Menu
Test dvd

Winstanley

DVD - Région B
Doriane Films
Parution : 10 / 9 / 2013

Image

De même que En Angleterre occupée, la première des réalisations de Kevin Brownlow et Andrew Mollo, Winstantley a été tourné dans des conditions pour le moins précaires. Médiocrement financé et s’appuyant pour l’essentiel sur une équipe de collaborateurs bénévoles, tourné uniquement en décors naturels, parfois en 16 mm, parfois en 35 mm, Winstantley offre donc initialement une image de qualité variable. Elle peut être ponctuellement très approximative, tels ces plans excessivement granuleux et flous apparaissant surtout au début du film. Mais une fois passées les sept premières minutes de Winstantley, la qualité de la prise de vue s’avère généralement bonne. Elle peut être même par moments d’une grande beauté, notamment lors des gros plans sur les visages burinés des Diggers, magnifiés par une photographie en noir et blanc manifestement soigneusement pensée. Autant de défauts et surtout de qualités visuelles auxquelles le DVD élaboré par Doriane Films rend relativement justice. Globalement fluide, l’image du disque est d’une qualité correcte même si le master utilisé présente des dommages ponctuels et souffre de contrastes parfois insuffisants. Et l'on est sans doute loin de la précision hautement-définie offerte par le Blu-ray de Winstantley édité en 2009 par le British Film Institute en Angleterre. Un disque que nous n’avons pas eu l’occasion de visionner mais qui, du moins si l’on en croit le site DVDbeaver, restitue le film du duo Brownlow/Mollo dans des conditions d’excellence numérique que n’offre pas le DVD de Doriane Films.

Son

Comme en ce qui concerne l’image, la prise de son initiale de Winstantley se déroula certainement dans des circonstances précaires. Elle est néanmoins suffisamment satisfaisante, qui plus est reproduite de manière propre par le DVD, pour que dialogues et bruits d’ambiance – peu ou pas de musique dans Winstantley – soient clairement audibles. Mais là encore, on supposera que le Blu-ray du BFI offre sans doute une restitution plus affutée que celle du disque de Doriane Films. Précisons que ce BR britannique ne propose que des sous-titres anglais.

Suppléments

Doriane Films ne propose qu’un unique bonus. Il est cependant plus que conséquent puisqu’il s’agit de Winstanley : Chronique d’une utopie (It Happened Here Again, 1976), le très passionnant making-of du film réalisé par Eric Mival. Restituant toutes les étapes – de l’écriture à la réalisation – d’une aventure cinématographique aussi extraordinaire que celle de En Angleterre occupée, ce documentaire tourné en couleurs établit à terme un fascinant parallèle entre l’expérience historique des Diggers et celle contemporaine des artisans de Winstanley. Faiblement financé par le British Film Institute, le film dut avant tout son succès à la somme d’énergies quasi exclusivement bénévoles réunie par les infatigables Kevin Brownlow et Andrew Mollo. Ces derniers firent aussi bien appel à des collaborations familiales – Carmen Mollo fut ainsi la costumière du film – qu’amicales – on retrouve au générique de Winstanley certains des comédiens amateurs de En Angleterre occupée, par ailleurs amis des cinéastes.

Le duo de réalisateurs s’assura aussi l’aide de passionnés d’Histoire militaire ou rurale qui apportèrent au film leurs connaissances en la matière, ainsi que certains des objets apparaissant à l’écran. Enfin, en confiant le rôle du leader des Divagants à Sid Rowle, le créateur des Diggers de Hyde Park, une prolongation contemporaine de l’entreprise de Winstanley, Kevin Brownlow et Andrew Mollo nourrirent leur film de l’atmosphère contestataire de ces rouges années 1970. Et, ainsi que le démontre de manière exemplaire Winstanley : Chronique d’une utopie, ce fut une véritable communauté, affranchie le plus possible des contraintes de l’industrie cinématographique, qui donna naissance à cette chronique filmique des Diggers.

Si l’on se félicitera donc que Doriane Films ait bien joint cet indispensable supplément à Wistanley, on rappellera cependant que le Blu-ray déjà évoqué propose – outre ce making-of présenté dans cette édition en haute-définition – un entretien inédit de quarante minutes avec les deux cinéastes datant de 2009 ainsi qu’un court-métrage de Kevin Brownlow (9 Dalmuir West, 1962) lui aussi en HD. Autant de bonus audiovisuels auxquels s’ajoute un livret d’analyse d’une trentaine de pages.

Par Pierre Charrel - le 16 mars 2016

Partenariat