trait à l'histoire du décor parallèlement aux grands courants cinématographiques, la deuxième soulevant des questions de technique concernant la construction des décors et enfin, la dernière regroupant un important dossier d'observations critiques.

La première partie se propose de revisiter l'histoire du cinéma à partir des transformations majeures qu'a subi le décor de film. En sept sous-parties sont évoqués les grands bouleversements cinématographiques dont nous allons donner un bref aperçu. Le cinéma se crée sur fond de décors peints jusqu'en 1914, date à laquelle apparaissent les premiers décors entièrement construits. L'Italie et les Etats-Unis sont les pionniers pour la construction d'importants décors. Puis, alors que la Suède, l'Allemagne et enfin la France plongent leurs années vingt dans diverses recherches esthétiques, l'URSS se concentre sur l'expressivité du décor naturel et le réalisme triomphe à Hollywood. Ce réalisme gagne très rapidement l'Europe dans les années trente. A la fin de la seconde guerre mondiale, de nombreux cinéastes italiens apportent une impulsion cinématographique neuve, c'est le néo-réalisme. Voilà brièvement les grandes étapes relatées par Léon Barsacq. Il ne faut pas en conclure qu'il s'en tient à de vagues considérations. Bien au contraire, pour chaque période, dans chaque pays, sont répertoriés les films, les réalisateurs et les décorateurs marquants dans l'histoire de l'évolution esthétique du cinéma. Ressortent donc de ce panorama les évolutions générales du cinéma mais également les travaux considérables effectués par un cinéaste ou un décorateur éminent. C'est un nouveau regard porté sur l'histoire du cinéma en même temps qu'une invitation à redécouvrir les grands classiques à la lumière des indications fournies par l'auteur.

La deuxième partie est consacrée à tous les problèmes techniques que pose le décor de film: décor en studio ou décor réel, l'insertion de trucages dans les films, les changements induits par l'arrivée du cinéma en couleur... Léon Barsacq met en valeur le travail même de décorateur de film tout en ne perdant pas de vue l'évolution que celui-ci connaît. Au début de cette deuxième partie, il donne son point de vue sur le rôle du décor dans un film et sur la charge expressive que ce dernier contient. Ce sont des enjeux énormes de mise en scène qui sont ici soulignés : d’où vient le réalisme d’un décor ? Comment penser le décor par rapport au propos et au style du film ? Le décor est une des composantes premières de l'image et ne serait-ce que pour cette raison, son impact visuel est énorme: "le décorateur n'a à sa disposition que les phrases du scénario qu'il doit exprimer visuellement. C'est le décorateur qui sera le premier à créer les images du film futur". Même si pour chaque film, le travail sur le décor est différent, Léon Barsacq nous livre des lignes directrices majeures pour penser le décor et plus globalement pour voir autrement un film.

Enfin, la troisième partie de ce livre est composée d'un dossier qui renferme de précieuses informations. Sont rassemblées ici un peu plus de vingt extraits de réflexions de grands penseurs ou cinéastes sur le décor de film. D'Aragon à Truffaut, ce sont André Bazin, Eisenstein, Fritz Lang, Jean Renoir qui ont la parole. De 1895 à 1969, Léon Barsacq dresse une chronologie des grands moments de l'histoire du cinéma et du décor avant de répertorier les cent principaux décorateurs de films et les cent dix films marquants dans l'histoire du décor...

Cet ouvrage est également agrémenté par une abondante iconographie : croquis et maquettes pour des décors, photos de décors, images de films... Ce livre peut toucher un public assez large malgré le sujet a priori assez ciblé qu'il aborde ; c'est au lecteur de savoir ce qu'il recherche à partir des différentes pistes de recherche proposées. Léon Barsacq ouvre une réflexion sur l'importance du décor au cinéma, en revisitant l'histoire du cinéma et en faisant part de son expérience du cinéma. Ce livre reste une référence majeure pour penser la mise en scène au cinéma. Il faut également signaler que Jean-Pierre Berthomé a écrit tout récemment "Le Décor au cinéma" qui paraît fin octobre 2003 aux éditions des Cahiers du cinéma. Nous pouvons néanmoins regretter que Léon Barsacq s'en tienne à des propos relativement généraux sur le sujet. Le point de vue historique qui est le sien lui permet de dessiner à grands traits l'évolution de la place du décor au cinéma et de sa conception. Mais il ne lui offre pas un espace de réflexion où, au-delà des transformations et autres progrès techniques, restent des images de films, des mises en scène impérissables.

Dans la préface qu'il a rédigée pour ce livre, René Clair met en relief l'apport évident de ce livre: "grâce au livre que Léon Barsacq rédigea dans les dernières années de sa vie, est gardée la mémoire de ces oeuvres dont il ne reste que des ombres fixées sur une pellicule fragile". C'est effectivement avant tout un livre d'un décorateur de studio habitué à construire de la fiction qu'on détruisait sitôt les plans tournés et qui veut dire toute l'attention qu'il faut accorder au décor

Par Marie-Laure - le 1 janvier 2005